Le compte à rebours final pour la guerre ou la paix a commencé

Par The Saker – Le 4 décembre 2021 – Source The Saker’s Blog

C’est donc confirmé. Vladimir Poutine et Joe Biden auront ce qui est annoncé comme une « longue » conversation directe (pas en face à face, mais par une liaison vidéo sécurisée) mardi prochain. Compte tenu des tensions extrêmes qui existent entre les États-Unis, l’OTAN et l’UE, d’une part, et la Russie, d’autre part, cet événement sera, par définition, un moment décisif, quelle que soit son issue. Les deux options de base sont les suivantes : a) un accord sera conclu ; b) rien ne sortira de cette réunion.

Personnellement, je suis « prudemment pessimiste », et je vais expliquer pourquoi dans la suite de cet article.

 

Voyons ce que les deux parties ont fait pour préparer cette rencontre :

L’Empire a essentiellement fait monter les tensions aussi haut que possible, à la fois par une avalanche de déclarations belliqueuses et en s’engageant dans des exercices de « harcèlement léger » près de la frontière russe. Le principal (et unique) avantage de cette stratégie en phase de pré-négociation est qu’elle coûte très peu d’argent tout en ayant un effet de relations publiques important. Les deux principaux inconvénients de cette stratégie de pré-négociation sont les suivants : 1) elle tend à vous mettre dans une situation où toute concession, aussi raisonnable soit-elle, peut être transformée par vos ennemis politiques en une « reddition abjecte à Poutine » et 2) les Russes savent que tous ces bruits de sabre ne sont que des paroles en l’air et donc, au contraire, un signe de faiblesse.

La Russie a émis quelques protestations verbales comparativement plus « fortes » et a mentionné des « lignes rouges » que l’Empire a complètement ignorées. Toutefois, la Russie a également pris des mesures militaires concrètes qui ont véritablement effrayé l’Empire, notamment le débarquement soudain dans le Pacifique de tous les sous-marins stratégiques de la flotte du Pacifique.

Voici le problème tel que je le vois : « Biden » a permis à toutes sortes de cinglés russophobes de coincer l’administration Biden exactement dans le même coin où les mêmes cinglés russophobes avaient coincé Trump : un endroit où aucune négociation significative (c’est-à-dire des négociations qui impliquent la volonté de faire des concessions mutuelles) n’est possible. Tout ce théâtre kabuki sur le fait de « parler à la Russie en position de force » est fait pour que les Russes prennent peur et cèdent à l’Empire. Le problème est que dans le monde réel (par opposition au Hollywood politique de la machine de propagande occidentale), c’est la Russie qui est en position de force, tandis que les États-Unis, l’OTAN et l’UE sont tous en position d’extrême vulnérabilité. En d’autres termes, il est extrêmement improbable que les Russes fassent des concessions majeures sur quoi que ce soit (ne serait-ce que parce que la « grande retraite » de la Russie, qui consiste à faire des concessions sans fin pour gagner du temps pour les préparatifs, a maintenant laissé la Russie pratiquement le dos au mur). Bien sûr, la Russie ne veut pas et n’a pas besoin d’une guerre, où que ce soit, et elle est donc probablement prête à faire des concessions relativement mineures, mais seulement politiques. En termes militaires, la Russie est maintenant « prête à y aller » et elle ne se retirera pas à moins que l’Empire ne fasse des concessions juridiquement contraignantes et vérifiables pour garantir la sécurité de la Russie à sa frontière occidentale (Poutine l’a expressément dit).

Franchement, rien de tout cela n’est très complexe : des mesures de désescalade et de renforcement de la confiance mutuelle ont été élaborées par toutes les parties depuis plusieurs décennies maintenant et il n’est pas nécessaire de réinventer la roue ici. La manière de procéder est simple et directe. Mais politiquement, je ne sais pas comment « Biden » répondrait aux cinglés MAGA du Congrès qui l’accuseront de faiblesse, voire de trahison, s’il fait autre chose que de poursuivre l’escalade vers une guerre inévitable : les escalades ne peuvent être stoppées que par deux moyens : les négociations ou la guerre. Si la première est rendue impossible, la seconde devient inévitable.

Pire, tout porte à croire que « Biden » ne contrôle pas entièrement le pouvoir exécutif et qu’il existe des personnages à la CIA, au Pentagone et à Foggy Bottom (dirigés par des néoconservateurs américains totalement enragés) qui souhaitent réellement une guerre impliquant la Russie et qui croient qu’une telle guerre n’impliquerait pas une très forte probabilité de recourir au nucléaire. Blinken, par exemple, me semble être le genre de personne qui ferait un excellent tailleur ou peut-être un vendeur d’assurances, mais en tant que diplomate, il est clairement désemparé et le mot « loser » est écrit sur son visage (idem pour cet imbécile de Stoltenberg ou la plupart des politiciens européens). Le pire, c’est que ces perdants croient en leur propre supériorité et pensent qu’ils peuvent parler à Poutine comme, par exemple, le commodore Matthew Perry a « parlé » aux Japonais ou comme Reagan a montré à Grenade « qui est le patron ».

Enfin, la prochaine « démonstration d’unité et de force » prévue (alias Sommet de la démocratie) sera considérée par le Kremlin comme une tentative désespérée de cacher la véritable faiblesse de l’Empire (sa mort, en réalité) et de faire croire que l’Occident a encore les moyens de diriger la planète. En réalité, la Russie et la Chine sont déjà beaucoup plus puissantes que toutes les colonies que l’oncle Shmuel a convoquées à ce sommet, même s’il ne s’agit que de deux pays contre 109 du côté américain, et c’est cette réalité que ce sommet vise à dissimuler aux yeux du public.

Alors aucun espoir ?

Eh bien, assez peu. Mais, en théorie, voici ce qui pourrait se passer.

Les États-Unis pourraient accepter de donner à la Russie des garanties de sécurité juridiquement contraignantes et vérifiables à l’est du pays, y compris un retrait des forces ukrainiennes, en échange de quoi la Russie pourrait retirer certaines de ses propres forces. Des mesures de déconfliction dans l’air et sur les mers pourraient être établies. Des missions d’observation pourraient être convenues, puis déployées par les deux parties pour vérifier la mise en œuvre des accords. Au niveau politique, les États-Unis pourraient ordonner une réduction spectaculaire de l’engagement militaire occidental en Ukraine en échange d’une réaffirmation par la Russie de la reconnaissance de l’Ukraine dans ses frontières actuelles, c’est-à-dire sans la Crimée mais le Donbass (en d’autres termes, le Kremlin promettrait de ne pas reconnaître les républiques de la LDNR comme des États souverains). En théorie, une force internationale de maintien de la paix pourrait être mise en place dans la « zone grise » entre la LDNR et l’Ukraine (ce qui exigerait que les Ukrainiens se retirent de leur occupation actuelle, et totalement illégale, de certains endroits dans cette zone). La nationalité de ces soldats de la paix devrait être convenue par les deux parties.

Aparté: A propos de la LDNR, n’oubliez pas que même si le Kremlin ne reconnaît pas ces républiques de jure, il l’a déjà fait de facto (notamment avec le dernier changement apporté aux lois russes sur l’économie).N’oubliez pas non plus que Taïwan est un pays largement non reconnu, mais qui est clairement indépendant, du moins pour l’instant. Enfin, le maintien de la LDNR au sein de l’Ukraine crée une anti-Ukraine qui empêche l’Ukraine dirigée par les nazis de devenir pleinement une anti-Russie.  Donc non, n’en déplaise aux agités du drapeau, accepter de ne pas reconnaître la LDNR ne serait pas une « trahison », mais seulement une carte à jouer plus tard dans le jeu.

En outre, la Russie et les États-Unis devraient établir un mécanisme permanent de discussions bilatérales (oui, je suis d’accord avec Nuland sur l’UE !) pour remplacer le Conseil OTAN-Russie, inutile et fondamentalement mort. D’autres domaines de discussion pourraient inclure des questions aussi évidentes que l’espace, le terrorisme, l’immigration, l’énergie, la cybersécurité, l’Arctique, etc. et une restauration complète des relations diplomatiques civilisées (qui ont été totalement sabotées par l’administration Obama et Trump). Un accord pourrait également être conclu sur la non-ingérence mutuelle ou, au moins, améliorer la déconfliction actuelle entre les États-Unis et la Russie en Syrie, en Irak et ailleurs. Et, bien sûr, la Russie pourrait accepter un contrat de gaz à long terme via l’Ukraine en échange d’une acceptation totale de North Stream 2 par les États-Unis.

Est-ce que ça sonne un peu utopique pour vous ?

Moi, je trouve ça très utopique !

Mais je ne suis pas tout à fait prêt à déclarer que c’est absolument impossible. Au lieu de cela, je dirais simplement qu’une telle issue est improbable mais toujours possible.

L’alternative est une guerre qui, au mieux, pourrait se limiter à une stupide provocation ukrainienne (du genre de celles qu’ils essayent régulièrement, et sans succès, depuis de nombreuses années maintenant) ou, au pire, une escalade rapide dans une guerre (inter)continentale à grande échelle, impliquant probablement des armes nucléaires.

L’espoir est le dernier à mourir, n’est-ce pas ?

La seule chose qui me permet de croire qu’une guerre peut encore être évitée, c’est qu’en dehors des véritables cinglés, il y a encore quelques officiels sobres d’esprit aux États-Unis (peut-être le Général Milley ?) qui comprennent non seulement que la guerre est une horreur indicible, mais qui comprennent AUSSI qu’une attaque américaine contre la Russie entraînera une contre-attaque russe contre les États-Unis eux-mêmes. Plus précisément, la Russie a désormais pour position officielle que si une arme X est tirée sur la Russie ou sur les forces russes, non seulement la Russie détruira cette arme et le système qui l’a lancée, mais elle frappera également le quartier général du commandement qui a donné l’ordre de frapper la Russie, qu’il s’agisse de Kiev, Varsovie, Bruxelles ou même Washington DC. Je suis certain que le général Gerasimov a expliqué cela au général Milley dans les moindres détails et je soupçonne fortement Milley d’avoir compris le message. Espérons simplement que Milley pourra l’emporter sur Lloyd Austin (qui est clairement un imbécile incompétent utilisé par le « parti de la guerre » uniquement comme une figure de proue jetable).

Si ce n’est pas le cas, alors que Dieu nous vienne en aide, car la guerre est alors inévitable.

Je considère la situation actuelle comme la plus dangereuse à laquelle le monde ait jamais été confronté, c’est encore pire que la crise des missiles de Cuba, les attaques américaines contre l’Iran (le meurtre du général Soleimani) ou la Syrie. Par nature, par éducation, par expérience et par formation, je suis un pessimiste impénitent. Mais, dans ce cas, je veux encore me forcer à adopter une position de « pessimisme prudent », c’est-à-dire que, oui, la situation est terrible et semble irrémédiable, mais je choisis de croire qu’il y a encore suffisamment de personnes saines d’esprit aux États-Unis pour éviter le pire.

Néanmoins, je suis parfaitement conscient que la bande UK+3B+PU veut la guerre à tout prix et qu’elle est en train de fixer l’agenda de l’UE et de l’OTAN. Le seul acteur qui pourrait encore leur ordonner de se retirer et de se taire serait les États-Unis, mais seulement s’ils sont dirigés par une administration aux commandes réelles et effectives, et non par le poisson d’aquarium sénile connu sous le nom de « Biden » qui est au pouvoir (du moins officiellement) actuellement.

Nous pouvons également compter sur les fous du MAGA pour s’opposer à tout accord avec la Russie, quelle que soit son urgence et sa logique évidente. Le Parti Républicain est maintenant devenu le parti uni pour la guerre, faisant exactement ce que les Démocrates ont fait pendant les années Trump. D’une certaine manière, la scène politique américaine me rappelle l’Union soviétique pendant et après Brejnev – un système politique qui ne peut tout simplement pas produire un vrai leader, donc tout ce que vous voyez, ce sont des médiocrités en phase terminale qui essaient du mieux qu’elles peuvent de cacher leur propre médiocrité et leur manque total de vision. Un Ronald Reagan ou un George H. W. Bush auraient eu ce qu’il faut pour parler aux Russes et obtenir quelques résultats. Hélas, aucun des présidents qui ont suivi n’a eu assez de cervelle ou de colonne vertébrale pour faire quoi que ce soit de constructif : tout ce qu’ils ont fait, c’est présider d’abord à la destruction de l’Empire, puis à la destruction des États-Unis (du moins tels que nous les connaissions avant le 6 janvier).

Le fait que notre meilleur (ou, devrais-je dire, notre seul) espoir repose sur Biden et « Biden » est une triste et très effrayante réalité. Tout ce que nous pouvons faire maintenant, c’est attendre mardi et prier pour que Biden et « Biden » rassemblent suffisamment de courage et de (vrai) patriotisme pour sortir le monde du gouffre. Ce n’est pas grand-chose, mais c’est tout ce que nous avons.

Andrei

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

Une réflexion sur “Le compte à rebours final pour la guerre ou la paix a commencé

Répondre à Luis Júdice Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *