Le « wokisme » comme cache sexe du Grand capital au temps de « l’ingénierie sociale »

L’exercice est périlleux, complexe, mais essentiel pour qui veut comprendre le monde capitaliste engagé dans la plus grande et la plus intense crise systémique de son histoire. Le chroniqueur Brandon Smith – que les médias mainstream qualifient de « droitiste » – propose ci-dessous une analyse décapante – « intrusive » et « exclusive » de l’évolution récente de l’économie capitaliste dirigée par la « l’extrême gauche wokiste » bancaire et boursière ploutocratique et décadente proclame Brandon Smith. N’est-il pas paradoxal de qualifier banquiers, financiers, boursicoteurs, investisseurs et manager d’oligopoles de « gauchistes » ? Pas du tout…si l’on comprend à la base que les séparations entre ‘gauche’ et ‘droite’ bourgeoises ont pour objectif de rassembler dans deux paniers de crabes distincts les mêmes politiciens larbins qui à la demande servent leur suzerain du Grand capital du côté gauche ou du côté droit de leur bouche de démagogues. Pour vous lecteurs du webmagazine nous ajoutons une couche de complexité à l’analyse de cet article alambiqué…vous devez abordé cet article  du point de vue du prolétariat qui cherche à comprendre la guerre de classe qui confronte les multiples camps du Grand capital « multipolaire« . Nous fournirons à l’occasion quelques pistes d’interprétation.  

Grâce à Claudio Buttinelli cet article est disponible en anglais, en italien et en espagnole ici: Articles du 5 juillet[33697]  Articles du 13 Septembre (1)


Par Brandon Smith − Le 9 juin 2023 − Source Alt-Market

La majorité des entreprises qui s’engagent ouvertement dans la nouvelle ère de rébellion des consommateurs américains ont connu une véritable hécatombe, et l’establishment n’est pas content. Des sociétés comme Disney, Anheuser-Busch et Target voient leurs bénéfices chuter et perdent des milliards en termes de capitalisation boursière après s’être engagées à respecter l’agenda trans. En particulier, le gouvernement américain cherche à faire des exemples d’institutions qui soutiennent l’endoctrinement des enfants par les transgenres et les sectes LGBTQ. En d’autres termes, une ligne rouge a été franchie.

 

Les boycotts conservateurs étant bien plus efficaces que les boycotts gauchistes ne l’ont jamais été, le mouvement montre clairement que la gauche politique est un tigre de papier et que les conservateurs et les indépendants détiennent la véritable majorité du pouvoir aux États-Unis. En réponse, les médias affirment que ce mouvement est une forme de terrorisme économique. En d’autres termes, si vous refusez de soutenir l’esprit de ruche des Wokes avec votre portefeuille, vous devez être considéré comme un ennemi intérieur.

Cela a pris du temps, mais les Américains moyens s’engagent enfin dans une guerre culturelle qui a commencé il y a des années, non pas tant par la gauche politique que par les institutions globalistes qui utilisent les activistes de gauche et de l’industrie des ONG comme des exécutants et des saboteurs. La question clé dont très peu de gens parlent est que les groupes activistes n’auraient aucun pouvoir si ce n’était du soutien sans précédent qu’ils reçoivent des gouvernements, des organisations à but non lucratif, des groupes de réflexion et du monde des affaires. Une grande partie de ce soutien a été injectée par le biais de financements de type ESG et de programmes DEI (Diversité, équité et inclusion).

L’ESG (Environnement, Social, Gouvernance) est en train de devenir un terme bien connu et est, au fond, une forme d’“impact investing” – ce qui signifie que les principaux prêteurs tels que Blackrock ou Carlyle Group, ou les groupes de réflexion tels que la Fondation Ford, cherchent à contrôler les résultats sociétaux en utilisant le prêt comme levier. Regardez la vidéo ICI (https://www.cnbc.com/video/2022/09/28/esg-is-really-a-risk-management-framework-says-the-ford-foundations-roy-swan.html)  mettant en scène le responsable des “investissements de mission” de la Fondation Ford pour avoir une idée de ce qu’est réellement l’ESG: L’ingénierie sociale.

Autrefois, les prêteurs fondaient leurs normes de financement sur de bons scores de crédit et sur la probabilité d’un retour sur investissement. Si vous aviez une entreprise avec un historique de rendements solides et des garanties valables, vous obteniez probablement tous les prêts dont vous aviez besoin. Aujourd’hui, cependant, les prêteurs tentent d’imposer des conditions politiques et idéologiques aux entreprises qui cherchent à obtenir un financement. Vous devez signaler votre vertu pour avoir accès à l’argent, et cela inclut le soutien aux initiatives en matière de climat et de carbone, la réorganisation de votre main-d’œuvre en fonction des règles de diversité et d’inclusion, et même la promotion de l’activisme LGBTQ pourrait être un facteur important pour votre prochaine injection de liquidités.

Plus votre score ESG est élevé, plus vous avez de chances d’avoir accès à la dette. C’est en partie pour cette raison qu’un grand nombre d’entreprises se lancent de plus en plus dans le “mois de la fierté”. Il leur suffit d’apposer quelques arcs-en-ciel sur certains produits ou publicités, ou de défendre publiquement la pression transgenres ( https://www.adl.org/resources/blog/what-grooming-truth-behind-dangerous-bigoted-lie-targeting-lgbtq-community) sur les enfants, pour se retrouver soudain en position de force pour une nouvelle année de fonds subventionnés.

Mais que se passe-t-il dans un monde où la loyauté des consommateurs n’est plus une garantie et où le public cesse d’acheter aux chaînes qui promeuvent des concepts woke ? Que se passe-t-il lorsque l’ouverture d’esprit signifie également se ruiner ? L’argent du GSE vaut-il vraiment la peine de perdre la moitié de ses clients, voire plus ?

Pour l’instant, ce n’est pas le cas. Alors que les banques centrales augmentent les taux d’intérêt et réduisent leurs bilans, la fête de l’argent facile qui a commencé en 2008 se termine. Après une décennie de croissance exponentielle, l’ESG est aujourd’hui en fort déclin, et cela est directement lié aux politiques des banques centrales comme la Réserve fédérale. Depuis un an, il n’est plus viable de déverser de l’argent dans des projets “woke” pour la plupart inutiles. Pourtant, la tendance “woke” se poursuit. Pourquoi ?

Il y a vingt ans, le nom du jeu dans le monde des affaires était “construction de la marque”. Si vous pouviez construire votre marque et gagner la loyauté du marché, vous pouviez maintenir votre modèle de profit pour les décennies à venir. Aujourd’hui, les entreprises sont prêtes à détruire les marques qu’elles ont mis tant de temps et d’argent à développer, tout cela au nom de l’opportunisme politique.

Cela semble de la pure folie, mais si elles savaient quelque chose que nous ignorons ? Et s’ils étaient en train de surmonter une crise économique artificielle afin d’être récompensés plus tard par des richesses “trop faibles pour faire faillite” ? Ma théorie est que si les prêts ESG semblent mourir aujourd’hui, demain ils seront le seul moyen pour une entreprise de survivre. (Brandon Smith a raison de souligner que les oligopoles capitalistes comptent énormément sur les subventions et les crédits de l’État pour leur survie. Il n’a pas raison de penser que la crise économique présente est « artificielle ». La crise économique est la résultante du fonctionnement normal – programmé – de l’économie capitaliste qui vogue d’une crise à une autre depuis son apparition… ).

Nous devons commencer à envisager la possibilité future d’une ESG institutionnalisée à l’échelle mondiale. La notion effrayante de financement ESG par les banques centrales circule depuis les premiers jours de la pandémie Covid. De la BRI à la Fed en passant par la BCE, (https://www.federalreserve.gov/newsevents/pressreleases/other20220929a.htm)  de nombreux programmes ont commencé à faire surface avec des connotations inquiétantes. La plupart d’entre eux se sont d’abord concentrés sur le changement climatique, les banques centrales s’intéressant soudain à “sauver la planète” d’une menace carbone qui n’existe pas. Aujourd’hui, les banques centrales sont de plus en plus nombreuses à parler de DEI et d’équité sociale (https://www.federalreserve.gov/publications/files/distrategicplan_202211.pdf).

Les banques internationales sont peut-être limitées dans leur engagement en matière de prêts ESG, mais qu’en est-il des banques centrales ? Et si elles abandonnaient leur façade de “neutralité politique” et se lançaient à corps perdu dans le virus de l’esprit éveillé ? Et si les banques centrales devenaient le fondement de l’ESG ? Le prêt à l’état d’éveil ne deviendrait-il pas alors perpétuel ?

Je pense que c’est exactement ce qui est censé se produire, mais il faudrait que cela soit directement lié à une crise économique ainsi qu’à l’introduction de monnaies numériques (CBDC). Une crise de la dette (ainsi qu’une stagflation) pourrait acculer une majorité d’entreprises à la faillite. Avec le manque de fonds, la baisse des dépenses de consommation et le resserrement du marché du crédit, les banques centrales et les mesures de relance redeviendraient le seul mécanisme officiel pour reconstruire l’économie.

Les gouvernements seraient également redevables aux banques centrales pour rester à flot, ce qui signifie que les banquiers auraient une influence considérable sur la manière dont l’argent est distribué (et dont la richesse est réattribuée).

Contrairement au krach de 2008, le prochain épisode de relance ne sera pas une débauche de monnaie fiduciaire. Il s’agira plutôt d’un plan de sauvetage très limité, dans le cadre duquel de l’argent numérique sera injecté dans certaines institutions. En d’autres termes, seule une partie de l’économie existante recevra une bouée de sauvetage, et devinez qui pourra prétendre à une place sur le radeau ? C’est exact, les entreprises les plus dévouées à l’ESG.

Cela expliquerait pourquoi tant d’entreprises refusent de renoncer au marketing de la fumée même si elles perdent des millions de clients ; elles savent ce qui est sur le point de se produire et se préparent à l’avance aux retombées ainsi qu’aux inévitables renflouements numériques.

Bien sûr, certains diront que cela nécessiterait un niveau d’organisation et de “conspiration” qui n’existe pas. Il serait “idiot” de suggérer que les entreprises se concertent pour mettre en œuvre un plan visant à bouleverser fondamentalement le paradigme économique actuel, n’est-ce pas ? C’est faux. Au moins en termes de coordination, la cabale a déjà ouvertement annoncé sa présence.

La collusion entre les entreprises, les groupes de réflexion et les gouvernements en vue de créer un monopole international de la parole n’est pas une théorie, c’est une réalité. La seule question qui reste est la suivante : quand les banques centrales admettront-elles qu’elles font partie du système ? Je pense que les signes de crise bancaire observés au début de l’année ne sont que la partie émergée de l’iceberg.

Alors que la Fed et d’autres continuent d’augmenter les taux d’intérêt en raison de la faiblesse de l’économie  les tensions sur le système s’accroîtront et quelque chose d’intégral finira par se briser. Peut-être s’agira-t-il d’un nouveau moment Lehman, peut-être le dollar américain perdra-t-il son statut de réserve ou un autre désastre. Mais ce n’est pas une coïncidence si cette invasion du culte de l’extrême gauche dans le monde des affaires s’intensifie au moment même où nos fondements économiques sont en difficulté. L’un est lié à l’autre, et je pense que la décomposition du système actuel est destinée à faciliter la création d’une nouvelle économie en perpétuelle ébullition.

Le public serait ainsi piégé dans la participation au culte par pure nécessité, à moins que la population ne se décentralise en utilisant une production et un commerce localisés. Notre mode de vie tout entier devrait changer radicalement, en s’inspirant des idéaux d’autosuffisance qui étaient de mise il y a une centaine d’années.

La dystopie ESG ne disparaîtra pas d’elle-même. L’idéologie woke ne disparaîtra pas d’elle-même. Ces structures devront être détruites, mais vous ne pouvez pas vous rebeller contre une structure dont vous dépendez pour votre survie quotidienne. Il faudrait d’abord s’en séparer complètement.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

2 réflexions sur “Le « wokisme » comme cache sexe du Grand capital au temps de « l’ingénierie sociale »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *