Rapport de situation du Covid planétaire au 30 octobre 2021

Par Dominique Delawarde.

 

Avant propos : «On peut débattre de tout, sauf des chiffres» (lorsqu’ils ne sont pas mensongers, bien sûr)

Propagande gouvernementale reprise inlassablement par la «meute» des médias mainstream français…

 

            Il est donc temps de commencer à faire parler les chiffres …..

 

 Année VACCINS Nombre de cas Covid déclarés Nombre de décès Covid déclarés
2020 Quelques millions en Décembre 84,3 millions 1,83 millions
Janv-Oct 2021 7 milliards de doses 162,2 millions 3,17 millions
TOTAL Pandémie

2020- 30 Oct 2021

7 milliards de doses 246,5 millions 5 millions
Projection Pandémie

2020 + 2021

avec Nov et Dec 21

 

8,5 milliards de doses

 

270 millions

 

5,4 millions

 

 

Observations:

1 – Sur le rythme actuel qui ne faiblit pas (et même ré-augmente) de 12 millions de cas et 200 000 décès attribués à la Covid, chaque mois, sur la planète, le total des cas déclarés devrait approcher les 190 millions de cas et celui des décès franchir la barre des 3,6 millions pour la seule année 2021.

 

2 – Autrement dit, malgré une vaccination de masse menée «tambours battants» depuis début décembre 2020, l’épidémie aura donc été deux fois plus meurtrière en 2021 qu’en 2020 (contamination et nombre de cas) sur l’ensemble de la planète. La vaccination n’a donc pas fait reculer l’épidémie partout où elle a été appliquée. Les pays en développement les moins vaccinés d’Afrique et d’Asie s’en sont, d’ailleurs, beaucoup mieux sortis que les pays développés les plus vaccinés: c’est un fait.

 

3 – Alors même que l’efficacité du virus et de ses variants s’atténue avec le temps et que de nouveaux traitements précoces efficaces ont été découverts, la létalité de cette épidémie aurait dû reculer nettement avec l’apport de 7 milliards d’injections vaccinales pour une population de 7,9 milliards d’habitants ; injections vaccinales «vendues» par Big Pharma pour une efficacité de 90 à 95% sur les formes graves. Ca n’est manifestement pas le cas sur les dix premiers mois de l’année 2021.

 

Létalité 2020 (Nb de décès/nb de cas), sans vaccin: 1,83 / 84,32 = 2,17 %

Létalité 2021 sur les dix mois écoulés (Nb de décès/nb de cas), avec virus affaibli, nouveaux traitements précoces et vaccination de masse: 3,17/166 = 1,91%

 

Il y a bien  eu une légère baisse de la létalité de 12 % sur un an (1 % par mois), mais on est très loin du miracle vaccinal attendu et il n’est  pas raisonnable d’attribuer aux seuls vaccins la très légère baisse de la létalité Covid au niveau planétaire, d’autant que les effets secondaires post vaccinaux sont volontairement ignorés par les politiques et les médias et devraient s’ajouter à la létalité Covid pour dresser un bilan global de l’épidémie vraiment sincère ….

 

Par ailleurs, chacun doit comprendre que la létalité observée (nb de décès / nb de cas) est directement liée au nombre de cas déclarés et que celui ci découle du nombre de tests effectués: Plus on teste, plus on découvre de présumés infectés, voire de faux positifs et donc plus la létalité globale diminue. On est là dans la mathématique d’école primaire ….

 

            En clair, dans de nombreux pays, la très légère baisse de la létalité observée en 2021 s’explique bien davantage par une forte hausse du nombre de tests que par une efficacité vaccinale présumée.

            C’est particulièrement le cas de la France qui jugeait inutile de tester les asymptomatiques au premier semestre 2020, car elle n’avait pas la capacité de tester …, et qui affichait alors une létalité de 18 %. Elle était, à cette époque, championne du monde de la létalité. Après avoir enfin compris l’utilité des tests et les avoir multiplié, l’exécutif a fait chuter ce taux de létalité de 18% à 2,45% en fin d’année 2020 sans l’aide du vaccin, par la simple «magie» de la multiplication des tests.

 

En poursuivant sa nouvelle politique de « tests à outrance » durant toute l’année 2021, la France a même réussi à améliorer encore son taux de létalité en le portant de 2,45 % à 1,64 % entre le 1er Janvier et le 30 octobre 2021: C’est une belle performance mais qui n’a rien à voir avec le vaccin ….. Il est d’ailleurs à craindre qu’en rendant les tests payants, leur nombre diminue fortement, augmentant de facto la létalité observée dans les mois à venir….

 

4 – Comme toutes les autres épidémies avant elle, l’épidémie  Covid-19 devrait finir par régresser naturellement sous l’effet de plusieurs facteurs :

– La prolifération des variants rend chacun d’entre eux moins létal au fil du temps.

– Le réservoir de personnes fragiles et atteintes de comorbidité, donc susceptibles de faire des formes graves de la Covid s’est progressivement « vidé » par décès des plus fragiles. On ne meurt pas deux fois …..

– Dans de nombreux pays, l’apparition et l’application de nouveaux traitements précoces pour les personnes atteintes de la Covid y réduisent considérablement la mortalité Covid.

L’immunisation naturelle d’une partie croissante de la population mondiale qui, testée ou non, a contracté la maladie et en a guéri, devrait également contribuer à la baisse de la létalité.

 

En conclusion de cet avant propos, je voudrais revenir sur le plus  gros mensonge actuel de la propagande vaccinale française, qui mélange habilement le vrai et le faux.

«On peut débattre de tout, sauf des chiffres»  (C’est vrai lorsque les chiffres sont justes)

8 personnes sur 10 hospitalisés sont des non vaccinés ???? ( FAUX)

 

La proportion de 8 sur 10 qui nous est répétée inlassablement depuis plus de deux mois est aujourd’hui mensongère pour plusieurs raisons:

1 – Elle ne correspond en rien aux données qui nous viennent de nombreux pays très vaccinés qui sont dans des situations comparables à la notre (Royaume Uni, USA, Israël, entre autres…).

2 – La proportion annoncée de 8 sur 10 ne varie pas depuis plusieurs mois alors même que la proportion vaccinés-non vaccinés a varié considérablement. Au point qu’on peut se demander si les menteurs pathologiques de l’exécutif et des médias français ne continueront pas à nous servir ce genre de propagande lorsqu’il ne restera plus qu’une poignée de non vaccinés ..…..

3 – La gouvernance française a déjà beaucoup menti depuis le début de cette épidémie pour expliquer l’injustifiable et parvenir à ses fins (Les masques, les tests, les difficultés logistiques, l’interdiction de prescrire des traitements précoces sous des prétextes fallacieux pour favoriser le vaccin …..). Le mensonge est donc devenu, pour l’exécutif français, relayé par une majorité déclinante de la représentation nationale et une quasi unanimité des médias mainstream « godillots », la nouvelle forme de gouvernement de notre pays.

4 – Les autorités sanitaires se gardent bien de publier les données brutes d’hospitalisation et de décès, hôpital par hôpital, en faisant apparaître tous les vaccinés et les non vaccinés. Cette publication permettrait aux citoyens, échaudés par les mensonges déjà servis par l’exécutif depuis 20 mois, de vérifier les chiffres dont « on ne peut pas débattre ».Il serait de même très utile de rétablir la publication détaillée des effets secondaires des vaccins pour rétablir un minimum de confiance. Le fait de les tenir cachés depuis juillet dernier entretient la suspicion.

5 – L’explication, pour les béotiens que nous sommes,  des chiffres exportés par les autorités, il y a déjà plusieurs mois, à partir d’une étude oubliant la moitié des décès me paraît intéressante.

 

https://www.youtube.com/watch?v=mtSRmw4qRvc&t=259s

 

 

 

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

3 réflexions sur “Rapport de situation du Covid planétaire au 30 octobre 2021

  • 8 novembre 2021 à 4 h 23 min
    Permalien

    En fait , la seule « épidémie » visible et constatable est une épidémie de mensonge grossiers !

    Répondre
  • 8 novembre 2021 à 14 h 54 min
    Permalien

    Étant considéré son effectif impact sur le personnel politique, ainsi que sur de nombreux vecteurs d’opinions et /ou de décisions, il serait peut-être utile que ceux des anti-injects qui le lisent régulièrement (ou non d’ailleurs) écrivent au directeur du Canard enchaîné leur désapprobation de son lamentable parti pris pro-injections, puis probablement très pro-gélules vu que la contre-information semble étrangère «au volatile ».

    Peut-on ignorer à ce point quand on est supposé bien informé et critique qu’en sus il existait depuis des années des traitements peu coûteux qui auraient éviter bien des dépenses et des dégâts plus ou moins mortels ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *