À l’eau? Au secours!

OLIVIER CABANEL — Appeler notre planète Terre n’est guère logique puisque les 4/5 de sa surface sont recouverts par l’eau. Allons-nous manquer d’eau pour autant ?

S’il s’agit d’eau (H2O) la réponse est oui, puisqu’aujourd’hui, c’est H2O + nitrates, pesticides, tensio-actifs, plomb, cadmium, arsenic, hydro-carbures… Certes nous avons la possibilité d’extraire tous ces éléments, mais le prix à payer serait si élevé que nul ne peut sérieusement l’envisager.

Notre eau contient aussi de drôles de produits : du chlore par exemple, que l’on utilise pour tuer d’éventuelles bactéries. Cette eau est « infecte mais » consommable ; le chlore en fait une eau « morte », puisque toutes les bactéries, les mauvaises mais aussi les bonnes, ont été détruites.

Pour les nitrates, aujourd’hui la norme préconise de ne pas dépasser 25 mg au litre : au-dessus de 50 mg, la vente est interdite. Or il faut savoir que les nitrates se transforment en nitrites au contact des sucs digestifs : plus il y en a, dans l’organisme, moins le sang se renouvelle : il y a donc risque dès le premier milligramme.

Pour les pesticides, dont la norme est souvent dépassée (en Isère, par exemple), l’eau est quand même vendue ! Or nous savons aujourd’hui que ces pesticides peuvent provoquer leucémies, cancers, stérilité (cf. jugement de janvier 2007, pour l’affaire de Rambervillers).

Plus ces éléments polluants sont petits, plus ils sont dangereux : les tensio-actifs, par exemple, que l’on retrouve dans les lessives, utilisés comme agents de « blanchiment », sont d’une toxicité redoutable même à dose infinitésimale.

En admettant que cette « eau » reste potable, risquons-nous d’en manquer un jour ?

Le stock semble pourtant largement suffisant : 1,35 milliard de km3, mais lorsqu’on a enlevé l’eau salée des mers, il ne reste que 0,6% d’eau douce.

Si on enlève de ces 0,6% l’eau qui ruisselle et rejoint directement la mer, celle qui s’évapore, il ne reste plus que 35 000 km3 d’eau pour toutes les espèces vivant sur la Terre, plantes y compris.

Pour faire pousser un kilo de blé, il faut 1500 litres d’eau, et encore plus pour le maïs.

Si le gaspillage s’ajoute à la pollution, on a du souci à se faire : un Américain consomme 630 litres d’eau par jour, un Français 300 et un Hindou 65 : que se passera-t-il si chaque être humain consomme autant qu’un Américain ?

Un enfant dans un pays développé consomme 30 à 50 fois plus d’eau que dans un pays en voie de développement.

Un milliard de personnes n’a pas accès à l’eau encore aujourd’hui, 2,4 milliards n’ont pas de service d’assainissement, et 25 000 personnes meurent chaque jour d’avoir bu de l’eau insalubre.

En France la loi prévoit la séparation entre les eaux usées, et les eaux de pluie, mais c’est loin d’être le cas partout, et l’eau propre de la pluie rejoint les égouts !

Pourquoi utiliser de l’eau « potable » pour la cuvette des wc, pour prendre un bain ? Pour laver une voiture ?

Le réchauffement va équilibrer les précipitations sur des zones « comme le Nord européen » sans population.

Le pompage dans les nappes profondes, pratiqué actuellement par la Libye, va provoquer des désastres dans toute l’Afrique saharienne. Le pompage dans le bassin parisien par IBN entre autres dans les nappes biologiquement saines pour faire des puces met en danger les besoins futurs des populations. Avec le réchauffement climatique et la pollution toujours croissante, les générations futures ont du souci à se faire.

5 réflexions sur “À l’eau? Au secours!

  • 11 avril 2022 à 0 h 34 min
    Permalien

    économiser 1 litre d’eau en france n’a jamais apporter une goutte d’eau en Afrique !

    Répondre
  • 11 avril 2022 à 3 h 28 min
    Permalien

    l’eau potable de bonne qualité et dénuée de polluants sera un luxe très bientôt dans toute l’Afrique et le moyen-orient, il n’y en a déjà presque plus, sauf en bouteilles de plastique commercialisée massivement dans toute l’Afrique du Nord et en Afrique subsaharienne. Les gens qui boivent l’eau du robinet, ou encore pire celle des puits dans tous ces pays-la sont dans le meilleur des cas exposés à des eaux très calcaires avec une salinité élevée a la normale….lorsqu’ils n’attrapent pas des cochonneries avec l’eau des puits. les sources importantes d’eaux minérales qui jaillissant des montagnes par centaines ont été épuisées a moitié au moins avec les sécheresses consécutives étalées sur des décennies, les plus importantes sources par contre sont exploitées commercialement via des privilèges à des familles rentières aujourd’hui archi milliardaires juste avec ces eaux naturelles des montagnes en principe publiques ! dans certains endroits l’Eau n’existe plus dans cette partie du monde et les habitants ont été forcé de quitter. les nouvelles politiques de vouloir dessaler les eaux de mer ont un impact économique majeure sur une eau qui devient inaccessible et bien trop chère a exploiter ou utiliser, elle va donc aux riches et aux usines et gros agriculteurs qui peuvent se la payer. mais globalement, dans moins de 20 ans, autant au Maghreb qu’en Afrique subsaharienne, l’eau douce deviendra si précieuse qu’il y aura des quotas qui ne dépassent pas les 5 litres d’eau par habitant et par jour pour ceux qui la paient… et rien pour ceux qui ne peuvent se la payer ! Aujourd’hui dans une grande ville du maghreb, la facture d’eau peut avoisiner les 300 euros par mois en moyenne pour les gens habitant une grande maison avec un jardin à arroser, et pour beaucoup de gens comme ça c’est au dessus de 500 euros par mois le plus souvent juste pour l’eau, l’electricité est une autre histoire…. tandis que pour le peuple c’est jamais en dessous de 30 ou 40 euros par mois pour des salaires de 150 euros ! avec un autre minimum de 20 à 30 euro pour l’électricité ! Lors des périodes de sécheresses les paysans se débarrassent de leurs bêtes au plus offrant parfois après avoir dépensé des fortunes pour les nourrir pendant des mois et font des pertes irréversibles dessus, car le prix de la nourriture animale en majorité importée est aussi si élevé que seuls les riches agriculteurs peuvent se le permettre ! aujourd’hui, même l’eau en bouteilles en Afrique incontournable pour les populations compte des dizaines de  »marques », les unes plus chères que les autres, et les gens se ruinent pour se la procurer tout en la considérant comme leurs besoins essentiels en denrées diverses comme la farine ou l’huile ou le sucre !

    Aux états-unis il est déjà interdit et passible de prison de collecter de l’eau de pluie pour quiconque dans au moins une quinzaine d’états… et plein d’Américains ont déjà fait de la taule et se retrouvent avec des casiers judiciaires juste pour avoir collecté un peu d’eau de pluie ! par ailleurs les précipitations de neige en Europe ont chuté elles aussi durant les cinquante dernières années, et posent de sérieux problèmes pour le renouveau des nappes phréatiques et des sources a l’avenir !

    Bref, les pays et les entreprises qui posséderont et vendront de l’eau potable a l’avenir feront autant d’argent sinon bien plus que les rentes de l’énergie.

    Lorsque la France a quitté l’Afrique a la fin de la colonisation, elle a maintenu en place les pires régimes politiques qui soient ou laissé faire d’autres qui ne soient pas meilleurs, ensuite elle a entretenu et protégé leurs successeurs jusqu’à ce jour ! ces régimes ont tout simplement aggravé la situation via le pillage, le développement et l’exploitation inéquitables des ressources et des infrastructures et l’accaprement de tout ce que la France a laissé de bon dans ces pays la comme gros butin par des elites corrompues qui soient restées amies de la France d’en haut, et ont abandonné leurs propres pays et populations à la misère et la déchéance… et a l’exode vers l’europe et ailleurs dans le monde, ils ont détruit les systèmes d’enseignement, ils ont détruit les aspirations démocratiques des peuples, et ils ont saccagé les économies pourtant florissantes de ces pays il y a longtemps, le résultat est on ne peut plus catastrophique aujourd’hui 70 ans après…! avec la même philosophie de pillage des ressources par les elites de ces pays en collaboration avec les entreprises et les intérêts de l’ancien occupant ! la France pourtant gérait bien mieux ces pays lors de la colonisation et projetait de généraliser les infrastructures et la gestion des ressources et de l’eau selon les meilleures pratiques…, mais les régimes en place incompétents et corrompus ont dû a plusieurs reprises sous-traiter la gestion des eaux potables et l’assainissement à des entreprises européennes en croyant qu’elles vont faire de miracles et économiser l’eau ou changer es mentalités pour mieux l’exploiter et la preserver !

    Ces dernières années, tout le maghreb et l’afrique subsaharienne sont entrain de voter des lois pour interdire de creuser des puits, même aux villageois qui en sont dépourvu, mais ne parviennent pas a endiguer la pratique…, les gens non seulement creusent des puits, grâce a la corruption des élus, mais ils se font des bassins de rétention des eaux extraites pour l’arrosage et pour leurs besoins domestiques, parfois a des coûts vertigineux car souvent il faut creuser au delà de 200 mètres de profondeur pour atteindre les nappes non salées aux eaux douces claires et pures…. mais au bout de quelques années vendent leurs terres a des pigeons et disparaissent sans leur dire que cette eau est épuisée elle aussi !

    Merci pour le post !

    Répondre
    • 11 avril 2022 à 12 h 16 min
      Permalien

      Aux États Unis l’eau et sa distribution est propriété privé, des entreprises qui cherche avant tout les profits, de la l’interdiction de collecter l’eau de pluie, de puits domestique etc.
      Le capitalisme a son meilleur.

      Répondre
  • 11 avril 2022 à 12 h 08 min
    Permalien

    Mais vous dites que pour faire pousser du blé il faut 1500 litres d’eau, mais cé de l’eau de pluie ! Faut arrêter la pluie ?. L’eau sur la terre suit un cycle, evaporation des lacs et océans en nuage qui nous remet ça en pluie.
    Devrait être punit très sévèrement quiconque pollue l’eau peu importe le polluant

    Répondre

Répondre à Sam Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *