L’attaque terroriste contre le gazoduc russo-allemand Nord Stream par les USA est un acte de guerre

Ce texte est disponible en anglais, en italien et en espagnol ici: Articles du 17 fevrier[23804]

L’attaque terroriste du gazoduc russo-allemand Nord Stream (1 et 2) est un acte de guerre des États-Unis à l’encontre de son allié Allemand de l’Alliance Atlantique, aussi bien que contre son adversaire russe du Bloc Pacifique. Par cette attaque terroriste les États-Unis veulent empêcher toute alliance entre la Russie des matières premières et l’Allemagne de l’industrie de pointe.  Nous avons rassemblé quelques articles qui font état de cette agression terroriste contre une infrastructure civile destinée à approvisionner les foyers et les industries allemandes, destinée au chauffage des foyers et au maintien des emplois des ouvriers allemands. Cet acte de guerre des États-Unis et de l’OTAN démontre le désespoir de l’ancienne puissance hégémonique en déclin… qui en est réduite à casser ses alliés, à projeter les ouvriers des pays européens dans la misère afin de maintenir ses profits et son taux d’accumulation en « Kapital ».  Pire, les ploutocrates américains – tout comme les riches européens – n’hésitent pas à sacrifier le peuple ukrainien, russe ou polonais… sur les champs de bataille du Donbass…ou à affamer les travailleurs des pays vassaux.  La classe ouvrière de France, du Royaume-Uni, de Pologne, d’Allemagne, des États-Unis, de Chine, et de Russie doit poursuivre sa résistance…même passive…pour paralyser l’économie mondiale et contre ces politiques bellicistes. 


Hersh livre de nouveaux détails sur les explosions des Nord Stream

par Sputnik Afrique. Source secondaire   Hersh livre de nouveaux détails sur les explosions des Nord Stream (reseauinternational.net)

La saga sur le vrai coupable de l’attaque contre les gazoducs Nord Stream continue. Le journaliste Seymour Hersh donne plus de détails croustillants sur l’organisation de ce sabotage et les raisons de ses auteurs présumés.

Les États-Unis auraient décidé de faire exploser les gazoducs Nord Stream de peur que l’Allemagne se retire du régime des sanctions contre la Russie. Une décision qui aurait été prise par Joe Biden, Président américain, a affirmé le journaliste Seymour Hersh au journal allemand Berliner Zeitung.

Hersh a récemment publié les résultats de son enquête consacrée au sabotage de ces pipelines en mer Baltique en juin 2022.

L’autre raison qui aurait poussé les États-Unis à faire sauter les Nord Stream

À en croire les dires du journaliste américain, les États-Unis auraient fait exploser les deux conduites du Nord Stream de peur que l’Allemagne reprenne les importations de gaz via les pipelines à l’approche de l’hiver.

« Le fonctionnement du Nord Stream 2 avait été suspendu par l’Allemagne elle-même, et non par des sanctions internationales. Les États-Unis avaient peur que l’Allemagne lève les sanctions à cause du froid de l’hiver », a indiqué le journaliste.

Combien de bombes ont explosé ?

Huit bombes ont été posées sur les gazoducs, mais seules six d’entre elles ont pu exploser, affirme le reporter américain.

Selon lui, cela s’explique par le fait que Joe Biden a réfléchi trop longtemps, l’opération de sabotage a été reportée et les bombes sont restées sous l’eau plus longtemps que prévu.

La CIA aurait livré du matériel de plongée à la Norvège

D’après Seymour Hersh, avant l’explosion des gazoducs, la CIA aurait livré une chambre de décompression pour les plongeurs norvégiens.

Ceux-ci se sont entraînés dans un secteur moins profond de la mer Baltique indiqué par le pays scandinave.

Bien avant l’opération spéciale

L’idée de détruire les Nord Stream aurait été prise bien avant le début de l’opération spéciale, à en croire M.Hersh.

Toujours selon lui, début janvier 2022, l’option aurait été signalée à la Maison Blanche. Deux ou trois semaines plus tard, la sous-secrétaire d’État américaine Victoria Nuland aurait elle-même déclaré que les États-Unis « pouvaient le faire ».

Le 7 février, Joe Biden a aussi dit qu’il était possible de le faire lors d’une conférence de presse conjointe avec le chancelier allemand Olaf Scholz, se souvient le journaliste.

Le président américain a alors annoncé publiquement qu’en cas d’attaque contre l’Ukraine, il n’y aurait pas de « Nord Stream ». « Nous le ferons. Je promets que nous pouvons le faire », avait alors déclaré le dirigeant américain.

Quand est-ce que la décision aurait été mise à exécution ?

La décision de détruire le Nord Stream aurait été prise en septembre dernier. Tout commence lors des exercices de l’OTAN appelés Baltops, à l’été 2022. Des plongeurs américains auraient alors installé des explosifs sous les Nord Stream.

Selon le journaliste, des explosifs C4 auraient été posés vers la fin des manœuvres. Mais à la dernière minute, la Maison Blanche serait devenue nerveuse.

Biden aurait dit qu’il avait peur de le faire et aurait changé d’avis en donnant de nouveaux ordres, de sorte que qu’il y ait la possibilité de faire exploser les bombes à tout moment à distance.

Selon le service de suivi des vols Flightradar24, des avions allemands et américains P-3 Orion et P-8 Poseidon ont effectué des vols réguliers au-dessus des sites des futures explosions du 8 au 16 juin.

Les attaques ont finalement eu lieu le 26 septembre 2022 sur les pipelines russes (Russie-Allemagne-Pays-Bas) transportant du gaz russe vers l’Europe, après que les explosifs installés trois mois auparavant par les Américains eurent été activés par les Norvégiens. Et l’ordre aurait été donné par le président américain Joe Biden.

source : Sputnik Afrique

 


Attaque terroriste du Nord Stream : Le complot s’épaissit

par Pepe Escobar. Sur Attaque terroriste du Nord Stream : Le complot s’épaissit (reseauinternational.net)

 

Ce qu’il nous reste à tous, c’est de nager dans un marécage rempli de pigeons délaissés, d’histoires de couverture douteuses et de fragments de renseignements.

Le rapport explosif de Seymour Hersh sur la façon dont le gouvernement des États-Unis a fait sauter les pipelines Nord Stream 1 et 2 dans la mer Baltique en septembre dernier continue de provoquer des vagues géopolitiques dans tous les domaines.

Sauf, bien sûr, dans la bulle parallèle des grands médias américains, qui l’ont totalement ignoré ou, dans quelques cas bien choisis, ont décidé de tirer sur le messager, qualifiant Hersh de journaliste « discrédité », de « blogueur » et de « théoricien de la conspiration ».

J’ai proposé une première approche, en me concentrant sur les nombreux mérites d’un rapport apparemment approfondi, mais en notant également certaines incohérences graves.

Le correspondant étranger de la vieille école basé à Moscou, John Helmer, est allé encore plus loin, et ce qu’il a découvert pourrait être aussi incandescent que le récit de Sy Hersh lui-même.

Le cœur du problème dans le rapport de Hersh concerne l’attribution de la responsabilité d’une attaque terroriste industrielle de facto. Étonnamment, pas de CIA ; cette responsabilité incombe directement au trio de planification toxique composé de Sullivan, Blinken et Nuland – des néolibéraux-conservateurs faisant partie du combo « Biden ». Le feu vert final est donné par le décideur ultime : le président sénile et lecteur de téléprompteur lui-même. Les Norvégiens jouent le rôle d’assistants mineurs.

Cela pose le premier problème sérieux : à aucun moment dans son récit, Hersh ne fait référence au MI6, aux Polonais (gouvernement, marine), aux Danois et même au gouvernement allemand.

Il mentionne que le 20 janvier 2022, « après quelques hésitations », le chancelier Scholz « était maintenant fermement dans l’équipe américaine ». Eh bien, à ce moment-là, le plan était en discussion, selon la source de Hersh, depuis au moins quelques mois. Cela signifie également que Scholz est resté « dans l’équipe américaine » jusqu’à l’attaque terroriste, le 20 septembre 2022.

Quant aux Britanniques, aux Polonais et à tous les jeux de l’OTAN qui se déroulaient au large de l’île de Bornhom plus d’un an avant l’attentat, les médias russes – de Kommersant à RIA Novosti – en ont largement parlé.

L’opération militaire spéciale (OMS) a été lancée le 24 février, il y a presque un an. L’explosion de Nord Stream 1 et 2 a eu lieu le 26 septembre. Hersh assure qu’il y a eu « plus de neuf mois de débats très secrets au sein de la communauté de sécurité nationale de Washington sur la façon de “saboter les pipelines” ».

Cela confirme donc que la planification de l’attaque terroriste a précédé de plusieurs mois non seulement l’OMS, mais aussi, et surtout, les lettres envoyées par Moscou à Washington le 20 décembre 2022, demandant une discussion sérieuse sur « l’indivisibilité de la sécurité » impliquant l’OTAN, la Russie et l’espace post-soviétique. Cette demande s’est heurtée à une réponse non-réponse américaine dédaigneuse.

Bien qu’il ait écrit l’histoire d’une réponse terroriste à un problème géopolitique grave, le fait qu’un professionnel de premier ordre comme Hersh ne prenne même pas la peine d’examiner le contexte géopolitique complexe fait sourciller.

En un mot : l’anathème Mackinderien ultime pour les classes dirigeantes américaines – et c’est bipartisan – est une alliance Allemagne-Russie, étendue à la Chine : cela signifierait l’expulsion des États-Unis d’Eurasie, et cela conditionne tout ce que tout gouvernement américain pense et fait en termes d’OTAN et de Russie.

Hersh aurait également dû remarquer que le moment choisi pour préparer le « sabotage des pipelines » bat en brèche le récit officiel du gouvernement américain, selon lequel il s’agit d’un effort collectif de l’Occident pour aider l’Ukraine contre une « agression russe non provoquée ».

Cette source insaisissable

Le récit ne laisse aucun doute sur le fait que la source de Hersh – si ce n’est le journaliste lui-même – soutient ce qui est considéré comme une politique américaine légale : combattre la « menace de la Russie pour la domination occidentale [en Europe] ».

Ainsi, ce qui semble être une opération secrète de la marine américaine, selon le récit, pourrait avoir été malavisé non pas en raison de raisons géopolitiques sérieuses ; mais parce que la planification de l’attaque a intentionnellement échappé à la loi américaine « exigeant que le Congrès soit informé ». C’est une interprétation extrêmement étroite des relations internationales. Ou, pour être franc : c’est une apologie de l’exceptionnalisme.

Et cela nous amène à ce qui pourrait être le Rosebud dans cette saga digne d’Orson Welles. Hersh fait référence à une « pièce sécurisée au dernier étage de l’ancien Executive Office Building … qui était également le siège du Conseil consultatif des renseignements étrangers du Président (PIAB) ».

C’est là que l’on aurait discuté de la planification de l’attaque terroriste.

Bienvenue au PIAB : le President Intelligence Advisory Board. Tous les membres sont nommés par le POTUS actuel, en l’occurrence Joe Biden. Si nous examinons la liste des membres actuels du PIAB, nous devrions, en théorie, trouver la source de Hersh (voir, par exemple, « Le président Biden annonce des nominations au President’s Intelligence Advisory Board et au National Science Board » ; et « Le président Biden annonce des nominations clés aux conseils et commissions »).

Voici les membres du PIAB nommés par Biden : Sandy Winnefeld ; Gilman Louie ; Janet Napolitano ; Richard Verma ; Evan Bayh ; Anne Finucane ; Mark Angelson ; Margaret Hamburg ; Kim Cobb ; et Kneeland Youngblood.

La source de Hersh, selon son récit, affirme, sans l’ombre d’un doute, que « les troupes russes se sont régulièrement et sinistrement renforcées aux frontières de l’Ukraine » et que « l’inquiétude grandissait à Washington ». Il est incroyable que ces personnes censées être bien informées n’aient pas été au courant du rassemblement des troupes ukrainiennes dirigées par l’OTAN de l’autre côté de la ligne de contact, prêtes à lancer une attaque éclair contre le Donbass.

Ce que tout le monde savait déjà à l’époque – comme le montre l’enregistrement même sur YouTube – c’est que le combo derrière « Biden » était bien décidé à mettre fin aux Nord Streams par tous les moyens nécessaires. Après le début de l’OMS, il ne manquait plus qu’à trouver un mécanisme de déni plausible.

Malgré tous les reportages méticuleux, le sentiment inéluctable demeure que ce que le récit de Hersh met en évidence est le gambit terroriste du combo Biden, et jamais le plan global des États-Unis visant à provoquer la Russie dans une guerre par procuration avec l’OTAN en utilisant l’Ukraine comme chair à canon.

De plus, la source de Hersh est peut-être éminemment imparfaite. Elle a dit, selon Hersh, que la Russie « n’a pas répondu » à l’attaque terroriste de l’oléoduc parce que « peut-être qu’ils veulent avoir la capacité de faire les mêmes choses que les États-Unis ».

En soi, cela peut prouver que la source n’était même pas membre du PIAB, et n’a pas reçu le rapport classifié du PIAB évaluant le discours crucial de Poutine du 30 septembre, qui identifie la partie « responsable ». Si c’est le cas, la source est simplement liée (c’est moi qui souligne) à un membre du PIAB, n’a pas été invitée à la planification de la salle de crise qui a duré des mois, et n’est certainement pas au courant des détails les plus fins de la guerre de cette administration en Ukraine.

Compte tenu des antécédents exceptionnels de Sy Hersh en matière de journalisme d’investigation, il serait assez rafraîchissant pour lui d’élucider ces incohérences. Cela permettrait de dissiper le brouillard des rumeurs décrivant le rapport comme une simple accroche limitée.

Si l’on considère qu’il existe plusieurs « silos » d’informations au sein de l’oligarchie américaine, avec leurs appareils correspondants, et que Hersh a cultivé ses contacts parmi la quasi-totalité d’entre eux pendant des décennies, il ne fait aucun doute que les informations prétendument privilégiées sur la saga Nord Stream proviennent d’une adresse très précise – avec un agenda très précis.

Nous devrions donc voir qui l’histoire met réellement en accusation : certainement le combo néo-con/néolibéral-con straussien derrière « Biden », et le président chancelant lui-même. Comme je l’ai souligné dans mon analyse initiale, la CIA s’en sort indemne.

Et n’oublions pas que le Grand Récit change rapidement : le rapport RAND, l’humiliation imminente de l’OTAN en Ukraine, l’hystérie du ballon, les opérations psychologiques sur les ovnis. La véritable « menace » est – qui d’autre – la Chine. Voir: Fin de partie en Ukraine-Russie: nouvelle partie – États-Unis contre États-Unis – contre Chine – les 7 du quebec   Ce qu’il nous reste à tous, c’est de nager dans un marécage rempli de pigeons délaissés, d’histoires de couverture douteuses et de fragments de renseignements. Sachant que ceux qui dirigent vraiment le spectacle ne montrent jamais leur main. Voir: La guerre de 2023: mise en scène parles USA du théâtre opérationnel européen – les 7 du quebec

Pepe Escobar


 

Nord Stream : De la soumission sans borne des juntes atlantistes

par Vincent Gouysse.  Sur Nord Stream : De la soumission sans borne des juntes compradore atlantistes (reseauinternational.net)

« Un vassal n’ose pas râler », titre aujourd’hui un média alternatif au sujet des (non-)réactions de la presse atlantiste mainstream concernant les derniers développements autour des gazoducs Nord Stream. Balançant entre silence assourdissant, reprise du démenti pathétique lapidaire opposé par Washington et tentatives de jeter le discrédit sur le travail d’investigation de Seymour Hersh en prétextant son ralliement à la « sphère complotiste » depuis son traitement de l’affaire syrienne, les merdias atlantistes mainstream ne sont à l’évidence pas à leur aise avec cette affaire, et tous se gardent de souligner la cohérence des faits rapportés… Et ne parlons même pas de leur signification globale : le suicide énergétique, économique et social délibérément provoqué des puissances impérialistes d’Europe au profit de l’impérialisme américain sous prétexte d’une lâche guerre par procuration contre la Russie…

Même sur Sud Radio, on voit que les apprentis journalistes marchent sur des œufs et craignent de tirer les conséquences d’une hypothèse qui paraissait pourtant logique le jour-même de l’explosion du 26 septembre 2022. La critique la plus radicale, qui arrive vers la fin de l’émission, émane en fait d’une auditrice qui demande « à qui profite le crime » et ajoute que « quand on a des amis capables de faire ça, on n’a pas besoin d’ennemis »… Un délice de voir jusqu’où la soumission atlantiste conduit… Staline lui-même serait possiblement stupéfait du degré de soumission proprement ubuesque atteint par les cliques compradore atlantistes, bien qu’il dénonçât cette inféodation financière du Capital d’Europe à celui des USA il y a déjà près d’un siècle… La presse russe, elle, jubile et les chinois disposent d’une preuve supplémentaire que la servilité atlantiste européenne est infinie : les USA ordonnent et leurs “alliés” (féaux) (s’)exécutent. Si les USA demandent à l’UE de se suicider économiquement sous le prétexte ridicule de recouvrer leur souveraineté énergétique, alors l’UE le fait sans broncher. La servilité des roquets atlantistes d’Europe semble ainsi n’avoir pour égale que leur stupidité (ou/et leur sociopathie)…

À l’opposé des juntes vichystes atlantistes, les Chinois demandent ouvertement des comptes, sous la forme d’un éditorial du Global Times intitulé « Washington doit une explication au monde sur l’explosion de Nord Stream ». Le ministère des affaires étrangères suivait dans la foulée et réitérait la demande de la Chine de voir les États-Unis « donner une explication sérieuse au monde sur les explosions des Nord Streams » ! Une attaque frontale ouverte de ce type émanant de la diplomatie chinoise était inconcevable il y a encore quelques années… Cela donne la mesure de l’intensité du séisme géopolitique en cours… La diplomatie chinoise demande que l’administration US réponde aux allégations de Seymour Hersh de façon crédible et non en se contentant d’affirmer sans le moindre contre-argument concret, à destination des béni-oui-oui bercés par le rêve américain, que les allégations de Seymour Hersh seraient « totalement fausses » et de la « pure fiction »… En bref, il n’y a plus guère que la journaloperie merdiatique mainstream atlantiste pour continuer à jouer à l’autruche autiste… Derrière le paravent démagogique et mystique de sa “liberté » fantasmée, la journaloperie merdiatique atlantiste d’Europe est à l’évidence aujourd’hui l’une des plus universellement et étroitement inféodées à la ploutocratie dont elle est la porte-parole. Son crédit international, déjà sérieusement entamé au cours des dernières décennies d’ingérences coloniales otaniennes, et proprement ébranlé depuis la pandémie de Covid-19, est aujourd’hui tombé, depuis l’intervention militaire russe au Bandéristan, à plus ou moins zéro. Pour notre part, nous nous situons du côté de ceux qui considèrent l’enquête de Seymour Hersh comme non seulement crédible, mais indéniablement la plus aboutie à ce jour. Et nous ne pouvons guère contredire Pepe Escobar affirmant sans détour que « toute personne dotée d’un cerveau savait déjà que l’Empire était responsable », mais que dorénavant « en ce qui concerne le Sud mondial, le rapport Hersh fait état d’une superpuissance déloyale, en lettres géantes rouge sang, en tant qu’État sponsor du terrorisme ». Oui, l’OTAN est plus que jamais l’Organisation Terroriste de l’Atlantique Nord, l’outil de coercition privilégié aux mains de la ploutocratie atlantiste déterminée à défendre par tous les moyens, y compris les moins avouables, son emprise hégémonique coloniale sur un monde qui lui échappe chaque jour un peu plus, une descente aux enfers économique et géopolitique qui pousse ce fauve blessé à dévoiler également chaque jour davantage le caractère structurellement éminemment réactionnaire du capitalisme, en particulier quand il est mis en difficulté par l’ennemi de classe ou même seulement par un concurrent plus puissant…

 


 

 

 

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

10 réflexions sur “L’attaque terroriste contre le gazoduc russo-allemand Nord Stream par les USA est un acte de guerre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *