Les stratégies militaires modernes des va-t-en guerre chinois

Les modifications apportées au Livre blanc clarifient l’orientation du développement militaire de la Chine.

This article is available in 5 languages on this webmagazine:
30.07.2022-Rousset-Armstrog-China-military-English-Italiano-Spanish

À la fin des années 1980 et au début des années 1990, le déclenchement de la guerre du Golfe et la mise en œuvre de nouvelles réformes militaires dans le monde entier ont montré que la guerre mécanisée allait être remplacée par une nouvelle forme de guerre : la guerre de l’information. La manière de traiter efficacement les nouveaux défis de sécurité de la Chine et les préparatifs militaires pour la nouvelle révolution militaire mondiale sont devenus les questions militaires les plus importantes mises à l’étude à l’époque.

Jiang Zemin (photo), alors président du Conseil militaire central, avait depuis longtemps commencé à étudier comment mener les futures batailles et comment construire une armée, et à planifier et formuler de nouvelles orientations militaires stratégiques pour prendre la direction stratégique. Dans les années 1990, la politique stratégico-militaire a été étudiée très activement dans le milieu universitaire de l’armée chinoise, et différents points de vue sont souvent apparus, indiquant une tendance au développement de la « lutte de centaines d’écoles ». Les scientifiques ont fait de nombreuses propositions pour définir la stratégie militaire dans une nouvelle situation et beaucoup d’entre elles sont pertinentes.

Jiang Zemin a déclaré à l’époque : « La question de la politique stratégique militaire peut être étudiée dans les forces armées, en particulier dans les départements de recherche, mais la politique stratégique de notre pays dans son ensemble doit, selon moi, être menée conformément à la politique de défense active définie par le camarade Xiaoping, car la défense active est conforme à notre réforme et à notre ouverture, à notre politique de développement économique ».

Il a souligné que la stratégie militaire est en fin de compte le moyen de gouverner un pays. Dans toute nation, il est absolument impossible de gouverner le pays sans une armée de qualité. « La politique de défense active est notre héritage et nous devons l’étudier pleinement et systématiquement, la comprendre complètement et précisément, et la mettre en œuvre rigoureusement. En même temps, comme la situation évolue, elle doit aussi être transmise et développée de manière réaliste ». Ainsi, après de nombreuses études, les militaires chinois ont progressivement formé un consensus sur la stratégie militaire de la nouvelle ère. Et au début de 1993, la « politique militaro-stratégique de défense active dans une nouvelle ère » a été officiellement présentée. Dans ce document, un ajustement stratégique sérieux de l’idéologie directrice a été effectué et le point principal de la préparation à la lutte militaire est passé de la réaction à des guerres locales dans des conditions générales à la victoire de guerres locales dans les conditions de la technologie moderne. Il s’agit d’un développement important de la pensée stratégique de la défense active, ainsi que de l’approfondissement de la transformation stratégique de l’idéologie directrice de la construction militaire, marquant l’établissement de la stratégie militaire de la Chine dans une nouvelle ère.

La « défense active » est au cœur de la stratégie militaire de la nouvelle ère. La Chine prônant fermement la construction économique, la réforme et l’ouverture, le but de la préparation à la lutte militaire est de créer un environnement pacifique pour le développement du pays. Par conséquent, la politique militaro-stratégique de la nouvelle ère doit résoudre non seulement le problème de la préparation à la guerre et de la manière de la mener, mais aussi la dissuasion efficace de la guerre, le désir de l’éviter et de l’arrêter.

Wei Xinan, historien militaire, a déclaré que la politique militaro-stratégique de la nouvelle ère commence par une grande stratégie, intègre étroitement le combat militaire au combat politique, diplomatique et économique, s’efforce d’améliorer l’environnement stratégique de la Chine, de réduire l’instabilité et de contenir et retarder les guerres ou les conflits armés contre la Chine.

Au tournant du siècle, une nouvelle révolution militaire mondiale, dont le contenu principal est l’informatisation militaire, s’est développée et les caractéristiques de la guerre informatisée sont devenues de plus en plus évidentes. La Commission militaire centrale est bien consciente de ce changement et a une fois de plus développé la politique militaro-stratégique de la nouvelle ère, proposant de transférer la base de la préparation de la lutte militaire pour la victoire dans l’information des guerres locales qui peuvent survenir dans le futur.

Le spécialiste Wei Xinan a déclaré : « Pour gagner une guerre locale dans un environnement de haute technologie, nous devons nous appuyer sur l’utilisation des armes et des équipements existants, et hériter et développer l’excellente tradition de l’armée populaire en utilisant des équipements obsolètes. Cependant, de nos jours, l’essence de la guerre de haute technologie est la « guerre de l’information ». Il a également souligné que la politique militaire enrichie et améliorée de la nouvelle ère a déplacé l’objectif de la direction stratégique vers « la construction d’une armée basée sur l’information et la victoire dans une guerre basée sur l’information », clarifiant davantage l’idéologie directrice fondamentale à laquelle il faut adhérer lors de la construction de son armée et de la préparation au combat.

Sécurité nationale : la situation actuelle de la Chine

Zhang Zhaozhong, théoricien militaire chinois, observateur militaire et contre-amiral de la marine, a souligné dans son article « National Defence Again »1 qu’étant donné la situation actuelle de la sécurité nationale, la Chine devrait prêter attention au moins aux huit questions suivantes.

Premièrement, la Chine doit reconnaître la menace de la guerre dans le monde moderne. Actuellement, l’ordre dominant dans le monde est toujours le système institutionnel capitaliste, dirigé par les pays occidentaux développés, avec les États-Unis en tête. Dans le processus de mondialisation capitaliste, la recherche du profit est le principal moteur, la nature du capital n’a pas changé. Si la nature du capitalisme, qui maximise les profits, favorise le développement économique, elle entraîne également une plus grande concurrence mondiale. Le général estime que tant qu’il y aura une concurrence mondiale au sein du système capitaliste, les guerres entre les peuples seront inévitables.

Deuxièmement, la Chine doit reconnaître la menace d’un endiguement stratégique de la Chine par les États-Unis. Les États-Unis sont la seule superpuissance du monde de l’après-guerre froide à disposer d’une stratégie globale et d’un vaste système d’alliances militaires avec des bases militaires dans le monde entier. La façon dont les États-Unis choisissent de traiter avec la Chine a un grand impact sur l’environnement sécuritaire chinois. En d’autres termes, les États-Unis sont le plus grand facteur externe influençant la sécurité de la Chine. Plus récemment, l’Amérique a poursuivi une stratégie de « rééquilibrage de l’Asie-Pacifique » pour contenir la Chine en termes de politique, de sécurité et d’armée. Cette stratégie de « rééquilibrage Asie-Pacifique » montre clairement que les principes politiques américains n’ont pas changé.

Troisièmement, la Chine doit reconnaître la menace d’un parti pris de droite dans la politique japonaise. La Chine et le Japon sont séparés par une simple bande d’eau. Une coopération amicale tous azimuts entre la Chine et le Japon est dans l’intérêt fondamental des deux peuples et constitue la politique constante de la Chine. Toutefois, il convient de noter que depuis la fin de la guerre froide, on a assisté à une augmentation du nombre de courants idéologiques de droite dans la société japonaise qui nient ouvertement l’histoire de l’agression nipponne, embellissent la guerre d’agression, promeuvent vigoureusement la révision de la constitution et une tentative d’acquérir officiellement le « droit d’autoprotection collective », se débarrassent des restrictions de l’article 9 de la constitution. Ces dernières années, le Japon a cherché à exploiter le déplacement du centre de gravité stratégique américain vers l’est pour défier ouvertement la Chine et poursuivre la politique dite de « nationalisation » du territoire chinois sacré des îles Diaoyu, qui non seulement menace la souveraineté territoriale mais remet aussi ouvertement en question le système international fondé sur le processus de Tokyo. Zhang Zhaozhong estime donc que, poussé par la tendance de la société de droite, le Japon glisse de plus en plus vers la possibilité d’une confrontation avec la Chine.

Quatrièmement, la Chine doit reconnaître la menace de l’instabilité de la péninsule coréenne. La péninsule coréenne n’est séparée de la Chine que par un fleuve et la Chine tient à sa sécurité. L’élimination de toute forme d’ingérence, la réalisation de la dénucléarisation de la péninsule coréenne et le maintien d’une paix à long terme sont non seulement dans l’intérêt de la Chine, mais aussi dans celui de toutes les parties.

Cinquièmement, la Chine doit reconnaître la menace que représentent les différends relatifs aux droits et intérêts maritimes. Ces dernières années, les actions de certains pays voisins qui empiètent sur les droits et intérêts maritimes de la Chine sont devenues plus fréquentes. La situation concernant l’occupation d’îles chinoises, la division des espaces maritimes et le pillage des ressources maritimes est de plus en plus grave. Bien que la Chine ait promu la politique de « suprématie de la souveraineté, ajournement des différends et développement commun » à partir de l’intérêt commun de maintenir la paix et la stabilité dans la région, de préserver l’amitié traditionnelle avec les pays voisins et de maintenir les opportunités de développement commun, les bons vœux de la Chine ne reçoivent pas la réponse qu’ils méritent.

Sixièmement, la Chine doit reconnaître la menace d’une « indépendance de Taïwan ». Le général a souligné que les forces séparatistes n’ont pas disparu de Taïwan. Après le retour de Hong Kong et de Macao dans leurs patries, la réunification pacifique des deux côtés du détroit de Taïwan selon le principe « un pays, deux régimes » est toujours confrontée à une bataille difficile et il reste un long chemin à parcourir.

Septièmement, la Chine doit reconnaître la menace que représentent les forces de « l’indépendance du Xinjiang » et de « l’indépendance du Tibet ». Les « forces du mal » représentées par le « mouvement du Turkestan oriental » ont des tendances obstinées, réactionnaires, radicales et violentes. Ils ont conspiré et se sont fait écho à l’intérieur et à l’extérieur, soutenus et tolérés par les forces étrangères anti-chinoises, ont été très destructeurs et ont eu un grand impact sur la sécurité politique, économique et sociale de la Chine, en particulier du Xinjiang et du Tibet.

Huitièmement, la Chine doit reconnaître la menace de pénétration et de différenciation par les forces occidentales anti-chinoises. Ces dernières années, les forces occidentales ont continuellement infiltré le pays sur le plan politique par divers moyens, encouragé les forces antigouvernementales dans certains pays et organisé une série d’actions politiques délibérées dans le but de renverser le régime en place. Par exemple, l’incident du « printemps arabe » créé par les États-Unis en Égypte ressemble à un « cauchemar arabe » ; l’Égypte s’est muée en un « pays démocratique » presque du jour au lendemain, et bien que des élections libres aient été organisées, elle n’a pas atteint une véritable démocratie. Zhang Zhaozhong estime que « ces incidents sanglants sont exactement ce que les forces occidentales anti-chinoises veulent voir survenir en Chine et nous devons être prêts ».

Le « Livre blanc sur la stratégie militaire de la Chine » : la quête d’une armée nationale forte et de la paix mondiale (sic)

Le 26 mai 2015, le gouvernement chinois a publié le « Livre blanc sur la stratégie militaire chinoise », le neuvième livre blanc sur la défense nationale publié par le gouvernement chinois depuis 1998 et le premier livre blanc à exposer spécifiquement la stratégie militaire de la Chine. Avant la publication du « Livre blanc sur la stratégie militaire chinoise », la Chine a publié huit livres blancs sur la défense nationale. En 1998, le système de livre blanc de la défense nationale avec des caractéristiques chinoises a été établi, qui pour la première fois a décrit de manière systématique la politique de défense nationale de la Chine. En 2000, pour la première fois, la question de Taïwan a été spécifiquement abordée dans la section sur la politique de défense nationale ; en 2002, pour la première fois, la politique stratégico-militaire de la nouvelle ère a été systématiquement exposée, un nouveau chapitre « Forces armées » a été ajouté, qui présente de manière exhaustive la composition de l’armée de libération du peuple, de la police armée et de la milice. En 2004, les principes et méthodes de base pour la promotion de la réforme militaire aux caractéristiques chinoises ont été exposés pour la première fois dans une nouvelle présentation, tels que « réduire le nombre de troupes de 200 000 unités », « renforcer la construction de la marine, de l’armée de l’air et de la deuxième armée d’artillerie » et « promouvoir la création de technologies de l’information ». En 2006, la stratégie nucléaire de la Chine a été annoncée pour la première fois, une stratégie de sécurité nationale a été proposée pour la première fois, et l’environnement sécuritaire de la Chine a été analysé de manière exhaustive pour la première fois. En 2010, l’établissement d’un mécanisme de confiance mutuelle entre les deux rives du détroit a été esquissé pour la première fois et en 2013, le regroupement des forces a été annoncé pour la première fois dans le premier document de défense.

Depuis le premier livre blanc sur la défense nationale en 1998, qui traitait des sept régions militaires, sans même énumérer de noms spécifiques, jusqu’au livre blanc « La défense nationale de la Chine 2008 », qui a publié des données clés sur les changements intervenus dans le domaine de la défense au cours des 30 dernières années après la réforme et l’ouverture, la direction du développement des forces armées est devenue claire. Le théoricien militaire Ni Hongyang estime que les changements apportés au contenu du Livre blanc reflètent pleinement l’attitude positive de la Chine, qui recherche la confiance par l’ouverture, lutte pour la sécurité par la coopération et le développement par des résultats gagnant-gagnant, réfutant ainsi efficacement la « théorie de la menace chinoise »2.

source : Geopolitika

via Euro-Synergies

 

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

Une réflexion sur “Les stratégies militaires modernes des va-t-en guerre chinois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *