Plaidoyer pour une Rationalité ordinaire

The-Missing-Puzzle-Piece

.

YSENGRIMUS — Il faut être rationnel. Voilà une valeur que plusieurs d’entre nous endossons ouvertement. Perso, je m’en réclame à fond et en vit, de l’éducation de mes enfants à la mise en place de tous les détails articulés et mobiles de mon armature idéologique. Mais qu’est-ce que cela veut dire exactement être rationnel? Quand on s’y arrête une minute, c’est pour se rendre compte que c’est moins directement palpable ou formulable qu’on se l’imagine de prime abord, cette affaire là. Oh, on comprend, d’une façon toujours un petit peu impressionniste, que cela signifie de garder la tête froide, de ne pas s’emporter ou s’emballer, de jauger toutes les implications d’une question, de mirer toutes les facettes d’une réalité, d’envisager toutes les avenues, de procéder avec méthode et sens critique, en gardant l’esprit bien ouvert. Mais, bon, la Rationalité ne se restreint pas au calme, au stoïcisme, au doute méthodique et à la saine systématicité contemplative. Il s’en faut de beaucoup. On semble ici énumérer plus les heureux symptômes de la chose Rationalité que procéder à la description de la chose même, dans son essence irréductible (si tant est…). Alors, en plus, pour faveur, évitons ici, si vous le voulez bien, sur une surface si brève et si directe, de nous gargariser triomphalement avec les acquis de la pensée scientifique. Il ne s’agit pas spécialement de les questionner séant, ces louables acquis, ni de dénoncer certains de leurs éventuels provignements irrationnels, positivistes ou autres, mais, plus simplement, d’éviter de s’y enfouir, s’y perdre et, plus prudemment, de voir à ne pas les sacraliser sans contrôle critique. On reparlera éventuellement de science et de scientisme. Pour le moment, laissons là, si vous voulez bien, la susdite science des scientifiques, des naturalistes et des laborantins et concentrons notre attention sur la gnoséologie, c’est-à-dire sur l’observation toute prosaïque de la pensée ordinaire dans les conditions matérielles et intellectuelles de la vie courante. Et, dans cette perspective mondaine, usuelle, regardons un petit peu à quoi peut bien ressembler cette Rationalité ordinaire que nous chantent tous les aèdes de la grande tapisserie polychrome du Bayeux foisonnant de l’argumentation vernaculaire.

.
.
.

Principes

On va formuler nos principes définitoires ainsi, sans rougir:

(Donné) Empirique: l’ensemble des faits perçus ou perceptibles par les sens. Notion ontologique (procédant de la description de l’être), l’Empirique renvoie à ce qui est effectivement perçu ou directement perceptible. Au sujet du monde immédiat, nos sens sont grossièrement fiables. Ils nous trahissent certes, nous jouent des tours de ci de là assurément, mais en gros, ils tiennent la route. Francis Bacon disait que les sens sont un miroir déformant. Déformant, oui, oui, mais cela reste un miroir. On finit par développer l’aptitude de le redresser mentalement. L’Empirique ne s’oppose d’ailleurs pas au susdit mental mais bien au Non-Empirique (qui, lui, est mental OU matériel — et ce sera le Non-Empirique qui sera le problème central sur lequel la Rationalité aura prise). Il est effectivement capital de noter qu’une portion importante du Non-Empirique existe matériellement, simplement, hors du champ sensoriellement perceptible. La planète Jupiter (trop grosse et trop lointaine pour nos sens), un électron (trop petit pour nos sens), la tombe de Mozart (non localisée), l’original de Roue de bicyclette de Marcel Duchamp (perdu), le bruit de l’arbre tombant dans la forêt quand tu n’y es pas (et qui laisserait une trace sur un appareil enregistreur même en ton absence) sont des objets matériels qui ne sont pas (soit plus soit pas encore) des objets empiriques. Le Non-Empirique est le terrain privilégié sur lequel on se prend à raisonner… Tant que je cherche ma voiture dans le stationnement et ne la trouve pas, elle n’est pas empirique et alors… ouf, qu’est-ce que je gamberge, qu’est-ce que je corrèle. N’est empirique que ce qui est perçu par un ou plusieurs des sens ou immédiatement perceptible. L’Empirique fluctue avec la perception. Il est l’ondoiement tourbillonnant des visions, des sonorités et des odeurs. Jupiter, en pointant le bon télescope au bon moment, devient empirique. Elle n’est alors perçue que partiellement… comme absolument tout ce qui est empirique. Pour résumer, l’Empirique, c’est ce qu’on montre.

Rationalité (d’attitude ou de méthode): Attitude consistant à assoir la connaissance du Non-Empirique sur des démonstrations corrélantes, éventuellement vérifiables. Notion gnoséologique (procédant de la description de la connaissance), préférable à son vieux synonyme plus ambivalent de raison (celui-ci est souvent confondu avec les causes objectives ou les motivations subjectives), la Rationalité est au départ, une méthodologie ordinaire procédant d’un comportement d’ajustement compréhensif aux fluctuations de l’Empirique et ce, avant toutes choses, savoirs, ou connaissances indirectes. C’est là une activité si prosaïque et si courante qu’on la perd involontairement de vue. Tu aperçois ton meilleur ami au bout du chemin. Il te semble petit comme un insecte, pourtant tu ne t’en inquiètes pas. Le voici qui te serre contre lui. Vos visages sont très près. Il te semble un vrai géant, mais cela ne te terrorise pas. Tu ne le vois plus. Il est en retard à votre rendez-vous. Tu ne le crois pas disparu à jamais pour autant, malgré le néant que t’en montre ton œil. Oh, il arrive enfin, mais c’est la nuit noire. Il t’appelle. Tu ne le vois toujours pas, mais tu entends sa voix. Tu conclus à sa présence proche, malgré la finesse plus exagérée de ton oreille. Sa voix ne s’est pas séparée de son corps. Tu effectues la même prise de position implicite s’il te téléphone. Tu ne constates pas ces choses. Sur le coup, tu sembles même constater le contraire mais tu sais, sans doute possible, dans ces deux situations empiriques (arrivée en pleine noirceur ou coup de téléphone), que sa voix et son corps sont restés unis… Dans tous ces cas simples, ta Rationalité t’a fourni une connaissance supérieure à celle de tes sens. Ceux-ci nous guident très grossièrement. Ils nous sondent et nous tâtonnent le monde en première approximation. Mais, fondamentalement ajustante, notre Rationalité ordinaire redresse leurs distorsions inévitables, louables certes, jouissives parfois, mais fallacieuses. La Rationalité est une attitude ou méthode acquise pratiquement et qui apparaît tôt dans notre développement mental et social. Sans elle, on se prendrait vite les pieds dans le monde empirique. Pour résumer: la Rationalité s’approprie ce qu’on démontre.

Irrationalité (d’attitude ou de méthode): Attitude consistant à asseoir la connaissance du Non-Empirique sur des pulsions certifiantes de l’affect, ou des croyances traditionnellement reçues, mais, dans les deux types de cas, irréversiblement invérifiables. Notion gnoséologique, l’Irrationalité trouve sa lointaine origine dans le fait qu’un certain nombre de sensations fugaces mais tangibles n’ont pas d’existence matérielle objective. Ce sont, entre autres et pour ne nommer qu’elles, les images mentales oniriques, éthyliques ou hallucinatoires, souvent très intenses, susceptibles de nous susciter les plus vifs sursauts vespéraux ou nocturnes, mais sans fondement mondain (le monde de l’imperceptible… englobant, sans s’y restreindre, le monde de la fiction et de l’imaginaire intersubjectif). Que je te raconte l’anecdote de mon vieil ami Robert. Robert nous arrive un matin au cégep (c’était circa 1975-1976). Il avait rêvé, la nuit précédente, à une femme adorable qu’il ne connaissait absolument pas et qui lui avait laissé une très profonde impression amoureuse. Il nous jura, corps et âmes, que si jamais il rencontrait cette sublime inconnue, il la marierait. Je me souviens clairement qu’il la chercha même un moment, sur la foi (noter ce mot) de l’interprétation biblique des rêves ou songes comme messages censés servir à nos interprétations du monde. Revu des années plus tard, Robert me confirma n’avoir jamais trouvé sa femme de rêve dans le monde et il admit que son existence empirique était, pour dire la chose pudiquement, irréversiblement invérifiable. Je n’ai pas besoin de m’étaler sans fin au sujet du poids des croyances traditionnelles et des pulsions de l’imaginaire sur la distorsion irrationnelle de notre compréhension du monde. Il fut un temps où nous prenions notre ombre pour un esprit nous suivant partout et où nous en avions peur. Avoir peur de son ombre cristallise aujourd’hui toutes les particularités intellectuelles et émotionnelles de l’Irrationalité. Croire au Père Noël aussi. C’est pour cela que l’enfant devenant adulte n’y renonce pas toujours de bon gré.

.
.
.

Le débat implicite entre Empirisme et Rationalisme dans la pensée ordinaire

En effet, les objets invisibles et destinés à être saisis par la seule pensée ne peuvent être perçus que par démonstration. Faute de démonstration, à quel regard apparaîtraient-ils? Baruch de SPINOZA

L’Empirique et le Non-Empirique frappant ou sevrant nos sens (rapport à l’objet), la Rationalité et l’Irrationalité appréhendant et organisant ces perceptions effectives ou illusoires (rapport à la méthode) vont nous mener directement au lancinant débat des ***ISMES. Un ***ISME c’est une doctrine (souvent, mais pas toujours, une école philosophique explicite, localisée historiquement) qui promeut la prépondérance de la catégorie philosophique formulée en lieu et place du ***. Systèmes de philosophies vernaculaires ou institutionnelles, les ***ISMES s’appliquent soit en ontologie (dictant alors le principe fondateur de l’être. Exemple: Atomisme, prépondérance existentielle de l’entité atomique), soit en gnoséologie (dictant alors le principe fondateur de la connaissance. Exemple: Scepticisme, prépondérance méthodique du doute).

La tradition de la philosophie moderne (16ième–21ième siècles) nous a laissé sur les bras, entre autres, une tension assez constante entre Empirisme (doctrine promouvant la prépondérance des données sensibles, le primat de ce qui est montré – le champion en la matière: John Locke) et Rationalisme (doctrine promouvant la prépondérance du raisonnement corrélant, le primat de ce qui est démontré – champion en la matière: Baruch de Spinoza). Comme souvent dans ce genre de débat fondamental, des tendances dites radicales ou unilatérales cherchent à carrément éliminer la catégorie non-retenue (l’Empirisme radical nie tout statut à la démonstration —Trust only what you see— tandis que le Rationalisme radical nie tout statut à la monstration —Think! think! What you see is not what you get—). Mais aussi (surtout…) il s’avère que des versions conséquentes ou dialectiques de ce débat retiennent les deux catégories, tout en cherchant à formuler laquelle des deux dites catégories établit sa dominante sur l’autre. Les deux catégories en causes ici sont: LE MONTRÉ versus LE DÉMONTRÉ. Et, selon cette analyse, le débat fondamental entre Empirisme et Rationalisme se résume comme suit:

Empirisme radicalN’existe que ce qui est perçu, ou montré.

Empirisme conséquentCe qui est montré prime sur ce qui est démontré.
Rationalisme conséquent: Ce qui est démontré prime sur ce qui est montré.

Rationalisme radicalN’existe que ce qui est démontré.

S’il est vite loisible de rejeter les extrêmes pour leur unilatéralité excessive, il s’avère vite aussi que le débat central, le débat conséquent, s’articule, lui, de façon beaucoup plus problématiquement complémentaire. Tout en jugeant qu’Empirisme conséquent et Rationalisme conséquent sont appelés en alternance (y compris dans l’histoire de la philosophie) à connaître leur moment de gloire lumineuse, on se doit d’en conclure qu’une saine méthode, analysant même les situations les plus élémentaires, arrive difficilement à se passer de ces deux dimensions compréhensives et/ou de leur articulation motrice.

.
.
.

Méthodologie critique de la Rationalité ordinaire

Avant d’arrêter notre méthodologie critique de la Rationalité ordinaire, la définition d’un ultime ***ISME s’impose, attendu sa présence indécrottable au sein de nos traditions de pensée.

Irrationalisme: Promotion de l’Irrationalité. Ce qui est cru par la communauté, ou senti intuitivement par l’individu, prime à la fois sur ce qui est montré et sur ce qui est démontré.

Fondement de l’Intuitionnisme d’Henri Bergson (cette fausse troisième voie entre sensation observante et raisonnement corrélant) autant que des différents mysticismes anciens et contemporains, l’Irrationalisme, c’est la doctrine à froidement combattre si on se donne comme objectif une compréhension adéquate du monde naturel et social. Sa résurgence dans le cloaque odoriférant de l’errance intellectuelle présente est formidable et fort corrosive. C’est que la pensée contemporaine dort ouvertement au gaz et ce, d’une façon bien peu compatible avec le flot tonitruant d’informations qu’elle croit dominer mais sur laquelle elle se fait ballotter comme esquif en tempête. En démarcation ferme avec cette débilitante tendance des temps, notre définition de la Rationalité ordinaire dispose maintenant de tous ses postulats et se complète méthodologiquement ainsi:

Rationalité (d’attitude ou de méthode): Attitude consistant à asseoir la connaissance du non-empirique sur des démonstrations corrélantes, éventuellement vérifiablesLa méthode habituelle de telles démonstrations vernaculaires consiste à avancer une étape de découverte de l’Empirique procédant d’un Rationalisme conséquent (doute méthodique sur la base critique d’expériences et/ou de connaissances indirectes engrangées – Je vois bien mais…) préférablement complétée d’une étape descriptive procédant d’un Empirisme conséquent (nouvelles observations vérifiantes/falsifiantes permettant de passer d’une démonstration non-empirique à une preuve empirique). En évitant les écueils «vulgaires» du bon sens obtus (Empirisme Radical) et de la ratiocination byzantine (Rationalisme radical), la Rationalité combat avec constance l’Irrationalisme, le contrôle, lui fait face, lui tient tête, le cerne, le circonscrit, mais, dialectique et conséquente en tous ses débats, elle ne se prive en rien de la saveur suave et mystérieuse de l’Irrationalité, en la reléguant respectueusement aux mondes du rêve (au sens onirique ou thérapeutique), de l’hallucination pathologique ou récréative, des grandes et sublimes envolées passionnelles, de la métaphore inspirante, de la fiction et de la production artistique.

Et, surtout, passez le mot, plus que jamais en ces temps de luttes mondiales, de conflagrations informatives et de renouveau social: il nous faut être rationnels.

.

Tiré de mon ouvrage, PHILOSOPHIE POUR LES PENSEURS DE LA VIE ORDINAIRE, chez ÉLP éditeur, 2021.

.

11 réflexions sur “Plaidoyer pour une Rationalité ordinaire

  • Ping : Plaidoyer pour une Rationalité ordinaire « Le Carnet d'Ysengrimus

  • 2 septembre 2022 à 11 h 09 min
    Permalien

    Ok, il faut appliquer ce concept: ‘ LET IT BE ‘ la sagesse quoi!

    Répondre
  • 3 septembre 2022 à 17 h 45 min
    Permalien

    Hello Ysengrimus,

    Sans vouloir m’opposer a l’esprit de ce billet…fort éclairant…pour ma part, je préfère mettre cette rationalité ordinaire théorique dans un contexte plus large qui soit social et politique…Ainsi, on arrive a établir que toute rationalité aussi ordinaire soit-elle n’est que relative, conséquente et reliée a un type et genre de société donné. la rationalité ordinaire chez les peuples dominants ou dans une société ou une caste dominante par exemple repose sur ces rapports de force et de fait accompli par rapport aux dominés… et donc toute la réalité fort malheureusement ne repose que sur ces rapports fortement déséquilibrés et joué d’avance sur le plan social et politique. Par exemple, la rationalité ordinaire de sujets Africains du peuple se réclame plus de la soumission, de l’anarchie, de l’arbotraire, voir de l’absurde …face a celle de sujets européens ou Nord américains qui eux  »ont le luxe » de s’approcher du concept de rationalité ordinaire plus apaisée et réfléchie… jusqu’à s’en servir d’arme a multiple tranchants très pragmatique pour conserver les acquis ou privilèges sociaux et politiques dans leur cas. De même pour les classes sociales, la rationalité ordinaire d’un bourgeois bien établi et bien dans ses pantoufles, tranche radicalement avec celle du prolétaire qui doit batailler pour n’importe lequel de ses droits élémentaires et sa dignité !

    Bon c’est sûr que vous pouvez m’arrêter net et me dire que je suis hors sujet… mais je ne peux m’empêcher de relier la question de la rationalité sociétale a ses conditions élémentaires politiques et sociales d’existence et d’évolution … on y revient tout le temps ! On pourrait citer le cas d’organisations ou d’entreprises tout autant, ou d’individus et de familles ! Tenez, sans vouloir porter de jugement, sans méchanceté ou populisme aussi ou volonté de déballage a deux sous…j’ai connu dans ma vie des gens influents qui pourraient passer pour des  »idiots » presque devant le commun des mortels…(excusez le terme) dont toute la famille souffre d’une certaine forme de saturnisme apparent et établi, mais étant bien né, et éduqué dans les meilleures écoles, ils ont pu se promouvoir socialement, économiquement et se faire des noms et des carrières fulgurantes…, ayant su conserver une rationalité ordinaire de bourgeois, voir de seigneurs ou de notables, et  »une politique commune » dans l’unicité familiale qui les avantage et defend leur intérêts… alors que sur le plan intrinsèque, psychologique et individuel de chacun de ses membres, sur le plan humain, familial et affectif, leur vie ne fut qu’une accumulation de souffrances, d’erreurs et de mauvais choix.. qui ne les ont jamais servi !
    et lorsque vous comparez cet exemple avec d’autres gens que j’ai connu qui pourtant soient doté de traits d’intelligence fulgurante et de capacités intellectuelles et qualités humaines au dessus de la moyenne, mais dans le contexte politique et économique et social pourri… sont tombé les uns après les autres au  »champs de bataille » social comme des mouches ! certains ont terminé dans les plus affreuses situations dont personne n’aurait suspecté cette fin atroce !

    morale de l’histoire pour ma part, il n’existe en réalité aucune rationalité ordinaire qui ne soit reliée et forcée de l’être au contexte socio-politique, économique et humain de chaque société ! cette rationalité ordinaire se développe, se transmet, se dote de ses propres outils et mécanismes de défense et d’autres mécanismes offensifs presque toujours de manière indépendante et au cas par cas ! on a beau vouloir et savoir discerner entre le rationnel et l’irrationnel… mais nous savons aussi que l’arbitraire est celui qui domine ou influence fortement notre rationalité ordinaire après tout !

    Content de vous retrouver … et déblatérer en ces temps moroses ou l’humanité ne représente plus que l’ombre d’elle même ! :))

    Répondre
  • 3 septembre 2022 à 21 h 08 min
    Permalien

    Merci habibi…. également ! Bien entendu, vous connaissiez par coeur tout ce que vous raconte ici mon cher…et c’est pas moi qui vous l’apprendrai ! :)))

    Mes meilleurs et sincères Voeux de santé, de joie, de bonheur familial et pourquoi pas de prospérité a vous mon cher…. en cette rentrée que nous espérons tous sera porteuse de meilleures nouvelles…. mais aussi au grand manitou du blog et serpent a sonnettes  »inoffensif » Robert Bibeau…:))) que je n’oublies pas pourtant…malgré toutes ses guerres et croisades du passé…snif…!

    Répondre
  • 4 septembre 2022 à 19 h 47 min
    Permalien

    Mine de rien, cette histoire de rationalité de survie et de prédation qui colle au genre humain me renvoie a l’intro d’une série télé que je ne n’ai jamais complété ni eu le moindre intérêt a le faire…, il s’agit de  »House of Cards » avec l’acteur et personnage principal Kevin Spacey,  »Francis Underwood » briguant le rôle principal de secrétaire chien de faience parmi d’autres a la maison blanche qui mène un combat sans merci pour conserver son poste et se promouvoir contre ses ennemis dans le carriérisme et la course vers le poste de vice president et plus tard président des états-unis…vous l’aurez compris une satire bien écrite des dessous de la politique pourrie au sein de la maison blanche, qui ouvre la série dans le tout premier épisode avec cette expression restée célèbre :  »it’s a food chain, either you hunt or be hunted » :)))… (pour ceux qui comprennent pas l’anglais  »c’est une chaine alimentaire, soit vous chassez ou devenez la proie de la chasse »…. qui a l’époque concordait tout a fait avec mes convictions sur la société humaine et ma propre expérience avec le genre humain donc expression qui est restée un peu gravée dans ma mémoire aussi. …:)))

    Cette histoire de rationalité ordinaire d’ailleurs me renvoie aussi au parcours de chacun de nous dans la vie…a différentes étapes de celle-ci….et du comment se forge la personnalité, les convictions, les choix que nous faisons et le l’influence de l’environnement sur notre parcours personnel… empruntant a la rationalité ce qui nous preserve et preserve nos maigres acquis, et faisant le choix a chaque étape de poursuivre des principes tout a fait louables ou alors celui de poursuivre nos instincts primaires et ceux de prédation ! il faudrait donc se demander si la rationalité est quelque part aussi, une mangeoire de tous les râteliers qui reçoit le fourrage pour tous…un peu quoi !:)))

    Petit exemple marrant a ce propos d’un phénomène dont j’ai pris conscience au fil de mes expériences, rencontres, lectures et autres errements dans ce bas monde ! :)) Nous avons tous grandi avec l’idée très naïve que nous citadins étions plus malins et plus  »évolués » que nos pairs paysans dans les campagnes, les montagnes et les endroits reculés ! particulièrement dans les pays arriérés comme le mien… Or que je n’avais pas encore vu comment ceux d’entre eux atteint par la fièvre du capitalisme se transformaient en champions toute catégories de ce dernier lorsque l’occasion se présente ! même s’il y a certes un facteur important et décisif d’absence d’égalité des chances dès le départ, eh bien ce facteur ne fera qu’accentuer l’intelligence et la volonté de  »réussir » a tout prix pour de nombreux ressortissants de nos campagnes. Ainsi vous en trouverez des tonnes qui soit étant resté au pays et migré vers les villes, la plus part soit émigré en Europe, au moyen orient du Golf arabique riche et prospère, ou alors en Amérique du nord Canada et USA via une loterie d’immigration américaine a chaque année pour beaucoup d’entre eux…. bref, je ne parle pas ici des matheux qui soient nés dotés de dons et d’intelligence fulgurante de naissance et qui réussissent par le mérite et ils sont très nombreux, mais je parle de majorité de gens au QI très moyen peut-être mais dont la prédisposition a apprendre vite, focuser sur le fric, le business et aux très grandes facultés d’adaptation a la modernité et a la technologie. Eh bien aujourd’hui, ils peuvent vous en boucher un coin de comment ils se sont constitué des fortunes et des patrimoines des plus conséquents sans l’aide de personne en sachant naviguer et nager dans le capitalisme mieux que quiconque…. et ils ont l’air très heureux en plus ! :))) et je ne parle pas que de mecs….car faut voir les femmes ! des batailleuses certes, mais des plus pragmatiques et des plus belles aussi qui une fois sortie de son village moyenâgeux vous ne l’attrapperez plus ! certaines sont désormais au sommet de la chaine alimentaire et promeuvent un féminisme de prédation et de capitalisme comme leurs homologues championnes occidentales dans la filière ! mais encore mieux aujourd’hui avec l’industrie de la pub, du show biz, des médias sociaux et d’internet, certaines sont parvenues a se hisser au rang de stars au cœur même de l’occident tout en assurant a leurs millions de fans féminines et dans la fleur de l’âge que rien ne vaut de pourrir sa vie avec un mec du bled quelque soit son rang, ses qualités ou ses avances… la tendance aujourd’hui est a se construire, se projeter et s’émanciper dans le blingbling occidental toute seule, avec la règle de ne prendre pour amant, mari ou conjoint que ceux qui soient très dociles, se plient aux règles de Madame tout le temps et soient eux mêmes générateurs de business ou orientés fric a gogo de toute façon ! Bref, j’exgère un peu le trait peut-être, mais veut veut pas, les nouveaux métiers du capitalisme promeuvent l’auto emploi et l’auto entreprise individuelle, bling bling,  »ambitieuse », tournée vers soi et narcissique, et qui se trouve devant une palette impressionnante d’opportunités sur le net, les médias sociaux ou le commerce en ligne….etc…

    Bref, tout ça pour dire qu’il existe un rationalisme ordinaire normé aujourd’hui et aligné sur les plus hauts standards du capitalisme ! et qui donne accès a la fortune et l’émancipation rapide de hordes incalculables d’aspirants au bling bling….dont beaucoup de nos modestes paysans ont su tirer profit…et pas que eux… la même règle se vérifie partout et même ici, puisque ce sacré capitalisme se charge de brasser les cartes a chaque fois et quasiment redéfinir un rationalisme d’opportunités pour l’imposer a tous…et tant pis pour les perdants a ce jeux ! Aujourd’hui, il existe même une sorte de solidarité et d’entente entre néo millionaires du tiers-monde et leurs homologues occidentaux ayant pour but d’exploiter les millions d’exclus de ce système, de consommateurs et de fans et autres victimes du système ! et on nous raconte qu’il n’y a pas plus rationnel que de considérer tout ceci comme très  »positif » et de nous éloigner des discours  »nihilistes »,  »négatifs » et autres taxés  »d’improductifs »….qui ne font que critiquer ! :)))

    Bonne soirée du dimanche….

    Répondre
  • 4 septembre 2022 à 21 h 50 min
    Permalien

    Petite anecdote sur le parcours d’une de nos filles d’origine très modeste qui a fait la une des journaux et a fait couler beaucoup d’encre comme vous n’entendrez parler que chez nous…:)) Pour ne pas citer son nom célèbre, je me contenterais de citer ses initiales H.A et sur cette base je lui donnerai un Pseudo  »Miss H »…. eh bien Miss Helen a grandi très pauvre au Coeur d’un quartier populaire, et n’envisageait jamais de devenir la patronne et propriétaire d’une compagnie d’aviation privée pour jet set d’affaire avec une flotte a faire rougir d’envie les trumps de ce monde…avant de subir les revers de son succès et perdre pratiquement tout et se retrouver devant les tribunaux de US, Européens, d’Afrique et du moyen orient !

    née dans les années 80, au fin fond d’un quartier populaire et déshérité, Miss H qui aura connu la privation et l’abandon des études après le secondaire, ira s’inscrire dans l’une des multiple écoles privées bidon qui forment des hôtesses de l’air… et qui sucent les parents déshérités promettant formation en six mois, ou alors 1 an a deux ans dans le meilleur des cas et placement aussi dans les compagnies aériennes du Golf arabique dont le taux de croissance des flottes n’est pas égalé ans le monde a ce jour… et sont d’ailleurs au cœur du développement touristique et du tourisme d’affaires (d’arnaque) dans tous ces pays…. comme des dizaines de milliers de jeunes filles privées de perspectives dans mon pays et d’autres pays arabes tout autant, Miss H donc passera le cap du diplôme a peine reconnu et n’aura de véritable chance au placement qu’a travers les standards de beauté et ligne physique en plus des compétences en langues étrangères qui restent moyennes auprès de recruteurs féru de chair fraîche dans ces filières… elle pourra donc décrocher un premier job d’hôtesse en 2002 a son 19 ou 20ème anniversaire dans les grandes lignes aériennes internationales de la compagnie Koweitienne après quelques stages… et allez savoir quoi d’autre sans être mauvaise langue….Bref, comme nos amis arabes du golfs sont assoiffé de beauté féminine délicate dans la fleur de l’âge, elle ne tarde pas a se faire amant et mari un jeune Koweitien fauché mais introduit comme petit commis-conseiller-concierge sûrement :))) dans la cour royale des  »AL Sabah » la fameuse famille régnante qui a pris la poudre d’escampette a Londres lors de l’attaque de Saddam Hussein…Bref, elle eut immédiatement un enfant avec lui, mais plus tard au retour au travail, il la présente a un Prince sheikh, bien plus âgé qu’elle qui tombe amoureux d’elle aussitôt ! :)) le type est aussi ambassadeur du Koweit a Vienne en Autriche…mais pas que, il est désigné par la famille Royale Koweitienne comme acheteur aquerreur de tous leurs biens, terres, immeubles, bijoux et autres bolides de luxe dans toute l’Europe… tout passe par lui, le mec est divorcé, obèse, plein aux as et prend de très larges commissions, pourboires et autres bakchich onéreux des plus grosses boites de luxe européennes. Bref, il ne mettra pas longtemps a la convaincre de divorcer le  »poltron » qu’elle a comme mari… lui aussi n’en sera que plus heureux d’offrir sa femme en offrande a son maître…, et notre prince koweitien de l’extirper aussitôt de son emploi précaire pour la réinstaller en quasi princesse avec son fils a Vienne auprès de lui aussitôt qu’en 2004 ! son amour fou pour sa nouvelle femme le conduit aussitôt a l’initier a ses fonction d’acheteur-acquerreur pour le compte de la famille princière ou royale et a maitriser l’art de négocier les commissions et autres prébendes …. Miss H donc intelligente, belle et accueillie a bras ouvert par tout le monde, ne tarde pas a mener une vie de star très tôt tout en maîtrisant l’art des négociations commerciale, les contrats, les missions complexes dans ce sens partout en Europe, et se fait des amis très tôt en haut lieux, jusqu’aux Clinton et autres VIP US ou occidentaux dont elle barde ses bureaux et appartements de portraits avec eux posant dans les plus belles robes et sertie de diamants et de bijoux… jusqu’en 2009… date a la quelle, Madame ambitionne de lancer sa propre compagnie aérienne privée dans son pays d’origine a l’instar de ce qui se fait et est très courant dans les pays du Golf… elle commence par faire l’acquisitions de jets flambants neufs retourne au Bled et s’assure d’y être introduite par la famille régnante Koweitienne… bref les bougnouls qui gravitent au palais au bled et qui ne laissent rien passer au hasard lui accordent toutes les autorisations a condition qu’elle ne touche pas a leur carré d’affaires… de fil en aiguille, et sentant son heure arriver, Miss H quitte son mec et s’installe a mi-chemin entre NY aux states, Londres aussi je crois et Casablanca… elle demande le divorce, bien entendu ils n’ont pas eu d’enfants ensemble, mais elle réussit tout de même a obtenir la caution de la famille régnante koweitienne pour acquérir d’un seul coup une dizaine de jets privés flambants neufs et les plus grands et performants de leurs catégorie chez le brésilien Embraer…en plus de 4 autres déjà acquis auprès de la même compagnie ! Dans la communauté d’affaires internationale, on sait que les Embraer offrent le meilleur rapport qualité-coût pour la location ou le time-sharing ils sont aussi sûrs, performants et confortables que les bombardiers ou les prestigieux Gulfstream américains… par contre dans le sérail au bled et dans la communauté des requins du Business, cette nouvelle compagnie et ce succès phénoménal est très mal accepté, surtout qu’elle représente l’unique grosse compagnie de jet privée hyper bien structurée et gérée a l’américaine au Bled, et utilise la crème de pilotes de lignes marocains ou occidentaux très bien payés et de crew aussi dont les hôtesses sur les standards des meilleurs jet-setteurs de la planète… en plus d’un site web mondial qui prend et gère les reservations, la fidélité et les autres paramètres de  »VIP upgrades » comme un champion…, Miss H est couverte d’eloges dans la presse spécialisée occidentale puisqu’elle en assure la présidence et la direction elle même… fait des allers-retour a ses apparts de NY ou Londres et Genève etc et signe des contrats, prend la pose avec des VIP et des personnages de la politique…bref, la totale quoi… la nana n’a pas manqué aussi de s’installer dans les quartiers les plus luxueux de Casablanca ou l’argent ne suffit pas pour s’y installer, mais elle a tiré également toute sa famille de sa misère depuis belle lurette, et lorsque des magazines de luxe féminins marocains francophones la mettent en vedette, c’est toujours dans un luxe babylonien qui caractérise son train de vie ou sa villa etc… bref, l’histoire approche les comptes de fée, et les feuilletons Mexicans … mais ce n’est que le début…:))

    Refusant et insistant pour ne jamais lui accorder le divorce tout en la faisant suivre et espionner partout ou elle se rend, Miss H s’en fout royalement, et décide de s’amouracher d’un jeune Casablancais un peu plus âgé qu’elle et marié, fils gâté et corrompu d’une grande fortune qui vise sa fortune a elle… elle commettra l’erreur de batiffoler avec lui dans les grands palaces et parfois en public dans les résidences somptueuses de tourisme en bord de mer et même chez elle…. et lorsque les autorités corrompues du bled se pressent a en informer son mec toujours a Vienne en retour d’un bakchich et reconnaissance de la famille régnante Koweitienne, ce dernier s’empresse d’exploiter le code criminel archaique du bled comme dans tous les pays arabes et dépose plainte contre elle pour  »Adultère »…. les autorités du Bled adossés aux requins du sérail se feront un plaisir de pouvoir enfin lyncher la fille des quartiers pauvres qui soit venu les prendre de si haut…ils la coffrent aussitôt, donnent pour instructions aux medias électroniques a leur soldes de salir sa réputation, chose dont ils s’acquitteront avec empressement, bonheur t beaucoup de succès auprès d’un lectorat islamiste hypocrite de la population…. et donc la compagnie est dans un premier temps sommée de cesser et finir son activité aussitôt que les semaines qui suivent… même si la compagnie n’a aucun rapport avec une histoire de mœurs… mais c’était sans compter les calculs, la jalousie et les haines qu’elle suscitait autour d’elle, malgré je dois dire, un certain profil qu’elle a défendu de femme d’affaires qui réussit, qui ne vise pas forcément a snober le peuple mais a prendre sa revanche sur la pourriture snob et aristocrate qui ronge le bled….bref…son mari retire ses cautions, les dettes empruntées et remboursées pourtant a temps se retrouvent accumulées très vite, on l’obligera a déclarer faillite depuis une cellule de sa prison ! Mais pour ne pas déplaire aux Koweitiens, on n’ira pas jusqu’à la destituer de sa fortune ou ses biens… on attendra lorsqu’elle sortira de prison ou elle fut condamnée a 18 mois je crois qu’elle finira en entier sans jamais obtenir de grâce réservée elle aux coupe gorge et criminels accomplis… bref, commencera alors sa longue bataille judiciaire passée sous silence médiatique pendant de longues années pour récupérer sa compagnie et la remettre en route, jusqu’à ce que son mec et sa famille décident cette fois de la ruiner pour de bon, la poursuivent dans plusieurs juridictions internationales, obtiennent le gel de ses propriétés et comptes bancaires partout et pour l’instant on en est encore la… pendant que sa famille aussi a dû subir les affres de la vengeance du makhzen et des hyenes qui le peuplent !

    Des histoires comme celles-ci, on en a plein, aussi invraisemblables les unes que les autres… je vous épargne celles qui soient encore plus spectaculaires et qui a impliqué la famille régnante saoudienne. ou la famille régnante des émirats… en tous cas toutes reliées aux familles régnantes des pays du golf et quelques filles sottes bien de chez nous qui ont dilapidé des fortunes bien plus élevées que Miss H, et dont les frasques bien plus scandaleuses ont fait le tour de la planète et des pays occidentaux… jusqu’à occasionner leur mort ou assassinat…..c’est qu’elles sont pas moches ni connes nos filles modestes je l’admets…. leur seul défaut et de trop croire au père noel….et croire que le pouvoir et l’argent sont éternels !

    c’était donc un bref aperçu d’un certain rationalisme ordinaire du peuple lorsqu’il pète plus haut que son cul, ou aspire au carré d’or des véritables voyous qui nous gouvernent !

    A bientôt

    Répondre
  • 4 septembre 2022 à 22 h 30 min
    Permalien

    Bon Ysengrimus s’il vous plait n’allez pas croire pour autant que les tous les arabes sont rustres et machos après ce que je vous raconte… les arabes on eu leur version beaucoup plus dramatiques et authentiques de Romeo et Juliette dans la période ante islamique la jahiliya a travers sa poèsie impossible a imiter encore aujourd’hui, et on peut dire que le plus célèbre Romeo et Juliette est celle du début de l’islam celle connue de  »Qaiss et Leila » ou  »Majnoun Leila… le fou de Leila »…. le type erra toute sa vie dans le desert a lui dédier des poèmes, écrire son nom dans le sable et bien plus… au points que Perses, hindoux et autres l’ont traduite et reprise ….:)))

    Lien wikipedia en anglais : https://en.wikipedia.org/wiki/Layla_and_Majnun (en français comme d’hab il en vaut pas la peine, les francophone de wikipedia sont racistes et détestent reproduire ou aborder la culture arabe sauf lorsqu’ils sont forcé :))) )

    d’ailleurs moi, a l’âge de 25 ans une fois, j’etais comme Qaiss…ou Romeo, au point que je me souviens avoir vidé une fois une bouteille de whiskey en deux ou trois heures lors de cette période au volant de ma petite auto stationnée toute la nuit dans un parking de boîte de nuit casablancaise…. encore aujourd’hui, je ne me souviens que vaguement de comment j’ai pu me rendre a mon appart cette nuit-la… :))) tout ce dont je me souviens est qu’il eut beaucoup de zigzags et de remontée sur la chaussée et trottoirs…sans jamais croiser une fourgonnette de flics ou touché quiconque ! :))))

    morale de l’histoire… : Ahhh si la jeunesse pouvait durer éternellement ! :)))

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *