MANIFESTATIONS AU KAZAKHSTAN: 5 CLÉS POUR COMPRENDRE CE QUI SE PASSE

Traduction et commentaires :

 

Les troupes de l'armée se sont jointes à la répression des manifestations au Kazakhstan mercredi dernier.
Les troupes de l’armée se sont jointes à la répression des manifestations au Kazakhstan mercredi dernier.
.

La répression des manifestations au Kazakhstan est devenue internationale : des parachutistes russes et des troupes arméniennes, kirghizes et tadjikes sous mandat du CSTO entrent dans le pays pour affronter les manifestants. Les agences russes parlent d’une action commune pour affronter « terroristes » et « bandits » , les américaines d’une tentative de Poutine d’« étendre son influence » . Tous deux rendent la réalité invisible : de dimanche dernier à aujourd’hui, l’État (totalitaire) kazakh s’est effondré face à une tentative de grève de masse qui s’est propagée dans tout le pays mais est néanmoins loin du niveau d’auto-organisation des travailleurs que l’on a vu en Iran .

.


Table des matières

 


Que s’est-il passé?

Les travailleurs du pétrole en grève sauvage, début des manifestations au Kazakhstan.

.

Ni tentative de coup d’État frustrée ni invasion russe : répression d’une grève de masse

La chronologie des manifestations au Kazakhstan parle d’elle-même. Dimanche dernier, le 2 janvier, des manifestations massives ont éclaté à Janaozen après que le gouvernement ait doublé les prix du gaz . Après les premières tentatives de répression, les ouvriers érigent des barricades dans toute la ville.

Dans la nuit du 3 au 4 janvier, une grève sauvage (spontanée et militante) a commencé chez les compagnies pétrolières de Tengiz. Bientôt la grève s’étendit aux régions voisines. À l’heure actuelle, le mouvement de grève a deux axes principaux : Janaozen et Aktau, deux des principaux centres des industries extractives.

.

Manifestations au Kazakhstan. Les camions des grévistes arrivent à Alma Ata
Manifestations au Kazakhstan. Les camions des grévistes arrivent à Alma Ata

Le 4 janvier, des camions transportant des travailleurs du pétrole sont arrivés à Alma Ata et des milliers de personnes se sont jointes à la manifestation, occupant le centre de la ville et manifestant devant la mairie.

.

Manifestations au Kazakhstan. Rassemblement de masse devant la mairie d'Alma Ata.
Manifestations au Kazakhstan. Rassemblement de masse devant la mairie d’Alma Ata.

.

Le président Tokayev a annoncé l’état d’urgence dans les régions et dans la matinée du 5 janvier, il a accepté la démission du gouvernement et a proposé de remplacer l’augmentation des prix de 100% par une augmentation de 50%. Dans l’après-midi, il a annoncé avoir remplacé son mentor, l’ancien dictateur Nazarbayev à la tête du Conseil de sécurité du pays. Après avoir reconnu que les manifestations s’étaient étendues à plus de la moitié du pays, il a annoncé que des dizaines d' »émeutiers » avaient été « liquidés » et que leurs identités étaient en cours .

.

Manifestations au Kazakhstan. La mairie d'Alma Ata en flammes après l'agression de manifestants.
Manifestations au Kazakhstan. La mairie d’Alma Ata en flammes après l’agression de manifestants.

Malgré la répression, les manifestants ont continué à manifester devant la mairie d’Alma Ata, dépassant les forces de police ( voir vidéo ). Le bâtiment a pris feu et les rassemblements se sont concentrés sur le bureau du procureur général de l’État et la résidence officielle du président.

Toujours à Aktobe, l’autre foyer insurrectionnel majeur, le bâtiment du gouvernement local a été perquisitionné, sans succès, par les travailleurs. Les protestations au Kazakhstan étaient loin d’être épuisées.

.

image 3
Des parachutistes de l’unité aéroportée présidentielle, les prétoriens du président, « balayent » les rues d’Alma Ata et accentuent la violence de la répression contre les manifestations au Kazakhstan.

.

La répression a continué à tuer et à arrêter en masse toute la nuit. À Alma Ata, des manifestants ont érigé des barricades et plusieurs cas de désarmement des forces de sécurité ont été filmés. Face à la résistance, dans de nombreuses villes du pays, la police a dissous ou rejoint les manifestations.

Pour faire face à l’effondrement auquel les manifestations au Kazakhstan avaient conduit l’État, Tokayev a lancé des parachutistes sur les manifestants et a appelé les chefs d’État de l’OTCS à envoyer des troupes pour vaincre la « menace terroriste » (sic) , appelant les manifestants qu’il avait tenté de calmer peu avant en tant que « gangs terroristes internationaux ».

.

Qui sont les manifestants ?

image 2
Assemblée des travailleurs du pétrole lundi dernier au début des manifestations au Kazakhstan.

.

Ni terroristes internationaux, ni « citoyens » en colère : des travailleurs en guerre de classe

Les manifestations au Kazakhstan se déroulent dans un contexte plus large que celui présenté par la presse. Comme nous le soulignons dans notre résumé annuel des luttes , l’un des développements les plus importants de 2021 a été que du Kazakhstan au Donbass en passant par la Géorgie, les travailleurs ont répété des formes d’affirmation en tant que classe.

Ce n’est pas un hasard si l’un des épicentres des protestations au Kazakhstan est désormais Janaozen. La vague de grèves à Janaozen en juillet a fait date dans toute l’Asie centrale. Le mouvement, qui, comme nous le soulignions alors, avait tendance à devenir une grève de masse malgré les obstacles syndicaux, n’a cessé depuis d’ ajouter des secteurs et de rallier des effectifs, maintenant une tension constante qui a jusqu’à présent rendu impossible une répression brutale ouverte.

.

A lire aussi : Les grèves reviennent à Janaozen dix ans après le massacre , 21/07/2021

.

Mais son influence va bien au-delà du local. Au Kazakhstan, il y a eu plus de grèves au premier semestre 2021 qu’au cours des trois années précédentes combinées, toutes centrées sur Mangystau et Janaozen .

Lorsqu’en novembre, après un accident dans les mines de Karaganda, il a poussé les esprits des mineurs vers une nouvelle grande grève comme celle de 2017, les syndicats ont bondi pour freiner toute tentative de riposte . Et à peu près au même moment, la grève a éclaté dans les usines à gaz de Mangystaumunaigaz dans la région de Janaozen . La référence de Janaozen a transformé la frustration des mineurs en  ferment d’une grève sauvage (= au-dessus des syndicat, spontanée et populaire) qui a maintenant éclaté.

C’est cette accumulation et cette confluence de luttes qui se déroulent une à une – mais toutes au-dessus de la tête des syndicats ce qui explique la mobilisation rapide dès le premier jour, lorsque le gouvernement met en branle la hausse des prix du gaz pour la consommation domestique et les transports…attaquant directement les conditions de vie et de travail de la classe ouvrière… (se souvenir des Gilets jaunes en France, NDÉ).

.

Les mineurs de Jezkazgan devant le bâtiment du gouvernement local de Karaganda jeudi

Par exemple, depuis le jour 2 du mouvement de grève spontané, les mineurs de Jezkazgan, à Karaganda, véritable épicentre des grèves sauvages, manifestent devant le bâtiment du gouvernement pour un abaissement de l’âge de la retraite, contre l’inflation et pour la liberté de manifestation (des revendications d’ordres économique et politique authentiquement prolétariennes. NDÉ) Jusqu’au 5, en pleine chute de l’État, les élus politiques locaux n’ont même pas daigné recevoir les demandes des ouvriers.

.

Pour se réchauffer, les manifestants ont allumé un feu de joie et les habitants leur ont apporté de la nourriture et du thé. Les mineurs disent à RFE/RL que la manifestation est pacifique. La police surveille la situation mais n’arrête personne. À 15h00 le 6 janvier, environ 300 personnes se trouvaient près du bâtiment akimat. Selon l’un des participants à l’action, il y avait beaucoup plus de manifestants hier soir et aujourd’hui, de nouveaux participants se joignent.

Dans la région de Karaganda, comme dans d’autres régions, Internet ne fonctionne pas, il y a des problèmes de communication cellulaire. La plupart des opérateurs signalent que seuls les appels d’urgence sont possibles.

.

Pour quoi les travailleurs se battent-ils ?

Un gréviste de Jaozén rejette l'argument des "besoins d'avantages sociaux" avancé par le président régional (à droite).
Un gréviste de Janaozen rejette l’argument des « besoins de profit » avancé par le président régional (à droite).

.

Ni l' »Euromaidan » anti-russe ni la « lutte contre la corruption », les besoins fondamentaux des travailleurs sont le moteur des protestations au Kazakhstan

Le déclencheur qui vient de pousser les grèves et les protestations au Kazakhstan en les rassemblant a été la hausse du prix du gaz.

Les opérations d’extraction sont au milieu du désert et toutes les marchandises sont importées. La hausse du gaz pour le transport signifie une hausse généralisée des prix et une perte de pouvoir d’achat qui était déjà à la limite en raison des bas salaires .

.

Les prix du gaz, que nous produisons également, ont explosé. Tout dépend du gaz. Si le gaz devient plus cher, tout devient plus cher.

Les gens ordinaires ont déjà peu de revenus et la situation va empirer. Qu’ils réduisent le prix du gaz à 50-60 tenge. Ou augmentez nos salaires à 200 mille tenge. Sinon, nous ne survivrons pas quand tout deviendra cher. (Cette grève spontanée de masse est une guerre que mène notre classe pour sa survie et celle du peuple. NDÉ)

Les autorités disent qu’il n’y a pas assez de gaz, que l’usine construite il y a 50 ans est usée, dépassée. Et qu’ont-ils fait depuis 30 ans ? »

UN OUVRIER , RÉCUPÉRÉ PAR RLT

.

Des directeurs d’usine, des syndicalistes et le président local ont tenté d' »expliquer » aux travailleurs pourquoi ils « avaient besoin » d’augmenter les prix ( voir vidéo ). L’argument habituel : l’entreprise, sinon, subirait des pertes et supprimerait  l’emploi, chacun devait endurer et espérer un avenir meilleur. Les travailleurs ont répondu que raconter des « contes de fées » ne résolvait pas les problèmes et les politiciens, les syndicalistes et les gestionnaires ont défilé sans convaincre personne.

L’année dernière, ces entreprises ont commencé à être optimisées à grande échelle. Des emplois ont été supprimés, les travailleurs ont commencé à perdre leurs salaires, leurs primes, de nombreuses entreprises sont devenues de simples sociétés de services.

Lorsque la compagnie pétrolière Tengiz a licencié 40 000 travailleurs à la fois dans la région d’Atirau, cela est devenu un véritable choc pour tout l’ouest du Kazakhstan. L’État n’a rien fait pour empêcher ces licenciements massifs. Et il faut comprendre qu’un pétrolier nourrit 5 à 10 membres de sa famille. Le licenciement d’un ouvrier condamne automatiquement toute la famille à la faim.

Il n’y a pas d’emplois ici, sauf dans le secteur pétrolier et dans les secteurs qui répondent aux besoins des pétrolières.

AÏNOR KOURMANOV

.

Les manifestations au Kazakhstan sont-elles vraiment une révolution ?

liens d'âme mardi
Alma Ata mardi dernier

.

Les manifestations au Kazakhstan n’ont pas atteint le stade d’une révolution, c’est une grève de masse qui ne s’auto-organise pas facilement

Ce à quoi nous assistons n’est pas une révolution, mais une grève de masse qui n’a pas encore abouti et qui a néanmoins suffi à faire s’effondrer l’appareil répressif de l’État kazakh réactionnaire et totalitaire…(la première étape de ce qui pourrait se transformer en insurrection populaire anti-capitaliste, à la condition que les ouvriers de tout le Kazakhstan et des pays alentours se joignent au mouvement, non plus de résistance, mais de révolte volontaire spontané. NDÉ).

Sauf dans certaines entreprises de Janaozen, les ouvriers se sont rassemblés mais pas les assemblées et les comités élus par eux et elles. Dans l’ensemble, la lutte est encore loin du niveau d’auto-organisation ouvrière que nous avons vu en Iran .

Le résultat est que les travailleurs ont découvert leur propre force et sont apparus comme un sujet politique déterminant au niveau national… mais ils n’ont pas la capacité d’organiser le pouvoir qui s’est libéré.

 

Cette faiblesse organisationnelle des manifestations au Kazakhstan ne peut que se transformer en une faiblesse programmatique. Nous l’avons vu hier soir à Aktau . Les dirigeants syndicaux ont pris la tête des protestations avec l’assentiment des forces répressives et du gouvernement régional, ont réaffirmé les revendications fondamentales auxquelles ils s’étaient opposés jusqu’à récemment et ont appelé au maintien de l’ordre. Très symboliquement, ils ont planté un drapeau national – symbole de l’intérêt des travailleurs (ce dont nous doutons quand à nous. NDÉ)– dès qu’ils le pouvaient.

 

Les syndicats tracent le chemin de la défaite, comme partout , mais au bout du compte il y a pire qu’une nouvelle coupe salariale aux besoins de base. Renforcé par les parachutistes russes et encouragé par la perspective d’avoir 2 500 soldats tadjiks et kirghizes que le CSTO lui a promis immédiatement , le président Tokayev a ordonné à l’armée de « tirer pour tuer » contre les « 20 000 bandits » qui selon lui manifestent à Alma.

.

Pourquoi les pays de la zone d’influence russe envoient-ils des troupes ?

Des parachutistes russes embarquent au Kazakhstan
Des parachutistes russes s’embarquent pour réprimer les manifestations au Kazakhstan

.

Les classes dirigeantes se reconnaissent et s’unissent face à leur ennemi de classe sans cesser de se couvrir contre ce que pourraient faire leurs concurrents face à un vide du pouvoir étatique.

Les classes dirigeantes régionales ont été claires dès le départ sur ce qui se cache derrière les protestations au Kazakhstan. Ils savent reconnaître l’ennemi de classe dès qu’ils le voient en mouvement. Il y a dix ans, leur pouls ne tremblait pas lorsqu’il s’agissait de réprimer par le sang et par le feu à Janaozen .

Les gouvernements et agences européens et anglo-saxons n’en doutent pas non plus. Cette fois, il n’y a pas de soutiens et de messages comme en Russie, en Biélorussie, en Ukraine, en Géorgie… ou à chaque fois qu’une faction bourgeoise locale fait quelque chose qui pourrait agacer l’impérialisme russe.

L’« union sacrée » entre les fractions de la bourgeoisie se produit automatiquement chaque fois que le prolétariat entre en scène. Même parmi les rivaux impérialistes. Qu’il suffise de se souvenir de Berlin en 1953 ou de Budapest en 1956 . Dans ce cas, alors que Chevron fait aussi partie des compagnies pétrolières directement touchées par les grèves de Tengiz , rien d’autre ne pouvait être attendu.

Mais ils n’arrêtent pas non plus de se concurrencer ou d’essayer d’obtenir leur part du butin de guerre, même si ce n’est que symbolique ou propagandiste de ce qui est en réalité un revers pour tous. Il est significatif de voir comment la presse anglophone et ses échos dans d’autres langues, bien qu’elles n’aient pas fait la une des journaux, ont tenté de mettre le feu à leurs sardines en présentant les manifestations au Kazakhstan comme une révolte « contre la corruption et les inégalités » qui pourraient ont des répliques aussi en Russie même .

 

Poutine sait très bien qu’il ne doit pas craindre l’intervention de ses rivaux impérialistes et qu’il ne subira même pas de nouvelles représailles économiques pour avoir lancé ses troupes d’élite contre les manifestations au Kazakhstan. Mais il craint, à juste titre et comme d’autres gouvernements de la région, les coûts économiques et les risques politiques d’une vacance du pouvoir.

 

Son objectif premier est d’étouffer dans l’œuf toute évolution révolutionnaire possible des manifestations au Kazakhstan. Mais il y a plus. Contre ses rivaux impérialistes, il veut montrer la capacité de la Russie à « maintenir l’ordre » dans sa sphère d’influence directe. Et devant les gouvernements alliés d’Asie centrale et du Caucase, envoyant le signal qu’il est capable de les maintenir au pouvoir au cas où ils seraient confrontés à une mobilisation de classe comme celle qui alimente les protestations au Kazakhstan…

… ce qui est vrai, mais seulement à moitié, car la clé ne dépend pas de lui, mais du développement de l’auto-organisation des travailleurs. Un petit pas au-delà de ce que les travailleurs ont atteint jusqu’ici et les assurances de la classe dirigeante se dissiperaient.

nous

.
Vous pouvez lire cet article en espagnole:  https://es.communia.blog/protestas-en-kazajistan/ (Spanish)

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

5 réflexions sur “MANIFESTATIONS AU KAZAKHSTAN: 5 CLÉS POUR COMPRENDRE CE QUI SE PASSE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *