La Femme arabe face aux traditions et aux statuts confessionnels

Par Marie Nassif-Debs[1]

This article is available in 5 languages on this webmagazine: 8.03.2022-Debs-English-italiano-Spanish

[1]. Présidente de l’association féminine « Egalité-Wardah Boutros ». Coordinatrice du Forum de la gauche arabe et ex Secrétaire générale adjointe du PCL. Déclaration à l’occasion de la « Journée internationale de la Femme ». (8 mars 2022)

 

«Cette bassesse, cette infamie et cette ignominie qu’est l’absence de droits ou l’inégalité des droits pour la femme, cette survivance révoltante de la féodalité et du Moyen Âge, replâtrée dans tous les pays du globe, sans exception aucune, par la bourgeoisie cupide» [1].

.

« La Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes », appelée communément CEDAW, ne fut complètement ratifiée par les régimes politiques arabes qu’au début du XXIème siècle ; cependant, des réserves, presque les mêmes, ont été émises sur le contenu de l’article 9, surtout le paragraphe 2 concernant  le droit des femmes de donner leur nationalité à leurs enfants, mais aussi sur une grande partie de l’article 16 concernant l’égalité de l’homme et de la femme pour toutes les questions découlant du mariage et qui, selon les gouvernements arabes, était en contradiction avec la Charia islamique[2] et aussi les statuts personnels des minorités vivant dans le Monde arabe. A cela, il faut ajouter que certains régimes arabes avaient également émis des réserves sur les articles 2, 15 et 29 et que le Qatar s’était déclaré non concerné par les dispositions de la Convention internationale susmentionnée.

.

Les statuts personnels

Ce résumé sur les positions prises par les Etats arabes exprime clairement la situation dans laquelle vivent les femmes, même si certains pays ont remis à jour quelques-unes de leurs lois à la lumière de la CEDAW, poussés dans ce sens par les luttes menées par le mouvement féminin dans chaque pays, mais aussi et surtout par le mouvement féminin arabe unifié et progressiste, encadré par le Centre régional arabe de la Fédération Démocratique Internationale des Femmes (FDIF)[3] et jouissant de l’appui du mouvement politique et populaire et, surtout, de certaines intelligentsias et personnalités progressistes qui voient dans les traditions sociales et religieuses des entraves sérieuses, non seulement à la promotion du rôle de la Femme mais aussi à l’évolution de la société toute entière, vu que la moitié de la population est marginalisée et n’a pas voix au chapitre ni en ce qui concerne les problèmes de la famille, ni en ce qui concerne la production et les politiques socio-économiques… sans oublier la faible participation des femmes aux instances politiques générales.

En effet, si nous considérons les statuts personnels appliqués partout dans le Monde arabe, la discrimination apparait flagrante dans presque tous les domaines de la vie individuelle et familiale, parce que les femmes sont considérées comme des citoyens de second ordre, puisque « le mâle » détient le pouvoir en tant que chef de famille ; il a tous les pouvoirs en tant que tuteur et héritier, et c’est lui qui décide dans les domaines du mariage, du divorce et de la nationalité des enfants.

.

Le mariage des adolescentes

Prenons d’abord le problème du mariage des adolescentes, parce qu’il est le plus flagrant et le plus répandu.

Bien que tous les pays arabes aient signé la Convention internationale sur les droits des enfants (1989), acceptant par là son contenu et ses 12 droits fondamentaux, les statuts personnels arabes permettent ou tolèrent en général le mariage des adolescentes de moins de 18 ans. Certains pays vont même jusqu’à permettre des mariages d’enfants en bas âge (entre 12 et 15 ans) ; et, à cet égard, il faut dire que les guerres et les bouleversements que vit la région arabe depuis la deuxième décennie du XXIème siècle aident à aller dans ce sens. Ainsi, en Mauritanie et au Yémen, les mariages précoces des adolescentes entre 11 et 15 ans constituent un trafic rentable. Il en va de même dans les autres pays du Golfe arabique, dans régions rurales des pays du Maghreb et du proche et Moyen Orient.

Prenons quelques exemples publiés par des études faites récemment :

– Au Yémen, par exemple, 15% des filles sont mariées de force par leurs gardiens avant l’âge de 15 ans et presque 48,4% avant l’âge de 18 ans.

– Au Maroc, les statistiques sont toujours alarmantes : certains rapports publiés par des ONG parlent de 24% de petites filles ayant subi des mariages forcés. Et, même si nous prenons en considération certaines publications donnant des chiffres en baisse[4], le nombre de ces mariages déclarés est toujours très important.

– En Jordanie, des études faites par des associations de femmes déclarent que 10% des adolescentes jordaniennes subissent des mariages forcés contre une petite réfugiée syrienne sur cinq (20%) dans les camps des populations syriennes déplacées.

– En Irak, 24% sont mariées avant l’âge de 18 ans, et les chiffres vont augmentant.

– Au Liban, une étude faite en 2020[5] montre que plus de 24% des adolescentes syriennes et quelques 13% des adolescentes libanaises subissent des mariages précoces.

Ces chiffres sont frappants, surtout si l’on considère que ces mariages, imposés par les traditions et les coutumes révolues, entrent en réalité sous le titre de la traite des êtres humains…

.

Les inégalités économiques

Comme nous l’avons déjà signalé, les répercussions des traditions et des statuts personnels confessionnels ne se limitent pas aux seuls mariages et autres intérêts familiaux. Nous les retrouvons dans la vie économique et le monde du travail, même si les lois du travail passent sous silence les inégalités sur les plans de l’embauche, des salaires et des prestations sociales.

Saudi seamstresses work at a factory in the Red Sea city of Jeddah on August 21, 2009. The factory is run by Saudi designer Siraj Sanad, who specialises in men’s traditional garb, known locally as the « towb ». In an unusual move in the conservative desert kingdom, 16 women were employed when the factory opened six months ago and now more than 40 females work there but they are not allowed to mix with the male clients. AFP PHOTO/OMAR SALEM (Photo by Omar Salem / AFP)

Ainsi, selon l’Organisation internationale du travail (OIT), les taux de chômage parmi la population active féminine dans le Monde arabe sont deux fois plus importants que ceux de la population active masculine dans les pays arabes, bien que le nombre de femmes lettrées et ayant une spécialisation se rapproche de celui des hommes[6]. De plus, la majorité des femmes actives travaillent dans « des affaires familiales » axées vers le marché. Quant aux conditions dans lesquelles elles se trouvent, elles sont caractérisées par leur précarité et, souvent, par l’absence de contrats écrits. A cela, il faudra ajouter l’absence de respect des lois et conventions collectives.

Prenons l’exemple du Liban. En l’an 2000, et à la suite d’une campagne menée par « La Rencontre nationale pour l’élimination de la discrimination contre la Femme au Liban »[7], la loi du travail a subi plusieurs modifications importantes, dont l’interdiction de la discrimination fondée sur le sexe en matière de salaire (article 26), un congé de maternité fixé à 10 semaines (article 28), le payement de l’intégralité du salaire pendant le congé de maternité et le congé annuel (article 29) et, enfin, l’interdiction de donner un avertissement ou de licencier une femme enceinte ou pendant son congé de maternité (article 52).

Cependant, les patrons font généralement fi de ces modifications sans qu’ils soient poursuivis par les inspecteurs du Ministère du travail. L’argument ? Nous n’avons pas assez d’effectifs.

Il en va de même en ce qui concerne la répression de la violence et du harassement sexuel sur les lieux du travail… Les affaires de harassement durent plusieurs années avant de trouver une issue. Voilà pourquoi nous avons décidé de consacrer les années 2021 et 2022 à promouvoir une campagne généralisée contre ces deux méfaits, invitant le gouvernement libanais à ratifier la Convention 190 mise à l’œuvre par les Nations Unies en juin 2021, même si le gouvernement libanais, comme nous l’avons déjà remarqué, s’est toujours abstenu d’appliquer certaines clauses des conventions internationales signées. Nous le faisons, parce que nous pensons que, tôt ou tard, force sera donnée aux conventions internationales, qui priment les constitutions et les lois nationales, et que les Nations Unies seront, un jour, capables d’imposer leur autorité.

.

Conclusion

Cet exposé succinct et axé sur seulement quelques problèmes vécus montre combien le Monde arabe est en retard en ce qui concerne la résolution des problèmes liés à la citoyenneté et aux droits humains… surtout quand il s’agit des droits de la femme et de son rôle dans la société.

Le changement est-il possible contre le pouvoir des traditions et des lois imposées par les confessions religieuses ?

Nous le pensons, surtout que le mouvement de revendications s’élargit et s’aguerrit au fil des ans, surtout depuis les soulèvements de 2010, et que ses programmes de lutte sont bien plus clairs.

Cependant, il nous faut insister sur la nécessité d’un changement à la base, représenté par le remplacement des statuts personnels actuels par des statuts civils, d’une part, mais aussi par un rôle plus déterminant des femmes arabes dans les instances du pouvoir politique, les parlements en particulier. 

                                                 

8 mars 2022  (Journée internationale de la Femme)


NOTES

[1].  Lénine, Œuvres, t. 30, pp. 154-155, article paru lors du quatrième anniversaire de la Révolution d’Octobre.

[2].  Loi canonique islamique régissant, en plus de la vie religieuse, tout ce qui a rapport à la vie politique, sociale et, surtout, individuelle.

[3]. Y sont affiliées des organisations des femmes du Bahrain, d’Irak, de Jordanie, du Kuweit, du Liban, de Palestine, de Syrie et du Soudan.

[4]. Média 24  (24 décembre 2021) dit que les chiffres sont passés de 33686 en 2018 à 12600 en 2020. Ces chiffres tiennent compte des mariages enregistrés ou déclarés.

[5].  Etude sur le terrain faite sur 300 personnes (dont 57,3% sont des Libanaises) et publiée sous le titre « Le mariage précoce ; causes et répercussions négatives sur les adolescentes libanaises et les réfugiées vivant au Liban» par l’association « Egalité-Wardah Boutros », dont je suis la présidente, avec l’aide de la Ligue des droits de la femme libanaise.

Cette étude avait pour but de créer une coalition visant à faire promulguer par le parlement libanais une loi imposant le mariage à 18 ans.

[6]. Cf. le rapport de l’Organisation internationale du travail paru la veille du 8 mars 2018.

[7]. Collectif créé en 1999, deux ans après la ratification par le gouvernement libanais de la CEDAW, et regroupant des associations de femmes, des syndicats ouvriers et des organisations sociales et culturelles dont j’étais une des représentant(e)s auprès de la commission des lois au parlement libanais durant la discussion sur la modification des lois discriminatoires à l’égard des femmes (loi du travail, impôts, lois de la fonction publique… etc.).

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

4 réflexions sur “La Femme arabe face aux traditions et aux statuts confessionnels

  • 8 mars 2022 à 9 h 53 min
    Permalien

    Je seconde cet excellent article ! Ces clivages hommes – femmes sérieux, graves, catastrophiques et inexcusables sont à la base de tous les dysfonctionnements des sociétés Arabes… en plus de la soumission à la dictature des régimes en place soutenu par l’occident, et qui cultivent des nationalismes a deux sous a cet effet et pour préserver leurs rentes ! et l’entretien de tout ceci par les mouvances islamistes dites  »Soft » sachant parfaitement s’intégrer à ces systèmes clientélistes et ayant pour plafond de revendications de donner a  »L’Islam politique » une part du gâteau !

    Merci pour ce billet !

    Répondre
  • 8 mars 2022 à 15 h 14 min
    Permalien

    Dans une grande ville comme Casablanca au Maroc ou j’ai été récemment, une catégorie de femmes totalement exclues du système et marginalisées a l’extrême ont fait leur apparition dans la ville : des femmes et jeunes femmes SDF, sous l’emprise de la drogue et dont les conditions de vie sont choquantes et auraient dû l’être tout d’abord aux yeux de la société dite  »conservatrice » et qui n’en est rien, qui assiste impuissante ou complice au phénomène, comme au phénomène de l’explosion des drogues dures du genre psychotropes qui accompagnent ces SDF dans leur parcours de vie, et détruisent un pan de la jeunesse désoeuvrée tout autant !

    il a été d’autant plus choquant pour moi d’assister une fois à une scène ou l’une de ses jeunes filles dans ses vingtaines, squelettique, intoxiquée, cheveux coupés aux ciseaux et en piètre état, d’un aspect général sale et habillée uniquement d’un blue jean et d’une chemise en plein hiver avec les pieds nus… et surtout très consciente de sa condition et désespérée, en est venue à quêter dans un feu rouge situé à un croisement immense qui permet au gens de quitter la ville, et au milieu donc d’un embouteillage monstre de voitures de luxe rutilantes surtout, parfois conduites par des femmes aussi, tout le monde s’est affairé à remonter sa vitre et essayer de s’avancer aussitôt que la jeune malheureuse a commencé à les solliciter… ce qui l’a poussée à péter un câble, se lancer dans des cris de désespoir, a insulter tout le monde, et vouloir taper sur ces bagnoles ! Visiblement, elle avait pour but d’amasser de quoi manger…! je décidais alors de bloquer la circulation car conduisant sur le bord droit… je me suis mis au travers de cette file d’hypocrites en costard et de bourgeois, et j’ai remis a la pauvre ce que j’avais comme billets sur moi… ! je me suis dit je m’en fous qu’elle aille se procurer de la drogue avec…, et je lui ai parlé gentiment en lui prodiguant le conseil de prendre soin d’elle même ! elle me sourit aussi et me lança en dialecte arabe bien de chez nous un  »merci mon frère, merci de tout coeur je vais pouvoir manger, que dieu te garde »…. bref, qu’est ce que j’aurais pu faire de plus ? pas grand chose … je n’y étais que comme visiteur provisoir moi aussi… et je prenais la route pour une autre ville !

    il faut dire que même si le tissu associatif des femmes au Maroc et très dense et hyper actif, il ne peut contenir toute la misère qui peut concerner certaines d’entre elles comme dans ce cas précis… l’Itinérance et la drogue étant des phénomènes qui peuvent subvenir a tout moment et mettre a la rue des familles et des personnes comme des femmes sans crier gare ! il leur faudra un moment dans ces conditions avant d’être repérées par les réseaux d’aides, comprendre leur problématiques spécifiques et intervenir avec les bonnes solution de réintégration !

    je ne suis pas prêt de l’oublier celle-la ! je l’ai raconté a mes amis et comment ça m’a foutu en rogne …. et je ne parle même pas des cas de femmes qui discrètement vous attendent a côté d’une pharmacie et n’ayant pas de quoi s’acheter leur médicaments, vous demandent après vous avoir jaugé a votre aspect extérieur et âge…. de les aider a s’acheter des médicaments pour des problèmes de santé qui n’ont rien a voir avec la drogue ou les dépendances, mais parfois avec les cancers et les maladies chroniques sérieuses !

    Répondre
  • 8 mars 2022 à 15 h 35 min
    Permalien

    A Casablanca aussi, des femmes d’un certain âge au dessus de 65 ans, délaissées et marginalisées tout autant avec l’absence totale de filet social pour les vieux autant que pour les jeunes (on ne verse pas la moindre allocation a quiconque dans nos pays), et pour ne pas devenir des mendiantes de rue ou y être associées par les passants, se résoudront à devenir des vendeuses sur le trottoir de marchandises insignifiantes (des gants de toilette de mauvaise qualité, des peignes en plastique, des petits paquets de mouchoirs) afin que les gens leur achètent ou les aident surtout… et donc â leur âge, parfois en surpoid et très malades, elles se s’assoient directement sur les trottoirs des avenues passantes, les jambes allongées sur des morceaux de carton, avec leur maigres  »marchandises » à côté et face à elles ! bref, une autre façon de mendier indirectement, n’ayant plus aucun recours et plus aucun espoir dans cette société ou cet État Marocain merdique ! et au même moment lorsque vous allumez votre poste Radio, vous entendez des trucs du genre que l’état dépense des milliards dans l’armement (forcément face à une Algérie qui dilapide tout autant la rente pétrolière dans une course folle a l’Armement encore plus folle et insencée), ou alors les membres de ce gouvernement se féliciter de leurs bilans qu’ils disent…. tout en amassant des milliards a titre personnel comme les Businessmen et milliardaires notoires d’entre eux font depuis toujours !

    Mais en même temps justement et à la radio, on faisait un appel au service militaire des filles pour la première fois au pays !!! avec la voix de jeunes femmes qui ont déjà intégré l’armée et qui font la pub de cette campagne, en disant qu’elles ont appris des métiers aux seins des forces armées, et vivent dans la dignité et sont fières de leurs parcours ! Je crois bien que cette campagne fut l’une des réponses urgentes et désespérées de l’état en tous cas à la problématique de l’exclusion des femmes ! et quelques jours après mon retour ici, en consultant un journal marocain en ligne, j’y apprenait que cette campagne aurait reçu près de deux millions de candidatures, qu’elle ne peut absorber bien entendu !

    Voila qui donne une idée très claire sur cette situation des femmes au Maroc en tous cas !

    Répondre

Répondre à Luis Júdice Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *