Nos destins entre leurs mains?

Qu’il soit président(e), ou roi, reine, une bonne partie de notre avenir est entre leurs mains, qu’ils soient compétents, ou pas, et ils sont en grande partie responsables de la situation sanitaire du pays…

C’est bien là le problème, car il y a de nombreuses raisons pour douter de la compétence de certaines de ces personnes élues, ou nommées.

En effet, on sait que les décisions de ce gouvernement dépendent en grande partie des orientations données par « Conseil scientifique covid-19 », sans vraiment connaitre leurs compétences en la matière, et surtout garantir leur indépendance.

Or il apparait que 7 des 14 membres de ce Conseil ont eu, ou ont encore, des liens d’intérêt à des niveaux très différents, raison pour laquelle, un ancien membre nommé de ce conseil, un certain Didier Raoult en a démissionné. Lien

Même si pour 4 d’entre eux, les montants n’excèdent pas quelques centaines ou milliers d’euros cumulés en 8 ans, il n’en reste pas moins que cela pourrait entacher la crédibilité de ce conseil. lien

Le président de cette institution s’appelle Jean-François Delfraissy, et les déclarations de ce spécialiste posent question de par leur contradiction. Après avoir déclaré : « le vaccin protège assez peu contre l’infection  » , (lien) il a ajouté : « les vaccins sont loin d’être un échec (…) ils perdent une partie de leur efficacité après 5 à 6 mois… ». lien

Plus récemment, il a déclaré devant les sénateurs : « en pratique opérationnelle, il ne faut pas laisser s’installer l’idée que les anticorps servent à quelque chose ». lien

Encore plus étonnant, ce sont les multiples déclarations surprenantes d’Olivier Véran, celui-là même qui a nommé les membres de ce « conseil scientifique »…

Il a en effet déclaré que : « le vaccin protégeait contre le virus…mais que les plus exposés devaient tout de même faire leur dose de rappel  ». lien

Mieux, en été 2021Véran affirmait que la 3ème dose de vaccin n’impacterait en rien le pass-sanitaire. lien

Or on sait aujourd’hui que ceux qui n’ont pas pris leur « 3ème dose », n’ont plus droit au pass-sanitaire…

Plus sérieusement, essayons de comprendre la stratégie de ce gouvernement, voire les contre-vérités dont il est coutumier.

Olivier Véran avait affirmé cet été que 85% des hospitalisés n’étaient pas du tout vaccinés, et que seulement 7% l’étaient. lien

Pas de chance…S’il faut en croire « le courrier du soir  », les admissions à l’hôpital concernent prioritairement les vaccinés (57%) ce qui met un doute sérieux sur l’efficacité des injections… et sur la parole ministérielle. lien

Le Pr Annane, chef de service réanimation de l’hôpital Raymond Poincaré ne dit pas autre chose : « il faut être transparent, dans mon service, 2/3 des patients sont vaccinés 2 doses  ». lien ou lien

Pour répondre à la polémique, l’infectiologue répond qu’il est tout à fait normal qu’il y ait plus de vaccinés à l’hôpital que de non vaccinés, puisque les vaccinés sont majoritaires dans le pays… (lien), mais alors à quoi riment les mensonges du ministre de la santé ?

D’ailleurs cette large majorité de vaccinés à l’hôpital est confirmée par les résultats officiels publiés par la DREERS (Direction de la Recherche, des Etudes de l’Evaluation et des Statistiques) sur ce lien.

Même Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, a reconnu une certaine incohérence du gouvernement dans la gestion de la crise sanitaire. lien

Sauf que lui-même a été pris en défaut, prenant le contrepied d’une déclaration de Christophe Castaner, l’ex-ministre de l’intérieur, lequel assurait que « la 3ème dose de rappel aux soignants relevait du naturel », alors qu’Attal annonçait l’inverse. lien

Il a encore gaffé début novembre en annonçant un futur couvre-feu, avant d’être démenti une heure plus tard par Matignon. lien

Dans cet article, d’autres contradictions de nos dirigeants qui devraient nous inquiéter.

Tous ces dérapages plus ou moins contrôlés n’auraient-ils pas pu être évités si des scientifiques réellement indépendants, et de haut niveau avaient été consultés ?

Or on constate que ceux qui sont aujourd’hui considérés comme de « dangereux complotistes », avaient des carrières autrement plus convaincantes que ceux qui siègent aujourd’hui dans le « conseil scientifique  »…

En effet, quid de Luc Montagnier, Nobel de médecine, de Tasuku Honjo, Nobel de médecine lui aussi, du Pr Martin Kulldroff, grand épidémiologiste (lequel a dénoncé les méfaits du confinements) lien , du Pr Malcolm H. Levitt, Nobel de chimie, du Pr. Didier Raoult, l’un de nos plus éminents virologue, de l’épidémiologiste Robert Malone, inventeur des vaccins ARNm, et qui a déclaré la protéine Spike toxique (lien), du Pr Peter Mccullogh, cardiologue, qui a dénoncé les risques de pathologies cardiaques liés au vaccin, rappelant qu’une approbation définitive d’un vaccin prenait entre 10 et 20 ans (lien), de la généticienne Alexandra Henrion Caude, spécialiste en ARNm, hostile au masque et au vaccin (lien), du Pr Christian Peronne, spécialiste en maladies infectieuses, prônant l’utilisation de l’hydroxychloroquine, et de l’azithromycine, du Pr Vladimir Zelenco, considéré comme le Didier Raoult américain (lien)… face au simple néphrologue, Gilbert Deray, au généraliste Jérôme Marty, ou au médecin réanimateur Bruno Mégarbane…et à tant d’autres « experts » qui phagocytent les plateaux médiatiques. lien

Et quid de Christian Vélot, qui explique par le détail toutes les erreurs commises par « le conseil scientifique  » ?

Ce généticien moléculaire, président du conseil scientifique du CRIIGEN décrypte dans une courte vidéo les risques potentiels que peuvent engendre les différents types de vaccins. lien

On se souvient que l’hydroxychloroquine et l’ivermectine avaient été la cible du « conseil scientifique », s’appuyant sur une étude parue dans la célèbre revue « the Lancet », sauf que finalement, ce journal avait déprogrammé cette étude à la demande de 3 des coauteurs, étude qui avait servi de prétexte à ce même « conseil scientifique » pour décrédibiliser ceux qui en font la promotion… lien

D’autant que ces traitements si décriés ont démontré aux Indes, et ailleurs, leur efficacité, comme le montre ce graphique.

Les 10 et 11 décembre dernier, 300 différents scientifiques se sont relayés dans une opération médiatique dans le cadre du Doctothon, et il n’est pas inutile de découvrir les points essentiels qu’ils ont argumentés. lien

De quoi se renseigner le plus objectivement possible sur les tenants et aboutissants de cette situation sanitaire, car comme dit mon vieil ami africain : « quelle que soit la profondeur du puits, la vérité finit par en sortir ».

2 réflexions sur “Nos destins entre leurs mains?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *