La Nouvelle guerre d’Ukraine vue du côté financier et politique occidental

L’auteur, Tom Luongo, présente ici une interprétation lucide et crédible des événements politiques et économiques qui ont précédé l’intervention russe en Ukraine. Malgré son analyse décapante M. Luongo commet une erreur en prédisant (le 14 février) que la Nouvelle guerre d’Ukraine n’aura pas lieue. Cette mauvaise anticipation découle de sa part d’une erreur antérieure: les impérialistes américains jouent réellement leur « avenir » hégémonique mondialiste en Ukraine – un pays en état de déliquescence avancé -. Par cette Nouvelle guerre ukrainienne, les USA veulent faire savoir à leurs alliés européens qu’ils sont prêt à se battre jusqu’au dernier européen, dans une guerre bactériologique, une guerre classique et/ou nucléaire si nécessaire, pour se maintenir en suzerain et maintenir l’Europe comme vassal aliéné. Les peuples et les prolétaires des pays membres de l’OTAN – ceux d’Ukraine et ceux de Russie également – ont intérêt à comprendre l’analyse économico-politique ici présentée afin de se préparer à faire la guerre à la guerre nucléaire dont ils seront la chair à canon… Pour un complément d’information, voir ici: https://youtu.be/TXam05KKKH8?t=13     Robert Bibeau.


Par Tom Luongo – 14.02.2022 – Source Gold Goats ‘N Guns  –  This article is available in 5 languages on the webmagazine:
16&17.03.2022-Texts-English-Italiano-Spanish

Récemment, la présidente de la BCE, Christine Lagarde, a choqué les marchés en tenant des propos étonnamment belliqueux lors de sa conférence de presse sur la politique monétaire.

Mme Lagarde n’a pas opéré de changement soudain dans la politique ou quoi que ce soit. La BCE n’a pas encore mis fin à ses achats d’obligations et aux projets à acronymes de transfert interne de dette, et ne le fera pas avant le troisième trimestre au plus tôt.

Les marchés n’étaient pas préparés à ce qu’elle adopte un ton aussi belliqueux. Dites ce que vous voulez de la politique de communication du FOMC, au moins sous Jerome Powell, ils vous disent ce qu’ils vont faire et ensuite ils le font.

 

Mais Lagarde devait faire quelque chose de spectaculaire car les marchés financiers se sont rapidement retournés contre elle.

Les traders ont cessé d’essayer de ne pas croire à l’illusion du bellicisme de la Fed et ont finalement accepté ce que Powell disait. Pour le meilleur ou pour le pire (et ce débat était animé dans ce podcast que j’ai réalisé avec Peter Boockvar la semaine dernière), la Fed relèvera ses taux en mars.

Cet article ne vise pas à déterminer si la Fed commet ou non une erreur politique. Cet article ne porte même pas vraiment sur Christine Lagarde et la BCE. Les actions de ces deux personnalités sont en aval des changements rapides qui se produisent dans le paysage géopolitique.

Ces changements ont forcé Lagarde à faire grimper l’euro et à éviter un effondrement des spreads de crédit.

Alors, restez avec moi pendant que je fais le lien entre le nouvel accord sur le gaz entre la Russie et la Chine et les divisions au sein de la hiérarchie politique anglo-européenne. Parce qu’une fois que j’aurai terminé, j’espère que vous verrez le point d’inflexion que nous connaissons actuellement dans le jeu géopolitique des Grandes puissances.

Revenons-en donc à Lagarde.

Central à Eurasia

Ces dernières semaines, j’ai parlé de ce que je pense être la véritable histoire derrière la poussée des États-Unis et du Royaume-Uni en faveur d’une guerre contre les républiques ukrainiennes séparatistes connues sous le nom de Donbass.

En bref, il s’agit d’une crise fabriquée de toutes pièces afin de favoriser l’indépendance de l’Union européenne par rapport aux forces traditionnelles des États-Unis et du Royaume-Uni qui ont poussé le monde à son état actuel. Biden aura l’air d’un dur à cuire en menaçant les Russes de sanctions et les Allemands obtiendront enfin leur nouveau gazoduc rutilant qui renforcera leur contrôle politique sur l’UE.

En dépit de la propagande maladroite et du discours diplomatique qui prétendent le contraire, l’OTAN est une alliance agressive conçue pour favoriser l’hégémonie anglo-européenne sur l’Eurasie. Cette politique s’inspire des écrits de Halford Mackinder, il y a plus de 100 ans.

Celui qui contrôle l’île mondiale d’Eurasie contrôle le monde. Si vous ne pouvez pas la contrôler, empêchez les autres de le faire. Cette simple maxime anime tant de personnes dans les cercles militaires et de politique étrangère occidentaux.

C’est une idée qui se meurt un peu plus avec chaque génération, mais puisque le Davos refuse de laisser les générations suivantes prendre le contrôle aux États-Unis et en Europe, cette politique persiste avec toute l’énergie qu’une bande d’octogénaires peut rassembler.

Cependant, alors que Mackinder domine toujours la pensée occidentale sur la Russie et la Chine, au cours des deux dernières décennies, il y a eu un changement subtil mais très réel dans l’équilibre interne du pouvoir entre l’Europe et les États-Unis, au désavantage des États-Unis.

L’Europe veut contrôler la politique étrangère occidentale, supplantant l’axe États-Unis/Royaume-Uni qui domine depuis la Première Guerre mondiale voire avant.

C’est le cœur de ma théorie sur le Davos : la ploutocratie européenne veut reprendre le contrôle de la politique économique et étrangère de l’Occident aux mains des Américains et des Puissances coloniales après deux siècles de subordination.

Et ce qui est devenu clair pour moi, c’est que, post-Trump/post-Brexit, il y a des faiblesses réelles dans la relation confortable entre ces deux tribus culturellement très différentes – l’Anglosphère des États-Unis/Royaume-Uni et les puissances coloniales européennes traditionnelles.

Lors de la chute de l’URSS, lorsque la Russie était faible, il était facile pour eux d’être unis dans une cause commune : détruire l’URSS, dépouiller la Fédération de Russie nouvellement créée de ses actifs, prendre le contrôle du pays de l’intérieur, centraliser le contrôle de l’Europe à Bruxelles, élever les institutions de l’après-guerre pour imposer un Nouvel ordre mondial.

C’est l’essence même de l’histoire de Bill Browder et de toute l’expansion ultérieure de l’OTAN vers l’est.

Out avec Brzezinski, in avec Poutine

Cette dynamique s’est infléchie lorsque Poutine est arrivé au pouvoir, mais elle a été réellement ressentie lorsque la Russie est intervenue en Syrie en 2013, stoppant les plans d’invasion d’Obama, après que les Tories aient refusé à David Cameron de suivre Obama. Poutine a utilisé la diplomatie pour éloigner tout ça du bord du gouffre.

La récompense de la Russie a été le soulèvement de Maïdan fin 2013/14 et l’éviction du président ukrainien Viktor Yanukovich, qui a conduit à la situation actuelle : le Donbass est dans les limbes, la Crimée fait désormais partie de la Russie et l’Occident est furieux d’avoir été bloqué alors que Poutine a réussi à gagner du temps.

Il a alors défié l’Occident et a commencé à prendre position. Il l’a fait en octobre 2015, lorsque les forces armées russes ont commencé à soutenir les forces de l’Armée arabe syrienne qui reprenaient des territoires aux forces d’ISIS et d’Al-Qaïda soutenues par les États-Unis.

Dans le même temps, la Russie a construit un édifice de relations (avec la Chine, l’Inde, la Turquie, etc.) qui a ébréché la relation entre les États-Unis/le Royaume-Uni et l’Europe. Elle a mis en évidence les lignes de faille entre eux en utilisant la dépendance croissante de l’Europe à l’égard des importations d’énergie et son désir idéologique de s’élever au-dessus des États-Unis/le Royaume-Uni et de les remplacer ; avec le sentiment que leur nouvel empire, l’UERSS, était inévitable.

Poutine et Xi ont exploité l’hubris de l’Europe et la « contrariété » des Britanniques et des Américains pour creuser le fossé qui les sépare, avec beaucoup de succès au fil des ans.

Mais regardons maintenant sérieusement l’Ukraine. L’Europe veut sortir du conflit. Les Anglo-saxons le veulent désespérément. Macron en France et Scholz en Allemagne ont tenté de désamorcer la situation. Biden et les Britanniques n’ont rien fait d’autre que de l’enflammer avec une propagande follement hystérique.

Ils sont même allés jusqu’à annoncer un incident sous faux drapeau pour obtenir la guerre qu’ils veulent, alors que la Russie nie catégoriquement avoir des visées expansionnistes sur l’Ukraine. La Russie ne veut pas de l’Ukraine. C’est maintenant un albatros, économiquement, politiquement et socialement.

La Russie possède déjà ce qui a vraiment de la valeur en Ukraine : les gisements de charbon et l’industrie du Donbass, ainsi que les ports de Crimée. Le reste du pays est un État en déliquescence, fruit de l’ingérence occidentale, et chacun, y compris l’UE, en porte la responsabilité.

Mais si, comme je le dis depuis plus d’un an maintenant, la Maison Blanche de Biden est contrôlée par le Davos qui ne veut absolument pas de guerre avec la Russie. Pourquoi voudrait-il, entre tous, déclencher la plus grande impasse géopolitique entre des puissances nucléaires depuis 1962 ?

On ne peut pas tout expliquer par l’incompétence.

Ce serait bien trop facile. Biden est un bouc émissaire. C’est une marionnette. Même ceux qui dirigent sa Maison Blanche sont des preneurs d’ordre, pas des faiseurs d’ordre. Cette stratégie n’apportera rien, si ce n’est l’humiliation des États-Unis, si Biden est forcé de reculer.

Donc, si l’incompétence n’est pas la bonne réponse (elle ne l’est pas, puisqu’elle ne correspond pas aux motivations des personnes impliquées), nous avons plus de chances d’obtenir une politique délibérée avec un objectif très précis. Un objectif qui change la donne. Les grands objectifs nécessitent de grandes opérations après tout.

Et le plus grand événement géopolitique depuis que les Russes ont installé des missiles à Cuba répond à cette norme.

Pour moi, il semble que le meilleur résultat pour le Davos soit exactement celui-ci. Biden et le Royaume-Uni reculent sur l’Ukraine, mais ils sauvent la face dans le processus. La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a dit exactement ça aujourd’hui, arrêter la Russie par des menaces que Poutine ne pourrait pas gérer.

Cela signifie que toute cette crise a été manigancée. Dans quel but ? Pour permettre enfin à l’Allemagne et à la France de prendre le contrôle de la politique étrangère européenne pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Pour ce faire, il faut créer une situation où les États-Unis, en tant que membre dominant de l’OTAN, se révèlent être un tigre de papier face à un adversaire inamovible, en l’occurrence la Russie.

Bien sûr, Pelosi et Biden vont vendre cela comme « Oooh, Biden est tellement fort ! Votez pour nous cet automne. » Mais ce ne sont que des paroles.

Plus cette impasse se prolonge, plus les États-Unis et le Royaume-Uni sont mal vus aux yeux du monde. Ne pensez pas une seconde que ce n’était pas le but de tout cet exercice inutile. Ce n’est pas un bug, mais une fonctionnalité.

Les États-Unis et le Royaume-Uni perdent énormément de leur prestige, Biden obtient une « victoire » politique intérieure et l’Europe obtient son indépendance.

Les panneaux de signalisation

Ainsi, lorsqu’il s’agit de ce clivage Anglo/Euro, il faut aussi lier les événements en Ukraine à la politique monétaire et au fait que Lagarde s’est trouvé une nouvelle religion avec les hausses de taux :

  • JP Morgan a refusé les garanties des banques européennes tout au long de l’année 2019 après que Powell a baissé les taux pour éviter un krach boursier en janvier 2019, ce qui a déclenché la crise du Repo du SOFR en septembre 2019.
  • La Coronapocalypse a été parfaitement synchronisée avec le Modèle de confiance économique de Martin Armstrong et l’attente de la « bonne volonté » de la Fed pour intervenir après cet événement, en mars 2020.
  • Ca s’est déclenché avec la réunion de l’OPEP+ au cours de laquelle Poutine a refusé de réduire la production, ce qui a entraîné le pétrole dans une chute vertigineuse.
  • Les banques américaines sont encore plus hostiles aujourd’hui aux banques européennes qu’elles ne l’étaient en 2019.
  • J’ai reçu des notes personnelles de mécènes européens et américains indiquant que les prêts d’aide COVID ne peuvent pas être remboursés même si les gens n’ont jamais dépensé l’argent, autrement dit que les actifs des banques ont gonflé.

En mars 2020, le système bancaire était au bord de l’effondrement. Il fallait faire quelque chose. Et la COVID-19 était une excuse parfaite pour lancer une opération massive d’impression monétaire afin de forcer la Fed à revenir au taux plancher zéro.

Puis Lagarde, quelques heures à peine après que la Banque d’Angleterre (!!) a relevé ses taux une deuxième fois, a durci sa rhétorique, faisant s’envoler l’euro et les rendements des obligations en euros. Mais c’est ce tweet de Zerohedge qui m’a fait réagir :

Traduction : JPM a vendu de l’euro à découvert. Commentaire avant la réunion de la BCE aujourd’hui : « Nous avons été en fait assez heureux de détenir de l’euro et de le revendre à découvert au cours des dernières semaines. Nous considérons Lagarde comme très arrangeante et ce sera un test pour elle à l’avenir ».

Comme dirait Rorschach, hum.

Rien de ce qu’a dit Mme Lagarde n’a été particulièrement remarquable. La déclaration de politique générale était presque identique à celle de janvier. Mais l’euro s’est envolé à la suite de cette déclaration et J.P. Morgan s’est fait écraser dans le domaine des devises ? Oui, et ce n’est pas une coïncidence.

Donc, en gardant cela à l’esprit, considérons que la thèse que la division anglo-européenne est réelle et qu’elle s’accentue.

Voici quelques-uns des titres récents qui relient un grand nombre de points :

  • La Russie et la Chine renforcent leur coopération dans le domaine de l’énergie, avec 10 milliards de mètres cubes par an supplémentaires, et régleront en euros et non en dollars.
  • L’ancien chancelier allemand Gerhard Schroeder est nommé au conseil des gouverneurs de Gazprom, une promotion par rapport à sa participation au conseil d’administration de Nordstream 2.
  • Macron rencontre Poutine ; la France et l’Allemagne sabotent la réunion du Conseil de sécurité de l’ONU convoquée par les États-Unis et le Royaume-Uni pour isoler la Russie, comme l’explique joliment The Duran.
  • Un journaliste de l’AP s’en prend au porte-parole du département d’État pour avoir refusé de fournir la « preuve » d’un incident russe sous faux drapeau, information qui est devenu virale la semaine dernière. Qui a ordonné que cette parcelle de vérité soit rendue publique ?
  • L’administration Biden qui joue sur la rhétorique de « l’invasion imminente » tout en limitant toutes les menaces de sanctions à l’« invasion de l’Ukraine » par la Russie.
  • Le Royaume-Uni retire toutes ses troupes d’Ukraine, après les avoir placées là pour servir de fil conducteur à une intervention de l’OTAN.
  • Grâce aux camionneurs canadiens, la plupart des pays d’Europe lèvent les restrictions COVID, mais seulement dans les endroits où les chiffres de la « croissance » sont les plus élevés.
  • Les restrictions sont maintenant levées dans tous les États-Unis, car les Démocrates craignent un effondrement total en novembre.
  • L’Italie s’enfonce un peu plus sous le joug allemand, grâce à Draghi.
  • Des « percées » non divulguées après presque un an d’immobilisme dans les discussions du JCPOA à Vienne.
  • Biden a levé les sanctions sur le programme nucléaire iranien la semaine dernière. L’Europe a besoin de la Russie et de la Chine pour être heureuse et avoir accès au gaz/pétrole iranien bon marché.
  • Biden laisse échapper que le véritable objectif de l’opération en Ukraine est de « dévaloriser la Russie » dans le monde entier lors de son entretien téléphonique avec Poutine ce week-end, faisant écho aux déclarations de Pelosi sur les plateaux de télévision du dimanche.
  • L’Allemagne refuse de participer au renforcement des troupes de l’OTAN en Europe de l’Est.

Tous ces éléments indiquent que la scission n’est pas seulement effective, mais qu’elle est également orchestrée. Macron a essayé de travailler l’angle de la paix pour se faire réélire en avril/mai. Boris Johnson, au Royaume-Uni, subit des pressions pour démissionner à cause du PartyGate, ce qui est absurde.

La tentative ratée d’amener Poutine à donner le premier coup de poing en Ukraine a échoué. Les États-Unis viennent d’envoyer leurs meilleurs chasseurs, les F-22, à Abu Dhabi, et non à Berlin. Toutes les discussions sur une guerre n’ont été que du théâtre pour donner aux Européens l’occasion de se tenir debout et de passer pour des pacificateurs.

L’impulsion pour la résolution finale ici a été Poutine interpellant le président français Emmanuel Macron la semaine dernière. Il a dit à Macron qu’il n’y aurait pas de tergiversations sur les actions de l’OTAN. L’action d’un membre, selon Poutine, est une action de tous les membres. Donc, si vous ne voulez pas d’une guerre qui engloutisse toute l’Europe, vous feriez mieux de faire comprendre cela à vos collègues américains et britanniques.

La fin de Mackinder

C’est un combat à mains nues et sans merci entre les néoconservateurs américains et britanniques et les mondialistes européens. Et pour ceux qui sont troublés par le fait que la Russie et la Chine concluent des accords énergétiques en euros, c’est facile à comprendre.

Aucune des deux parties ne souhaite un effondrement désordonné de l’UE, tout comme la Russie ne souhaite pas un effondrement désordonné des États-Unis. Il s’agit d’une carotte pour Lagarde et Schwab afin qu’ils s’occupent de leurs propres problèmes et qu’ils aient une dette envers la Russie et la Chine. N’oubliez pas non plus que la Russie cherche à séparer complètement l’Allemagne de l’Anglosphère et qu’il n’y a pas de meilleur moyen d’y parvenir que de constituer des réserves dans la monnaie allemande pour les contrôler à l’avenir s’ils se rebiffent.

L’administration Biden et l’UE ont renoncé à toute discussion sur les pires sanctions, à savoir l’expulsion de SWIFT dont l’Europe n’a jamais voulu malgré les propos musclés des Verts. Ces menaces ont toujours été du bluff, car l’effet boomerang serait dévastateur pour l’Europe.

Poutine a intelligemment couvert ses paris avec les Européens fourbes en concluant un accord avec la Hongrie qui constitue le modèle pour d’autres accords gaziers avec des pays tampons plus petits et périphériques. En effet, une fois que les États-Unis et le Royaume-Uni auront échoué à stopper Nordstream 2, à la lumière de leur échec avec l’Ukraine, de nouveaux accords de gazoducs vers l’Europe de l’Est et du Sud pourront commencer.

Pensez maintenant à l’énorme gisement de l’Iran dans la mer Caspienne et vous pouvez voir où nous allons.

C’est un tableau très différent maintenant. La seule chose qui l’empêcherait de se dérouler comme je l’ai exposé ici serait que les Britanniques lancent un faux drapeau dans le Donbass et forcent la Russie à répondre militairement. (Ce qui est effectivement advenu. NDÉ)

Et si c’était une menace sérieuse, les Britanniques ne retireraient pas toutes leurs troupes et l’UE n’offrirait pas au Royaume-Uni le rôle de leader dans la nouvelle architecture de sécurité de l’Europe. Oh, au fait, cela signifie que l’OTAN est également sur la touche.

Cela me fait dire que la crise ukrainienne est déjà terminée, que Biden et les États-Unis ont été dûment humiliés. Si le Royaume-Uni veut survivre, il doit se ranger du côté des gagnants du conflit, l’UE.

Ce qui me ramène à Lagarde et à la BCE. C’était un choix de Hobson de devenir faucon. La victoire de l’Europe sur les États-Unis et le Royaume-Uni pourrait s’avérer être une victoire à la Pyrrhus. Bien qu’ils aient encore des alliés dans l’administration Biden, ces alliés n’ont pratiquement aucun pouvoir réel pour influencer la politique américaine. Fin janvier, j’ai posé la question suivante : « Qui a peur de Jerome Powell ? ».

La réponse, c’est Christine Lagarde.

Tom Luongo

Traduit par Zineb, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

Une réflexion sur “La Nouvelle guerre d’Ukraine vue du côté financier et politique occidental

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *