Les voies de la Chine passent par Moscou

Par Robert Bibeau.

This article is available in 5 languages on this webmagazine:
22.06.2022-Bibeau-Crisis-English-Italiano-Spanish

L’histoire nous enseigne que l’économie politique capitaliste fonctionne selon des règles impératives et incontournables. De la Seconde Guerre Mondiale jusqu’à l’effondrement de l’Alliance impérialiste soviétique, les peuples ont subi un monde «bipolaire» sous hégémonie yankee. De l’effondrement de l’Empire soviétique (1991) à la crise économique des «subprimes» (2008) le monde capitaliste, devenu «unipolaire» a vécu sous l’hégémonie totalitaire américaine et sous la propagande démagogique «démocratique».

Depuis la grande crise économique capitaliste mondialisée des «subprimes» (2008) les forces de l’économie politique ont engendré une nouvelle division internationale du travail et entraîné l’émergence «multipolaire» de nouvelles puissances économiques détentrices de ressources abondantes, de sources d’énergie multiples, de puissants moyens de production, de forces productives (travailleurs-travailleuses) peu coûteuses, de marchés en expansion et de capitaux cherchant leur valorisation. Ces puissances émergentes ont pour nom:  Chine, Russie, Inde, Brésil, Afrique du Sud, Iran, Indonésie, Mexique, Turquie…

À ce redéploiement des vecteurs économiques capitalistes mondiaux correspond une nouvelle doxa idéologique que le pamphlétaire Pepe Escobar résume ainsi:

«Le président de la Douma, Viatcheslav Volodine, a peut-être créé l’acronyme définissant le monde multipolaire émergent : «le nouveau G8». Comme l’a noté Volodine, «les États-Unis ont créé de leurs propres mains les conditions pour que les pays souhaitant établir un dialogue égal et des relations mutuellement bénéfiques forment en fait un «nouveau G8» avec la Russie».  Ce G8 non-sanctionnant la Russie, a-t-il ajouté, a une avance de 24,4% sur l’ancien, qui est en fait le G7, en termes de PIB en parité de pouvoir d’achat (PPA), alors que les économies du G7 sont au bord de l’effondrement et que les États-Unis enregistrent une inflation record

«La puissance de l’acronyme a été confirmée par l’un des chercheurs sur l’Europe de l’Académie des sciences de Russie, Sergueï Fedorov: trois membres des BRICS (Brésil, Chine et Inde) aux côtés de la Russie, plus l’Indonésie, l’Iran, la Turquie et le Mexique, tous non adhérents à la guerre économique occidentale totale contre la Russie, domineront bientôt les marchés mondiaux.» (Voir: l’axe impérialiste Chine-Russie s’édifie petit à petit – les 7 du quebec  et  https://les7duquebec.net/archives/273611).

La superpuissance chinoise, avec ses 800 millions de prolétaires mal payés, est le moteur de ce nouvel axe impérialiste en développement. La Chine a d’abord déployé un vaste programme d’investissement structurant sous le vocable des «Nouvelles routes de la soie»… plus de mille milliards de dollars d’investissement chinois  pour la construction d’infrastructures ferroviaires, routières, portuaires, aéroportuaires, oléoducs, gazoducs, ponts, tunnels, complexes industriels clés en main, reliant les pays émergents d’est en ouest et du Nord au Sud. (Voir: Contre l’embargo: la Russie, l’Iran et l’Inde inaugurent une nouvelle route maritime – les 7 du quebec et https://les7duquebec.net/archives/273592).

La superpuissance chinoise s’empare ainsi des nouveaux marchés et des nouvelles sources de plus-value et de profits émergents de ces pays en développement… ou les anciennes puissances impérialistes déclinantes ont délocalisé leurs usines et leurs moyens de production innovants.  (Voir: Les nouvelles routes de la soie. Résultats de recherche pour « route de la soie » – les 7 du quebec).

« En résumé, il s’agissait de développer les couloirs indispensables de la BRI/Nouvelles routes de la soie, ce qui contraste fortement avec les habituelles lamentations occidentales sur l’impasse de la BRI. Deux projets essentiels de la BRI vont passer à la vitesse supérieure : la ligne D du gazoduc Chine-Asie centrale et le chemin de fer Chine-Kirghizistan-Ouzbékistan. Après des années de préparation, ces deux projets sont devenus absolument essentiels et seront les projets phares de la BRI dans le corridor d’Asie centrale.

La ligne D du gazoduc Chine-Asie centrale reliera les gisements de gaz du Turkménistan au Xinjiang via l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Kirghizstan. C’était le thème principal des discussions lors de la visite du président turkmène Berdimuhamedow à Pékin pour les Jeux olympiques d’hiver.  Le chemin de fer Chine-Kirghizistan-Ouzbékistan, long de 523 km, reliera quant à lui de manière cruciale les deux «stans» d’Asie centrale au réseau ferroviaire de fret Chine-Europe, via les réseaux ferroviaires existants au Turkménistan.

Compte tenu de l’incandescence du scénario géopolitique actuel en Ukraine, il s’agit d’une bombe en soi, car elle permettra au fret en provenance de Chine de transiter par l’Iran ou par les ports de la Caspienne, en contournant la Russie sanctionnée. Sans rancune, en termes de partenariat stratégique entre la Russie et la Chine: juste des affaires.»  (Voir: L’axe impérialiste Chine-Russie s’édifie petit à petit – les 7 du quebec).

Face à cette conquête agressive de nouveaux marchés, devant cette captation massive de capitaux valorisés, face à cette accumulation de plus-value ouvrière et de profits monopolistiques, les puissances impérialistes occidentales déclinantes, le Bloc Atlantiste  États-Unis-OTAN a lancé une guerre commerciale, financière, industrielle, diplomatique, sanitaire et militaire à laquelle le Bloc Asiatique Chine-Russie réplique agressivement risquant d’entraîner le monde dans une Troisième Guerre Mondiale sanitaire, numérique, militaire et nucléaire. (Voir: Troisième Guerre Mondiale Résultats de recherche pour « Troisième guerre » – les 7 du quebec et  https://les7duquebec.net/?s=Troisi%C3%A8me+guerre ).

L’économiste chinois Cheng soutient que depuis le début de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine en 2018, l’Empire américain et ses vassaux cherchent à se «découpler économiquement» de la Chine et de la Russie. Selon Cheng, l’Empire du Milieu devrait stratégiquement «déclasser» ses relations avec l’Occident et promouvoir un nouveau système international basé sur la coopération Sud-Sud.  Fadaise ridicule des plumitifs chinois et/ou occidentaux qui savent mieux que quiconque que l’économie politique capitaliste mondialisée est totalement intégrée du sud au nord et de l’est à l’ouest. Ce n’est ni de «découplement industriel», ni de «déclassement commercial» dont rêve les ploutocrates mondialistes, les oligarques et les milliardaires gestionnaires du Grand capital international, mais d’accumulation, de fusion, d’intégration systémique, de monopolisation des moyens de production et de commercialisation dans une économie totalement aliénée, intégrée et mondialisée. (Voir:  Résultats de recherche pour « communia » – les 7 du quebec. L’OTAN VEUT MENER LA GUERRE CONTRE LA RUSSIE EN AFRIQUE ET CHASSER LA CHINE DU CONTINENT – les 7 du quebec).

L’invasion de l’Ukraine, que la puissance impérialiste russe a lancée suite à de multiples provocations de l’OTAN impérialiste, préfigure cette guerre mondiale de plus en plus inévitable après le super krach boursier qui ne saurait tarder. (Voir: Krach boursier et récession. Résultats de recherche pour « krach » – les 7 du quebec et Actualite économique – les 7 du quebec).

 

Vladimir Poutine : idéologue, politicien, chef d’État et chef de guerre

Ce qui différentie l’Empire Atlantiste déclinant (États-Unis-OTAN) de l’Empire Asiatique émergent (Chine-Russie-BRICS) c’est la stratégie d’expansion industrielle, de conquête des marchés, d’accaparement des profits et, in fine, d’accumulation du capital.

Nous connaissons tous la stratégie de délocalisation industrielle afin de bénéficier d’une main-d’œuvre bon marché, et la stratégie d’occupation militaire des régions de ressources minières et énergétiques que pratiquent l’impérialisme yankee et ses alliés occidentaux depuis des décades. L’Empire soviétique a fait de même pendant soixante-dix ans avant de s’effondrer, sort qui attend l’Occident inconscient après le krach financier imminent. (Voir: Actualite économique – les 7 du quebec).

 

À l’occasion du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, Vladimir Poutine a dévoilé le manifeste du Bloc impérialiste Asiatique que l’Alliance Chine-Russie construit autour de l’Axe Pékin-Moscou pour faire front contre le Bloc impérialiste Occidental de l’Alliance États-Unis-OTAN autour de l’Axe Washington-Bruxelles.  Le manifeste «poutinien» démontre que le monde est sous la menace d’une Troisième Guerre Mondiale. (Voir:  Idéologue, économiste, chef d’État et chef de guerre…le « nouveau » Vladimir Poutine! – les 7 du quebec  https://les7duquebec.net/archives/273614).

Dans ce manifeste le chef d’État et chef de guerre, Vladimir Poutine, proclame le droit pour chaque bourgeoisie nationaliste chauvine de s’accaparer des richesses nationales et d’administrer la spoliation des ressources naturelles et énergétiques sur son territoire. Le manifeste  proclame le droit pour chaque État-national chauvin d’aliéner les moyens de production et les forces productives exploitées par les entreprises nationales et/ou multinationales œuvrant sur son territoire tel que défini et revendiqué par la constitution de chacun des ces États-nations «souverain». Dans ce manifeste Poutine proclame que le rôle des institutions internationales est d’agréer et de soutenir cette division étatique nationale de l’exploitation des ressources matérielles et humaines et cette répartition/accumulation internationale de la richesse (du capital), et d’assurer que les «libres» flux financiers (monétaires), commerciaux (marchandises), énergétiques et migratoires (main-d’œuvre) permettent de pérenniser cette division internationale du travail entre les États-nationaux et supranationaux. Poutine proclame enfin le droit pour une puissance militaire impériale d’agresser, de mener des «Opérations Militaires Spéciales» et d’occuper le territoire d’un État national qui soi-disant pourrait mettre en péril la sécurité de l’Empire. (Voir: Ukraine Résultats de recherche pour « Ukraine » – les 7 du quebec).

Bref, Vladimir Poutine souhaite ramener le monde capitaliste «unipolaire» à la période du capital «multipolaire colonial – national et chauvin»,  un pôle impérial gravitant autour de l’axe  Washington-Bruxelles et un second pôle impérial gravitant autour de l’axe Pékin-Moscou. Rien de neuf sous le soleil.

 

La Chine impérialiste prépare une «Opération militaire spéciale» en Mer de Chine

Liant le geste impérial à la parole impérialiste, la Chine profite du Forum économique de Saint-Pétersbourg pour annoncer l’application du « droit international d’intervention militaire » en périphérie de l’Empire… »droit » que l’impérialisme américain et occidental pratique depuis des siècles.

Le président chinois Xi Jinping a signé un ordre sur le droit de mener une «opération militaire spéciale» sans déclarer la guerre. Cela semble clair, il a Taïwan en tête et quelques îles en Mer de Chine méridionale.

Le président chinois Xi Jinping, également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois et président de la Commission militaire centrale, a récemment signé un ordre de promulguer une série de décrets sur les opérations militaires autres que la guerre, qui entreront en vigueur mercredi (22.06.2022).

Les grandes lignes normaliseront et fourniront la base juridique aux troupes chinoises pour mener à bien des missions telles que les secours en cas de catastrophe, l’aide humanitaire, l’escorte, le maintien de la paix et la sauvegarde de la souveraineté nationale, de la sécurité et des intérêts de développement de la Chine, ont déclaré des experts.

Les grandes lignes visent à prévenir et à neutraliser les risques et les défis, à gérer les urgences, à protéger les personnes et les biens. Ils traitent également de la sauvegarde de la souveraineté nationale, de la sécurité et des intérêts du développement, de la paix mondiale et de la stabilité régionale.  (Voir: Le président chinois Xi-Jinping signe un décret : «Opérations militaires spéciales» – les 7 du quebec ).

«L’indépendance de Taïwan est une « impasse », a déclaré le général chinois Wei, tout en affirmant les objectifs pacifiques de Pékin et en dénonçant vigoureusement les diverses «menaces contre la Chine» des États-Unis. À toute tentative d’ingérence, «nous nous battrons à tout prix, et jusqu’au bout». Wei a également balayé d’un revers de main la volonté des États-Unis de «détourner» les nations indo-pacifiques, sans même mentionner l’IPEF.» (Voir: Comment Washington transforme le Pacifique en un nouveau théâtre de guerre pour l’OTAN – les 7 du quebec).

Quel pantin politicien larbin nationaliste ou mondialiste le prolétariat devrait-il choisir lors des mascarades électorales auxquelles nous convie de temps en temps la bourgeoisie?

Devant ce réalignement des États-nations décadent que doit faire le prolétariat révolutionnaire internationaliste? Choisir l’alliance impériale mondialiste déclinante ou opter pour son challenger l’alliance asiatique – nationale chauvine émergente?

Ni l’un ni l’autre évidemment. Aucune de ces alliances impérialistes ne représente l’intérêt des milliards de prolétaires exploités, aliénés, affamés, massacrés au nom de la « paix » et de la patrie bourgeoise nationaliste et chauvine ou au nom du mondialisme des milliardaires.

 

Encore une fois les prolétaires français sont à l’avant-garde, et le dimanche 19 juin 2022  ils ont été des millions à répudier les urnes et les mascarades électorales – affirmant haut et fort que l’opposition à l’État bourgeois et petit-bourgeois est et restera dans la rue, dans les quartiers, dans les usines et dans les autres lieux de travail salarié pour le salut de l’humanité.

(Voir: Pauvreté + propagation des maladies + dégradation de l’hygiène = recul de l’espérance de vie – les 7 du quebec).

 

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

5 réflexions sur “Les voies de la Chine passent par Moscou

  • 22 juin 2022 à 2 h 08 min
    Permalien

    Vous êtes bien optimiste (et chauvin traditionaliste bourgeois) pour estimer que la France est à la pointe en ce qui concerne la révolte du prolétariat. Vous surévaluez l’abstention qui n’est que très à la marge l’expression d’une rébellion est surtout, en fait, l’expression d’une paresse typique des petits-bourgeois empâtés dans leur confort ronronnant qui ont renoncé à toute liberté, la soumission étant confortable. C’est le « bof, ça ne sert à rien d’aller voter ». Cela comme leurs indignations qui ne sont que des mouvements émotionnels fugaces et éphémères sans lendemains. S’insurger pourquoi ? Les révolutions populaires, ça n’a jamais existé. Juste des révoltes de la faim et, dès que le pain est rendu, le peuple se rendort, occupé, par le passé, par son labeur, aujourd’hui, par sa jouissance consumériste. Et, il continue et continuera à se déculpabiliser de ses hédonisme et narcissisme égoïstes par des indignations stériles, feux de brindilles, et le tri de ces déchets (en ce compris tous les projets bobos écolos durables et autres véganismes). Le wokisme et la cancel culture étant l’horizon étriqué des revendications pseudo-démocratiques se subsidiant à toute véritable lutte pour l’émancipation sociale. Et nos jeunes, si incultes, continueront à croire qu’ils sont révolutionnaires en s’imaginant avoir inventé le fil à couper le beurre. Croire que le pouvoir soit décadent sans que les dominés le soit est illusoire. Non seulement la culture dominante (donc du peuple) est toujours celle des dominants, mais si les dominés étaient un peu plus éclairés que les dominants, ils ne les auraient jamais laissés accéder au pouvoir et se serait insurgé depuis longtemps.
    Le système s’effondre uniquement parce qu’il est allé au bout de sa logique. Le reste est périphérique. Un système ne change et ne changera jamais de l’intérieur. Même les révolutions (rien à voir avec les révoltes, sic supra) ne sont que mutation au sein du système et de telles mutations prennent des siècles (cfr la Révolution française). La révolution ne change que quelques règles du jeu et rend le pouvoir au mêmes juste sous une autre apparence.
    Les acquis sociaux n’ont pu avoir lieu que parce que face au libéralisme (le capitalisme n’en est qu’une de ses facettes), il y avait une alternative, le communisme. Dès que le communisme, s’est effondré, les acquis sociaux se sont dégradés rapidement. La réussite du libéralisme (qui n’est qu’une idéologie de domination comme le communisme soviétique) c’est d’avoir donné assez de pain et de jeux aux citoyens pour qu’ils s’endorment dans un égoïsme qui empêche toute revendication collective suffisamment puissante que pour s’imposer aux dominants.
    Je préfère de loin un bipolarisme qu’un unipolarisme car, comme dit supra, cette configuration oppose un modèle à un autre, instaure une alternative. Les discours de Poutine et Xi parlent de multipolarité. Pourquoi ne pas, à ce stade, y croire. Au moins cela donne un espoir et un argument qu’on pourra leur resservir le cas échéant où le jacobinisme les rattrapait à leur tour.
    Les rapports de force changent. Et, rapidement aujourd’hui, Nous sommes dans un temps fort de l’histoire. Seule la reconfiguration de ces rapports de forces définira l’avenir.
    Pour une mutation en profondeur du monde (un « grand soir »), seul un cataclysme apocalyptique est capable de le provoquer. Un effondrement rapide et massif de la population humaine est le seul moyen de repartir d’une feuille quasi vierge. Mais, les leçons du monde précédent seront oubliées après deux, si pas une seule, générations.
    Mais pour en revenir au temps présent, l’erreur magistrale des Européens, c’est d’avoir tourné le dos à la Turquie et la Russie, et aujourd’hui à la Chine, d’une part, et, d’autre part, de ne pas avoir, à la suite de l’effondrement du bloc soviétique, dissout l’OTAN. On aurait pu construire un monde de prospérité pour tous. Mais, les réflexes du système (plus que des décideurs et des peuples) l’ont empêché. C’est regrettable et terriblement dommageable, car effectivement génocidaire.
    Post scriptum :
    Il était prévisible (et annoncés par les rares vrais intellectuels) que le libéralisme ne survivrait pas longtemps au communisme. Sans digue le libéralisme c’est emballé et c’est surestimé. La chute en est la conclusion. Sa perte était inscrite ainsi dans la fin du soviétisme.
    Quoi qu’il en soit le monde de demain ne sera pas comme celui de hier. L’histoire ne ressert jamais le même plat même si les mécanismes systémiques se ressembles. L’intérêt d’e ce moment de l’histoire c’est qu’il y a quelque chose de neuf qui se met en place. C’est suffisamment rare pour qu’on en apprécie toute la richesse. Et quoi qu’il arrive l’humanité survivra et il y aura un demain avec ses joies et ses pleurs. N’est-ce pas le meilleur ?

    Répondre
  • 23 juin 2022 à 3 h 19 min
    Permalien

    Bonjour Robert,

    comme je te le répète, le capitalisme ne peut pas atteindre la mondialisation sociale sans s’effondrer et vu les évènements actuels il semblerait bien que les dirigeants ou stratèges occidentaux le savent pertinemment. La limite supérieure au capitalisme est donc un monde bipolaire tel que tu le décrit. Orwell l’avait d’ailleurs très bien compris et décrit dans son livre d’anticipation 1984.

    Car la notion de « multipolarité », commence avec la bipolarité, après, ce ne sont que des multiples.

    Bref, il est évident que tous les dirigeants de ces pays sont tous d’accord sur l’essentiel, sauver le système actuel coûte que coûte. Mais il est tout aussi évident que la seule alternative aux prolétaires de tous les pays est de soutenir l’avènement de la mondialisation sociale et fondée sur le principe de la responsabilité définie comme la capacité de répondre de ses droits et devoirs envers autrui (jamais envers soi même, cela n’a pas de sens) et qui implique le principe consubstantiel du mérite personnel, qui interdit l’exploitation du mérite d’autrui et impose l’abolition de la propriété privé des moyens de productions et un système monétaire qui interdit l’intérêt et limite drastiquement l’épargne en lui donnant une valeur fondante avec le temps.

    Bref, il s’agit d’une véritable révolution conceptuelle, non pas dans les outils existants, mais dans la manière de les utiliser.

    Répondre
  • Ping : Une mise à jour du Saker sur la guerre en Ukraine – les 7 du quebec

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *