Explosion du gazoduc Nord Stream: «c’était une mini bombe!» (thermonucléaire???)

Grâce à Claudio Buttinelli cet article est disponible en anglais, en italien et en espagnole ici:
Articles du 6 et 7 juillet[33763]

 

Le physicien suisse Dr Hans-Benjamin Braun a minutieusement analysé l’explosion de Nord Stream 1. Sa découverte, présentée à la commission d’enquête Corona le 30 juin 2023 : l’explosion a été réalisée à l’aide d’une mini-nuke thermonucléaire (fusion) avec le plus grand impact d’onde de choc possible sur Kaliningrad en Russie. Comme le journaliste d’investigation et lauréat du prix Pulizer Seymour Hersch , le Dr Braun soupçonne les États-Unis d’être à l’origine de l’attentat. Parmi les autorités, politiques, journalistes et scientifiques qu’il a informés des résultats de ses analyses depuis décembre 2022, il y a une chose avant tout : le silence radio.

Le Dr Braun est un scientifique renommé spécialisé dans la physique statistique, la physique quantique, la diffusion des neutrons, la physique de la matière condensée et la science des matériaux, le magnétisme et la topologie. Pendant des années, il a enseigné en tant que professeur de physique théorique à l’Université catholique de Dublin. En 2014, il a été honoré d’être l’un des quatre « Distinguished Lecturers » (ndlr) dans le monde de l’Institute of Electrical and Electronics Engineers IEEE, Magnetics Society, qui a donné 50 conférences internationales à l’invitation d’institutions ou de sections individuelles. Le Dr Braun a largement cité des publications dans Nature Physics, Nature Communications et Advances in Physics.

Le déroutant, dans les interprétations publiques contradictoires de l’explosion du pipeline à 17 h 03 UTC le 26 septembre 2022, avait piqué sa curiosité scientifique en tant que physicien également titulaire d’une maîtrise en sciences de la terre, rapporte le Dr Braun. Pourquoi, s’est-il demandé dans ce contexte, pourquoi le Conseil de sécurité de l’ONU n’a-t-il pas ouvert d’enquête malgré les nombreuses questions sans réponse.

En octobre 2022, il se met au travail d’analyse de ce qui s’est passé via six méthodes totalement indépendantes : évaluation des données sismiques selon deux méthodes, analyse de l’évolution des nuages (??) d’aérosols après la détonation, prise en compte des courants sous-marins en mer Baltique, notamment dans un canyon sous-marin entre Bornholm et Kaliningrad au cours des jours suivants, évolution de la température sur le fond marin et propagation d’éventuelles retombées radioactives après l’explosion.

Le résultat surprenant : les mesures sismiques suggèrent une force explosive dans l’équivalent de jusqu’à 1-4 kilotonnes de TNT, un fort contraste avec les données estimées d’un équivalent de 250 kg de TNT publiées par exemple dans le célèbre magazine Nature.

© Dr Hans-Benjamin Braun
La comparaison des mesures sismiques dans la mer Baltique, par exemple en Suède et en Finlande, avec les valeurs de l’événement nucléaire nord-coréen bien documenté également identifié par le Columbia University Earth Institute sur la base des données IRIS montre un schéma très similaire.

© Dr Hans-Benjamin Braun
Selon les données du satellite infrarouge, quatre heures après la détonation, un nuage d’aérosol distinct avec une extension allant jusqu’à 100 km s’est formé loin du site de l’explosion dans la direction du vent et dans la région de Kaliningrad en raison de l’impact des ondes de choc sur la pente abrupte de Kaliningrad. littoral. Un tel phénomène ne se produirait pas dans cette mesure avec une charge explosive beaucoup plus petite, a déclaré le Dr Braun. La photo d’ouverture de cet article montre la formation d’aérosols lors de l’ essai nucléaire américain « Wigwam », avec une force explosive équivalente à 32 kT, en 1955 dans l’océan Pacifique, à 900 km au sud-ouest de San Diego.

© Dr Hans-Benjamin Braun
Au cours des jours qui ont suivi le moment de la détonation, d’importants courants sous-marins se sont formés dans la mer Baltique ( 50 km et plus), se concentrant dans le canyon sous-marin dirigé directement vers Kaliningrad. En conséquence, un courant vortex s’est formé dans le bassin de Bornholm. Selon Nature du 15 mars 2023 , l’explosion a remué 250 000 tonnes de sédiments qui se sont ensuite déposés. En effet, il semble que ce processus ait également affecté les températures de l’eau sur le fond marin pendant toute la période hivernale.

Il est à remarquer que, selon les données satellitaires, la température de l’eau au fond de la mer a augmenté jusqu’à 5 degrés Celsius d’une année sur l’autre sur une superficie d’environ 100 km x 100 km au cours de l’hiver 2023 par rapport à 2022. Le Dr Braun précise que cela ne peut s’expliquer par des fluctuations naturelles, d’autant plus que la température moyenne dans les régions les plus éloignées de la mer Baltique tend à être encore plus basse.

© Dr Hans-Benjamin Braun
En Pologne, des retombées radioactives ont été détectées un jour après l’explosion ; en Suisse, il est apparu trois jours après l’événement.

Il convient de noter, a déclaré le Dr Braun, que le site de l’explosion a apparemment dû être choisi pour réfléchir et amplifier les ondes de choc en raison de la côte suédoise de forme elliptique, leur permettant de se concentrer précisément sur Kaliningrad via le canyon sous-marin. La ville, distante de 500 km, a subi un effet sismique 10 fois supérieur à celui de sa voisine Bornholm, qui n’est qu’à 70 km du site de dynamitage du pipeline.


Conclusion de l’enquête du Dr Braun : « Aucune des sept observations géophysiques indépendantes ne peut être expliquée par l’utilisation d’un explosif conventionnel ; une arme thermonucléaire doit avoir été utilisée. Le sabotage du Nord Stream était également une attaque ciblée par ondes de choc contre Kaliningrad, ce qui, pour moi, fait des États-Unis le seul coupable plausible. Il considère une auto-mise en danger tactique des Russes par la détonation peu probable, l’Ukraine comme un autre agresseur possible ne possédant pas d’armes nucléaires. Les États-Unis, cependant, avaient des armes nucléaires, des vecteurs et, grâce au BALTOPS 22 de l’OTANexercice en mer Baltique, qui a eu lieu en juin 2022, une nouvelle connaissance barythmétrique approfondie des conditions sur le site éventuel. « BALTOPS offre également une opportunité unique aux communautés américaines de recherche, de développement et d’acquisition d’exercer la technologie UUV actuelle et émergente dans des environnements opérationnels réels. Cette année a présenté les programmes actuels et futurs de record pour les UUV de chasse aux mines dans les systèmes MK-18 et Lionfish. Les deux systèmes ont été mis à l’épreuve pendant 10 jours d’opérations de chasse aux mines, recueillant plus de 200 heures de données sous-marines », écrit l’ US NAVY sous le titre « BALTOPS 22, une opportunité parfaite pour la recherche et le test de nouvelles technologies ». Bien sûr, une collaboration d’autres groupes d’intérêts géopolitiques en plus des États-Unis serait également concevable, ajoute le Dr Braun.

Précisément un drone sous-marin aussi autonome que le Lionfish, qui a été testé lors de l’exercice BALTOPS 22 de l’OTAN, aurait pu être utilisé pour transporter la charge explosive sur les lieux, explique le Dr Braun. Réaliser la détonation à l’aide d’un tel véhicule sans pilote n’aurait nécessité l’implication que de quelques personnes. Il est clair, cependant, que si les États-Unis étaient impliqués, il faudrait supposer que l’explosion a été réalisée au su et avec la volonté du président américain Joe Biden. La société étasunienne Sandia Labs, partenaire de longue date de la National Nuclear Security Administration (NNSA) du Département de l’énergie, écrit sur son site Internet : « Les armes nucléaires de la nation doivent toujours fonctionner lorsqu’elles sont commandées et autorisées par le président des États-Unis, et doivent ne jamais exploser autrement ». Les États-Unis, note le Dr Braun, sont d’ailleurs le seul pays au monde qui n’a pas adhéré à l’interdiction internationale d’une première frappe nucléaire.

Le Dr Braun rapporte qu’il a mis ses conclusions à la disposition de journalistes et d’hommes politiques sélectionnés le 22 décembre 2022, sept semaines avant la parution de l’article de Seymour Hersh. Le 3 janvier 2023, il aurait informé le gouvernement suisse, et le 25 janvier 2023, il aurait informé le parlement suisse. Dans le même temps, il écrivit à un collègue du MIT, qui attira son attention sur l’article imminent de Seymour Hersch. Le 27 mars 2023, il avait contacté le professeur J. Sachs en tant que représentant du Conseil de sécurité de l’ONU, et le 4 avril 2023, il avait formulé une lettre ouverte au secrétaire général de l’OTAN, aux gouvernements finlandais et suédois, et trois lauréats du prix Nobel de physique. Le 4 avril 2023, il avait écrit à la Cour pénale internationale de La Haye, à la Maison Blanche, au Kremlin, aux ambassades de Russie et de Chine en Suisse, et le 24 avril 2023, de nouveau au Conseil de sécurité de l’ONU, cette fois sous la nouvelle présidence russe. La réponse : silence radio.

Le Dr Braun exige que la question soit complètement clarifiée. En raison de leur évolutivité facile, avec laquelle on peut ajuster la force de détonation par un facteur de 100 d’un simple mouvement du poignet (ce qu’on appelle « dial a yield »), les armes thermonucléaires représentent une menace croissante pour l’humanité, en particulier par la combinaison avec l’intelligence artificielle qui progresse rapidement, qui est utilisée dans les véhicules aériens et sous-marins autonomes, et peut également être utilisée dans des opérations secrètes.

– Source : 2020news (Allemagne)

»» https://www.zejournal.mobi/index.php/news/show_detail/28302
URL de cet article 38759
https://www.legrandsoir.info/explosion-de-nord-stream-1-c-etait-une-mini-bombe-nucleaire.html

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

Une réflexion sur “Explosion du gazoduc Nord Stream: «c’était une mini bombe!» (thermonucléaire???)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *