L’Occident ouvre un front en Asie centrale contre la Russie…qui agresse qui?

Par George Trenin – Le 28 juin 2023 – Source RT      Grâce à Claudio Buttinelli cet article est disponible en anglais, en italien et en espagnole ici: Articles du 9 juillet[33899]

Au cours du premier semestre 2023, l’Union européenne et les États-Unis se sont montrés très actifs en Asie centrale, considérée par certains comme le “bas ventre” de la Russie. De nombreux politiciens et diplomates d’Europe occidentale et des États-Unis ont fréquenté la région et ont tenté de rallier les anciennes républiques soviétiques du Kazakhstan, du Tadjikistan, de l’Ouzbékistan, du Kirghizistan et du Turkménistan à leur cause dans le conflit qui les oppose à Moscou.

Grâce à Claudio Buttinelli cet article est disponible en anglais, en italien et en espagnole ici:
Articles du 9 juillet[33899]

L’Occident veut convaincre ces États de soutenir les sanctions contre la Russie et de bloquer les importations parallèles vers le pays. Il a promis des compensations pour les pertes financières. En outre, les dirigeants d’Europe occidentale considèrent le Kazakhstan comme une source de ressources naturelles qui pourrait potentiellement remplacer Moscou.

Avec toute cette attention récente, l’Asie centrale prend de plus en plus conscience de son importance politique. Mais cela l’amènera-t-il à rompre ses liens avec la Russie, comme l’espère l’Occident ?

Des invités fréquents

La semaine dernière, le 10e dialogue politique de haut niveau entre l’UE et l’Asie centrale s’est tenu à Astana, la capitale du Kazakhstan. Cet événement diplomatique plutôt mineur était consacré à l’élaboration de feuilles de route pour les résolutions adoptées lors du sommet beaucoup plus important auquel ont participé les dirigeants d’Asie centrale et le président du Conseil européen, qui s’est tenu dans la ville kirghize de Cholpon-Ata au début du mois de juin.

Au cours de l’année écoulée, les visites du président du Conseil européen Charles Michel en Asie centrale – une région qui, jusqu’à récemment, n’intéressait que très peu Bruxelles – sont devenues régulières. Le tout premier sommet UE-Asie centrale auquel le Belge a assisté s’est tenu au Kazakhstan il y a moins d’un an, en octobre 2022 – huit mois seulement après le début de l’offensive russe en Ukraine. Le prochain sommet réunissant les dirigeants de l’UE et des cinq pays d’Asie centrale aura lieu en Ouzbékistan l’année prochaine.

On pourrait croire que l’événement de cette année est une réponse au sommet inaugural Chine-Asie centrale qui s’est tenu à Xi’an au cours de la seconde moitié du mois de mai. Mais en fait, Pékin semble être à la traîne par rapport à ses concurrents d’Europe occidentale qui ont organisé le Forum économique UE-Asie centrale dans la ville d’Almaty, au Kazakhstan, à la même période. Des représentants de haut rang de leurs gouvernements, ainsi que des représentants de la Banque européenne d’investissement, de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, de l’OCDE et d’organisations privées ont participé à ce forum. Le Kazakhstan, le Kirghizstan et le Tadjikistan étaient représentés par leurs chefs de gouvernement, la délégation ouzbèke était dirigée par le vice-premier ministre et la délégation turkmène par le ministre des finances et de l’économie.

Les représentants du département d’État américain ont également effectué un nombre considérable de voyages en Asie centrale. En février, le secrétaire d’État Antony Blinken s’est rendu au Kazakhstan et en Ouzbékistan. Ses assistants au Bureau des affaires de l’Asie centrale et du Sud, Donald Lu et Uzra Zeya, ont également été fréquemment invités dans la région. En mars, l’envoyé de l’UE pour les sanctions, David O’Sullivan, s’est rendu au Kirghizstan. En avril, il a effectué une visite de travail au Kazakhstan et en Ouzbékistan, accompagné d’Elizabeth Rosenberg, secrétaire adjointe pour le financement du terrorisme et les crimes financiers au département du Trésor américain.

L’interaction entre Washington et l’Asie centrale se produit principalement dans le cadre du format “C5+1”. Elle a débuté en 2015, lorsque l’ancien secrétaire d’État américain John Kerry a lancé un dialogue au niveau des ministres des affaires étrangères de cinq pays d’Asie centrale et de Washington. Depuis lors, des réunions entre le département d’État américain et ces pays ont lieu chaque année.

L’objectif de cette coopération n’est un secret pour personne. Dès les premiers jours du projet, les médias pro-occidentaux du Kazakhstan ont admis qu’il s’agissait “plutôt d’un format “1 + C5”” et d’une “autre structure proposée par un acteur extérieur cherchant à placer les États d’Asie centrale sous son orbite d’influence“.

Mais pourquoi les contacts entre l’Occident et l’Asie centrale sont-ils devenus si fréquents et réguliers ces derniers temps ?

Liens anciens, nouveaux objectifs

Après le début de l’offensive militaire russe en Ukraine, en février de l’année dernière, les États-Unis et l’Union européenne ont introduit plusieurs paquets de sanctions contre Moscou, y compris des restrictions sur l’importation de centaines de biens en provenance des pays occidentaux. En réponse à ces restrictions, les autorités russes ont légalisé les importations parallèles, c’est-à-dire sans l’autorisation du propriétaire de la marque. Ce type de commerce avec les pays voisins de la Russie a été multiplié par cent et, à la fin de l’année dernière, 2,4 millions de tonnes de marchandises d’une valeur de plus de 20 milliards de dollars avaient été introduites dans le pays par ce biais.

Selon l’édition kazakhe de Forbes, les exportations du pays vers la Russie ont augmenté de 25 % l’année dernière par rapport à 2021. Le Financial Times indique que le nombre de machines à laver exportées du Kazakhstan vers la Russie est passé de zéro en 2021 à 100 000 en 2022. Les exportations de matériel informatique, d’écrans et de projecteurs se sont élevées à 375,4 millions de dollars, et les expéditions ont été multipliées par plus de 400 au cours de l’année écoulée, a rapporté un journaliste kazakh.

Fin avril, lors d’une exposition dans la capitale de l’Ouzbékistan, le ministre russe de l’industrie et du commerce, Denis Manturov, a indiqué que le chiffre d’affaires commercial entre la Russie et l’Asie centrale avait augmenté de 15 % l’année dernière et s’élevait à plus de 42 milliards de dollars. L’Asie centrale est l’une des principales régions du monde en ce qui concerne la croissance du commerce avec la Russie. Par exemple, le chiffre d’affaires des échanges avec l’Ouzbékistan a augmenté de plus de 25 %.

Il est impossible d’affirmer que cette croissance est uniquement due aux importations parallèles. Toutefois, une telle augmentation n’a jamais été observée auparavant.

.

Des preuves indirectes montrent que les pays d’Asie centrale tentent de tirer le meilleur parti de l’opportunité de répondre aux besoins d’importation de la Russie. En avril, les entrepôts de la région étaient presque entièrement remplis et les prix de location se sont envolés. Au début du printemps, la demande des entreprises russes a augmenté de 40 à 50 %, pour atteindre près de 400 000 mètres carrés. À l’époque, les médias économiques ont unanimement conclu que cette situation était directement liée à la mise en place de chaînes logistiques pour les importations parallèles vers leur grand voisin.

Ainsi, les États-Unis et l’Union européenne font tout ce qu’ils peuvent pour empêcher les États d’Asie centrale d’être les principaux partenaires de la Russie lui permettant d’éviter les sanctions.

Notant qu’en 2022, les exportations de marchandises de l’UE vers le Kirghizstan ont augmenté de 300 % en général et de 700 % dans le domaine des technologies de pointe et des biens à double usage, l’analyste politique kirghize Azamat Osmonov a souligné que Bruxelles s’irritait de plus en plus.

Les représentants occidentaux ne croient pas que l’appétit de consommation du peuple kirghize ait soudainement augmenté dans de telles proportions“, a déclaré l’expert.

La carotte et le bâton

Lors du sommet UE-Asie centrale de juin, Michel a promis aux dirigeants des cinq anciennes républiques soviétiques que Bruxelles n’imposerait pas de sanctions si leurs pays violaient les restrictions imposées à la Russie. Cependant, une rhétorique complètement différente était entendue lors du Forum économique UE-Asie centrale, quelques semaines auparavant.

Outre l’agenda vert traditionnel – ainsi que les questions liées au transport et à la numérisation – certains sujets n’ayant rien à voir avec l’économie ont également été abordés lors de l’événement. Bien que Bruxelles ait assuré que l’objectif du sommet était d’établir des relations commerciales et des investissements, le conflit en Ukraine est devenu l’un des principaux sujets abordés.

Le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, a menacé d’empêcher l’importation de marchandises sanctionnées vers la Russie via des pays tiers et a promis d’”identifier les organisations qui continuent à saper nos efforts” et de les punir.

Au cours de l’été et de l’automne derniers, l’UE a proposé à plusieurs reprises de compenser les pertes commerciales de certains pays (notamment en Asie centrale) et les a invités à soutenir les sanctions à l’encontre de la Russie. Mais ces derniers mois, l’offre la plus substantielle de Bruxelles s’est résumée à une proposition d’investissement de 20 millions d’euros pour la construction de stations terrestres de satellites. De plus, en mai dernier, au lieu de proposer de compenser la rupture des liens commerciaux avec la Russie, l’UE a multiplié les menaces pour le refus de suivre les sanctions américaines et européennes à l’encontre de Moscou.

Les États-Unis ont été encore plus actifs dans l’utilisation de leur “bâton“. En avril, le ministère du commerce a imposé des restrictions à l’exportation à des entreprises russes, chinoises, ouzbeks, arménienne et autres “pour avoir tenté d’échapper au contrôle des exportations” et acheté des produits américains pour les besoins de la Russie. Dans la foulée, la Commission européenne a également proposé des sanctions à l’encontre d’entreprises de plusieurs pays, dont deux ouzbeks et une arménienne, pour avoir fourni des biens à double usage.

Les efforts de l’UE et des États-Unis ont partiellement influencé le Kazakhstan, qui a introduit plusieurs interdictions sur les importations parallèles. En avril, afin d’éviter des sanctions secondaires, Astana a mis en place un système de suivi de toutes les marchandises entrant et sortant du pays. Cette mesure a également compliqué les livraisons de l’Ouzbékistan à la Russie, puisque ces marchandises transitent par le Kazakhstan. En conséquence, les chaînes d’approvisionnement se déplacent vers le Kirghizstan, la Chine et les Émirats arabes unis, et le coût des produits importés concernés en Russie pourrait augmenter de 10 à 12 %.

Fin mai, le vice-ministre russe des affaires étrangères, Mikhail Galuzin, a averti les pays d’Asie centrale qu’ils risquaient de subir des pertes importantes s’ils appliquaient les sanctions. Il a souligné que la Russie ne dicte pas sa politique étrangère et intérieure aux autres États, mais seulement dans les cas “où cela ne va pas à l’encontre des obligations mutuelles, y compris dans le cadre de l’OTSC [une alliance militaire], de l’EAEU [un bloc commercial semblable à l’UE] et de la CEI [un groupe d’anciens membres de l’URSS]“. Il s’est dit convaincu que les États d’Asie centrale en sont parfaitement conscients.

La destruction artificielle des liens avec la Russie peut entraîner des dommages plus graves que les dépenses occasionnées par les fameuses sanctions secondaires“, a-t-il déclaré lors de la conférence sur l’Asie centrale du club de discussion international Valdai.

Les choses vont-elles vraiment si mal ?

Les analystes politiques russes pensent que l’Asie centrale restera importante pour l’Occident, non seulement en termes de sanctions antirusses, mais aussi en tant que tremplin pour une éventuelle action militaire future contre Moscou.

L’Occident souhaite déployer ses bases militaires en Asie centrale afin de menacer le “bas ventre” de la Russie. “Moscou n’est pas préparée à une action militaire d’envergure dans cette région, contrairement à ses frontières occidentales, d’où vient généralement l’ennemi“, prévient Maxim Kramarenko, directeur de l’Institute of Eurasian Policy (Institut de politique eurasienne). “Il pourrait s’agir d’un tremplin permettant de faire peser une menace réelle sur la Russie“.

Jusqu’à présent, cet avertissement semble prématuré puisque l’Occident ne peut même pas forcer la région à se conformer pleinement aux sanctions. L’Asie centrale tire d’énormes avantages de la situation économique actuelle, alors que si elle refuse de coopérer avec la Russie, ce sont les pays de sa propre région, et non Moscou, qui en pâtiront le plus, explique Azamat Osmonov, spécialiste de l’Asie centrale.

La Russie reçoit de l’électronique, des produits agricoles, des médicaments, des pièces détachées pour voitures et d’autres technologies par l’intermédiaire de ces pays. S’il devient possible d’interdire ces marchandises, le marché russe ressentira rapidement la pénurie. Mais l’Asie centrale y perdra encore plus. La Russie peut également se fournir via d’autres républiques post-soviétiques, sans parler de la Chine et de la Turquie“, a-t-il déclaré.

En outre, selon Alexander Knyazev, docteur en sciences historiques et chercheur principal à l’institut MGIMO d’études internationales du ministère russe des affaires étrangères, les graves conséquences dont les pays occidentaux menacent l’Asie centrale sont largement exagérées.

La menace de sanctions secondaires de la part des États-Unis et de l’Union européenne et leur probabilité sont exagérées, tout comme leur importance. D’un point de vue politique, de telles sanctions à l’encontre d’un pays de la région le feraient automatiquement rejoindre le camp des opposants occidentaux et en feraient un allié plus proche de la Russie et peut-être de la Chine“, estime l’expert.

Il ajoute que “les tentatives de l’Occident de monter les pays d’Asie centrale contre la Russie, comme cela s’est produit avec l’Ukraine, ne seront pas couronnées de succès“.

Un avenir incertain

Si l’Occident n’est pas en mesure, à l’heure actuelle, de faire basculer l’Asie centrale dans son camp, cela ne signifie pas qu’il renoncera à de telles tentatives à l’avenir. À cet égard, les pays occidentaux utilisent leurs outils traditionnels de “soft power” : les organisations non gouvernementales (ONG) et les médias.

Rien qu’à Bichkek, 18 500 organisations de ce type sont enregistrées. Contrairement aux documents constitutifs, nombre d’entre elles interfèrent dans la vie politique du pays, notamment en finançant l’organisation de rassemblements politiques au Kirghizstan“, indique une note accompagnant le projet de loi sur le renforcement du contrôle des ONG qui a été soumis au parlement kirghize.

L’inquiétude des parlementaires locaux n’a cependant pas arrêté le travail de ces ONG. Début juin, l’Agence américaine pour le développement international (USAID) a alloué une première tranche de 12 millions de dollars à l’organisation à but non lucratif KazAID, qui doit répartir les fonds entre les ONG kazakhes afin d’”accroître la résistance de la société à la désinformation” et d’”améliorer les connaissances de la population en matière de médias“.

Il s’agit de la première tranche de l’enveloppe de 50 millions de dollars prévue dans le budget prévisionnel du programme. En outre, 15 millions de dollars supplémentaires ont été dépensés pour des projets de l’USAID au Kazakhstan en 2022.

Une part importante de cet argent sert à financer des journalistes locaux qui se chargent de promouvoir un programme pro-américain auprès de la population. Par exemple, l’un des bénéficiaires des subventions de l’USAID est le Programme des médias d’Asie centrale (MediaCAMP). Il est supervisé par l’ONG américaine “Internews“, qui a été interdite en Russie en 2007.

Cette ONG s’est confortablement installée au Kazakhstan où elle est active depuis plus de cinq ans et “travaille avec des partenaires des médias d’Asie centrale, de la communauté universitaire et de la société civile“.

Son champ d’action est très large. Selon le site web de l’USAID, “le projet a formé 2 830 professionnels des médias au Tadjikistan, en Ouzbékistan et au Kazakhstan“. En outre, il indique que “plus de 10 500 jeunes, adultes et personnes âgées des trois pays cibles… ont participé à des activités [dites] d’éducation aux médias“.

On ne sait pas encore dans combien de temps les professionnels des médias et les bénéficiaires de subventions concernés commenceront à promouvoir une politique de séparation de la Russie dans leur propre pays. Cependant, il ne fait aucun doute que tôt ou tard, cela se produira. Après tout, la “Stratégie américaine pour l’Asie centrale 2019-2025” officielle indique clairement que “l’Asie centrale est une région géostratégique importante pour les intérêts de la sécurité américaine“.

George Trenin

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

3 réflexions sur “L’Occident ouvre un front en Asie centrale contre la Russie…qui agresse qui?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *