Des limites de l’empirique


.

YSENGRIMUS — Dans le Livre II de De rerum natura (De la Nature), le philosophe matérialiste romain Lucrèce écrit:

Quoique tous les éléments se meuvent, on ne doit pas être surpris de ce que la masse semble demeurer immobile, sauf les corps qui ont un mouvement propre. Car la nature des éléments est enfouie dans les ténèbres, hors de la portée des sens; et, si leur essence échappe à ta vue, il faut bien qu’ils te dérobent aussi leurs agitations, puisque les corps visibles nous cachent eux-mêmes leurs mouvements à travers la distance qui nous en sépare. Souvent, en effet, les brebis qui paissent dans les gras pâturages se traînent où les appellent, où les attirent les herbes brillantes des perles de la fraîche rosée, tandis que les agneaux rassasiés jouent et bondissent avec grâce; mais on ne découvre de loin que des masses confuses, immobiles, et comme des taches blanches sur une verte colline. De même, lorsque de vastes légions inondent la campagne de leurs manœuvres et feignent de se livrer bataille, les armes jettent des éclairs dans le ciel; le sol étincelle de fer, et gémit sous la marche retentissante de cet amas de guerriers; les montagnes, frappées de leurs cris, les renvoient aux astres; les escadrons voltigent de toutes parts, et franchissent soudain les plaines ébranlées de leur poids et de leur course rapide: cependant, à les voir de certains endroits, au sommet des montagnes, on les croirait immobiles, et leur éclat semble dormir sur la terre.

On appelle réalité empirique la portion du réel perçue ou perceptible par un ou plusieurs des cinq sens. L’empirique est grossier, limité, mal découpé et soumis à force critiques, dès que la plus spontanée des impulsions philosophiques se fait jour. Nos sens nous trompent dit assez vite la ratiocination sourcilleuse qu’on produit à leur sujet. Une solution ancienne, du petit penseur élitaire étroit, consistait donc à fuir le monde des sens, à s’enfermer dans le mental, le cogitatif, le limpide, le confirmatif. On y voyait une sorte de résistance monastique à cette tromperie permanente issue du réel et une option permettant d’asseoir dans la certitude de la pensée subjective l’option des connaissances circonscrites… terriblement circonscrites, pour tout dire. Et aussi: terriblement restreintes dans l’enceinte durablement biaisée du petit collectif scolastique.

Mais, notamment au cours des siècles de la philosophie moderne (seizième au vingt-et-unième siècles), les lois du monde matériel en sont venues à s’imposer à la pensée. On a fini par implacablement s’aviser du fait que la connaissance passe par le canal des sens. Les sens nous transmettent le réel de façon faussée… pas de façon fausse mais de façon faussée. La nuance est capitale. Elle fonde ce qui fonctionne mal mais tient le coup tout de même. On a tous un jour rencontré le fameux panier d’épicerie qui dévie. Vous avancez dans le centre de l’allée du supermarché mais le foutu panier à roulettes a quelque chose de niqué dans les moyeux et il dévie, toujours dans le même sens. Comme il n’est pas question de traverser tout le magasin pour en changer (au risque d’en choper un qui dévie dans l’autres sens ou dont les roulettes sont bloquées), vous décidez, sur le tas, de compenser cette déviation tendancielle à la force des poignets. Vous vous développez, à la volée, des procédures. Vous les implémentez, à la dure. Soit vous forcez contre, soit vous replacez les roues arrières en bonne position par à coups, périodiquement, soit vous alternez aléatoirement une combinaison de ces deux solutions. Le panier d’épicerie, ce sont vos sens en cours de perception. Votre action rectificatrice, c’est l’intervention de votre rationalité apprenante. Vos courses, ce sont les connaissances que vous parvenez malgré tout à entasser en l’enceinte de ce véhicule qui roule mal mais roule tout de même. Dans ces conditions clopinantes, l’ensemble va de guingois mais il parvient, l’un dans l’autre, à vous permettre de vous traîner jusqu’à la caisse, avec vos courses. Après? Bien après, vous rangez ce véhicule déficient parmi ses semblables et ce sera aux générations suivantes de se démerder avec le panier aux roues faussées. Advienne que pourra, votre temps à vous sera révolu. Qui sait, quelqu’un finira peut-être même par tout simplement réparer cet instrument valide malgré tout et par en révolutionner tout doucement la pensée biaiseuse.

Arrivons-en aux brebis et aux agneaux de Lucrèce et installons nous dans la concrétude de la situation dont il nous parle. Vous voici au sommet d’une montagne et, dans la vallée, vous apercevez les brebis et les agneaux arpentant silencieusement le pâturage. On dirait une masse blanche crûment distincte du vert de la vallée mais compacte, unifiée et fixe. Les chances sont pourtant faibles que vous vous imaginiez que le fond de la vallée s’est couvert d’une manière de mousse polluante immobile. Vous savez que ce sont des moutons, qu’ils sont des entités discrètes, vivantes, mobiles, que vos sens vous trahissent et que ce que vous voyez d’ici diffère de ce qui est, et qu’il n’y a pas de quoi en faire une affaire, la chose étant si fréquente, dans le cours de la vie pratique. Les connaissances empiriques antérieures, solidement accumulées en vous et en vos pairs, jouent un rôle capital dans la sérénité de votre conclusion. Avant de monter sur le sommet, vous êtes passé par cette bergerie. Vous y avez retrouvé le berger Isaac, qui vous accompagne en ce moment même dans votre promenade. Vous avez circulé au milieu des moutons, bien entiers, bien bêlant, bien séparés les uns des autres, et bien empiriques. Il y en avait à perte de vue, qui trottinaient sur le terrain avoisinant, tel une vague. Vous avez aussi longé la bergerie, pour constater, d’en bas, qu’elle avait des murs et un toit rouge. Vous la voyez maintenant du haut du sommet, rectangle imprécis mais dont la teinte cramoisi perfaitement perceptible est toujours un peu là. Vous faites tout naturellement la transposition entre ces deux scènes de votre vécu récent. La masse blanche des moutons est à la tache rouge du toit de la bergerie ce que les moutons réels étaient à la bergerie en trois dimensions, quelques heures auparavant. Vous corrélez les deux expériences et, presque sans le vouloir, vous décidez de les hiérarchiser. Vous en faites tout naturellement primer une sur l’autre. Une grande distance restreint la qualité empirique. Vous le savez, pour l’avoir observé mille fois sur la route, en montagne, et dans les villages. L’information la plus fiable, venue des yeux et des oreilles, c’est souvent celle qui se capture d’assez prêt. En bas, vous perceviez l’individualité de chaque brebis, de chaque agneau, vous les voyiez frémir, vous les entendiez bêler et leurs clochettes étaient audibles aussi. Vous sentiez même leur odeur. Ici, sur le sommet, tout est atténué, tout semble comme schématique. Pas de son, pas d’odeur, et le troupeau en masse compacte ou semi-compacte. Non, il n’y a rien à y faire, les sens mentent plus ici qu’en bas… tout en vous faisant aussi comprendre, ici, combien le mouvement des bêtes est dérisoire et minimal face à l’immensité de la montagne (moins perceptible d’en bas, elle, par contre — s’il fallait esquisser une carte de la vallée, on serait mieux placé ici qu’en bas, pour le faire). La ratiocination sommaire vous amenant à prioriser vos différentes expériences empiriques est un comportement tellement ordinaire que vous n’en sentez plus se déployer la mécanique permanente, pourtant très sophistiquée, chèrement acquise, constamment rajustée, et aussi lancinante que l’activité compensatrice sur les roues du panier d’épicerie de tout à l’heure. Ceci est le monde raboteux et concret aux petites victoires mille fois renouvelées de la connaissance directe.

Mais imaginons que votre ignorance et votre hauteur touristique vous placent dans une situation encore moins articulée empiriquement. Imaginons que vous descendez directement sur le sommet depuis un hélicoptère qui vient de se poser et qui vous y dépose. Vous n’avez rien vu de proche, au fond de la vallée, et vous voici apparaissant, sans transition, sur le sommet. Vous y rencontrez le berger Isaac, qui sera votre guide de montagne. Vous apercevez alors le rectangle de couleur rouge et la grande masse blanche, au fond de la vallée. En paix avec votre ignorance, vous demandez: Qu’est-ce que c’est que cette immense masse mousseuse, au fond de la vallée? C’est pas de la pollution, j’espère. Le berger Isaac éclate d’un rire franc et il vous explique que non, que c’est un troupeau de brebis et d’agneaux et que, d’ici quelques heures, vous irez-vous balader au milieu d’eux. La chose vous parait parfaitement incroyable, tant cette masse est blanche, lisse, figée et compacte. Mais cet homme est un berger du pays. Vous le payez pour ses services. Il a très bonne réputation et il passe pour quelqu’un qui donne l’heure juste, en toute simplicité, et qui ne mène pas ses visiteurs en bateau. C’est un travailleur spontanément sincère, vous le savez. Vos amis touristes vous l’ont dit. Toute une configuration sociale complexe fonde votre assurance de classe et votre confiance en cet homme. Isaac parle juste. Son intimité avec le monde des pâturages est obligatoirement une solide vérité pour vous. Vous faites donc primer sa certitude tranquille et amusée (ce sont des brebis et des  agneaux qui paissent) sur votre supputation un peu intempestive (c’est une masse de mousse polluante). Vous gardez votre expectative en éveil, certes, mais, même si les confirmations empiriques manquent, vous recevez les dires du berger Isaac comme intégralement vrais. L’argumentation d’autorité dudit berger Isaac vous satisfait pleinement et ce, hors constat. C’est la connaissance indirecte.

Directe (basée sur une corrélation de l’observation présente depuis le sommet avec une promenade antérieure parmi les brebis et les agneaux) ou indirecte (basée sur la parole fiable du berger Isaac qui n’affabule pas et connaît bien son petit monde), la connaissance fondant la conclusion que vous tirez sur cette vaste tache blanche sur fond vert près d’un rectangle rouge est fatalement qu’elle n’est… PAS qu’un simple jeu de taches de couleurs blanche, verte et rouge. Vous ne faites pas une lecture picturale de cette situation (sauf fugitivement, le temps d’une émotion esthétique). Le fait est que cette masse blanche est autre chose que ce que votre perception limitée vous en transmet. Le fait est aussi que s’il y a un débat à formuler, ce sera au sujet de la nature de cet autre chose. Et, de fait, ce stare pro aliquo (standing for something else) de la grande tache blanche sur fond vert EST la réponse de votre praxis, justement quand vos sens torves et votre rationalité compensatrice travaillent de concert. Ce qu’on perçoit n’est pas trivialement ce qu’on perçoit mais autre chose, se donnant obligatoirement à la recherche individuelle et, surtout, collective. Car il est important de comprendre qu’on observe ici aussi la réponse de la praxis, plus riche et plus concrète, du berger Isaac et, l’un dans l’autre, à travers lui, la réponse de la praxis cumulative de la totalité contemporaine et historique de l’humanité, face aux limites de l’empirique.

Tous ensemble, depuis les tout débuts de leur existence historique, les humains sont arrivés à dominer ces limites de l’empirique et à se transmettre la connaissance de ce que le halo perceptible recèle en lui: le monde matériel. Et si la nature des éléments est enfouie dans les ténèbres, hors de la portée des sens; et, si leur essence échappe à ta vue, il faut bien qu’ils te dérobent aussi leurs agitations, puisque les corps visibles nous cachent eux-mêmes leurs mouvements à travers la distance qui nous en sépare (Lucrèce). Il reste que le cumul des connaissances directes et indirectes, dont dispose notre rationalité ordinaire, finit par percer cette essence agitée au jour, la harnacher et la saisir au vif. Cela s’effectue au cours des longs processus historiques de connaissance et d’action collective… de connaissance PAR l’action collective.

.

Tiré de mon ouvrage, PHILOSOPHIE POUR LES PENSEURS DE LA VIE ORDINAIRE, chez ÉLP éditeur, 2021.

.

.

.

7 réflexions sur “Des limites de l’empirique

  • Ping : Des limites de l’empirique « Le Carnet d'Ysengrimus

  • 3 juin 2022 à 15 h 45 min
    Permalien

    Et c’est l’une des raisons et des facteurs qui me fait penser avec une grande certitude hors de tout doute ou hésitation que nous les êtres humains, sommes rien d’autre après tout que des  »animaux » peu évolués, très limités et plus souvent dans l’erreur que dans la vérité ! Je pousse même le bouchon et le raisonnement sans risque de me tromper jusqu’à dire que si nos sociétés humaines sont le résultat d’expériences sociales et historiques des moins reluisantes, souvent chaotiques et très approximatives les unes que les autres…encore pire que tout…nos sociétés humaines aujourd’hui, a l’ère de la modernité, de l’avancement technologique, scientifique et médicale, a l’ère de la pseudo liberté et démocratie aussi, peinent toujours pour comprendre ce qu’est l’être humain avant tout, et continue de se ruer derrières des dogmes de toutes sortes, politiques et religieux ou spirituels en priorité ….pour pouvoir fonctionner ! et l’une des conclusions que j’en tire depuis un bout n’est que plus choquante et échappe a la majorité d’entre nous :  »l’être humain est en prise avec de la souffrance et la maladie mentale constamment, sur le plan individuel et collectif »… et on a pas encore déterminé a ce jour que les sociétés humaines même d’aujourd’hui, les nations, les pays et les peuples, se définiraient mieux et atteindraient des connaissances beaucoup plus utiles et précises s’ils étaient capables de déterminer avec justesse la part de ces maladies mentales individuelles et collectives souvent faussement décrites ou justifiées ou reléguées faussement et sommairement à de l’ignorance ….alors que ces maladies mentales sont réelles et sont à l’oeuvre beaucoup plus qu’on ne le croit tous les jours pour déterminer nos perceptions et nos rapports sociaux, nos choix de sociétés et toute la violence ou les rapports de force qui constituent nos patrimoines de sociétés ! car attention, la maladie mentale n’est pas l’ignorance, et n’est rien d’autre qu’un trait caractéristique des êtres humains, une espèce de limite du cerveau humain, presque infranchissable, fatale et intrinsèque à la biologie et la constitution de cet être qu’on appelle l’humain !

    Bon j’espère que vous allez pas juger mon commentaire comme hors sujet… ou me décréter fou total et irrécupérable moi-même…lorsque je prétend que l’être humain est fou par essence et qu’il soit possible de le prouver scientifiquement ! :)))

    Je rêvais même que je puisse valider, breveter et imposer un jour ce concept plutôt scientifique de maladie mentale dominante chez tous les peuples, et pouvoir l’attribuer aux peuples, pays et aux nations, afin de réaliser enfin et ensemble qu’il se situe le plus souvent bien au dessus du seuil de 99% de chaque population ! Je suis certain d’ailleurs que si on s’attelait a la tâche à travers une armée de psychologues et de psychiatres, à travers aussi une panoplie d’outils de mesures, de tests psychologiques et psychiatriques et à travers un processus rigoureux et scientifique, on ne tarderait pas a découvrir le pot aux roses enfin et prendre conscience que dans chaque société, chaque pays, chaque nation, nos lois et nos connaissances découlent plus de l’arbitraire que de la raison, et que notre ignorance de ce que nous sommes est encore dominante et explique d’ailleurs tous les dysfonctionnements politiques, sociaux et biologiques aussi, bien plus que ne serait capable de l’expliquer un corpus marxiste de lutte des classes, d’économie politique, ou de matérialisme historique.

    Tenez, un simple exemple…. aujourd’hui…pas que dans les médias et les prises de positions politiques …mais plutôt dans les nouvelles  »avancées sociale »s et nos prises de consciences collectives autour des problématiques de  »genre »…. des mouvements féministes plus exactement, on tente de faire passer le message que l’homme le masculin en particulier, serait le seul atteint plus gravement en tous cas de toutes sortes de dysfonctionnements mentaux et biologiques intrinsèques à sa masculinité en plus de sa culture machiste héritée …. or, ce qu’on ne dit pas, est que les femmes sont atteintes tout autant de dysfonctionnements qui soient tout aussi graves mais propres a elles, et que les deux sont en réalité deux porteurs de maladies mentales profondes inhérentes pas seulement a leur culture, mais a leur biologie et leur constitution biologique ! point final ! Mais alors que les deux peuvent commettre toutes sortes de crimes ordinaires de manière tout a fait égale et égalitaire, s’exercer a toutes sortes de violences psychologiques et de chantages émotionnels, faire subir des calvaires a leurs partenaires et toutes sortes de violences insupportables…et on ne parle pas de violences physiques ici, on décrète on dirait que les hommes sont seuls capables des pires outrages a leurs conjointes, et que ces dernières n’en sont pas capables envers leurs conjoints ! ceci est fondamentalement faux bien entendu, mais on attendra quelques décennies et quelques siècles lorsque toutes les pressions politiques, les dogmes, les cultures et les pratiques sociales auront changé, afin de décréter enfin que personne n’est jamais tout a fait blanc et innocent dans ces histoires de couples ! et qu’en notre époque en particulier, a cause des avancées du mouvement féministe pourtant indispensable et utile…, on a souvent puni des hommes innocents au nom de doctrines pseudo  »féministes » qui soient dans l’air du temps, et qui s’imposent au coeur des institutions occidentales ….les  »plus avancées » nous dit-on a ce sujet….et pourtant…ce n’est rien d’autre qu’un dogme de plus et des règlements de comptes politiques de plus….comme il y’en a tant !

    Aujourd’hui, lorsque vous lisez les nouvelles, celles de guerres ou de faits divers ou de l’actualité en général, peu importe le support médiatique, son sérieux, sa coloration politique ou ses orientations… moi personnellement, je vois de la maladie mentale partout ! que ce soit au sommet des états et de la part de chefs d’états et  »d’exécutifs » peuplés d’élites et de figures  »marquantes’, ou influentes, ou alors au bas de l’échelle sociale qu’on cherche et tente d’expliquer par toutes sortes d’interpétations socio-politiques… la maladie mentale est pourtant omniprésente la aussi ! autant que dans les orientations politiques des plus softs aux plus extrêmes ou marginales, c’est on dirait une sorte de  »malédiction qui s’impose aux humains et leur impose la folie et leur ordonne de fabriquer des dogmes tous les jours pour s’en sortir… en plus de policer les rapports sociaux à l’extrême, lancer les chasses aux sorcières, et finir par criminaliser a outrance, a multiplier les  »lois » jusqu’à ce que toute vie en société devient quasi impossible et que seuls des dérangés mentaux et des psychopathes sérieux arrivent a naviguer dans tout ceci et en sortir gagnants…pendant que les moins atteints mentalement et les moins malades constituent des majorités dociles qui se fient aux lois et aux dogmes et se soumettent a tous les diktats pour vivoter en paix…et ne pas arriver a la moindre émancipation véritable !

    Aujourd’hui aussi, on assiste aussi à ces débats houleux et violents sur ce qu’on a décidé d’appeler ou qu’on connaît comme étant la communauté LGBTQ comme ayant totalement chamboulé les standards sociaux, ceux de genre, ceux de limites de la décence, ou encore ceux de l’intégration sociale de minorités…Or que l’on oublie souvent ce que la science est entrain de nous apprendre a ce propos, et qui se résume au fait qu’en plus de pathologies mentales sérieuses qui se manifestent dès l’enfance chez cette communauté particulièrement celle qu’on appelle du  »troisième sexe », la biologie nous apprend que ces gens sont tout a fait normaux et tout aussi humains que quiconque, avec leurs problématiques de santé mentales et leur excès, tout comme les hétérosexuels, et que ce tabou longtemps réprimé a de tout temps existé et cohabité parmi les humains partout au monde, et qu’aujourd’hui, il ne fait que réclamer ses droits tout comme ses dysfonctions au même titre que monsieur et madame tout le monde et qu’il ne soit pas dénué d’humanité pour autant ! et la encore, ce sont les standards politiques, juridiques et institutionnels qui peinent a suivre, car ne savent plus ou donner de la tête… et ceci va aussi loin que susciter des controverses profondes…comme lorsqu’on a permis a des transexuels originellement des hommes de compétitionner dans des équipes de femmes, et susciter l’ire et le scandale ou la stupeur de mouvements quelconques… ou lorsqu’on veut traiter des problématiques de violence de couples chez les homosexuels, de transgenre et de  »Queer » en gros… le tout se déroulant sous l’oeil de communautés entières choquées et  »indignées » que de tels phénomènes existent a la base….! et exerçant toutes sortes de pressions et de violences afin que ce tabou demeure en fait et soit contenu le plus possible avec le concours des politiciens ! ….En réalité, nous savons qu’aujourd’hui plus qu’auparavant par le biais de la science et de la biologie, que les hommes et les femmes ne diffèrent que par leur sexe et un ensemble d’interactions et processus inhérents a ce sexe dont les hormones et d’autres particularités… autrement, ce sont les mêmes prototypes humains, strictement et exactement deux être humains, ou deux animaux de race identique, comme peuvent l’être le mouton et la brebis et que chacun demeure obsédé par le sexe après tout, par la reproduction, par la multiplication et par les mêmes aspirations a vouloir enfanter et élever ses petits ! :)))

    il faudrait idéalement et pour commencer, établir un barème et une norme qui définit le pourcentage de maladie mentale sérieuse qui affecte une société quelconque, le pourcentage de son référentiel à la science, celui de son référentiel à la culture et aux dogmes religieux, politiques et autres…avant de pouvoir établir un constat et un diagnostic… et pourquoi pas mettre en place un test individuel et universel qui permettrait à tout un chacun de se découvrir a ce propos et sur cette base et peut-être arrivera t-on a repartir sur de bonnes bases afin de mieux agencer les connaissances directes et indirectes et toutes les connaissances acquises dans une vie pour faire avancer les causes diverses qui nous préoccuppent… et faire avancer les connaissances scientifiques, intellectuelles et philosophiques….bref….  »idéalement… je dis bien…car un tel scénario est encore très loin de nous en vérité ou qu’on ai la volonté de l’admettre ou le mettre en place !

    Enfin…j’avais juré de plus mettre les pieds sur le site…. tellement j’étais contrarié par la propagande et la maladie mentale de certains qui  »militent » eux pour des assassinats de masse et les guerres sous l’effet de la drogue de l’idéologie et des dogmes bidons de Poutine… mais j’ai fait une exception et je suis retourné vous lire mon cher Ysengrimus…m’en veuillez pas si j vous ai puni vous aussi en décidant de déserter les lieux…maisj’ai strictement rien contre vous et contre bien d’autres qui publient ici…je tiens a le souligner !

    Bien le bonjour chez vous ! ….. eh oui… chuis un peu hors sujet en qq sortes…mais je pouvais pas me retenir ! :)))

    Répondre
  • 4 juin 2022 à 17 h 41 min
    Permalien

    Dans ce contexte des limites de l’empirique… je veux bien donner un exemple assez insolite, celui du quartier ou j’habite….:)))… comme exemple parmi d’autres… et donc à propos de ce quartier, qui peut apparaître comme un quartier bien ordinaire, tranquille, quelconque et ennuyeux de…  »classe moyenne »…. sans histoires et sans trompettes… classe moyenne étant une fausse catégorie, et quasiment une hérésie inventée de toute pièce afin de catégoriser sommairement les populations selon leur  »revenu supposé » et leur standing social, eh bien, la réalité est tout autre, car dans mon quartier… »multiethnique »… que j’ai appris à connaître au fil des ans, il existe autant des millionnaires proprios de multiples immeubles à revenu et de commerces et qui vivent la-dedans sur leur rentes multiples en adoptant un profil bas et très discret…voir un style de vie négligé et a la limite dépouillé et presque misérable pour certains d’entre eux, que d’autres qui exhibent leur richesses et habitent tout de même le même quartier et surveillent les habitants du quartier et son développement à des fins spéculatives….objet de leur obsession et étant leur unique projet de vie en tout et pour tout on dirait…., que des gens et familles ordinaires travailleurs qui ne sont pas propriétaires mais des locataires, les plus nombreux, qui eux en majorité, sont aux prises avec obligations du travail et du dur labeur, des écoles et des difficultés pour élever des enfants dans un contexte d’inégalités croissantes et ingérables, et pour ne rien arranger, sont aussi en compétition pour sauver les apparences et garder la tête froide, certains en étant aux petits soins pour leur apparence et parfois leur autos qu’ils achètent des fortunes, souvent de gros véhicules familiaux et souvent jusqu’à trois véhicules par ménage sans qu’il y ait d’utilité pour la chose sauf une sorte d’obsession pour la ferraille qu’ils passent leur vie a vouloir parquer partout et peinent à gérer le stationnement surtout en hiver lors des grosses bordées de neige…bref, mais il y a aussi, d’autres locataires, des exclus, des dépouillés de tout, des familles en grosse difficultés financières, ou visiblement en tous cas… qui sont a deux doigts de se retrouver dans la rue au vu de l’inflation, du cumul de dettes, et doivent cumuler les jobs aussi pour s’en sortir…. doivent laisser leurs enfants jouer dans la rue ou dans les cours arrières sans surveillance constamment en étant absents tout le temps jusqu’à des heures tardives le soir, et ne peuvent même pas profiter du parc du quartier et ses infrastructures qui est fréquenté lui par des étrangers au quartier, parfois des gens plus a l’aise qui viennent y jouer des parties de tennis ou d’autres qui y amènent leurs enfants en auto pour y organiser des activités sportives… et donc en gros…dans ce fameux quartier tranquille et joli en apparence, il existe toute une faune de familles, de célibataires, proprios, locataires, québécois de souche, immigrants chinois, latinos ou arabes, dont la situation sociale peut être aux antipodes les uns des autres, mais cherchant tous on dirait à faire perdurer le mythe du rêve Canadien, feignant tous l’appartenance a la dite classe moyenne, cloisonnés et cernés par des quartiers chics, et souvent des baraques a plusieurs millions et dont le compte de taxes municipales exorbitant ne décourage pas pour autant les habitants a quitter ou se défaire de ces maisons vides, quelconques et moches…le plus souvent…bref, au fil des ans, mon quartier est devenu une sorte d’îlot privilégié de supposée  »classe moyenne » qui baigne dans le luxe des quartiers alentours plutôt cossus et inventés de toute pièce par une municipalité libérale aux choix et goûts plutôt suspects, en connivence avec des promoteurs immobiliers dont le moins qu’on puisse dire est qu’ils soient soit abonnés a la Mafia italienne, ou alors des promoteurs qui ont fait fortune ces dernières années seulement grâce a l’eldorado immobilier et la ruée vers le  »dézonage » qui vaut de l’or en barres… puisque tous les nouveaux quartiers chics pour millionnaires alentours n’auraient jamais vu le jour si le grand et immense terrain qui a servi cette cause, jadis vide et en friche appartenant a l’armée Canadienne n’avait pas été cédé pour deux sous aux promoteurs et aux municipalités et a la Mafia, sous l’oeil bien avisé de nos politiciens corrompu jusqu »a la moelle… qui eux coulent des jours heureux dans des quartiers exclusifs du vieux port, de l’ouest de l’île, du plateau, de westmount, ou encore de la rive sud et ses quartiers de manoirs flamboyants pour ploucs de la dernière heure …:))))

    Et donc quand nous lâche la grappe enfin nos hivers rudes et inhumains, que le printemps et l’été s’installent enfin, et que nos rues désertes pendant l’hiver commencent à retrouver un peu de vie enfin, notre quartier de  »classe moyenne » se métamorphose souvent si ce n’est systématiquemet en quartier de travaux publics permanents, en chantiers que les proprios s’affairent a retaper et rénover et espérer se débarrasser de leur locataires pour doubler les prix des loyers et ne pas trouver la moindre difficulté à les obtenir par de nouveaux locataires plein aux as, car notre quartier nous dit-on est «  »très recherché » et a en juger par les pamphlets publicitaires des agents immobiliers qui remplissent nos boîtes aux lettres a l’année longue… nous serions tous d’ailleurs dans leur collimateur, et ils croient que nous roulons sur l’or, et vont jusqu’à investir et imprimer recto verso des publicités sur papier cartonné et glacé comme de grosses cartes postales, les photos de baraques qui coûtent des millions, pour tenter de nous les vendre, ou encore, nous glisser d’autres pour nous inviter a les consulter si on devait vendre….etc… bref, il est vrai qu’ils n’ont aucun moyen de savoir réellement que 80% des habitants du quartier sont locataires, criblés de dettes, aux prises avec la depression, et qui continuent encore de s’endetter pour de la ferraille sur roues, et pour toutes sortes de crédits a la consommation, et que la seule alimentation doit représenter probablement 50% de leurs revenu a l’heure qu’il est avec la hausse des prix, et que les véritables millionnaires qui se cachent parmis nous, font la majorité de leurs courses dans les dollarama même pour des produits alimentaires, car j’en connais une poignée, et il y en a qui n’ont même pas d’auto et qui vous demandent de les déposer dans un supermarché ou une pharmacie lorsque découragés par des autobus qui passent aux deux heures et des arrêts de bus qui soient loins du quartier…et lorsqu’ils s’ennuient et que leurs locataires sont au travail, ils se rencontrent dans le quartier, le patrouillent à pied pour surveiller tout le monde, et parfois oser interpeller un locataire et lui demander en toute indiscrétion pourquoi et ce qu’il ne s’achète pas une auto plus récente que sa vieille minoune, ou investir dans l’immobilier, ou encore pire pourquoi ne pas déménager en région car il y aurait des jobs en pagaille et espérer s’en débarrasser ! :))))…. bref, car il y a cet aspect la aussi dans mon quartier, celui de la violation constante de la vie privée des autres de manière soft et a peine voilée, tout en sourir et en faisant semblant de papoter et parler de la dernière guerre ou de la dernière fusillade terrible aux états unis…etc…:)))

    Bref, dans mon quartier de  »classe moyenne », il n’y a rien qui soit authentique, rien qui soit rationnel, et rien qui soit cohérent ! c’est plutôt une sorte de favela chic du capitalisme Canadien, avec des proprios multi millionnaires pour la plupart analphabètes et du troisième âge qui s’accrochent comme des poux a leurs rentes et leurs revenus et qui compétitionnent entre eux de qui possède les plus riches locataires, possèdent des immeubles a revenu aussi loin que le centre ville, westmount et les quartiers les plus huppés de montréal sans jamais avoir mis les pieds dans une école de leur vie, souvent des grecs et des italiens et quelque québécois de souche, et plus récemment des arabes aussi… et dans cette broyeuse du capitalisme Canadien, soutenue par des armées de prolétaires, on voit venir ces dernières années de nouveaux acquéreurs Chinois en pagaille qui ne parlent ni français, ni vraiment anglais, mais comme nos grecs et nos Italiens balbutient dans un très mauvais anglais quelques mots a peine… mais maitrisent a fond le langage du capitalisme, les rouages de l’enrichissement dans l’immobilier, les prêts hypothécaires et certains vont jusqu’à transformer leurs nouvelles acquisitions et maisons jadis délabrées, en des temples de marbre et de granite en s’assurant de bien tremper le résultat de leurs mauvais goûts, afin d’afficher leur trophées dans les listes immobilières avec des prix triplés et quadruplés et qui ne trouvent aucun mal a trouver acquéreur tout aussi voraces et requins et arrivistes que ces derniers… et c’est a se demander si ces gens ont des vies a la base, puisque la leur est obsessive autour du fric, de la spéculation, le toc, et les calculs au cent près jour et nuit et comme me disait un ami, ces gens la dorment le plus souvent avec un oeil ouvert, et l’autre seulement qui soit fermé… et que ni la maladie, ni la précarité de l’âge ne viennent a bout ou les incite a vouloir changer de vie ou améliorer la leur… c’est une question de fierté et d’égo, de mentalité du capitalisme le plus abjecte, et d’arrivisme jusqu’au boutiste au point qu’ils peuvent couper les liens avec leurs propres enfants et leur familles….

    A chaque élection municipale donc, c’est une autre cuvée d’élus inconnus au bataillon et que personne ne connaît, de tous les partis politiques qui investissent le quartier avec leur pancartes et leurs pamphlets, leur noms bizarres et leurs provenances souvent lointaines, au point qu’il y’en a qui soient issus des laurentides ou de la rive sud, et personne n’est capable de vous expliquer pourquoi ils se présentent dans ce quartier et cette municipalité, pourquoi aussi et par quel miracle ou processus ils se retrouvent dans des municipalités ou si ça se trouve ils n’ont jamais mis les pieds ! Et pourtant, lorsqu’on réquisitionne l’école du quartier pour voter, on voit des gens de toutes les origines ethniques, les classes sociales et les horizons, des voisins qui ne se connaissent pas du tout et n’ont jamais eu l’occasion de la volonté de dire bonjour a leurs propres voisins sauf lorsque les enfants qui jouent ensemble les forcent un peu, …donc tous font la queue pour aller voter pour des inconnus, et le font un peu par crainte et croyance que s’ils ne votaient pas, ils tomberaient dans l’ilégalité ou commettraient des offenses a la loi…. et on ne sait quoi d’autre !

    Si avec tout ceci vous êtes toujours pas convaincu que les humains sont des malades mentaux avec de profonds troubles psychiatriques et que toute leur existence relève de l’arbitraire, leur lot dans la vie aussi, riches ou pauvres, instruits ou analphabètes, peu importe … c’est qu’il faudrait que je vous raconte un peu mon parcours au Canada, ou celui dans mon bled avant d’y immigrer…. ou encore, il faudrait que je vous décrive les rapports sociaux dans ma propre famille, une grande famille aux parcours insolites et qui pourraient faire couler beaucoup d’encre tant les misérables dépouillé de tout autant que les ministres ou les milliardaires s’y sont succédé et sy sont mélangé, l’arbitraire l’a souvent remporté face a la raison, et que rien, absolument rien ne pourra vous expliquer comment certains d’entre eux possèdent des jets privés, alors que d’autres n’ont même pas un toit ou un job décent alors qu’ils soient si proches et si unis par le sang et les origines et les parents et grands parents ! :)))) et je suis très sérieux en plus ! ….

    le marxisme donc n’explique pas tout, il a tenté d’expliquer et catégoriser et il a eu raison de le faire certes, en imaginant des moyens pour remédier aux inégalités… et rien que pour ça il a du faire face encore aujourd’hui a une véritable levée de boucliers et d’opposition féroce de la part des humains, ce bon vieux ou même moderne marxisme est en somme totalement incapable lui aussi de discerner que la maladie mentale grave et profondément enracinée dans le genre humain est elle par contre celle qui soit a l’oeuvre tous les jours dans le façonnement de nos vies, notre existence, nos choix et nos orientations et c’est elle aussi qui prévaut dans le façonnement de la modernité tout autant… et je vous donnerais raison de dire que rien que cette idée donne froid dans le dos… et résume a elle seule ces fameuses limites de l’empirique, et plus grave encore, les limites de toute idée de synthèse, de l’impossibilité quasi certaine de dresser des catégories en termes d’économie politique, et surtout de la prévalence de concepts autoritaires de  »l’état » …. ce concept tyrannique indispensable on dirait pour nos sociétés humaines, avec son lot inmanquable, inévitable et tragique d’injustices, d’inégalités et d’arbitraire lui aussi pour régir la vie des humains !

    Cordialement ! ….

    Répondre
  • 4 juin 2022 à 19 h 58 min
    Permalien

    Bien entendu, a travers cet exemple de mon quartier vous aurez compris qu’il subit comme tant d’autres et tous les autres le phénomène bien connu de  »gentrification », processus inévitable aujourd’hui et quasiment forcé, auquel mon quartier n’échappera pas, qui oblige les miséreux et les locataires, veut veut pas, a se précipiter tôt ou tard sur les ghettos !…. et il me semble que j’ai déjà abordé cette question de classes sociales contemporaines dans mes vieux commentaires en tranchant la question de manière tout a fait sereine : Aujourd’hui, il n’y a plus que deux classes sociales, les propriétaires et les locataires, les seconds étant bien plus nombreux et de plus en plus, jusqu’à ce que ce processus de gentrification finisse par faire émerger des villes violentes et criminalisées car trop inégalitaires, et tout ceci se fera et se déroulera devant un parterre de politiciens aux commandes qui se frottent les doigts et adorent ce genre de chaos social dont ils se nourrissent et sur lequel ils bâtissent leur carrières, leur fortunes, et souvent les mythes associés a leur personnes ! des politiciens soit dit en passant se trouvant être les fameux psychopathes et détraqués mentaux les plus sérieux qui avent justement naviguer cette belle époque, et en tirer le meilleur…. et donc a ce propos… et a propos de limites de l’empirique, j’en profite pour faire un clin d’oeil à l’actualité politique justement ….

    Je crois que nous avons tous vu hier comment nos médias détraqués mentaux et complices et surtout affabulateurs et escrocs se sont attardé longtemps sur le cas de Bernard Drainville, ce plouc arriviste soumis que je qualifie avec sa matrone et ex patronne Pauline Marois d’être les véritables tueurs de la mosquée, car je réitère encore une fois qu’Alexandre Bissonnette est totalement innocent des crimes qu’Il a commis, et qu’il les a commis sous l’influence et l’incitation a la violence de ces deux ploucs de la politique d’extrême droite et du parti fasciste par excellence le parti Québécois…. bref, il est devenu a ce point classique, flagrant et désolant de voir comment un détraqué mental et profiteur du système comme Legault aujourd’hui a la tête de la CAQ fait appel sans complexe au tueur de la mosquée pour l’intégrer a son parti a la veille des élections pour pouvoir espérer gagner les élections ! incroyable mais pourtant vrai et cynique !….. ceci n’est que la partie émergée de l’iceberg, car en plus de vouloir dire que Legault sait pertinemment que pour augmenter ses chances de remporter élection il veut ratisser large au sein de son électorat xenophobe en cooptant le tueur de la mosquée…qui votera sûrement pour lui une fois cette coalition de psychopathes est mise en place sous prétexte de défense de la langue française et des  »valeur québécoises »…. bref, en plus de cela, cela sous entend surtout et révèle la haine et la guerre invisible et souterraine que mènent tous ces fossoyeurs et charognards de la politique envers les minorités et qui au font, sont très profondément dégoûtés et choqués a l’idée que d’autres communautés culturelles puissent  »se partager ce Québec, terre de leurs aïeux… » avec eux… aïeux qui soit dit en passant ont dû attendre plus d’un siècle et demi ou 1984 pour être reconnus comme patriotes…bref, un racisme souterrain terrible, une haine profonde qui sort des tripes, un dégoût et un mépris sans pareil pour les minorités… surtout les dites  »musulmanes » et arabes, mais pas que elles en fait…. bref, de Lucien Bouchard, toujours actif dans le champs de la masturbation collective autour du nationalisme,en passant par le défunt parizeau, ou encore le défunt Landry qu’ils ont transformé malgré lui en épouvantail, jusqu’aux ploucs successifs qui roulent sur l’or de cette époque et qui se soient succédés sur ce Parti Québécois comme dans une partouze abjecte et scatophile ou l’on n’hésite pas a se chier les uns sur les autres, ou manger la merde des autres volontiers, derrière la fausse bannière de la souveraineté, tous sont alignés aujourd’hui, au dessus de leurs montagnes de dollars, de biens immobiliers, d’acquisition diverses et de pouvoir absolu et tyrannique… et pire que ceci, sont encensés et célébrés par les journalistes de Radio Canada, de TVA, de la presse et des autres de la ville de Québec ou de Sherbrooke et de partout sans le moindre complexe ou volonté de les exposer ou défendre la population…. bref… a chaque election bidon bien entendu, le cirque se met en branle…je me demande d’ailleurs comment ils ont fait our ne pas coopter Marois elle aussi et la recycler dans la CAQ…sans doute Madame est devenue trop prestigieuse et hors de portée pour eux, aujourd’hui elle cultive son mythe a l’écart comme la duchesse du PQ,…bref donc, le but ultime de tout ce cirque est de vouloir réveiller de vieux instincts xénophobes chez la population, celle en tous restée en marge et n’ayant pas profité des largesses des coffres plains a craquer de la belle province….pour les inciter a voter pour eux, et leur faire miroiter promesses et merveilles, comme leur assurer des jobs en or dans le circuit fermé du Québec inc, comme d’habitude, dans les universités, dans la fonction publique et partout ou il y a du jus…. et leur assurer des retraites en or, sur le dos d’immigrants affectés au bas de l’échelle…. et si vous les confrontez avec tout ceci, ils vous diront que vous mentez, car les immigrants sont très bien intégrés et sont riches et occupent des fonctions importantes….en s’attardant sur le cas de quelques exceptions !

    Bien entendu, il est inutile de dire qu’un tel modèle de gouvernance, de compromissions, de scandales permanents, de corruption stratosphérique et de xénophobie électoraliste….n’a strictement rien avoir avec la défense de la langue française…et a plus avoir avec les carrières et les portefeuilles de ces goujats et psychopathes qui peuplent les partis politiques et la presse ou les médias ! comme il est inutile de préciser que ce modèle est voué à l’échec que ce soit sur ses pseudo objectifs de défense du français, alors que l’on sait que la majorité ont leur enfants inscrits dans les écoles privées anglaises, ou francophones mais avec une fâcheuse tendance a privilégier l’anglais… ou que ce soit sur le plan politique et social en général, puisque tous ces politiciens servent de courroies de transmission entre les différentes mafias de l’immobilier et de la construction et celles de l’administration qui leur obeissent !

    les limites de l’empirisme dans ce cas-ci devrait nous inciter a appeler le Canada non pas un pays développé, mais faisant partie du tiers-monde, volontiers ! un pays hautement corrompu et traversé par toutes sortes de mafias transnationales qui contrôlent autant le politique que l’administratif que le judiciaire que l’économie surtout et fait comme bon lui semble… en dilapidant volontier les deniers publics par milliards dans les fiascos que pour enrichir les tinamis et les cercles d’initiés sans scrupules qui parlent de  »patriotisme’, et de nationalisme…. et le comble, est qu’ils ont tous des visages angéliques, se font passer pour des citoyens très respectables et qui croient au mérite et se livrent à toutes sortes de discours, de sérénades, de défilés, de pose pour des portraits, de mythes perso et de foutaises pour vendre des profils de  »serviteurs de la nation »…. on est mort de rire ! … si le moindre état de droit était de mise au Québec ou au Canada, ils seraient tous entrain de croupir en taule, dans les prisons en compagnie des hells angels qui sont des enfants de coeur a côté ! :)))

    Amicalement tout de même….

    Répondre
  • 4 juin 2022 à 20 h 20 min
    Permalien

    les limites de l’empirisme devrait surtout s’intéresser à ces hordes de faux journalistes qui sont légion au Canada et au Québec et qui ont déshonoré cette profession au plus haut point et a tel point qu’ils n’ont plus rien a envier aux lessiveuses du régime soviétique…et puisque leur mission principale est celle de  »désinformer » le public au lieu de l’informer…et qu’ils y ont pris tellement goût et l’habitude qu’il ne serait pas faux de dire que ce sont eux qui mériteraient de paraître devant des tribunaux et des cours martiales…. et si jamais vous leur posiez la question a titre privé pourquoi ils font tout ceci…ils vous diront que c’est pour conserver leur job et ne pas se faire virer comme des chiens…alors que c’est totalement faux, car bien en admettant qu’il n »existe aucune liberté éditoriale ou la moindre en tous cas dans ces temples de l’escroquerie de l’information tyranniques, il n’y a pas un seul qui s’est fait virer et a pu émerger dans les médias alternatifs pour révéler les dessous de ces fausses institutions de presse ! les seuls qui se soient fait virer sont des xénophobes encore pire que nos amis, a qui on a pas permi d’aller plus loin et se sont donc rabattu sur les radios poubelles ou les médias alternatifs pour vider leur sac de haines diverses et tout aussi abjectes en guise de  »confidences » et de liberté d’expression !

    Quel gâchis en effet ! ….

    Répondre
  • 4 juin 2022 à 20 h 57 min
    Permalien

    Je me suis relu et je suis mort de rire… il aurait fallu qualifier Marois de psychopathe qui cultive une sorte de Mythe de Jeanne d’arc du Québec de souche…. martyre sur l’autel et la croix des valeurs québécoises, elle a perdu les elections comme une héroïne selon eux… encore une fois a cause du vote  »ethnique »…:)))) et il fallait la voir et l »écouter lors d’émissions qui lui sont consacrées comme s’il s’agissait d’une personnalité hors normes, comment elle joue cette comédie et développe son mythe en carton devant un parterre en réalité de vieux schnocks xénophobes qui soient les seuls a la respecter ou lui prêter la moindre attention pendant que les médias racistes du Québec insistent pour lui rendre des hommages nuls et non avenus tout le temps et lui consacrent l’antenne comme si elle a réalisé on ne sait quoi… alors que tout le monde sait que son mandat fut une véritable catastrophe autant sur le plan économique, que sur les scandales de dilapidation de deniers publics dans des projets aux tinamis et un nombre incalculable de failles et d’échecs sur tous les plans politiques, sociaux, économiques et même ceux de la langue française ! :)))) ahhhh ces journalistes !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *