Les anarchistes et la guerre impérialiste en Ukraine

Veuillez trouver ci-dessous la traduction faite par un de nos camarades de l’interview en espagnol de la KRAS-AIT (Russie) au Grupo Moiras (Espagne) à propos de la guerre en Ukraine. Les camarades de la KRAS l’ont déjà traduit en russe et publié sur leur blog.  Bonne lecture de la traduction de l’interview ci-dessous.  GUERRE DE CLASSE (France). This article is available in 5 languages on this webmagazine: 24.03.2022-Bouzonnie-anarchiste-Sahel-English-Italiano-Spanish.


KRAS-AIT sur la guerre en Ukraine

Source en espagnol : https://grupomoiras.noblogs.org/post/2022/03/13/kras-ait-acerca-de-la-guerra-en-ucrania

Traduction française : Los Amigos de la Guerra de Clases

Face à la vitesse à laquelle les événements de la guerre en Ukraine avancent et aux informations fragmentaires, confuses et biaisées qui nous parviennent à travers les différents médias, le groupe Moiras a décidé d’envoyer cette semaine quelques questions à la section russe de l’AIT, afin d’obtenir une perspective libertaire sur le conflit qui nous aidera à nous positionner et à prendre des décisions sur la base d’une connaissance élargie. Dans le texte ci-dessous, ces questions sont rassemblées avec les réponses envoyées par la KRAS, que nous remercions pour leur réponse rapide et claire.

 

Moiras : Dans votre communiqué à l’AIT sur la guerre en Ukraine, vous désignez les marchés du gaz comme la principale raison du conflit. Nous aimerions en savoir plus sur les intérêts capitalistes spécifiques qui se cachent derrière cette guerre, tant du côté russe que du côté des pays pro-OTAN, et sur les récents développements politiques dans votre région en ce qui concerne ces marchés et leur influence sur l’économie des pays occidentaux. Ces informations ont tendance à être reléguées au second plan dans les médias d’ici, qui sont très axés sur l’actualité quotidienne, mais où il y a peu d’analyse.

KRAS : Tout d’abord, il est nécessaire de comprendre qu’il existe différents niveaux de conflit et différents niveaux de contradictions intercapitalistes. Au niveau régional, la guerre d’aujourd’hui n’est qu’une continuation de la lutte entre les castes dirigeantes des États post-soviétiques pour la redivision de l’espace post-soviétique. Contrairement au mythe populaire, l’Union soviétique s’est effondrée non pas à la suite de mouvements de libération populaires, mais à la suite des actions d’une partie de la nomenklatura au pouvoir, qui s’est partagé des territoires et des sphères d’influence, alors que les méthodes habituelles et établies de leur domination étaient en crise. Depuis cette division initiale, fondée sur l’équilibre des forces à l’époque, une lutte constante pour la redistribution des territoires et des ressources s’est développée, entraînant des guerres constantes dans toute la région post-soviétique. Dans le même temps, les classes dirigeantes de tous les États post-soviétiques (tous, à un degré ou à un autre, sont issus de la nomenklatura soviétique ou de ses successeurs) ont adopté le nationalisme militant dans leur idéologie, le néolibéralisme dans leur économie et des méthodes de gestion autoritaires dans leur politique.

Le deuxième niveau de conflit est la lutte pour l’hégémonie dans l’espace post-soviétique entre l’État le plus puissant de la région, la Russie, qui prétend être une puissance régionale et considère l’ensemble de l’espace post-soviétique comme une zone d’intérêts hégémoniques, et les États du bloc occidental (bien qu’ici aussi, les intérêts et les aspirations des États-Unis et des différents États européens de l’OTAN et de l’UE puissent ne pas être exactement les mêmes). Les deux parties cherchent à établir leur contrôle économique et politique sur les pays de l’ancienne Union soviétique. D’où le conflit entre l’expansion de l’OTAN vers l’est et le désir de la Russie de placer ces pays sous son influence.

Le troisième niveau de contradictions est de nature économico-stratégique. Ce n’est pas un hasard si la Russie moderne est qualifiée d’« appendice à l’oléoduc et au gazoduc ». La Russie joue aujourd’hui sur le marché mondial, avant tout, le rôle de fournisseur de ressources énergétiques, gaz et pétrole. La classe dirigeante prédatrice et profondément corrompue, purement parasitaire dans son essence, n’a pas commencé à investir dans la diversification de la structure économique, se contentant des superprofits de l’approvisionnement en gaz et en pétrole. Pendant ce temps, les capitaux et les États occidentaux entament la transition vers une nouvelle structure énergétique, dite « énergie verte », visant à réduire la consommation de pétrole et de gaz à l’avenir. Pour le capital russe et son économie, cela signifiera le même effondrement stratégique que la chute des prix du pétrole a autrefois provoqué pour l’économie soviétique. Le Kremlin cherche donc à empêcher ce tournant énergétique, ou à le ralentir, ou du moins à obtenir des conditions plus favorables pour lui-même dans la redistribution du marché de l’énergie. Par exemple, la recherche de contrats d’approvisionnement à long terme et de meilleurs prix, l’éviction des concurrents, etc. Si nécessaire, cela peut impliquer une pression directe sur l’Ouest de diverses manières.

Enfin, le quatrième niveau (mondial) est celui des contradictions entre les principales superpuissances capitalistes, les États-Unis qui reculent et la Chine qui avance, autour desquelles se forment des blocs d’alliés, de vassaux et de satellites. Les deux pays se disputent aujourd’hui l’hégémonie mondiale. Pour la Chine, avec sa stratégie « une ceinture, une route », la conquête progressive des économies d’Asie, d’Afrique, d’Amérique latine et la pénétration de l’Europe, la Russie est un partenaire subalterne important. La réponse des États-Unis et de leurs alliés occidentaux est l’expansion de l’OTAN vers l’est, s’approchant par l’Ukraine et la Géorgie du Proche et du Moyen-Orient et de ses ressources. Il s’agit également d’un projet de type « ceinture ». Elle se heurte à la résistance des rivaux impérialistes : la Chine et la Russie, qui en sont de plus en plus dépendants.

En même temps, l’aspect politique interne ne doit pas être négligé. La crise de Covid a révélé la profonde instabilité interne de la structure politique, économique et sociale de tous les pays du monde. Cela vaut également pour les États de l’Ouest, la Russie, l’Ukraine, etc. La détérioration des conditions de vie, l’augmentation des prix et des inégalités sociales, l’indignation massive de la population face aux mesures coercitives et dictatoriales et aux interdictions ont donné lieu à un mécontentement généralisé dans la société. Et dans de telles situations, les classes dirigeantes ont toujours eu recours à des méthodes éprouvées pour rétablir la fameuse « unité nationale » et la confiance de la population dans le pouvoir : créer l’image d’un ennemi et attiser l’hystérie militaire, jusqu’à une « petite guerre victorieuse ».

 

Moiras : Dans les pays de l’Union européenne, les médias, se faisant l’écho des gouvernements, ne cessent de nous dire que Poutine est le seul responsable de cette guerre. Connaissant l’histoire de l’OTAN, avec les États-Unis en tête, nous pensons que ce n’est pas le cas. Comment pouvons-nous expliquer cela à nos populations sans avoir l’air de justifier l’attaque russe et de nous ranger du côté du gouvernement Poutine ?

KRAS : Malheureusement, la conscience du grand public a tendance à chercher des réponses simples et grossières aux questions compliquées. Nous n’avons aucune raison de sympathiser avec le propriétaire du Kremlin et son administration. Ses politiques néolibérales ont conduit à un véritable effondrement des systèmes de santé et d’éducation, à la pauvreté des retraités et des travailleurs du secteur public en province. Les salaires dans le pays sont monstrueusement bas, le mouvement ouvrier est vraiment paralysé… Mais, quoi qu’il en soit, nous comprenons que tout cela est le produit d’un certain système basé sur l’État et le capital. Nous ne vivons pas au XVIIe siècle, ni à l’époque des monarchies absolutistes. Considérer que tout ce qui se passe dans le monde est l’œuvre de quelques «héros» ou «anti-héros» individuels est pour le moins naïf, mais c’est en fait l’une des formes de la théorie du complot elle-même. C’était excusable au XIXe siècle pour le romantique Carlyle ou l’écrivain Alexandre Dumas. Mais à notre époque, il convient de comprendre que le monde est beaucoup plus compliqué et que le capitalisme, en tant que système social, fonctionne d’une manière différente. Notre tâche consiste donc à expliquer aux gens la conditionnalité systémique des problèmes qui secouent le monde actuel. Y compris les guerres de ce monde. Et que la seule façon de résoudre ces problèmes est de détruire le système social qui les crée.

 

Moiras : Les modèles de la guerre froide sont reproduits, de sorte qu’il semble que si vous critiquez un camp, vous êtes avec l’autre. C’est très problématique pour les anarchistes, surtout lorsque nous ne sommes socialement pas assez forts. Nous voulons agir, mais nous avons peur d’être entraînés et utilisés par les armées des États. Dans les manifestations qui se déroulent dans nos villes, la proclamation de « non à la guerre » se mêle aux appels à l’intervention de l’OTAN. Le journalisme favorable au gouvernement du parti socialiste espagnol, le PSOE, nous présente la nécessité d’une intervention, en établissant parfois un parallèle historique avec la guerre civile espagnole et les conséquences de la non-intervention des pays européens, ou la participation des exilés espagnols en France, dont beaucoup d’anarchistes, à l’armée française contre les nazis. Que faire : pacifisme et non-intervention, comme c’était la position majoritaire de l’anarchisme pendant la première guerre mondiale, ou soutenir la résistance ukrainienne contre l’invasion des troupes russes ? Cette deuxième option peut-elle être considérée comme une action internationaliste contre l’impérialisme ?

KRAS : De notre point de vue, il n’y a aucune comparaison avec la situation de la guerre civile en Espagne et il ne peut y en avoir. Les anarchistes espagnols prônaient une révolution sociale. De même, il ne peut y avoir de comparaison entre, par exemple, le mouvement makhnoviste en Ukraine et la défense de l’État ukrainien moderne. Oui, Makhno s’est battu contre les envahisseurs étrangers, austro-allemands, et contre les nationalistes ukrainiens, et contre les Blancs et, finalement, contre les Rouges.

Mais les partisans makhnovistes ne se sont pas battus pour l’indépendance politique de l’Ukraine (à laquelle ils étaient d’ailleurs indifférents), mais pour la défense de ses acquis sociaux révolutionnaires : pour la terre paysanne et la gestion ouvrière de l’industrie, pour les soviets libres. Dans la guerre actuelle, nous parlons exclusivement de l’affrontement entre deux États, deux groupes de capitalistes, deux nationalismes. Il n’appartient pas aux anarchistes de choisir le « moindre mal » entre les deux groupes capitalistes. Nous ne voulons pas la victoire de l’un ou de l’autre. Toute notre sympathie va aux travailleurs ordinaires qui meurent aujourd’hui sous les obus, les roquettes et les bombes.

En même temps, il convient de rappeler que la position de la plupart des anarchistes sur la Première Guerre mondiale n’est pas simplement pacifiste. Comme l’indique le manifeste contre la guerre de 1916, c’est un moyen de transformer la guerre impérialiste en une révolution sociale. Quelles que soient les possibilités d’y parvenir à l’heure actuelle, les anarchistes, à notre avis, devraient constamment formuler et propager une telle perspective.

 

Moiras : D’autre part, des images de groupes armés se présentant comme des bataillons anarchistes de l’armée ukrainienne nous parviennent sur internet, savez-vous s’il s’agit réellement d’anarchistes et quelle est leur façon de voir le conflit ? Et quant à la dépendance aux armes occidentales pour lutter contre l’attaque russe, cela ne conditionne-t-il pas trop la possibilité de bataillons libertaires dans l’armée ou d’une guérilla anarchiste ukrainienne indépendante ? Savez-vous ce qui reste de la makhnovtchina, la révolution anarchiste d’il y a un siècle, dans la mémoire de la population ukrainienne ? Existe-t-il aujourd’hui un mouvement anarchiste en Ukraine ?

KRAS : En 2014, le mouvement anarchiste ukrainien était divisé entre ceux qui ont soutenu la contestation libérale-nationaliste sur Maidan puis ont aidé le nouveau gouvernement contre les séparatistes du Donbass et ceux qui ont essayé d’adopter une position plus internationaliste. Malheureusement, ces derniers étaient moins nombreux, mais ils étaient là. Aujourd’hui, la situation est similaire, mais encore plus aiguë. De manière générale, il existe trois positions. Certains groupes (comme « Nihiliste » et « Action révolutionnaire » à Kiev) considèrent ce qui se passe comme une guerre contre l’impérialisme russe et la dictature de Poutine. Ils soutiennent pleinement l’État nationaliste ukrainien et ses efforts militaires dans cette guerre. La tristement célèbre photo des combattants « anarchistes » en uniforme montre exactement les représentants de cette tendance : elle montre les supporters du club de football « antifasciste » Arsenal et les participants d’« Action révolutionnaire ». Ces « antifascistes » ne sont même pas gênés par le fait que des formations armées ouvertement profascistes, comme Azov, se trouvent parmi les troupes ukrainiennes.

La deuxième position est représentée, par exemple, par le groupe « Bannière noire » à Kiev et à Lvov. Avant la guerre, il critiquait sévèrement l’État ukrainien, la classe dirigeante, ses politiques néolibérales et son nationalisme. Lorsque la guerre a éclaté, le groupe a déclaré que le capitalisme et les dirigeants des deux camps étaient responsables de la guerre, mais a en même temps appelé à rejoindre les forces de la soi-disant « autodéfense territoriale » – des unités militaires volontaires d’infanterie légère, qui sont formées sur une base territoriale, sur le terrain.

La troisième position est exprimée par le groupe « Assemblée » de Kharkov. Elle condamne également les deux parties du conflit, même si elle considère que l’État du Kremlin est la force la plus dangereuse et la plus réactionnaire. Il n’appelle pas à rejoindre des formations armées. Les militants du groupe organisent désormais l’assistance à la population civile et aux victimes des bombardements de l’armée russe.

La participation des anarchistes à cette guerre dans le cadre des formations armées opérant en Ukraine, nous la considérons comme une rupture avec l’idée et la cause de l’anarchisme. Ces formations ne sont pas indépendantes, elles sont subordonnées à l’armée ukrainienne et exécutent les tâches fixées par les autorités. Ils ne proposent pas de programmes et de revendications sociales. Les espoirs de mener une agitation anarchiste parmi eux sont douteux. Il n’y a pas de révolution sociale à défendre en Ukraine. En d’autres termes, ces personnes qui se disent anarchistes sont simplement envoyées pour « défendre la patrie » et l’État, jouant le rôle de chair à canon pour le Capital et renforçant les sentiments nationalistes et militaristes parmi les masses.

 

Moiras : Dans nos villes, les communautés de travailleurs migrants ukrainiens, avec la collaboration des organisations humanitaires et des mairies, organisent la collecte et l’envoi en Ukraine de nourriture, de vêtements chauds, de médicaments… La population espagnole est très solidaire mais ni la guerre ni la pandémie de covid ne semblent avoir aidé nos sociétés à remettre en question leur dépendance aux ressources énergétiques et aux matières premières, dépendance qui entretient le néocolonialisme et détruit l’équilibre naturel de la planète. Compte tenu de la rareté des ressources, un retour au charbon et une poussée vers l’énergie nucléaire sont prévus. Peut-être la société russe est-elle plus consciente des dangers et de la nécessité d’alternatives ? Les mouvements sociaux ont-ils un plan d’action dans ce sens ? Qu’en pensent la KRAS et l’AIT ?

KRAS : Malheureusement, l’état des mouvements sociaux dans la Russie moderne est déplorable. Il est vrai que, même ces dernières années, il y a eu plusieurs protestations pour l’environnement, actives et persistantes, au niveau local : contre les décharges, les incinérateurs de déchets ou la destruction de l’environnement par l’industrie minière, notamment l’exploitation du charbon. Mais elles n’ont jamais abouti à un mouvement puissant au niveau du pays dans son ensemble. Quant à la lutte contre l’énergie atomique et les centrales nucléaires, qui a atteint son apogée en Union soviétique et en Russie à la fin des années 1980 et dans les années 1990, il n’y a pratiquement plus de soulèvements de ce type aujourd’hui.

 

Moiras : Les manifestations des Russes contre la guerre aident les populations d’Europe à comprendre que ce ne sont pas les Russes qui attaquent l’Ukraine, mais l’armée de l’État qui dirige la Russie. Cela se reflète dans les médias de nos pays, et nous savons que des milliers de personnes ont été arrêtées en Russie à la suite des manifestations, comment cela affecte-t-il l’anarchisme russe ? Qu’est-ce que cela signifie pour votre liberté d’expression et d’action dans votre pays ?

KRAS : Les manifestations et diverses autres actions contre la guerre ont eu lieu sans discontinuer depuis le premier jour. Des milliers de personnes y participent. Les autorités en interdisent la tenue sous le prétexte de « restrictions anti-covid » et les dispersent brutalement. Au total, jusqu’au 8 mars, quelque 11 000 personnes ont été arrêtées lors de manifestations dans plus de 100 villes du pays. La plupart d’entre eux risquent des amendes de 10 000 à 20 000 roubles pour avoir organisé une manifestation « non autorisée ». Cependant, les accusations sont déjà plus vicieuses : 28 personnes ont déjà été inculpées de hooliganisme, d’extrémisme, de violence contre les autorités, etc., pour lesquelles elles risquent des peines allant jusqu’à de nombreuses années de prison. Les autorités profitent clairement de la guerre pour « serrer la vis » à l’intérieur du pays. Les médias critiques sont fermés ou bloqués. Une campagne de guerre hystérique est menée dans les médias officiels. Une loi a été adoptée selon laquelle la diffusion de « fausses informations » sur les activités de l’armée et le « discrédit de l’armée », ainsi que la résistance à la police, sont passibles d’une peine pouvant aller jusqu’à 15 ans de prison. Le Parlement est même saisi d’un projet de loi qui permettrait d’envoyer au front les opposants à la guerre arrêtés. Des personnes sont licenciées de leur emploi, des étudiants sont expulsés des universités pour des discours anti-guerre. La censure militaire est introduite.

Dans cette situation, le mouvement anarchiste russe, petit et divisé, fait ce qu’il peut. Certains prennent part à des manifestations de protestation. Ensuite, deux de nos camarades ont également été arrêtés et condamnés à une amende. D’autres critiquent ces manifestations, car les appels à ces dernières proviennent souvent de l’opposition libérale de droite et ne sont pas tant anti-guerre que pro-ukrainiens (et parfois même pro-OTAN). Il reste la possibilité d’aller aux manifestations avec ses propres slogans et affiches (certains anarchistes le font), ou de mener de petites actions indépendantes et décentralisées. Les anarchistes écrivent des slogans anti-guerre sur les murs, peignent des graffitis, collent des autocollants et des tracts, accrochent des bannières anti-guerre.

 

Il est important de transmettre aux populations notre position particulière et indépendante, en même temps anti-guerre, anticapitaliste, antiautoritaire et internationaliste.

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

2 réflexions sur “Les anarchistes et la guerre impérialiste en Ukraine

Répondre à Luis Júdice Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *