Prévisions économiques 2023 : le marasme imminent

Par Michael Roberts.

À la fin de chaque année, j’essaie de faire des prévisions sur ce qui se passera dans l’économie mondiale l’année suivante.  Bien entendu, les prévisions sont entachées d’erreurs, étant donné les nombreuses variables qui interviennent dans le fonctionnement des économies

 

Les prévisions météorologiques sont encore difficiles à faire et les météorologues ont affaire à des événements physiques et non (du moins directement) à des actions humaines.  Néanmoins, les prévisions météorologiques jusqu’à trois jours à l’avance sont désormais assez précises.  Et les prévisions de changement climatique à plus long terme se sont largement confirmées au cours des dernières décennies.

 

Donc, si nous considérons que l’économie est une science (bien qu’une science sociale), et c’est ce que je fais, alors faire des prévisions fait partie de la vérification des théories et des preuves en économie également.

 

Comment les prédictions que j’ai faites l’année dernière pour 2022 se sont-elles avérées ?  En 2022, l’économie mondiale devrait connaître une croissance d’environ 3,5 à 4 % en termes réels, soit un ralentissement significatif par rapport à 2021 (25 % de moins).  En fait, l’année 2022 semble être pire que cette prévision consensuelle, avec seulement 3,2 %.  Les économies capitalistes avancées devaient connaître une croissance inférieure à 4 % en 2022 – il semble maintenant que ces économies ne parviendront qu’à 2,4 %.

 

Les économies dites émergentes devaient atteindre une croissance moyenne de 4 % en 2022 – là encore, les prévisions sont un peu trop optimistes, le résultat probable étant de 3,7 %.  Les grandes économies ont donc fait bien pire qu’en 2021 – et pire que les prévisions du consensus.  En effet, la chute de la croissance en 2022 par rapport à 2021 est l’une des plus importantes jamais enregistrées.

 

Mes propres prévisions de croissance du PIB réel pour 2022 étaient également trop élevées.  Mais au moins, j’ai reconnu pourquoi il y aurait un recul important.  L’année dernière, j’ai fait valoir que « la « ruée vers le sucre » des dépenses de consommation refoulées, engendrée par les subventions en espèces du COVID provenant des dépenses fiscales des gouvernements et les énormes injections de monnaie de crédit des banques centrales, était terminée ».

 

C’était un euphémisme.  Comme nous le savons, à la mi-2022, les banques centrales se sont engagées dans une série de hausses des taux d’intérêt qui ont fait grimper le coût des emprunts pour les consommateurs et les entreprises de façon spectaculaire.

 

Le passage de l’assouplissement monétaire (QE) au resserrement (QT) a été rapide et brutal en raison de la hausse rapide des taux d’inflation pour les prix des biens, des matières premières et des services à l’échelle mondiale.

 

J’ai discuté des raisons de cette poussée inflationniste et de la réaction des banques centrales dans de nombreux articles cette année.  La faiblesse des économies à faible productivité, les blocages de la chaîne d’approvisionnement mondiale dus au COVID et la crise énergétique, renforcée par le conflit entre la Russie et l’Ukraine, ont été les moteurs de l’inflation – et non pas une « demande excessive », comme le prétendaient les keynésiens, ou trop d' »argent bon marché », comme le prétendaient les monétaristes.

 

En conséquence, les banques centrales ont été impuissantes à stopper l’inflation, sauf en détruisant les revenus, en augmentant le coût de la dette et en intensifiant ainsi la probabilité d’un effondrement pur et simple des principales économies en 2023.

 

En effet, l’année dernière, je m’attendais à ce qu’une crise mondiale de la dette éclate : « L’ampleur de la dette des entreprises et le grand nombre d’entreprises dites « zombies » qui ne réalisaient même pas assez de bénéfices pour couvrir le service de leurs dettes (malgré des taux d’intérêt très bas) étaient tels qu’un krach financier pourrait s’ensuivre. »

 

Cela ne s’est pas encore produit dans les économies capitalistes avancées, en partie à cause de l’inflation qui a réduit la charge « réelle » des coûts d’emprunt.

 

Le ratio mondial de la dette au PIB atteindra 352 % d’ici à la fin 2022, selon le dernier Global Debt Monitor de l’Institute of International Finance (IIF), basé à Washington.  Ce chiffre inclut la dette du secteur financier, généralement due à l’intérieur du secteur.  Si l’on exclut cette dette, la dette mondiale représente plus de 250 % du PIB mondial, selon la BRI.

 

La dette mondiale comme pourcentage du PIB a augmentée depuis 2008

 

Mais comme je l’ai prévu, les économies dites émergentes sont confrontées à une crise majeure du crédit – avec des défauts de paiement de la dette déjà survenus au Sri Lanka, en Zambie, au Ghana et d’autres comme l’Égypte et le Pakistan au bord du gouffre.

 

Un dollar très fort jusqu’en 2022 a rendu pratiquement impossible le service de la dette en dollars pour bon nombre des pays les plus pauvres.  Selon la BRI, les économies émergentes comptent quelque 65 milliards de dollars de dettes en dollars contractées par des entités non bancaires.  Environ la moitié des économies à faible revenu (EFR) sont désormais menacées de défaut de paiement.  Le ratio dette/PIB des marchés émergents est passé de 40 à 60 % au cours de cette crise.  Il y a peu de marge de manœuvre pour augmenter les dépenses publiques afin d’atténuer le choc.

 

Selon un rapport de la Banque mondiale, les pays les plus pauvres du monde devraient payer 35 % de plus en intérêts de la dette cette année pour couvrir le coût supplémentaire de la pandémie de Covid-19 et une hausse spectaculaire du prix des importations alimentaires.

 

L’Amérique latine est confrontée à une « crise prolongée » suite à la pandémie. Un rapport des Nations unies sur l’Amérique latine et les Caraïbes prévient que près de 45 % des jeunes vivent sous le seuil de pauvreté. Le rapport de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) indique que 56,5 millions de personnes dans la région sont touchées par la faim. On estime que 45,4 % des personnes âgées de 18 ans ou moins en Amérique latine vivent dans la pauvreté.

 

Comparez cela aux énormes bénéfices réalisés par les producteurs d’énergie en 2022.  Les bénéfices des sept plus grandes sociétés pétrolières ont grimpé en flèche pour atteindre près de 175 milliards de dollars.

(Les profits des compagnies pétrolifères ont jaillie pendant 2022 au milieu de l’invasion russe de l’Ukraine)

 

J’ai dit dans mes prévisions pour 2022 que « cette année pourrait être celle d’un krach financier ou du moins d’une correction sévère des prix des marchés boursiers et des obligations, alors que les taux d’intérêt augmentent, poussant finalement une couche de sociétés zombies à la faillite. »

 

Eh bien, nous n’avons pas encore eu le crash et les faillites, mais nous avons eu la sévère correction des marchés financiers.  Les marchés boursiers et obligataires des principales économies se sont effondrés, parallèlement à la forte réduction de la croissance et à la hausse des taux d’intérêt.

(Index de la Bourse US, US 5000)

 

 

Ce resserrement du crédit et de la liquidité a fait deux victimes notables : la mort des crypto-monnaies et la chute brutale des cours des actions des héros de la spéculation technologique comme Tesla et Meta.  2022 a été l’année de la catastrophe cryptographique. Plus de 2 000 milliards de dollars de valeur notionnelle se sont volatilisés, la capitalisation totale du marché des jetons cryptographiques ayant chuté de 70 % par rapport à son sommet de novembre 2021.

(Bitcoin par rapport au US dollar)

 

Depuis le scandale de Tether jusqu’à l’arrestation de l’empire FTX de Sam Bankman-Fried, l’engouement pour les crypto-monnaies de type Ponzi a été mis à nu.

 

La spéculation est inhérente au capitalisme, mais elle augmente, comme les autres activités financières, en période de malaise économique et de crise, c’est-à-dire lorsque la rentabilité baisse dans les secteurs productifs et que les capitaux migrent vers les secteurs improductifs et financiers où le taux de profit est plus élevé.

 

C’est la raison de l’émergence et de l’essor du marché des crypto-monnaies. Ce que la chute de ce marché montre maintenant, c’est ce qui se passe lorsque les investisseurs commencent à s’attendre à une baisse des profits due à un ralentissement imminent, voire à une récession, de l’économie « réelle ».

 

Et puis il y a Tesla et sa tête monstrueuse, Elon Musk.  La hausse du cours de l’action de ce leader mondial de la voiture électrique a fait de Musk le milliardaire le plus riche du monde.  Mais son achat frauduleux de Twitter et la baisse importante de la production et des ventes de Tesla ont détruit près de la moitié de sa fortune sur le papier.

 

Tesla valait 1,2 trillion de dollars de capitalisation boursière au début de l’année 2002, mais aujourd’hui la valeur de Tesla est tombée à 400 milliards de dollars, une chute équivalente à la capitalisation boursière actuelle combinée de plus de 80 des plus petites entreprises de l’indice S&P 500.

(Action Tesla)

 

Dans mes prévisions pour 2022, j’ai estimé que « les taux d’inflation élevés actuels sont probablement « transitoires » car, en 2022, la croissance de la production, des investissements et de la productivité commencera probablement à retomber aux taux de la « longue dépression ».   Cela signifiera que l’inflation diminuera également, tout en restant plus élevée qu’avant la pandémie ».

 

Ce texte a été écrit avant que la crise énergétique ne s’installe réellement et que le conflit ukrainien ne débute.  Les taux d’inflation n’ont donc pas diminué en 2022 et ont au contraire continué à augmenter pour atteindre des sommets en novembre. Cela ne semblait pas si « transitoire » que cela.

 

Mais les taux d’inflation globale commencent maintenant à baisser, à mesure que les hausses des prix de l’énergie et des denrées alimentaires s’atténuent (tout en restant à des sommets historiques).  Après avoir atteint plus de 7 % en moyenne en 2022, l’inflation mondiale pourrait ralentir pour passer sous la barre des 5 % en 2023, tout en restant bien supérieure à la moyenne de plus de 3 % des années 2010.

 

 En ce sens, l’inflation élevée s’avérera « transitoire » en 2023 (tout en restant supérieure à celle d’avant la pandémie), ne serait-ce que parce que l’économie mondiale se dirige vers un nouveau marasme, trois ans seulement après celui de la pandémie, qui a été le plus profond et le plus vaste de l’histoire du capitalisme (quelque 200 ans !).

(Taux d’inflation comparé à l’année précédente)

 

Jamais une récession imminente n’a été aussi largement attendue.  Cela signifie peut-être qu’elle ne se produira pas – étant donné les résultats des prévisionnistes économiques traditionnels !  Mais cette fois, le consensus semble avoir raison.  Bien sûr, certains prévisionnistes américains continuent de prétendre que l’économie américaine, avec son marché du travail tendu, son inflation ralentie et son dollar fort, évitera un effondrement. Mais ce n’est pas ce que pensent toutes les agences internationales de prévision.

 

Prenons d’abord le FMI.  Il estime que la croissance du PIB réel mondial ne sera que de 2,7 % en 2023.  Officiellement, il ne s’agit pas d’une récession en 2023 – « mais cela y ressemblera ». La croissance américaine ralentira à 1 %, celle du Royaume-Uni à 0,5 %, tout comme celle de la zone euro, tandis que l’Allemagne entrera en récession à -0,3 %.

 

« Les risques qui pèsent sur les perspectives restent exceptionnellement importants et orientés à la baisse ». Et les prévisions du FMI sont les plus optimistes. L’OCDE estime que la croissance mondiale ralentira à 2,2 % l’année prochaine.  « L’économie mondiale est confrontée à des défis importants. La croissance a perdu de son élan, l’inflation élevée s’est étendue à tous les pays et produits et s’avère persistante. Les risques sont orientés à la baisse. »

 

Puis la CNUCED, dans son dernier rapport sur le commerce et le développement, prévoit également que la croissance économique mondiale chutera à 2,2 % en 2023. « Le ralentissement mondial laisserait le PIB réel encore en dessous de sa tendance pré-pandémique, ce qui coûterait au monde plus de 17 000 milliards de dollars, soit près de 20 % du revenu mondial. »

(COVID 19. Reprise comparée à la tendance pré-COVID 19)

 

L’Organisation mondiale du commerce (OMC) se joint aux autres agences internationales pour prévoir un marasme mondial.  « Le commerce mondial des marchandises devrait ralentir fortement l’année prochaine sous le poids des prix élevés de l’énergie, de la hausse des taux d’intérêt et des perturbations liées à la guerre, ce qui augmente le risque de récession mondiale », selon l’OMC.

 

Ses prévisions de croissance économique mondiale en 2023 sont de 2,3 % et l’OMC met en garde contre un ralentissement encore plus marqué si les banques centrales augmentent trop fortement les taux d’intérêt dans leurs efforts pour maîtriser une inflation élevée.

 

Le Peterson Institute, organisme du secteur privé, prévoit une récession dans la zone euro, aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Brésil l’année prochaine, avec une croissance économique mondiale qui tomberait à 1,8 %.  Et l’Institute for International Finance (IIF), un organisme de recherche financé par les principales institutions financières internationales, prévoit une chute encore plus importante de la croissance mondiale l’année prochaine.

 

« Nous prévoyons une récession mondiale en 2023. Corrigée des effets de base – probablement autour de +0,3% l’année prochaine (vert) – la croissance mondiale ne sera que de +1,3%. C’est aussi faible qu’en 2009, lorsque la croissance globale était plus faible (+0,6 %), mais que le report était de -0,7 % (jaune). Une autre « Grande Récession ».

(Croissance mondiale du PIB en pourcentage d’une année à l’autre)

 

Il semble donc que la plupart des grands prévisionnistes soient d’accord : une récession se produira en 2023, même s’ils hésitent sur l’ampleur et les régions concernées.

 

Cependant, certains économistes classiques rejettent cette prévision de récession au motif que l’économie mondiale sera encore en croissance en 2023. « Même si l’Organisation de coopération et de développement économiques et le Fonds monétaire international s’attendent à ce que la croissance mondiale plonge à 2,2-2,7 % en 2023, contre 6,1 % en 2021, cela laisse encore l’économie mondiale peu susceptible de se contracter pendant plusieurs trimestres consécutifs. » (Jeffrey Frankel).

 

Mais n’oubliez pas que si le PIB réel mondial croît d’environ 2 % l’année prochaine (pour une économie mondiale comprenant les États-Unis, l’Inde et l’Indonésie à croissance rapide et une Chine qui se remet des blocages du COVID), cela signifie que la croissance du PIB par habitant ne sera que de 1 %, un taux aussi bas que lors de la grande récession de 2008-9.

 

Les États-Unis peuvent-ils échapper au marasme ? En décembre, l’activité commerciale américaine s’est contractée à son rythme le plus rapide depuis le début de la pandémie en 2020. L’indice PMI composite américain, qui mesure l’activité des entreprises, est tombé à 44,6 en décembre, contre 46,4 en novembre – tout chiffre inférieur à 50 signifie une contraction et plus le chiffre est bas, plus la chute est rapide.

 

C’est un signe clair que l’économie américaine se dirige vers un effondrement en 2023.  Les économistes de JP Morgan indiquent que l’indice de la production manufacturière mondiale a chuté en novembre « à un niveau rarement atteint en dehors des récessions ». Cela laisse présager un atterrissage brutal de la production manufacturière mondiale en 2023.

 

La BCE estime désormais que l’économie de la zone euro est déjà en récession, avec une contraction de la production au cours de ce trimestre et au premier trimestre 2023. Mais elle espère que la récession sera « relativement courte et peu profonde ».  Même si c’était le cas – et j’en doute – la croissance du PIB réel de la ZE devrait être de seulement 0,5 % l’année prochaine et la croissance annuelle restera inférieure à 2 % dans un avenir prévisible.

 

La question de savoir si les grandes économies connaîtront un effondrement pur et simple en 2023 ou si elles l’éviteront tout simplement n’est qu’un sujet de discussion pour les économistes. Quoi qu’il en soit, cette situation a des conséquences désastreuses sur les moyens de subsistance de millions de personnes dans le Nord et de milliards de personnes dans le Sud.

 

Le Financial Times du Royaume-Uni a résumé la situation.  « En cette fin d’année, il est difficile de dire que 2022 a été une bonne année pour les travailleurs. Les pénuries de main-d’œuvre ont persisté et la croissance des salaires a repris assez fortement dans certains pays comme les États-Unis et le Royaume-Uni. Mais les salaires n’ont pas suivi la hausse des prix. 

 

En conséquence, les salaires mondiaux ont baissé en termes réels cette année pour la première fois depuis que l’on dispose de données comparables, selon l’Organisation internationale du travail.  La part du travail dans le revenu mondial a également diminué, selon les calculs de l’OIT, car la croissance de la productivité a dépassé la croissance des salaires avec la plus grande marge depuis 1999.

 

Au Royaume-Uni, une décennie de stagnation des salaires avant la pandémie devrait maintenant être suivie de la plus forte baisse du niveau de vie des ménages depuis six décennies, selon les prévisions officielles. »

 

Aux États-Unis, la baisse moyenne des salaires réels a été légèrement supérieure à 2 % en glissement annuel au troisième trimestre de 2022. En Europe, l’Allemagne et l’Espagne ont connu des baisses de pouvoir d’achat encore plus prononcées, les revenus réels ayant chuté d’un peu plus de 4 % et de 5 %, respectivement, à l’échelle nationale.

 

Dans la zone euro, les salaires réels ont chuté de 8 % depuis la fin du marasme de la pandémie en 2020. En Allemagne, les revenus réels ont plongé de 5,7 % au cours de l’année dernière, soit la plus forte perte de salaire réel depuis le début des statistiques.

(Les pays où les salaires sont en train de tomber les plus abruptement)

 

 

La question qui se pose est de savoir pourquoi les grandes économies retombent dans un nouveau marasme après une période aussi courte depuis le marasme du COVID.  Dans des articles précédents, j’ai mis en évidence deux facteurs (deux lames de « ciseaux » qui sont sur le point de se fermer et de réduire la production et l’investissement).  Ces deux facteurs sont le ralentissement, voire la chute des bénéfices, et le coût croissant du service d’une dette record.

 

Comme je l’ai déjà démontré de manière détaillée dans des articles précédents, contrairement à ce que prétendent les politiciens, les gouverneurs des banques centrales et les économistes traditionnels, il n’y a pas de spirale « salaires-prix ».  Les salaires ne font pas monter les prix.

 

En fait, ce sont les bénéfices qui ont fortement augmenté en tant que part de la valeur depuis la pandémie. Mais à l’approche de la fin de l’année 2022, la faible croissance de la productivité, la hausse persistante des prix des matières premières et des composants et l’augmentation des coûts unitaires de main-d’œuvre grugent les marges bénéficiaires.

 

La baisse des marges bénéficiaires finira par entraîner une baisse de la rentabilité, voire une baisse de la masse des bénéfices.  Et la chute des bénéfices est la formule pour une éventuelle baisse des investissements et de la production.

 

La croissance de la productivité continue de chuter aux États-Unis. Le troisième trimestre 2022 a connu une baisse de 1,4 % en glissement annuel, ce qui représente trois trimestres consécutifs de baisse en glissement annuel, une première depuis la crise profonde de 1982.

 

Ainsi, même si les salaires n’augmentent que d’un peu plus de 3 % par rapport à une inflation américaine de plus de 8 %, la baisse de la productivité commence à réduire les bénéfices des entreprises, car les coûts de main-d’œuvre par unité de production ont augmenté de plus de 6 % en glissement annuel.

 

Aux États-Unis, les bénéfices des entreprises ont diminué au troisième trimestre 2022, selon les dernières données publiées. Les bénéfices totaux ont diminué de 1,1 % par rapport au trimestre précédent. En effet, les bénéfices des sociétés non financières ont chuté de près de 7% sur le trimestre. Les bénéfices des sociétés non financières ont ralenti à 6,4 % en glissement annuel.

 

La contraction des bénéfices a commencé car les salaires, les prix à l’importation et les coûts d’intérêt augmentent désormais plus rapidement que les prix de vente. Les marges bénéficiaires (par unité de production) ont atteint un sommet (à un niveau élevé) et les coûts unitaires non liés à la main-d’œuvre et les coûts salariaux par unité augmentent alors que la productivité stagne. La manne des bénéfices post-pandémique est terminée.

 

(Changement des profits des entreprises non financières aux US en pourcentage d’une année à l’autre)

 

C’est l’une des lames des ciseaux de la récession. L’autre lame est l’augmentation du coût des emprunts. De nombreuses entreprises sont surendettées et vont au-devant de problèmes, car les coûts d’emprunt augmentent et les banques resserrent leurs liquidités.

 

Rappelez-vous le grand nombre de ce que l’on appelle les « entreprises zombies », qui ne réalisent pas assez de bénéfices pour couvrir ne serait-ce que le service de leur dette, ainsi que les « anges déchus », ces entreprises qui ont trop emprunté pour investir dans des actifs à risque et qui risquent maintenant d’exploser.  Peut-être que les faillites qui ont été repoussées en 2022 en raison de l’inflation galopante apparaîtront en 2023.

 

Si les banques centrales et les gouvernements sont réticents à admettre qu’un effondrement se prépare, en particulier aux États-Unis, les investisseurs financiers ne sont pas aussi optimistes.

 

Un autre signe fort et fiable d’une récession imminente est l’inversion de la courbe des taux obligataires.  On parle de courbe de rendement obligataire inversée lorsque le rendement des obligations à long terme (10 ans) est inférieur aux taux d’intérêt à court terme (3 mois ou 1 an).  J’ai expliqué pourquoi c’est un bon indicateur d’un effondrement à venir dans plusieurs articles. Actuellement, la courbe de rendement des obligations américaines est vraiment, vraiment inversée, ce qui prédit vraiment, vraiment une récession. Les quatre autres fois où cette courbe est passée sous la ligne du zéro, une récession a rapidement suivi.

 

(Courbe de rendement du Trésor à 3 mois, pendant 10 ans, pourcentage)

 

Pour une fois, il semble donc que le consensus ait raison et que l’économie mondiale connaisse une forte baisse de la croissance du PIB réel et une récession de nombreuses grandes économies, avec toutes les conséquences désastreuses que cela implique pour le niveau de vie du plus grand nombre.  Après la « crise du coût de la vie » viendra la crise de la vie.

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *