LE MONDE EST À DEUX PAS DE LA RÉCESSION ET D’UNE « NOUVELLE AUSTÉRITÉ »

Source : Communia.  Traduction et commentaires :

 

La célèbre puissance économique allemande est sous le choc. La hausse des taux d’intérêts pousse les États-Unis vers la récession. Les banques centrales recommencent à regarder de travers le marché immobilier. Et la «nouvelle austérité» va de soi si naturellement en France ou en Espagne que sa mise en œuvre ne dépend que des aménagements du calendrier électoral.

 

Table des matières


L’effondrement du modèle allemand

Commerce extérieur allemand
Commerce extérieur allemand

Dans le graphique ci-dessus, nous pouvons voir l’évolution du commerce extérieur allemand. Au premier trimestre 2020, il y a une chute brutale : les confinements pandémiques. Mais dès l’été suivant la reprise des exportations est solide… jusqu’à la guerre en Ukraine. Les importations augmentent donc plus vite que jamais et les exportations chutent.

C’est la conséquence directe des sanctions: les exportations sont bloquées mais le gaz et les hydrocarbures continuent d’augmenter. Résultat : le fameux excédent commercial allemand, pour la première fois depuis des décennies, est réduit à presque rien. (On comprend que la grand capital allemand s’est engagé dans une économie de guerre du côté des États-Unis et des puissances de l’OTAN, plaçant ainsi tous les oeufs germaniques dans le même panier percé et désespéré de l’Alliance Atlantique. Quand le Grand capital mondial s’impose ainsi des restrictions draconiennes c’est que la Guerre mondiale globale pointe son nez ).

Ce n’est pas une situation temporaire. Les États-Unis – et de nombreux pays de l’UE – exigent que l’Allemagne rompe définitivement ses relations avec la Russie et la Chine. Les mêmes qui vantaient « le modèle allemand » et sa force exportatrice dénoncent aujourd’hui qu’il reposait sur une énergie russe bon marché, une complémentarité avec la Chine et une zone euro toujours utile pour maintenir bas le coût total du travail . Ils poussent donc l’Allemagne vers une « indépendance vis-à-vis de la Russie » qui ne signifie rien d’autre que la mise au rebut de son secteur industriel d’exportation.

Alors que les alliés de l’Allemagne resserrent l’étau autour du cou de son industrie, le capital allemand essaie de gagner du temps et de l’utiliser pour trouver des alternatives. En ce moment tout est course pour construire des terminaux méthaniers flottants – qui feront encore augmenter les coûts de production en substituant le gaz russe au gaz américain et qatari – et « réinventer la Chine » en Inde ou dans les Balkans .

En eux-mêmes, les deux mouvements ne sont pas une nouveauté. L’Allemagne est à la tête du Green Deal européen car le changement du panier énergétique était son engagement stratégique pour recapitaliser et relancer son industrie. Elle a aussi été la puissance la plus désireuse d’intégrer les Balkans à l’UE car elle y voyait une alternative « plus sûre » et plus rentable à l’internationalisation de la production en Asie . Mais les dirigeants allemands se sont donné plus de 20 ans pour y parvenir. Et maintenant, les États-Unis et l’UE lui refusent cette marge. (De fait, l’Europe de l’Est et les Balkans sont depuis longtemps l' »espace vital » (disait Hitler) de l’expansion allemande. Les États-Unis et ses alliés européens lui refuse aujourd’hui de reconstituer son empire. Le spectre NAZI hante l’Europe depuis l’Ukraine).

L’impact sur les travailleurs de l’inflation et des faibles attentes du secteur exportateur est immédiat. A tel point que le gouvernement Scholz a présenté un véritable plan d’urgence sociale pour calmer les eaux : les salariés recevront 300 euros bruts pour compenser les fortes dépenses énergétiques, le ticket mensuel de 9 euros pour les transports locaux et régionaux deviendra valable trois mois et les allocations familiales seront majorées une fois de 100 € par enfant.

La rapidité et la concentration de la réponse en disent long sur les craintes du capital allemand. Ils craignent que lorsque cela s’accompagne d’une récession mondiale plus que prévisible dans quelques mois, un militantisme de classe déjà en train de s’éveiller ne se mette en branle.


L’Amérique en sortie de récession (?!…)

Taux d'intérêt de la Réserve fédérale
Taux d’intérêt de la Réserve fédérale

Les sondages indiquent que 64% des Américains sont mécontents de la gestion économique du gouvernement Biden. Les salaires sont pillés par l’inflation depuis de nombreux mois … et la réponse de la Fed ne va pas leur faciliter la tâche. Aujourd’hui , la Fed a relevé ses taux d’ intérêt d’ une seule traite plus que jamais depuis 2000 . Cela se traduira comme on pouvait s’y attendre par une baisse du taux d’embauche – qui faiblissait déjà beaucoup – et une perte du pouvoir d’achat moyen des salariés.

Normalement, lorsque les taux montent, les spéculateurs considèrent qu’avec des taux plus élevés, les entreprises ayant moins de capacité d’investissement et des coûts financiers plus élevés donneront de moins bons résultats et s’apprécieront plus lentement ; les banques vendront moins de prêts et auront plus de défaillants ; et les entreprises de construction auront moins de demande de logements car les hypothèques sont plus chères. C’est-à-dire : hausse des taux, baisse de la bourse. Mais aujourd’hui, c’est le contraire qui s’est produit . Pratiquement tout a augmenté, à commencer par les banques et les entreprises de construction. Jusqu’ici, les mécanismes de la politique monétaire et « les marchés » sont déjà rompus.

Et ce n’est pas que les perspectives étaient particulièrement bonnes jusqu’à hier et les dégâts que la hausse des taux causera sur la demande étaient considérés comme anecdotiques. Au contraire : les ventes de maisons avaient déjà chuté de façon spectaculaire de 7,2 % en février , accompagnant des intérêts hypothécaires déjà très élevés (5 %) et des prix au mètre carré qui sont les plus élevés de l’histoire du pays. Avec ces prix et ces coûts hypothécaires, les travailleurs ont été pratiquement expulsés du marché.

Bref : pour stopper une inflation qui dévore les salaires, la Réserve fédérale va forcer une récession qui va encore fragiliser les embauches. Il y aura moins d’emplois et moins bien rémunérés. La fameuse « reprise de la consommation » ne va pas venir.


Le marché du logement en Europe

exposition des banques au crédit hypothécaire
Exposition des banques aux crédits immobiliers par pays

En Europe, le logement déclenche également des alarmes. L’actualité économique reflète déjà ce qui est devenue une conversation quotidienne : les prix de l’immobilier explosent aux Pays-Bas, au Danemark, en Suède… sans oublier l’Allemagne, record absolu , ou en Irlande où les hausses continues sont à deux chiffres . La Banque d’Espagne, bien qu’elle nie de graves « déséquilibres » , est déjà en alerte .

Sans surprise, selon le dernier rapport du Comité européen du risque systémique , le marché du logement souffre de risques mondiaux élevés dans une dizaine de pays. Malgré la stagnation du PIB, au second semestre 2021, non seulement les prix des logements ont augmenté, mais le rythme auquel les prix augmentent. Et la spirale ne s’arrête pas.

Dans toute l’Europe, le pourcentage que représentent les prêts hypothécaires dans le PIB est déjà plus élevé qu’avant la pandémie. Et dans certains, les plus problématiques, parmi lesquels l’Allemagne et les Pays-Bas, les nouveaux flux d’octroi de crédits immobiliers doublent ceux du reste des pays.

En Allemagne et en Slovaquie, le coussin de fonds propres contracyclique a été activé, ce qui signifie que les banques sont tenues de disposer de plus de fonds propres pour soutenir les prêts qu’elles accordent. D’autres pays ont durci les critères d’octroi des prêts hypothécaires. Et c’est que la situation inquiète les régulateurs.

Ce n’est pas surprenant : comme on peut le voir sur le graphique ci-dessus, l’exposition moyenne des banques européennes aux crédits immobiliers est supérieure à 25 % et dans les pays nordiques, au Portugal et en Pologne, elle avoisine ou dépasse 35 %. Dans le contexte d’une récession en cours, le risque qu’une vague de défauts de paiement sur les prêts hypothécaires alimentant une crise financière est à prendre au sérieux.

Mais encore une fois… les mesures de prévention des dégâts majeurs à court terme alimentent un nouveau ralentissement de l’accumulation… et ses conséquences.


L’imminence d’une « nouvelle austérité » en France et en Espagne

Sánchez et Scholz se sont rencontrés à Madrid en janvier dernier pour affirmer ensemble la nécessité de "revenir aux obligations fiscales"
Sánchez et Scholz se sont rencontrés à Madrid en janvier dernier pour affirmer ensemble la nécessité de « revenir aux obligations fiscales »

Entre inflation et perspective de hausse des taux d’intérêt, emprunter devient de plus en plus cher pour les États . L’Espagne, par exemple, avait prévu un taux de 0,8% sur ses émissions à dix ans… et il est déjà à 2,1%. Dans les pays du Sud, cela s’ajoute au fait que l’emploi, même si les chiffres sont rattrapés , ne s’améliorant pas suffisamment pour couvrir les dépenses de retraite, une partie de celles-ci a été prélevée sur le budget ordinaire. Résultat : de nouvelles taxes et de nouvelles coupes dans les dépenses à l’horizon immédiat.

Macron parle déjà de la « nouvelle austérité » et prépare une nouvelle offensive contre les retraites . Pour commencer à le mettre en œuvre, il n’attend que la fin du calendrier électoral , en fonction des résultats, donnant une forme ou une autre à la même substance.

En Espagne, même la forme n’est pas en discussion. Scholz en est déjà venu à soutenir le «retour aux obligations fiscales» et la Commission a peint l’avenir en noir en raison du déficit structurel si des réformes n’étaient pas faites à la fois du côté des revenus et du côté des dépenses. Personne n’est inquiet à Bruxelles. Sánchez est si clair que la prochaine phase de ce gouvernement va être la «nouvelle austérité» que pour lui cela se réduit à un problème d’agenda électoral .

(Comme le démontre cet article les puissances économiques, financières, industrielles et militaires mondiales – des deux grands blocs impérialistes (USA-OTAN contre Chine-Russie) sont sous la tutelle d’une économie de guerre globale. La guerre en Ukraine en est le triste et dangereux symptôme. Pour compléter : Crépuscule atomique occidental vs révolution nucléaire chinoise: quelques digressions… – les 7 du quebec ).
.

nous

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

Une réflexion sur “LE MONDE EST À DEUX PAS DE LA RÉCESSION ET D’UNE « NOUVELLE AUSTÉRITÉ »

Répondre à Luis Júdice Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *