Le cours catastrophique du capital annonce sa fin inéluctable (1ère partie)

Par Gérard Bad.

 

« Dès lors, coïncidant avec le plus haut développement des forces productives et la plus large expansion des richesses existantes commencera la dépréciation du capital, la dégradation du travailleur et l’épuisement de ses forces vitales. Ces contradictions conduisent à des explosions, à des cataclysmes, à des crises, où l’arrêt temporaire de tout travail et l’anéantissement d’une grande partie du capital ramèneront brutalement celui-ci à un point où il sera capable de recréer ses forces productives sans commettre un suicide. Mais parce que ces catastrophes reviennent régulièrement et se produisent chaque fois sur une plus grande échelle, elles aboutiront en fin de compte au renversement violent du capital. » (Marx. Grundrisse. Pléiade t.2 p.273)

 Introduction.

Nous avons à plusieurs reprises attiré l’ attention de nos lecteurs camarades sur l’importance de la réunion des principaux ténors du capitalisme triomphant dans le somptueux Hôtel Fairmont de San Francisco en 1995. Parmi ces ténors, siégeaient Mikhaïl Gorbatchev, George Bush père, Margaret Thatcher, Václav Havel, Bill Gates, Ted Turner et le célèbre Zbigniew Brzezinsky et son Tittytainment . Les cinq cents bonhommes réunis en arrivèrent à la conclusion que « dans le siècle à venir, deux dixièmes de la population active suffiraient à maintenir l’activité de l’économie mondiale ». Le problème se poserait alors sur la manière de gouverner 80 % de la population restante, superflue c’est-à-dire surnuméraire et qu’il fallait les contenir comme à l’époque de la Rome antique par «du pain et des jeux». Actuellement c’est le sport et principalement le foot qui est devenu ce nouvel opium du peuple. Quant au pain 800 millions d’humains souffrent en permanence de la faim dans le monde.

Ces relations entre le développement de la population mondiale, la machinerie robotique, les nouvelles technologies de l’ information et de la communication (NTCI) et les surnuméraires seront confirmées par le Forum Economique Mondial (FEM) et repris par le célèbre Dr Laurent Alexandre . Celui-ci pense que la quatrième révolution industrielle va continuer à détruire des millions d’emplois – les « inutiles » et les « substituables » et angoisse sur la fracture intellectuelle (mère du complotisme) que cette révolution va engendrer ; notamment par le développement de l’ Intelligence Artificielle IA 1 ; puis de la génétique dans le futur proche. Rien de bien nouveau, si se n’ est la reconnaissance angoissée des grands de ce monde d’une recomposition du rapport de force entre les classes, les marxistes savent depuis longtemps que :

« Les victoires de la technique semblent être obtenues au prix de la déchéance totale. A mesure que l’humanité se rend maître de la nature, l’homme semble devenir esclave de ses semblables ou de sa propre infamie. On dirait même que la pure lumière de la science a besoin, pour resplendir, des ténèbres de l’ignorance et que toutes nos inventions et tous nos progrès n’ont qu’un seul but  : doter de vie et d’intelligence les forces matérielles et ravaler la vie humaine à une force matérielle. Ce contraste de l’industrie et de la science modernes d’une part, de la misère et de la dissolution modernes d’autre part cet antagonisme entre les forces productives et les rapports sociaux de notre époque, c’est un fait d’une évidence écrasante que personne n’oserait nier. Tels partis peuvent le déplorer ; d’autres peuvent souhaiter d’être délivrés de la technique moderne, et donc des conflits modernes. Ou encore, ils peuvent croire qu’un progrès aussi remarquable dans le domaine industriel a besoin, pour être parfait, d’un recul non moins marqué dans l’ordre politique » (Extrait d’une allocution prononcée par Karl Marx, le 14 avril 1856, à , l’occasion du quatrième anniversaire de l’organe chartiste People’s Paper) .

 

Nous voilà donc confrontés non seulement au problème des surnuméraires décrit par Marx, mais aussi au transhumanisme engendré par le développement des sciences et des techniques.

Les réunions des grands de ce monde en phase de mondialisation vont se poursuivre via le Forum Économique Mondial2. Tous sont partisans d’un monde globalisé gouverné par une coalition de sociétés multinationales, de gouvernements et d’organisations de la société civiles (OSC) .

A ce niveau d’entente, les structures démocratiques ne seront plus capables de maintenir la paix des classes,  c’est ce qui ressort de la lecture de la « Grande Réinitialisation » et le « Global Redesign ».

WEF 2020 : manifestation contre le Forum économique mondial de Davos

L’initiateur du Forum économique mondial est Klaus Schwab3 surnommé par le Journal le Figaro de « maître des maîtres du monde ». Aujourd’hui son organisation est suffisamment puissante pour s’attaquer au carcan nationaliste de tous les pays, l’état national étant pour ce capitalisme triomphant la dernière structure à abattre pour parfaire sa domination réelle. Les puissances financières qui la compose (Goldman Sachs, Blackrock, KKR, Soros, Microsoft, Apple…) dépassent largement le budget de nombreux États occidentaux cumulés.

Le Forum mondial ne cache pas qu’il vise à un monde sans frontières, nous aussi d’ailleurs. Seulement la distinction qu’il y a entre ce capitalisme triomphant et nous est que nous nous opposons aussi bien au nationalisme qu’a un capitalisme s’émancipant des frontières nationales, un capitalisme sécuritaire et totalitaire comme en rêvent les dictatures. Bien entendu ce nouvel ordre moral prôné par K. Schwab sera confié aux chefs religieux du monde :« il est vital de s’engager aux côtés des leaders de foi pour créer un cadre moral à la Quatrième révolution industrielle. » « Les leaders de la foi peuvent agir comme le ciment entre les communautés. » Faith leaders : an untapped resource in protecting communitie

 

Il suffit de se reporter au manifeste communiste, pour se rendre compte que la saga du capital consiste dans un premier temps à s’appuyer sur les béquilles des états nationaux, puis de les rejeter dés qu’ elles deviennent des entraves à son développement.

 

« Par l’exploitation du marché mondial, la bourgeoisie donne un caractère cosmopolite à la production et à la consommation de tous les pays. Au grand désespoir des réactionnaires, elle a enlevé à l’industrie sa base nationale. Les vieilles industries nationales ont été détruites et le sont encore chaque jour. » (…) A la place de l’ancien isolement des provinces et des nations se suffisant à elles-mêmes, se développent des relations universelles, une interdépendance universelle des nations. Et ce qui est vrai de la production matérielle ne l’est pas moins des productions de l’esprit Les œuvres intellectuelles d’une nation deviennent la propriété commune de toutes. L’étroitesse et l’exclusivisme nationaux deviennent de jour en jour plus impossibles et de la multiplicité des littératures nationales et locales naît une littérature universelle. » (le manifeste communiste)

Ceci étant nous ne pouvons pas rester indifférent à ce passage d’un monde formé d’ États nationaux à un monde globalisé où les États seront transformés en régions et sous régions. Ce chamboulement est à l’origine de la poussée souverainiste actuelle qui veut figer le passé. En France la période du tandem Degaule /PCF (du nostalgique E.Zemmour) de gestion des affaires françaises s’est éteinte avec l’ arrivée de Mitterrand au pouvoir en 1981. Il était devenu évident que pour la haute bourgeoisie française et son armée, l’ Europe était dorénavant son champ d’ action, la France toujours offensive pour une constitution de l’ armée européenne.

  « Aussi longtemps que le capital est faible, il s’ appuie simplement sur des béquilles prises dans les modes de production passés ou en voie de disparition à la suite de son développement. Sitôt qu’il se sent fort, il rejette ces béquilles et se meut conformément a ses propres lois. » Grundrisse chap. du capital edt. 10/18,p.261

 

G.Bad


 

Notes

1La France a des formations et des équipes de recherche d’excellence en IA et a été proactive avec le rapport de Cédric Villani en mars 2018 et le Global Forum on AI for Humanity à la fin de l’année dernière, lors duquel le président de la République a appelé à former 1 % des Français à l’intelligence artificielle.

2 Ces grandes réunions du Forum Economique Mondial FEM se tiennent à Davos en Suisse. Une réunion des principaux pays industrialisés essentiellement des pays de l’OCDE et de leurs alliés, ainsi que la Chine).

3Docteur en économie, ex-dirigeant de la compagnie allemande Sulzer, professeur de « management » (Menschenführung ) Il va crée en 1971, avec le soutien de Raymond Barre alors vice-président de la Commission européenne, le Symposium Européen du management, qui devient en 1987, le Forum économique mondial à Davos, non loin de l’office de l’ONU et du siège de l’OMS. Il est par ailleurs membre de la direction du Comité Bilberberg et le défunt Raymond Barre de la Trilatérale.

 

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

4 réflexions sur “Le cours catastrophique du capital annonce sa fin inéluctable (1ère partie)

  • 24 novembre 2021 à 1 h 58 min
    Permalien

    Marx n’est pas mort, Engels non plus: L’analyse scientifique des classes dominantes ne s’est pas arrètée au XIX siècle !
    La bourgeoisie(nationaliste) a commencé son suicide en 1914 et est définitivement morte à la fin du 20ème siècle cédant le pouvoir à la nouvelle élite dominante(mondialiste qui s’est développée à la fin du 19 ème siècle en profitant et en encadrant le flux des révoltes ouvrières. Cette élite qu’on peut nommer « cybernéticienne ou logicienne » (birnam.fr) s’est présentée au départ comme révolutionnaire, avant garde éclairée du prolétariat ouvrier. Elle s’est ensuite scindée en trois courants apparemment antagonistes un courant social révolutionnaire dit de gauche(communistes, …), un courant national social(nazis, …) dit de droite, et un courant démocratique social ou libéral dit du centre. Le petit jeu a duré jusqu’au début du 21ème siècle. Il est maintenant fini. Après s’être longuement combattus l’unification des trois courants se déroule sous nos yeux. Le simple critère de qui est pour ou contre la vaccination mystérieuse(pour ou contre la Liberté) suffit maintenant pour tout comprendre si on en a le courage (car c’est un peu effayant comme toute les formes de répression). IL FAUT BIEN SAVOIR QUE CE QUI SE PASSE ACTUELLEMENT EST UNE REPRESSION PREVENTIVE COMME LE FURENT LES MASSACRES DE LA PREMIERE GUERRE MONDIALE ET QU’ELLE SE TERMINERA DE LA MEME MANIERE C’EST A DIRE PAR LA DISPARITION DES ELITES QUI ONT INITIE CE CARNAGE LENT.
    La société cybernétique(accumulation d’informations de contrôle) est mûre, elle passe à sa phase eugéniste nihiliste et suicidaire. birnam.fr
    Remarque:
    Toutes les élites dominantes ont le même culte malsain de la mort: d’elles mêmes(patriarches, nobles, bourgeois, logiciens) et de leurs prolétariats(femmes, esclaves, ouvriers, éléments). Elles créent toujours des sociétés secrètes où se cultive la hantise de la mort et les turpitudes associées.Elles rêvent tout haut leurs fantasmes d’écrasement des peuples sans dents et sans esprit croient-elles. Mais arrive invariablement le moment de la révélation: nous y sommes presque courage ! *
    birnam.fr

    Répondre
  • Ping : Gilets jaunes: la goutte d’essence qui redémarra le moteur de la lutte de classes – les 7 du quebec

  • Ping : Le cours catastrophique du capital annonce sa fin de règne inéluctable (2ème partie) – les 7 du quebec

  • Ping : Le grand business de la ville écologique durable du capitalisme ESG (Environnemental, Social et Gouvernable) (4è partie) – les 7 du quebec

Répondre à hegel g Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *