Les cabinets conseils ont conquis le pouvoir régalien et obtenu un milliard d’euros pour de faux rapports!

Par Brigitte Bouzonnie.

This article is available in 5 languages on this webmagazine:
28-30.03.2022-Moon-Bouzonnie.do-Yemen-English-Italiano-Spanish

 

Tout arrive ! Dans le feuilleton “ils en ont parlé” (du scandale McKinseygate), voici les humoristes de l’émission “Par Jupiter” sur France inter, cognant à leur tour contre l’invasion et l’inutilité des cabinets conseil dans l’Etat français. “Ne demandent-ils pas des milliards en échange de trois photocopies”(sic) dit l’un d’eux ?

Nous sommes bien au coeur du scandale d’Etat. Et, ce qui est nouveau depuis hier, d’un scandale d’état repris aujourd’hui par des médias aux ordres comme France Inter, l’Express, Le Monde, l‘Obs….Des sommes folles dépensées pour ces Messieurs-Dames, soit un coût démesuré pour ces fausses et mauvaises prestations : souvent des recopies de travaux sur le sujet, comme l’atteste l’ouvrage : “Les infiltrés. Comment les cabinets de conseil ont pris le contrôle de l’Etat”, rédigé par deux journalistes de l’Obs : Matthieu Aron et Caroline Michel-Aguirre, qu’on ne peut pas taxer de bolcheviques !

Le coût global de ces cabinets conseils est de 1 milliards d’euros : du jamais vu ! Car ces cabinets interviennent partout : Réforme du code du travail en 2017. Commission Attali. Future acquisition de Pfizer par Nestlé, où Macron jouait un rôle pilote. Crise sanitaire du Covid…Eliane Assassi, Rapporteuse du rapport du Sénat sur les cabinets conseils dénonce un “phénomène tentaculaire”(sic) !

Et les auteurs du livre “les infiltrés” d’ajouter : Macron est un super consultant. Alain Minc pointe le mimétisme existant entre Macron et le petit monde du consulting. Il confie aux auteurs de ce livre : “Au Ministère de l’Economie, se souvient-il, Macron les faisait déjà rêver. Macron s’habille comme eux. Il pense comme eux. Il connait leurs codes, les fondements de leur métier…”(sic) ( “les infiltrés”, op cit)..

La pensée politique macronienne ne s’embarrasse pas d’idéologies. Partage le même faux pragmatisme : entendez le refus de toute pensée critique. Le refus de la culture de l’écrit : au profit de powerpoints vagues. D’un discours sur la “méthode” érigé en “programme”’.

A l’automne 2015, devant un public conquis, macron martèle son message : “ il faut basculer dans la transformation digitale. Dématérialiser les procédures. Parier sur l’intelligence artificielle. Faciliter les financements des entreprises. Attirer les jeunes talents” (sic) (“les infiltrés”, op cit).

Ce genre de phrases commençant par “il faut” nous transporte dans un monde irréel, une rhétorique vague, où le “devoir être” est substitué au concret, au “pour de vrai” comme disent les enfants. La triste réalité actuelle, 80% des français ayant du mal à joindre les deux bouts, un taux de chômage de 23% comme l’explique une enquête du site ELUCID du 15 novembre 2021 : tout cela est renvoyé dans le déni de réalité, le refoulé, l‘impensé, au profit d’un verbiage anodin, sans importance : primat du numérique et de l’intelligence artificielle, par exemple..

On a écouté la théoricienne de choc et macroniste Amélie de Montchalin, dimanche 27 mars sur France inter : en fait de programme, elle a seulement proposé “l’unité des français” (sic) et le “travail”(sic), comme seules pistes soi disant “novatrices” ! Nul doute que malgré toutes les graves critiques que je lui fais, en comparaison, le programme 2022 de Mélenchon, c’est du Rohmer, du Marcel Proust, au bas mot !

Pourtant le recours aux cabinets conseil est une véritable addiction pour Macron. A l’automne 2016, Macron démissionne du Gouvernement Hollande. Part à la conquête de l’Elysée, entouré d’une brochette de consultants appartenant aux cabinets les plus prestigieux : de McKinsey à Boston Consulting Group.

La formation “En Marche” affirme sans rire que ces consultants ont travaillé “gratuitement”. Rien de moins sûr. Lorsqu’on sait qu’un junior consultant exige 2000 euros par jours, 7000 pour les plus expérimentés : on évalue la débauche financière prise sur nos propres deniers publics par le médiocre candidat Macron. Le même qui baissait la tête, façon bonnet d’âne, lors du premier débat avec les autres candidats en 2017. En présence d’un Mélenchon mille fois plus créatif que lui !

Mais ce n’est pas un cas isolé. Un tweet de Marc Tapage montre une vidéo de Virginie Jordon, députée au Parlement européen (voir vidéo ci-dessus déjà vu par 85 000 personnes). Elle dit : “Mes chers amis, D’après “Le Monde”, McKinsey a facturé 2700 euros par jour par consultant de Macron, lors de la campagne vaccinale du Covid de 2021. Pour mémoire, un haut fonctionnaire A+ coûte 362 euros par jour à l’Etat.

A Bruxelles, les consultants McKinsey ont le moral. La députée montre un mince rapport de 34 pages intitulé : “Intelligence artificielle : applications industrielles critiques”. McKinsey s’est fait rémunérer 1 million cet opuscule, soit 30 000 euros chaque page !”(sic).

Dans un tweet du 28 mars 2022, l’ex-bâtonnier Régis de Castelnau écrit : “le patron de la république bananière s’agace. Pour le #McKinseyMacronGate, j’ai noté pas moins de 5 infractions pénales probables. Fraude fiscale, Concussion, Délit de favoritisme, faux témoignages et bien sûr Corruption”(sic).

Coucou le PNF.”

De son côté, Claude Revel, énarque, fait partie des premiers à alerter sur le sujet. Dans son ouvrage “La France, un pays sous influences ?” (Vuibert, 2012), elle dénonce l’emprise croissante des cabinets de conseil sur la décision politique. Dix ans plus tard, cette pratique est devenue hélas prépondérante. Une commission d’enquête du Sénat décrit, le 17 mars dernier, ce recours « devenu un réflexe »En 2021, les dépenses de conseil extérieur des ministères ont atteint 893,9 millions d’euros, plus du double de 2018, quand elles atteignaient déjà 379,1 millions d’euros.

Depuis son poste de Déléguée interministérielle à l’intelligence économique, de 2012 à 2015, puis à la Cour des comptes, de 2015 à 2019, Claude Revel a vu de près McKinsey et les autres s’imposer peu à peu dans tous les lieux de pouvoir.

La pratique des cabinets conseil est hautement condamnable sur le plan pénal, générant de nombreuses et graves infractions relevées ci-dessus. Elle est surtout hautement condamnable sur le plan politique. Et au regard de notre morale Républicaine. En effet, elle consiste à donner en secret, à l’insu des français, tout le pouvoir régalien à des sociétés de consulting américaines. Des sommes folles au titre de notre budget public : un milliard d’euros en échange de quelques powerpoints. A mettre au rancart la vraie intelligence de la Fonction publique française, de fait, congédiée au profit de ces imposteurs.

 

Mais ce n’est pas fini : après le McKinseygate, voici le Rothschildgate : l’existence d’un compte secret détenu par Macron dévoilé par le journal “L’Humanité” du 29 mars ! Naturellement, on en reparle très vite !

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

7 réflexions sur “Les cabinets conseils ont conquis le pouvoir régalien et obtenu un milliard d’euros pour de faux rapports!

  • 30 mars 2022 à 8 h 30 min
    Permalien

    @ TOUS

    Le webmagazine LES7DUQUEBEC.NET n’endosse pas tous les articles que nous publions sur notre portail.

    Nous publions des articles de la partie Russe au conflit puisqu’ils sont très difficiles à obtenir- ou à consulter en occident capitaliste bourgeois.

    Ceci ne signifie pas que nous endossons tout ou partie de ces articles. Nous les publions à titre de renseignement émanant de l’UNE DES PARTIES au conflit.

    Nous ne publions pas – peu ou prou – le point de vue de l’OTAN-USA-UKRAINE-NAZI puisque ce narratif officiel est largement diffusé par tous les médias mainstream – les médias à la solde des milliardaires occidentaux.

    À chacun de nos lecteurs intelligents – s’étant informer des TROIS CÔTÉS (sur les TROIS POINT DE VU) de cette guerre impérialiste de se faire un jugement personnel et collectif sous l’une des TROIS BANNIÈRES dans ce conflit mondialiste.

    En complémentaire d’information : une vidéo tournée par des occidentaux du côté russe de la guerre – section DONBASS martyr et que vous ne risquez pas de voir sur les médias de propagande de l’OTAN:

    https://www.youtube.com/watch?v=EuThLVgXcrE

    Robert Bibeau Éditeur.

    Répondre
  • 30 mars 2022 à 10 h 00 min
    Permalien

    les cabinets conseils sont désormais un business des plus coriaces avec lequel doivent vivre autant le secteur privé d’envergure que le secteur public, la raison principale est pourtant économique et financière principalement ! car pour les patrons ça reste moins cher de payer des consultants des fortunes pour des projets précis qui livrent la marchandise à des dates précises, que d’investir dans le recrutement à long terme de plusieurs spécialistes et profils qui coûtent des fortunes en salaires à plein temps. Et pour ce qui est de la rémunération des boîtes de conseils, la hausse scandaleuse s’explique en partie par deux raisons, d’abord la rotation des cadres confirmés qui ne restent jamais plus de 3 à 5 ans dans une même place, un grand nombre atterrit chez les boites anglo-saxonnes qui leur déroulent le tapis rouge et doublent les salaires, les bonus et les avantages… ce qui explique pourquoi même les cabinets conseils les plus pointu français qui restent moins chers manquent tout le temps de profils pointus avec l’expérience et les certifications requises…. ensuite, il y a dans ce business un aspect  »Vente » très agressif, les anglo saxons comme tout le monde dans ce business, demandent à leurs cadres de vendre  »des missions » a des prix prohibitifs qui vont déterminer leur rémunération et leur bonus. Dans ce milieu, un  »associé » cadre supérieur va souvent se battre contre les grands patrons et contre tout le monde à l’interne pour baisser les prix et décrocher enfin un contrat, un projet etc… et lorsque son client signera l’offre au final, il devra se démerder pour trouver des  »ressources » pour mener a bien sa mission ! en gros, il travaillera 10 heures par jour pour tout faire lui même, et ne compter que partiellement sur son équipe occupée par poursuivre d’autres objectifs de rémunération et de projets ! Ces cabinets conseils sont devenu une plaie inévitable pour les gouvernements et ministères depuis qu’ils se soient restructuré comme des entreprises avec une gestion de projets à l’américaine, c’est a dire hyper pragmatique et dans le contexte de strictes restrictions budgétaires…. c’est fini l’époque relax ou l’on confiait au ministre et son équipe ou même aux ingénieurs d’état et leur équipes de mettre en place les solutions eux mêmes… on préfère les noyer eux aussi dans la gestion de plusieurs projets en plus de gérer les tâches quotidiennes ….

    le capitalisme a transformé le secteur public en entreprise privée depuis des années maintenant…, quoiqu’il reste pas mal de rentiers et de bon-a-rien dans l’administration…surtout des hauts salariés qui mériteraient même pas la moitié de leur salaires…

    Répondre
    • 31 mars 2022 à 9 h 42 min
      Permalien

      @ Lecteur

      Voilà ce que nous appelons un COMMENTAIRE. Non pas une suite d’insultes et de vocifération visant l’auteur mais un argumentaire logique – explicatif qui complète (ou contredit à l’occasion) l’article publié.

      C’est par des exemples comme celui-ci que tous les lecteurs apprennent de leur fréquentation de notre webmagazine collectif.

      J’invite les lecteurs à réfléchir à cette phrase anti-gauchiste bobo :

      « le capitalisme a transformé le secteur public en entreprise privée depuis des années maintenant…, quoiqu’il reste pas mal de rentiers et de bon-a-rien dans l’administration…surtout des hauts salariés qui mériteraient même pas la moitié de leur salaires… »

      Robert Bibeau. Éditeur

      Répondre
  • 31 mars 2022 à 13 h 12 min
    Permalien

    @ Robert,

    Il faut distinguer entre les boîtes d’audit et celles de conseils plus généralistes ou spécialisées …. le recours aux cabinets conseils dans cette catégorie est devenu si on peut dire une norme pour les gouvernements de n’importe quelle obédience politique. les budgets qui leur sont alloués sont de plus en plus importants et dits  »incontournables » et ce, a tous les niveaux, que ce soit pour les cabinets de 1er ministres, ou pour les départements ministériels… le recours aux boîtes d’audit classiques a pavé la voie au recours plus fréquents à celles de conseils plus techniques notamment pour les questions de gestion en général et mettre en place des mécanismes et processus internes, en plus de l’informatique et la cyber sécurité, avant de finir dans la tendance qui pose problème aujourd’hui de faire des consultants pour quasiment définir que devraient être les orientations de l’état dans tel ou tel secteur, dégager des perspectives de développement pour d’autres…etc, ils finissent par influencer les orientations économques et politiques en plus de compléter les carences de l’administration.

    Aujourd’hui donc, la tendance fait que la majorité des pays et gouvernements enchaînent les projets de développement, les projections et orientations pour des secteurs économiques ou sociaux entiers en ayant recours à des cabinets conseils aussi…, en plus du recours aux boîtes de conseils en communication pour améliorer la visibilité et l’exposition de toutes sortes de  »causes » ….allant jusqu’au recrutement de lobbyistes au sein de l’UE ou d’organes de décision importants… et ne se limitant plus aux aspects techniques ou financiers ou d’analyse et d’audit, mais se permettant des vues politiques et économiques au final et tout autant… et donc on se retrouve avec des recours du genre :  »Voici ce qui se fait dans tel pays et a réussi et qu’on peut prendre comme modèle ou s’en inspirer » ou alors  »comment augmenter la compétitivité d’un secteur donné » sans toujours tenir compte de contraintes réelles et d’intérêts des petits joueurs… un peu au détriment de ce qu’auraient pu faire des commissions internes qu’elles soient économiques, techniques ou politiques qui utilisent elles les ressources de l’administration, et au détriment du recours à des commissions universitaires et scientifiques aussi pour mettre a contribution les universitaires …et plus généralement au détriment de ce que peut en penser l’opposition et les partis d’opposition au parlement….

    Même si en France c’est pas aussi facile pour n’importe quel gouvernement d’engager des réformes ou des orientations dans un secteur donné sans passer par des instances comme le parlement et sans susciter le questionnement de tout le monde et des médias, du point de vue du gouvernement, la gestion des urgences et priorités elle n’attend personne et n’attendra pas de consulter tout le monde, et ce sont les restrictions budgétaires elles qui déterminent comment se sortir de crises avec quels moyens… dont le recours aux cabinets conseils !

    et c’est pour ça qu’il vaut mieux se méfier de tout le monde, autant de Macron que de Mélenchon ou de l’autre Marine… et vu le populisme des uns et des autres…il n’est pas difficile de comprendre comment tout le monde vise le pouvoir pour le pouvoir… et se fout un peu du reste…car veut veut pas, ce sont les banques, les restrictions budgétaires, le trou de la sécurité sociale, et les intérêts économiques du grand capital qui déterminent la gestion de tous ces gouvernements et les oblige a recourir aux cabinets conseils de toute façon… et  »l’inventivité » d’un Mélenchon n’y changera pas grand chose …. a mon humble avis !

    Répondre
  • 31 mars 2022 à 13 h 20 min
    Permalien

    correction 1er paragraphe : avant de finir dans la tendance qui pose problème aujourd’hui de  »recourir » à des consultants pour quasiment définir ce que devraient être les orientations de l’état dans tel ou tel secteur.. » Merci

    Répondre
  • 31 mars 2022 à 13 h 44 min
    Permalien

    Pour ce qui est de la rémunération, vous avez encore rien vu… un ami en france consultant senior m’apprend que son cabinet le facture 6500 Euro par jour pour les fusions-acquisitions dans le secteur privé… mais qu’ils vendent ces missions a 3000 euros jour le plus souvent et dans la réalité…et que cela ne change pas grand chose à sa rémunération négociée au préalable avec un pourcentage fixe plus élevé que le  »variable » et le bonus initialement…alors qu’avant de rejoindre sa boite anglo-saxonne, il est passé par plusieurs boîtes pendant 25 ans, a même été associé et fondateur d’une autre par le passé, ou ils facturaient pas plus de 1500 a 2000 euro par jour… alors que d’autres facturaient le même service en même temps 2500 3000 euros jour !… et pour info cet ami ne roule pas sur l’or, il en est très très loin…. il est plutôt criblé de dettes, c’est plutôt les boss et patrons qui soient toujours en exercice qui savent  »lever des fonds » et grossir leur boites qui se soient rempli les poches depuis toujours… et il me dit que même les meilleurs vendeurs qu’il a eu a connaître dans ce milieu, ne dépassent pas le seuil de la  »classe moyenne » en général…

    par ailleurs il m’apprend que certains consultants dans des secteurs comme la finance et les orientations stratégiques peuvent facturer bien au delà… des 6000 a 10000 euro par jour… par mission !

    comme je disais au début, ces consultants et associés sont sous pression pour vendre toutes les semaines et tous les mois… s’ils veulent atteindre les objectifs budgétisés des boîtes de conseils qui les emploient….ils travaillent en général six jour sur sept et 12H par jour… depuis leur bureaux, chez le client et chez eux aussi… s’ils veulent payer leur factures, boucler leurs mois et payer leur dettes aux impôts à la retraite et autres cotisations sociales en plus de leur dettes personnelles…

    Répondre

Répondre à Un lecteur Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *