Crise des banques de la Silicon Valley: La crise de liquidité que nous avions prédite a commencé!

Par Brandon Smith − Mars 2023 − Source Alt-Market

Cet article est aussi disponible en anglais, en italien et en espagnole ici:
Articles du 4 et 5 avril[25827]

Ces derniers jours, une avalanche d’informations et de nombreuses théories ont circulé sur le sort d’une banque californienne connue sous le nom de SVB (Silicon Valley Bank). SVB était la 16e banque des États-Unis jusqu’à ce qu’elle fasse brusquement faillite et se retrouve en situation d’insolvabilité le 10 mars. L’effondrement de la banque est lié à une perte de liquidité de 2 milliards de dollars sur la vente d’obligations, qui a fait chuter la valeur de l’action de l’institution de plus de 60%, déclenchant une ruée des clients craignant de perdre une partie ou la totalité de leurs dépôts.

 

Il existe de nombreux articles détaillés sur la situation de SVB, mais je voudrais surtout parler de l’origine du problème. Les déficits de la banque ne sont pas vraiment la cause de la crise, ils sont le symptôme d’une sécheresse de liquidité plus large que j’ai prédite ici à Alt-Market il y a plusieurs mois, y compris le moment où l’événement s’est produit.

Mais tout d’abord, discutons de la question centrale, à savoir le resserrement budgétaire et la Réserve fédérale américaine. Dans mon article intitulé « Le piège du Tapering de la Fed est une arme, pas une erreur de politique« , publié en décembre 2021, j’ai noté que la Fed était clairement sur la voie d’un resserrement en cas de faiblesse économique, très similaire à ce qu’elle a fait au début des années 1980 pendant la période de stagflation et aussi quelque peu similaire à ce qu’elle a fait au début de la Grande Dépression. L’ancien président de la Fed, Ben Bernanke, a même ouvertement admis que la Fed avait provoqué la spirale incontrôlable de la dépression en raison de ses politiques de resserrement.

Dans ce même article, je parlais de la « courbe de rendement » comme d’un signal d’alarme pour une crise imminente :

La banque centrale est le plus grand investisseur en obligations américaines. Si la Fed augmente les taux d’intérêt jusqu’à la faiblesse et réduit les achats d’actifs, nous pourrions assister à une répétition de 2018, lorsque la courbe de rendement a commencé à s’aplatir. Cela signifie que les obligations du Trésor à court terme finiront par avoir le même rendement que les obligations à long terme et que les investissements dans les obligations à long terme diminueront.

Depuis la semaine dernière, la courbe des taux s’est inversée, signalant une potentielle pénurie de liquidités. Jerome Powell (président de la Fed) et Janet Yellen (secrétaire au Trésor) ont tous deux indiqué que les politiques de resserrement se poursuivraient et que l’objectif était de ramener l’inflation à 2 %. Compte tenu des milliers de milliards de dollars que la Fed a injectés dans le système financier au cours de la dernière décennie, ainsi que de la faiblesse générale de l’économie, il ne faudrait pas beaucoup de QT pour écraser les marchés du crédit et, par extension, les marchés boursiers.

Comme je l’ai également noté en 2021 :

Nous sommes à nouveau à ce stade où l’inflation des prix liée à l’impression monétaire se heurte à la dépendance totale du marché boursier à l’égard des mesures de relance pour se maintenir à flot. Certains continuent d’affirmer que la Fed ne sacrifiera jamais les marchés en procédant à un tapering. Selon moi, la Fed ne s’en soucie pas vraiment, elle attend simplement le bon moment pour débrancher l’économie américaine.

Mais le moment est-il venu ? J’ai développé cette analyse dans mon article « Contraction économique majeure en 2023 – suivie d’une inflation encore plus forte« , publié en décembre 2022. J’ai noté que :

C’est la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui, alors que l’année 2022 touche à sa fin. La Fed est au milieu d’un programme de hausse des taux assez agressif pour « lutter » contre la crise stagflationniste qu’elle a créée par des années de mesures de relance monétaires. Le problème est que les taux d’intérêt plus élevés ne font pas baisser les prix et ne ralentissent pas non plus la spéculation boursière. L’argent facile est en place depuis bien trop longtemps, ce qui signifie qu’un atterrissage brutal est le scénario le plus probable.

Je poursuis :

Au début des années 2000, la Fed a pratiqué des taux d’intérêt artificiellement bas qui ont gonflé la bulle immobilière et la bulle des produits dérivés. En 2004, elle s’est engagée dans un processus de resserrement. En 2004, les taux étaient de 1% et, en 2006, ils ont atteint plus de 5%. C’est à ce moment-là que des fissures ont commencé à apparaître dans la structure du crédit, 4,5 % – 5,5 % étant le seuil magique avant que la dette ne devienne trop chère pour que le système puisse continuer à jouer la comédie. En 2007/2008, la nation a été témoin d’une implosion exponentielle du crédit…

Enfin, j’ai fait ma prédiction pour mars/avril 2023 :

Puisque rien n’a été fixé par la Fed à l’époque, je continuerai à utiliser le taux des fonds de 5 % comme indicateur du moment où nous assisterons à une nouvelle contraction majeure… La taxe d’accise de 1 % ajoutée à un taux des fonds de la Fed de 5 % crée un boulet de 6 % sur tout argent emprunté pour financer les futurs rachats d’actions. Ce coût sera beaucoup trop élevé et les rachats s’essouffleront. En d’autres termes, les marchés boursiers s’arrêteront également et chuteront. Il faudra probablement attendre deux ou trois mois avant que la taxe et les hausses de taux n’aient un effet visible sur les marchés. Le délai de contraction se situerait donc autour de mars ou avril 2023.

Nous sommes maintenant à la mi-mars et il semble que les premiers signes d’une crise de liquidité remontent à la surface avec l’insolvabilité de SVB et la fermeture d’une autre institution à New York appelée Signature Bank.

Tout est lié à la liquidité. Avec des taux plus élevés, les banques ont du mal à emprunter à la Fed et les entreprises ont du mal à emprunter aux banques. Cela signifie que les entreprises qui dissimulaient leurs faiblesses financières et leur exposition à de mauvais investissements en recourant à des crédits faciles n’ont plus cette possibilité. Elles ne pourront plus soutenir artificiellement des activités qui ne sont pas rentables, elles devront renoncer aux rachats d’actions qui donnent de la valeur à leurs actions et elles devront procéder à des licenciements massifs afin de protéger leurs résultats.

SVB n’est pas tout à fait Bear Stearns, mais c’est probablement un canari dans la mine de charbon, qui nous indique ce qui est sur le point de se produire à plus grande échelle. Nombre de ses déposants ont été fondés dans le capital-risque alimenté par le crédit facile, sans parler de toutes les entreprises liées à l’ESG qui dépendent des prêts accordés par la SVB. Cet argent a disparu – il est mort. Ces entreprises s’effondrent discrètement mais rapidement, ce qui a également créé un trou noir pour les dépôts au sein de la SVB. C’est un cycle terriblement destructeur. Il est certain que de nombreuses autres banques américaines se trouvent dans la même situation.

Je pense que ce n’est que le début d’une crise des liquidités et du crédit qui, combinée à une inflation manifeste, produira peut-être le plus grand krach économique que l’Amérique ait jamais connu. La faillite de SVB n’est peut-être pas LE déclencheur, mais seulement un parmi d’autres. Je pense que dans ce scénario, les grandes banques américaines pourraient éviter le type d’effondrement du crédit que nous avons connu avec Bear Stearns et Lehman Brothers en 2008. Mais la contagion pourrait tout de même toucher plusieurs banques de taille moyenne et les effets pourraient être similaires dans un court laps de temps.

Avec toutes les informations qui circulent sur SVB, il est facile d’oublier que tout cela se résume à une seule question vitale : Les mesures de relance de la Fed ont créé une économie totalement dépendante des liquidités faciles et bon marché. Aujourd’hui, elles ont supprimé cet argent facile. À la lumière de l’effondrement du SVB, la banque centrale va-t-elle faire marche arrière dans son resserrement ou va-t-elle continuer à aller de l’avant et risquer la contagion ?

Pour l’instant, Janet Yellen et la Fed ont mis en place un garde-fou limité et une garantie sur les dépôts à la SVB et à Signature. En théorie, cela permet d’éviter une « décote » sur les comptes des déposants et d’attirer les investisseurs de détail en leur faisant miroiter des mesures de relance sans fin. Il s’agit toutefois d’une demi-mesure : les banquiers centraux doivent au moins donner l’impression qu’ils essaient.

Les actifs de la SVB s’élèvent à environ 200 milliards de dollars et ceux de la Signature à environ 100 milliards de dollars, mais qu’en est-il de l’exposition interbancaire et des implications plus larges ? Combien de banques parviennent à peine à remplir leurs obligations en matière de liquidités et combien d’entreprises voient leurs dépôts s’évaporer ? Le garde-fou ne fera rien pour empêcher une contagion majeure.

Voici la source de la menace contre le dollar monnaie de « réserve ».

Il existe de nombreuses astuces financières qui pourraient ralentir le rythme d’un effondrement du crédit, mais pas de beaucoup. Et voici l’essentiel : contrairement à 2008, la Fed a créé une situation à laquelle il n’y a pas d’échappatoire. Si elle pivote et revient aux sauvetages systémiques, la stagflation montera encore en flèche. Si elle ne recourt pas à l’assouplissement quantitatif, les banques s’effondrent, les entreprises s’effondrent et même les obligations deviennent intenables, ce qui menace le statut de réserve mondiale du dollar. Qu’est-ce que cela entraîne ? Une nouvelle stagflation. Dans les deux cas, les prix de la plupart des produits de première nécessité augmenteront rapidement…inflation accélérée.

Combien de temps durera ce processus ? Tout dépend de la réaction de la Fed. Elle pourrait être en mesure de retarder le krach de quelques mois grâce à divers palliatifs. Si elle revient aux mesures de relance, les banques seront sauvées ainsi que les actions (pendant un certain temps), mais l’inflation croissante asphyxiera les consommateurs en l’espace d’un an et les entreprises continueront à vaciller. Mon intuition me dit qu’elle s’appuiera sur des interventions limitées mais qu’elle n’inversera pas les hausses de taux comme de nombreux analystes semblent s’y attendre.

La Fed fera parfois grimper les marchés en jouant sur la corde sensible et en entretenant de faux espoirs d’un retour à un assouplissement quantitatif agressif ou à des taux proches de zéro, mais en fin de compte, la tendance des marchés du crédit et des actions sera stable et à la baisse. Comme un feu de broussailles dans une tempête de vent, une fois les flammes allumées, il n’y a aucun moyen de remettre les choses en place. Si leur objectif était en fait de provoquer une pénurie de liquidités, c’est mission accomplie. Ils ont créé exactement ce scénario. Lisez mes articles en lien ci-dessus pour comprendre pourquoi ils pourraient agir ainsi délibérément.

En attendant, il semble que mes prévisions concernant le calendrier soient correctes jusqu’à présent. Nous devrons attendre et voir ce qui se passera dans les semaines à venir. Je tiendrai mes lecteurs au courant des événements au fur et à mesure que de nouveaux détails apparaîtront. La situation évolue rapidement.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

Une réflexion sur “Crise des banques de la Silicon Valley: La crise de liquidité que nous avions prédite a commencé!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *