COP26 Glasgow: nouvelle division internationale du travail et de la richesse

Traduction et commentaire

Nombre de larbins politiciens se sont rassemblés à Glasgow cette semaine de novembre 2021 afin de se disputer le partage de la plus value ouvrière mondiale, des matières premières, des énergies, des marchés et des capitaux mondiaux. Cependant, la joute guerrière meurtrière demeure ouverte puisque le clan des pays « émergents » brillait par l’absence de ses dirigeants indice des divergences qui les opposent à la clique des vieilles puissances Atlantiques qui tarde à prendre la mesure de son déclin. Tout au long des palabres et des manigances l’ombre de la dystopie « covidienne » planait sur la salle des utopiques « urgence climatique » et « transition énergétique ». Alors que la première crise d’hystérie sanitaire collective n’est pas encore résorbée, les « complotistes » du grand capital international tentent de donner le coup d’envoi à la dystopie du « Great Reset« , du « Green Deal » et du « Nouvel Ordre Mondial » désespéré. Que doivent faire les travailleurs face à cette nouvelle attaque « climatique »? Robert Bibeau pour Les7duquebec.net

This article is available in 5 languages on this webmagazine :
10.11.2021-Communia-English-Italiano-Spanish
This article is available in Portuguese on:
https://queonossosilencionaomateinocentes.blogspot.com/2021/11/cop26-glasgow-nova-divisao.html

 

La COP26 s’est ouverte dimanche  à Glasgow avec des discours royaux douloureux , des métaphores de guerre et nombre de mensonges catastrophiques, mais aussi avec les absences importantes des dirigeants du Brésil, du Mexique, de l’Afrique du Sud, de la Russie et de la Chine. Les médias rapportent le contenu des rencontres et des discussions au compte-gouttes et préfèrent jouer à nourrir « l’angoisse climatique » des plus jeunes. Mais ce qui est sur la table de la COP26 va bien au-delà des engagements de réduire les émissions de CO2 et même du changement climatique. La place de chaque pays dans la nouvelle division internationale du travail du Green Deal est en discussion.


Table des matières

Quelles sont les parties en conflit dans le COP?

Johnson et Macron à l'ouverture de la COP26 à Glasgow
Johnson et Macron à l’ouverture de la COP26 à Glasgow

COP signifie Conférence des Parties. La COP26 est la 26e édition de la rencontre que l’ONU organise entre les parties impliquées – et celles en conflit – par les émissions à l’origine du changement climatique. C’est pourquoi il est inauguré avec les États insulaires qui craignent qu’une élévation du niveau de la mer ne leur fasse perdre du territoire, et des ressources la chose la plus sacrée pour un État.

Mais sans surprise, les problèmes des petits États insulaires polynésiens et africains ne prennent guère plus que quelques minutes rituelles. En réalité, depuis la COP1 à Berlin en 1995, ces rencontres sont considérées comme une impulsion entre les États les plus capitalisés -UE, USA, Grande-Bretagne, Canada-, qui réclament un Green Deal, et les pays « semi-coloniaux »  qui réticents à l’adopter, s’appuyant tantôt sur la Russie et la Chine, tantôt sur les pays producteurs de pétrole.

Lorsque Greta Thunberg et d’autres « activistes » attaquent les « dirigeants mondiaux » pour la lenteur à conclure des accords de réduction des émissions lors de ces sommets, ils n’attaquent pas – sauf pendant l’époque  de Trump – les dirigeants des grands États industriels, mais  ceux de pays semi-coloniaux dits « émergents » en tant que pays capitalistes en phase impérialiste.

 

Pourquoi les pays semi-coloniaux résistent-ils aux accords de réduction des émissions?

 

Modi entre Johnson et Guterres à l'ouverture de la COP26 à Glasgow
Modi entre Johnson et Guterres à l’ouverture de la COP26 à Glasgow

 

La forme concrète que prend la réduction des émissions de CO 2 et d’autres gaz à effet de serre comme le méthane est le Pacte Vert. Fondamentalement, sur la base des accords de Kyoto et de Paris, il s’agit de créer une série de marchés pour les émissions de CO 2 . Ces marchés spéculatifs vendent des droits d’émission que les États rendent obligatoires dans différents domaines afin d’augmenter les coûts d’utilisation des carburants polluants et de rendre les énergies propres et les technologies qui y sont liées relativement plus compétitives sur les marchés capitalistes au grand plaisir des fournisseurs.

Lire aussi : Le 
 changement climatique existe et est le produit du capitalisme réactionnaire, le Pacte vert est la non-solution du capital , Déclaration d'émancipation

Ceci, comme on l’a déjà vu en Europe avec la facture d’électricité , ne peut que se traduire par une hausse générale des prix et donc par un transfert massif des revenus du travail vers le capital . En premier lieu, au capital investi dans les grandes compagnies d’électricité qui constituent le cœur du capital national de chaque pays . Mais ensuite à tous les secteurs qui sont obligés d’acheter des droits d’émission.

 

L’UE, par exemple, veut le faire dans le secteur automobile (en 2030 plus aucune voiture à moteur thermique ne pourra être vendue), le transport aérien et maritime (fret), la viande et les produits laitiers et le logement . C’est ce que Fit for 55 est son plan, en théorie, pour accélérer les « objectifs climatiques ». Il va sans dire que les grandes entreprises sont ravies. Dans le secteur automobile par exemple, ils calculent que le passage aux voitures électriques leur permettra de passer d’une rentabilité de 5 % à des chiffres proches de 10 % .

Mais ce qui pour les pays les plus capitalisés est un transfert pur et simple des revenus des travailleurs, pour les pays semi-coloniaux cela représente une perte de compétitivité et de rentabilité. Un exemple : la hausse des prix du fret international, qui doivent abandonner le carburant qu’ils utilisent actuellement, appelé soute , se traduit presque entièrement par une réduction des marges des pays exportateurs de matières premières dont ils n’ont pas la possibilité de fixer les prix. .

De plus, dans des pays comme l’Inde, l’abandon de sources d’énergie moins chères comme le charbon au profit des énergies renouvelables, non seulement remettrait en cause l’industrie exportatrice, mais obligerait à investir massivement des capitaux qui pourraient difficilement être obtenus ou rentables dans le court terme. C’est pourquoi des pays comme l’Argentine demandent des échanges de dette extérieure contre des investissements dans la transition énergétique, le Mexique demande des financements avant de s’engager sur des chiffres significatifs, et d’autres, comme la Bolivie, dénoncent le « colonialisme [au dioxyde de carbone] » .

Pourquoi la COP26 marque-t-elle un changement de cap?

xi
Xi annonce lors de l’assemblée générale des Nations Unies de 2020
l’objectif de zéro émission nette pour 2060, réaffirmé lors de la COP26 à Glasgow.

 

Et pourtant, à la COP26, un accord contre la déforestation a été annoncé qui comprenait le Brésil, l’Indonésie, la Russie et la RDCongo, quatre des pays a priori les plus réticents. L’Inde a annoncé sa future entrée dans le Green Deal en vue de 2070 , dix ans après la Chine, qui a réaffirmé son objectif de neutralité en 2060 .

Ce n’est pas surprenant. Malgré la campagne permanente des États-Unis contre ce que Biden a appelé la «politique climatique atypique de la Chine», la réalité est que Pékin est devenu le leader mondial de l’énergie solaire (254 355 MW contre 75 572 aux États-Unis), c’est  en 2020 que la Chine a installé plus de trois fois les éoliennes de tout autre pays au monde et prévoit de produire cette année deux fois plus de batteries de voitures électriques que le reste du monde.

La Russie, pour sa part, a profité de la focalisation donnée par la COP26 pour rejoindre l’objectif 2060 . Il espère gagner du temps pour, à court et moyen terme, continuer à utiliser les faiblesses stratégiques dans lesquelles le Green Deal européen a laissé l’Allemagne et l’UE pour augmenter les prix et les ventes de gaz naturel .

La réalité est que la Chine, l’Argentine, le Brésil, la Russie ou la Bolivie, comme tout autre pays, ont besoin d’accéder aux marchés étrangers afin de maintenir l’accumulation de capital. Ils ont également besoin d’accéder au marché mondial des capitaux pour ne pas perdre leur part du gâteau dans la répartition mondiale des résultats d’exploitation. C’est ce que cela signifie que le capitalisme mondial, et pas seulement quelques capitaux nationaux, est entré dans sa phase impérialiste il y a plus d’un siècle.

Et c’est ce que l’UE et les États-Unis utilisent pour se tordre les bras : des tarifs « verts » sur les importations appelés « ajustements CO 2 à la frontière » ( aluminium et acier chinois et russes , navires avec des céréales argentines, etc.), ne permettent pas la déforestation produits concernant la PI (viande brésilienne, cuir paraguayen, l’huile de palme indonésienne, etc.) pour entrer dans leurs marchés ou l’approbation des taxonomies d’investissement qui vont tout le chemin de considérer l’achat d’une centrale nucléaire de la France verte ou aux États – Unis , mais pas acheter des panneaux solaires chinois pour installer une centrale photovoltaïque.

Le résultat est que les pays semi-coloniaux entrent un à un dans le Pacte vert, tout en essayant de gagner le plus de temps possible. C’est pourquoi les « avancées » de la COP26, comme celles de toutes les COP, seront forcément partielles et les dirigeants des pays aux capitales nationales plus concentrées et les médias continueront de nous bombarder de la nécessité d’une Union sacrée pour le climat .

 

Comment ce qui est approuvé à la COP26 affecte-t-il les travailleurs?

Ursula von der Leyen à la COP26 Glasgow
                                               Ursula von der Leyen à la COP26 Glasgow

 

Comme le dit le vieil adage : « Les bergers se rassemblent, les brebis sont mortes ». La hausse barbare des prix de l’électricité que connaît aujourd’hui l’Europe est le résultat de la « bonne nouvelle » célébrée par la presse lors de la COP25 de Madrid et de ses prédécesseurs.

Lors de la COP26 à Glasgow, Ursula von der Leyen a pris le package Fit for 55 pour acquis . Si dans un premier temps nous calculons que ce paquet pourrait signifier la perte de 20% du pouvoir d’achat du salaire minimum espagnol, maintenant après l’expérience de l’augmentation de l’électricité, nous devons reconsidérer – à la hausse – son impact.

Biden, pour sa part, a son « Green Deal » bloqué au Congrès américain, mais a promis « une décennie d’efforts » qui, comme on le voit de la réglementation du logement à la propagande commerciale , ne peut signifier qu’une décennie de plus en plus de précarité perte de pouvoir d’achat des salaires .

Ne parlons même pas des travailleurs chinois, qui souffrent déjà de la hausse des prix et des pannes d’électricité, du manque de carburant et des licenciements temporaires dus à l’arrêt de la production.

 


Une première référence présente la mise en condition de la population française qu’assume le PDG du Groupe Leclerc : « Une sacrée hausse de prix » prévient-il : https://francais.rt.com/france/92411-patron-leclerc-predit-sacree-hausse-prix-des-novembre?fbclid=IwAR3p4cmP9PzvMpDo1ccShot42Jr7dNiJtGt8Gd4GElNwlU7J_hWwApWUfAM.
Une deuxième référence annonce qu’il en coûtera 130 000 milliards de dollars US aux prolétaires du monde entier pour indemniser les entreprises d’énergie fossile. COP26 : 130 000 milliards $ pour sevrer l’économie mondiale des énergies fossiles (msn.com) https://www.msn.com/fr-ca/actualites/monde/cop26-130-000-milliards-pour-sevrer-l-%C3%A9conomie-mondiale-des-%C3%A9nergies-fossiles/ar-AAQh1Nj?ocid=msedgntp
Une troisième référence, plus récente, prévoit une facture de 150 000 milliards de dollars US pour le prolétariat international pour mener à bien la croisade des bobos en faveur de la terreur climatique:  https://lesakerfrancophone.fr/150-000-milliards-de-dollars-tel-est-le-cout-estime-de-la-croisade-contre-le-changement-climatique


 

Et nous pourrions continuer comme ceci  pays par pays.

La place des travailleurs dans tout cela ne peut pas être aux côtés de Greta Thunberg et des partisans d’une Union pour le climat sacré dont le véritable objectif est de regagner la rentabilité du capital au prix de la vie des travailleurs du monde entier.

Ni avec les négationnistes qui disculpent le capitalisme de sa barbarie contre la Nature, autre expression de son caractère anti-humain et anti-historique.

Et encore moins avec les dirigeants des pays « semi-coloniaux »  qui ne rejettent le Pacte vert que pour marchander, avec la vie des travailleurs comme monnaie d’échange, une place pour le capital national sous le soleil de la nouvelle division internationale du travail.

Les messages apocalyptiques qui renaissent ces jours-ci visent à nous faire accepter le « moindre mal » de l’appauvrissement de centaines de millions de travailleurs en échange du « plus grand bien » d’une réduction des émissions. Mais cet échange n’a de sens que lorsque la véritable priorité est de transformer la catastrophe climatique en un verdissement de la rentabilité du capitalisme qui a causé le problème.

La meilleure façon de faire face au changement climatique, la seule vraie façon, est de faire face aux attaques contre nos conditions de vie imposées par le Pacte vert. L’énergie pour notre chauffage et nos déplacements, le logement, la nourriture et tout le reste auraient dû être produits depuis longtemps pour satisfaire les besoins humains de tous et non pour rentabiliser le capital. Il est temps de briser ce cercle pervers qu’impose le mode de production capitaliste qui détruit la vie humaine et dévaste la Nature dont elle fait partie. Si nous n’écartons pas énergiquement cette «décennie de sacrifice climatique», cela ne fera qu’empirer. Pour sauver l’humanité il faut détruire le capitalisme.

 

Vous pouvez également lire in English : « COP26 Glasgow» en anglais

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

Une réflexion sur “COP26 Glasgow: nouvelle division internationale du travail et de la richesse

Répondre à robertbibeau Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *