Le Bloc Asie-Pacifique fourbit ses armes…en prévision de la guerre à venir

Par M.K. Bhadrakumar – Le 19 avril 2023 – Source Indian punchline

Cet article est disponible en anglais, en italien, en espagnole ici:
Articles du 26 avril[27338] et  Articles du 26 et 27 avril[27364]

La visite officielle du conseiller d’État et ministre de la défense chinois, le général Li Shangfu, en Russie, du 16 au 19 avril, a mis en évidence le besoin des deux pays d’approfondir leur confiance militaire et leur étroite coordination dans le contexte de l’aggravation des tensions géopolitiques et de l’impératif de maintenir l’équilibre stratégique mondial.

Cette visite s’inscrit dans le prolongement des décisions essentielles prises lors du tête-à-tête intensif entre le président russe Vladimir Poutine et le président chinois Xi Jinping, qui s’est tenu à Moscou les 20 et 21 mars. Rompant avec le protocole, la visite de quatre jours du général Li a commencé par une « réunion de travail » avec Poutine, selon les termes du porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. (ici et ici)

Li n’est pas un étranger à Moscou, ayant déjà été responsable du département de développement de l’équipement de la Commission militaire centrale, qui a été sanctionnée par les États-Unis en 2018 pour avoir acheté des armes russes, notamment des avions de combat Su-35 et des systèmes de missiles sol-air S-400.

Song Zhongping, éminent expert militaire et commentateur de télévision chinois, a expliqué que le voyage de Li montre la qualité des liens militaires bilatéraux avec la Russie, et conduira à « davantage d’échanges mutuellement bénéfiques dans de nombreux domaines, y compris les technologies de défense et les exercices militaires. »

Mercredi dernier, le ministère américain du commerce a annoncé l’imposition de contrôles à l’exportation à une douzaine d’entreprises chinoises pour avoir « soutenu les industries militaires et de défense de la Russie« . Le Global Times a répliqué de manière provocante que « la Chine est une grande puissance indépendante, tout comme la Russie. Il est de notre droit de décider avec qui nous allons mener une coopération économique et commerciale normale. Nous ne pouvons pas accepter que les États-Unis nous montrent du doigt, ni même qu’ils exercent une coercition économique« .

Lors de sa rencontre avec Li, en plein dimanche de Pâques, Poutine a déclaré que la coopération militaire jouait un rôle important dans les relations entre la Russie et la Chine. Les analystes chinois ont déclaré que la visite de Li est également un signal envoyé conjointement par la Chine et la Russie que leur coopération militaire ne sera pas impactée par la pression américaine.

En octobre 2019, Poutine avait révélé que la Russie aidait la Chine à créer un système d’alerte antimissile précoce qui renforcerait considérablement la capacité défensive de la Chine. Les observateurs chinois ont noté que la Russie était plus expérimentée dans le développement et l’exploitation d’un tel système, qui est capable d’identifier et d’envoyer des avertissements immédiatement après le lancement de missiles balistiques intercontinentaux.

Une telle coopération témoigne d’un niveau de confiance élevé et nécessite une intégration des systèmes russes et chinois. L’intégration des systèmes sera mutuellement bénéfique : les stations situées au nord et à l’ouest de la Russie pourraient fournir à la Chine des données d’alerte et, en retour, la Chine pourrait fournir à la Russie des données collectées par ses stations situées à l’est et au sud. En d’autres termes, les deux pays pourraient créer leur propre réseau mondial de défense antimissile.

Ces systèmes font partie des domaines les plus sophistiqués et les plus sensibles de la technologie de défense. Les États-Unis et la Russie sont les seuls pays à avoir été capables de développer, de construire et d’entretenir de tels systèmes. Il est certain qu’une coordination et une coopération étroites entre la Russie et la Chine, deux puissances dotées de l’arme nucléaire, contribueront profondément à la paix mondiale dans les circonstances actuelles en contenant et en dissuadant l’hégémonie américaine (sic).

Ce n’est pas une coïncidence si Moscou a ordonné un contrôle soudain des forces de sa flotte du Pacifique du 14 au 18 avril, qui coïncidait avec la visite de Li. L’inspection a eu lieu dans le contexte de l’aggravation de la situation autour de Taïwan.

En effet, au début du mois d’avril, on a appris que le porte-avions américain USS Nimitz s’approchait de Taïwan ; le 11 avril, les États-Unis ont entamé un exercice militaire de 17 jours aux Philippines impliquant plus de 12 000 soldats ; le 17 avril, on a appris l’envoi de 200 conseillers militaires américains à Taïwan.

Les exercices stratégiques américains Global Thunder 23 à la base aérienne de Minot dans le Dakota du Nord (qui est le commandement des frappes globales de l’armée de l’air américaine) ont commencé la semaine dernière par un entraînement au chargement de missiles de croisière à ogive nucléaire sur des bombardiers. Les images montrent des bombardiers stratégiques B-52H Stratofortress équipés par le personnel technique de la base de missiles de croisière AGM-86B capables d’emporter des ogives nucléaires sous les ailes.

Là encore, les exercices de l’aviation et de la flotte américaines ont été de plus en plus remarqués à proximité immédiate des frontières russes ou dans des régions où la Russie a des intérêts géopolitiques. Le 5 avril, des B-52 Stratofortress ont survolé la péninsule coréenne, prétendument « en réponse aux menaces nucléaires et de missiles de la Corée du Nord« . Au même moment, la Corée du Sud, les États-Unis et le Japon menaient des exercices navals trilatéraux dans les eaux de la mer du Japon avec la participation du porte-avions USS Nimitz.

Le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolai Patrushev, a récemment attiré l’attention sur la capacité croissante du Japon à mener des opérations offensives, ce qui, selon lui, constitue « une violation flagrante de l’un des résultats les plus importants de la Seconde Guerre mondiale« . Le Japon prévoit d’acheter aux États-Unis environ 500 missiles de croisière Tomahawk, qui peuvent menacer directement la majeure partie du territoire de l’Extrême-Orient russe. Mitsubishi Heavy Industries travaille à la mise au point de missiles antinavires terrestres de type 12 « afin de protéger les îles éloignées du Japon« .

Le Japon développe également des armes hypersoniques conçues pour mener des opérations de combat « sur des îles éloignées« , ce que les Russes considèrent comme des options pour la prise éventuelle des Kouriles du Sud par le Japon. En 2023, le Japon disposera d’un budget militaire supérieur à 51 milliards de dollars (à égalité avec celui de la Russie), qui devrait passer à 73 milliards de dollars.

En fait, lors de la dernière inspection surprise, les navires et les sous-marins de la flotte russe du Pacifique ont quitté leurs bases pour la mer du Japon, la mer d’Okhotsk et la mer de Béring. Le ministre de la défense, Sergei Shoigu, a déclaré que « dans la pratique, il est nécessaire de trouver des moyens d’empêcher le déploiement de forces ennemies dans la zone opérationnelle importante de l’océan Pacifique – la partie sud de la mer d’Okhotsk – et de repousser leur débarquement sur les îles Kouriles du Sud et l’île de Sakhaline« .

Le silence se fait entendre…

Passant en revue les alignements régionaux, Yuri Lyamin, expert militaire russe et Senior Fellow au Centre d’analyse des stratégies et des technologies, un groupe de réflexion de premier plan du complexe militaro-industriel, a déclaré au journal Izvestia :

« Étant donné que nous n’avons pas réglé la question territoriale, le Japon revendique nos Kouriles du Sud. À cet égard, des contrôles sont très nécessaires. Il est nécessaire d’accroître le niveau de préparation de nos forces en Extrême-Orient…Dans le contexte actuel, nous devons renforcer la coopération avec la Chine en matière de défense. En fait, un axe est en train de se former contre la Russie, la Corée du Nord et la Chine : les États-Unis, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, puis l’Australie. La Grande-Bretagne tente également d’y participer activement… Il faut tenir compte de tout cela et établir une coopération avec la Chine et la Corée du Nord, qui sont, pourrait-on dire, nos alliés naturels ».

Lors d’une réunion au Kremlin avec Shoigu le 17 avril, alors que Li était à Moscou, Poutine a fait remarquer que les priorités actuelles des forces armées russes étaient « principalement axées sur la voie ukrainienne… (mais) le théâtre d’opérations du Pacifique reste pertinent » et qu’il fallait garder à l’esprit que « les forces de la flotte (du Pacifique) dans ses différentes composantes peuvent certainement être utilisées dans des conflits dans n’importe quelle direction« .

Le lendemain, Shoigu a déclaré au général Li : « Dans l’esprit de l’amitié indéfectible entre les nations, les peuples et les forces armées de la Chine et de la Russie, je me réjouis de la coopération la plus étroite et la plus fructueuse avec vous…« . Le compte-rendu du ministère russe de la défense indique que :

« Sergei Shoigu a souligné que la Russie et la Chine pouvaient stabiliser la situation mondiale et réduire les risques de conflit en coordonnant leurs actions sur la scène internationale. Il est important que nos pays partagent le même point de vue sur la transformation en cours du paysage géopolitique mondial… La réunion que nous avons aujourd’hui contribuera, à mon avis, à renforcer davantage le partenariat stratégique Russie-Chine dans le domaine de la défense et permettra une discussion ouverte sur les questions de sécurité régionale et mondiale ».

Pékin et Moscou estiment que les États-Unis, qui n’ont pas réussi à « annuler » la Russie, se tournent vers le théâtre de l’Asie-Pacifique. La visite de Li montre que la réalité de la coopération russo-chinoise en matière de défense est complexe. La coopération militaro-technique entre la Russie et la Chine a toujours été assez secrète, et le niveau de secret a augmenté à mesure que les deux pays s’engagent dans une confrontation plus directe avec les États-Unis.

La signification politique de la déclaration de Poutine de 2019 sur le développement conjoint d’un système d’alerte précoce pour les missiles balistiques va bien au-delà de sa signification technique et militaire. Elle a montré au monde que la Russie et la Chine étaient sur le point de conclure une alliance militaire formelle, qui pourrait être déclenchée si les pressions américaines allaient trop loin.

En octobre 2020, Poutine avait suggéré la possibilité d’une alliance militaire avec la Chine. La réaction du ministère chinois des affaires étrangères a été positive, même si Pékin s’est abstenu d’utiliser le mot « alliance« .

Une alliance militaire opérationnelle et efficace peut être formée rapidement si le besoin s’en fait sentir, mais les stratégies respectives des deux pays en matière de politique étrangère rendent une telle initiative peu probable. Toutefois, le danger réel et imminent d’un conflit militaire avec les États-Unis peut déclencher un changement de paradigme.

M.K. Bhadrakumar

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

Une réflexion sur “Le Bloc Asie-Pacifique fourbit ses armes…en prévision de la guerre à venir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *