Le point sur la situation dans la guerre Russie-OTAN en Ukraine

Par Observer R –  Juillet 2023 – Source A son of the new American revolution

Grâce à Claudio Buttinelli cet article est disponible en anglais, en italien et en espagnole ici:
Articles du 18 juillet[34223]

Ce document a pour but de répondre à une question récurrente concernant le conflit ukrainien : la Russie avance-t-elle assez vite pour terminer son Opération Militaire Spéciale (OMS) ? Pour ce faire, le document couvre certaines périodes historiques de l’opération au cours desquelles la Russie aurait pu prendre différentes décisions affectant la portée et le rythme de l’OMS. Des éléments sont ajoutés pour tenter d’expliquer les raisons pour lesquelles la Russie a choisi de faire une chose et pas une autre. D’autres informations contextuelles sont ajoutées pour couvrir partiellement l’implication des États-Unis. Alors que la première partie du document adopte une approche historique, la seconde partie aborde les événements et situations à venir qui nécessiteront des décisions difficiles de la part des deux gouvernements. Ces décisions auront un impact sur la vitesse à laquelle le monde entier se dirige vers la Troisième Guerre mondiale.


HISTORIQUE

En 2014, les États-Unis ont pris la décision de mettre en œuvre le changement de régime final en Ukraine, pour lequel ils avaient dépensé quelque 6 milliards de dollars au fil des ans en guise de préparation, selon les rapports. La Russie devait alors prendre plusieurs décisions. L’une d’entre elles était de savoir si elle devait intervenir comme elle l’a fait des années plus tard au Kazakhstan en envoyant une force militaire par avion qui ont encerclé les putschistes et est rentré chez elle une semaine plus tard. La Russie aurait également pu soutenir le président démocratiquement élu de l’Ukraine après sa fuite en Russie en mettant en place un gouvernement en exil. C’est un peu comme lorsque le président du Yémen a été renversé et s’est réfugié en Arabie saoudite. Dans ce dernier cas, il est devenu difficile de savoir à quel gouvernement la presse faisait référence, celui en exil ou celui de facto à Sana. Il est intéressant de noter que la Pologne a récemment mis en place un gouvernement biélorusse en exil composé de politiciens de l’opposition biélorusse. Quoi qu’il en soit, la Russie a décidé de ne pas tirer parti du potentiel de propagande d’un gouvernement ukrainien en exil, qui aurait pu montrer que les États-Unis prétendent soutenir la démocratie, tout en renversant un gouvernement élu démocratiquement. La Russie a également décidé de ne pas utiliser son armée pour étouffer le problème dans l’œuf, probablement pour de nombreuses bonnes raisons. L’une des raisons probables est que l’Ukraine disposait à l’époque de la plus grande armée d’Europe, avec quelque 800 000 soldats, dépassant même les 500 000 de la Turquie.

Une autre raison est peut-être que la Russie est tournée vers l’Europe depuis l’époque de Pierre le Grand et que Poutine a récemment promu le concept d’une Europe allant de Lisbonne à Vladivostok. Une réponse militaire russe en Ukraine aurait probablement été une mauvaise opération de relations publiques à l’époque et aurait pu entraîner des contre-mesures de la part de l’Occident auxquelles la Russie n’était pas encore préparée. Au lieu de cela, la Russie a organisé les accords de Minsk pour tenter de trouver une solution pacifique aux mouvements séparatistes. Il est apparu que la Russie soutenait les séparatistes ukrainiens au niveau minimum nécessaire et qu’elle se concentrait principalement sur la sécurisation de la Crimée et de la base navale, extrêmement importante pour elle, de Sébastopol.

Les accords de Minsk n’ont toutefois pas été mis en œuvre par l’Ukraine et l’Occident ne l’a pas poussé à le faire. Les responsables politiques occidentaux ont déclaré plus tard qu’il s’agissait d’une ruse visant à donner à l’OTAN le temps d’armer et d’entraîner l’armée ukrainienne.  (Voir à propos de l’OTAN https://les7duquebec.net/archives/284496  Voici l’OTAN…son histoire…sa raison d’être…son avenir – les 7 du quebec) Il s’agissait d’une décision visant à mettre en place une armée de l’OTAN à la frontière avec la Russie, alors que de nombreux stratèges occidentaux avaient mis en garde contre cette provocation. De nombreuses plaintes ont été formulées du côté russe, selon lesquelles des mesures énergiques auraient dû être prises bien plus tôt contre la montée en puissance de l’Ukraine. Les dirigeants russes ont été trompés par l’Occident. D’autres ont estimé que la Russie avait également mis à profit ces huit années pour renforcer ses forces et qu’elle avait eu besoin de ce temps tout autant que l’OTAN et l’Ukraine. Les observateurs extérieurs ne connaissaient pas l’ampleur de la préparation militaire russe au cours de cette période, ni l’état d’avancement des préparatifs de la Russie pour faire face aux vents contraires économiques qui se produiraient en cas de guerre. Toutefois, c’est en 2018 que Poutine a prononcé son discours sur toutes les nouvelles “armes miracles” que la Russie avait développées. On peut supposer que nombre de ces armes étaient encore en phase de test, que des usines devaient être construites pour les produire et qu’il fallait plus de temps pour les livrer sur les lignes de front et former les troupes à leur utilisation.

En 2021, des décisions devaient être prises. L’OTAN et l’Ukraine avaient développé ce qui était considéré comme la plus grande armée d’Europe et la Russie avait déployé certaines de ses armes les plus avancées. Les accords de Minsk n’avaient manifestement pas fonctionné même si la Russie continuait à s’y référer dans le cadre de ses manœuvres juridiques. Washington a décidé de poursuivre son objectif d’hégémonie mondiale et a préparé l’opinion publique à croire que Poutine est un dictateur et que la Russie est à la fois une station-service dans le désert et l’ennemi numéro un. La logique n’a jamais été un point fort à Washington. L’Occident a dû penser que le moment était venu de frapper les séparatistes ukrainiens et, dans le même temps, de mettre en œuvre toutes les mesures de changement de régime susceptibles d’être appliquées au gouvernement russe. Le plan consisterait à faire en sorte que l’armée ukrainienne perfore la frontière russe et que la Russie soit trop déstabilisée pour contrer efficacement l’attaque. Du point de vue de l’Occident, il ne s’agirait pas d’une agression, car l’Ukraine ne ferait qu’étouffer une guerre civile à l’intérieur de l’Ukraine.

De l’autre côté, les Russes semblaient avoir à peu près le même point de vue, à savoir que les choses en étaient arrivées à un point critique. En décembre 2021, la Russie a adressé à l’Ukraine et à l’Occident le fameux Non-Ultimatum, qui appelait à la négociation d’un accord de sécurité européen qui satisferait les exigences minimales de la Russie et éviterait des conséquences non spécifiées. L’Occident a refusé de prendre l’idée au sérieux et a continué à armer l’Ukraine et à assembler des forces à proximité des zones séparatistes. La Russie s’est alors engagée dans la voie des “conséquences“. Poutine a immédiatement signé des documents incorporant certaines des provinces séparatistes à la Russie sur la base de plébiscites antérieurs. Cette manœuvre juridique a permis à la Russie de prétendre qu’elle protégeait le territoire russe lors de l’expulsion de l’armée ukrainienne. Une autre décision difficile a été prise : la Russie a frappé la première pour créer la confusion dans le camp ukrainien. L’Occident a ainsi bénéficié d’un gros bonus de propagande en affirmant que, puisque les troupes russes se trouvaient en Ukraine, la Russie était l’agresseur. Le rôle des forces néonazies en Ukraine et les actions désagréables des forces ukrainiennes contre les séparatistes ont été supprimés des informations occidentales, laissant ainsi la Russie sur la défensive en matière de propagande. Cependant, Poutine a réussi à susciter une ferveur patriotique en Russie, en partie aidée par les actions désagréables de l’armée ukrainienne à l’encontre des prisonniers de guerre russes.

Les États-Unis ont décidé de poursuivre leur campagne anti-russe, avec des sanctions et la diabolisation de tout ce qui est russe. Un observateur extérieur pourrait faire le rapprochement avec la célèbre tentative américaine de changer le nom des “French fries” en “Freedom fries” lorsque la France a refusé d’approuver l’une des invasions militaires américaines. Quoi qu’il en soit, les actions américaines ont facilité la tâche de Poutine, qui a pu commencer une mobilisation plus générale pour l’effort de guerre, appeler des réservistes et augmenter rapidement la production d’armes. Les partisans russes ont de nouveau appelé à accélérer la guerre et à passer à l’offensive dans l’espoir de mettre rapidement l’Ukraine hors d’état de nuire et d’épargner ainsi de nombreuses vies et infrastructures. Ce groupe espérait ainsi montrer à l’Occident que les efforts déployés contre la Russie n’aboutiraient pas et que les négociations en vue d’une nouvelle architecture de sécurité pourraient se poursuivre. Le point de vue opposé était qu’une grande offensive de la Russie permettrait à la propagande occidentale d’effrayer les Européens et de créer une plus grande unité au sein de l’OTAN. Selon ce point de vue, les fissures de l’OTAN ne cessent de s’élargir et l’UE est de plus en plus dysfonctionnelle ; pourquoi donc interrompre l’ennemi lorsqu’il commet une erreur ? (Voir également « Les États-Unis doivent mener cette guerre jusqu’au dernier Ukrainien » (Sénateur Graham) – les 7 du quebec).

PERSPECTIVES

 La réunion de l’OTAN à Vilnius a eu lieu le 11 juillet, et tant l’OTAN/l’Ukraine que la Russie ont tenté de prendre des mesures avant la réunion afin d’améliorer leurs positions. L’Occident semble demander à l’Ukraine

1) de lancer une nouvelle offensive améliorée pour remporter une sorte de victoire avant la réunion de l’OTAN afin d’obtenir un soutien accru de l’OTAN en matière d’armement,

2) de maintenir ses forces de réserve pour favoriser une impasse et un cessez-le-feu négocié semblable à celui de la Corée. Cette dernière solution permettrait à l’Ukraine de rester dans l’orbite occidentale, de continuer à se réarmer, d’obtenir peut-être un jour l’adhésion à l’OTAN et de permettre aux mastodontes financiers occidentaux de contrôler des actifs précieux en Ukraine.

Cette solution n’est toutefois pas favorable à la Russie, car elle fait de la majeure partie de l’Ukraine un pays de facto membre de l’OTAN et ne prévoit pas de révision du système de sécurité européen. Il n’y a aucune garantie qu’elle mette fin aux bombardements des zones séparatistes à long terme. En outre, la Russie a clairement fait savoir qu’elle ne considérait plus l’Occident comme “capable de tenir un engagement“, ce qui rend difficile la tenue de négociations productives. Le Non-Ultimatum demandait la démilitarisation et la dénazification de l’Ukraine, ainsi que le retrait effectif de l’OTAN des anciens pays du Pacte de Varsovie. C’est un défi de taille, et il est difficile de déterminer s’il est préférable pour la Russie de frapper fort et rapidement, ou d’y aller lentement et d’attendre que des fissures plus importantes se développent au sein des membres de l’OTAN. Dans tous les cas, Poutine sera blâmé.

Les États-Unis ont encore plus de décisions à prendre. Une partie de l’establishment préconise de vaincre d’abord la Russie, puis d’utiliser ses ressources pour aider l’Occident à contenir la Chine. Ce groupe croyait apparemment que la Russie était suffisamment faible pour que la guerre en Ukraine, les sanctions étendues, la transformation du rouble en ruines et les déconnexions de SWIFT et des systèmes de cartes de crédit entraînent un changement de régime et installe un autre gouvernement de type Eltsine. Une autre partie de l’establishment pense qu’une autre approche est préférable : faire en sorte que la Russie se range volontairement du côté de l’Occident, puis traiter avec la Chine. Cette approche est de plus en plus visible, de même que les appels à mettre fin à la guerre en Ukraine et à utiliser l’argent ailleurs, comme dans la zone indo-pacifique. L’école dite “réaliste” de politique étrangère considère que la Chine est le réel “concurrent” des États-Unis et qu’elle doit être affrontée sur la base d’une approche fondée sur l’équilibre des forces. Un petit groupe extérieur à l’establishment trouve à redire à ces deux idées. Il faut mettre de l’ordre dans tout cela, car il est difficile d’avoir une politique étrangère efficace ou de faire la guerre au milieu d’une telle confusion.

Le rôle des mondialistes, du Forum économique mondial, de la foule de Davos et des milliardaires qui promeuvent une sorte de Nouvel Ordre Mondial ajoute encore à la confusion. Ces gens ne semblent pas avoir de loyauté envers une nation en particulier, mais semblent plutôt être des citoyens d’un monde cosmopolite. Leurs idées, souvent utopiques, ne semblent pas être très populaires dans certaines parties du monde, et l’on soupçonne donc que la force militaire pourrait devoir être utilisée un jour ou l’autre. Toutefois, les armées actuelles sont basées sur le nationalisme et le soutien patriotique à un seul pays. Il n’existe pas d’armée mondiale soutenue par un gouvernement mondial ou des citoyens du monde à taxer et à enrôler. C’est le problème de l’œuf et de la poule : qui vient en premier – le gouvernement ou l’armée ? L’OTAN est toujours une créature dirigée par les États-Unis et soutenue par eux.

L’idée est donc que les mondialistes devraient utiliser l’armée américaine, puisque la Russie et la Chine montrent peu d’intérêt pour ce Nouvel Ordre Mondial. Le problème est que l’armée américaine souffre d’adversité dans de nombreux domaines, qu’il s’agisse d’armes inefficaces ou de l’impossibilité de recruter suffisamment de soldats. Les critiques affirment que le “Wokisme” est responsable d’une partie de ces problèmes et que le “Wokisme” est promu par les mondialistes. Bien entendu, les partisans du “Wokisme” prétendent exactement le contraire. Cependant, si le point de vue des critiques a une quelconque validité factuelle, alors il y a un dilemme : les mondialistes auraient besoin d’utiliser l’armée américaine pour imposer l’adoption de leur nouvel ordre, mais en même temps, l’armée américaine est paralysée par les mondialistes qui forcent l’adoption du wokisme aux États-Unis.

Les États-Unis doivent donc faire des choix difficiles concernant le wokisme, l’immigration, la dette nationale, la dette étudiante, l’éducation et bien d’autres choses encore. La question se pose également de savoir ce qu’il faut faire des porte-avions, des destroyers furtifs, des avions furtifs, des systèmes de défense aérienne et des quelque 800 bases militaires implantées à l’étranger. En attendant, la question des armes et du soutien à envoyer à l’Ukraine est le casse-tête immédiat. Les avions de chasse F-16 et les chars Abrams ne sont qu’une partie du problème ; l’Ukraine demande maintenant des F-18 et des avions européens Typhoon. La prochaine étape pourrait être la demande de F-35 ? Les responsables militaires du monde entier attendent de voir comment les armes américaines se comporteraient dans le cadre d’un véritable conflit avec la Russie.

Il n’est pas surprenant que Washington ne parvienne pas à élaborer une grande stratégie cohérente, ni même à faire face aux questions et aux problèmes qui s’accumulent. Le titre du récent manifeste de John Mearsheimer témoigne de la morosité qui y règne : The Darkness Ahead : Where the Ukraine War Is Headed [Face aux ténèbres :  où se dirige l’Ukraine]. Un pessimisme similaire se retrouve dans l’article de Samuel Charap, de la RAND Corporation, paru dans Foreign Affairs et intitulé : An Unwinable War : Washington Needs an Endgame in Ukraine [Une guerre ingagnable : Washington a besoin d’une fin de partie en Ukraine].

En ce qui concerne la Russie, outre les points de décision mentionnés ci-dessus, il y a la question de savoir ce qu’elle doit faire sur les autres théâtres de guerre, dans des endroits comme l’Asie occidentale, l’Afrique et l’Amérique latine. Dans quelle mesure la Russie doit-elle soutenir un groupe Wagner reformulé dans différents pays ? La Russie doit-elle laisser la Syrie attaquer les jets israéliens lorsqu’ils bombardent Damas, ou aider la Syrie à détruire les pétroliers qui sortent clandestinement l’or noir du pays ? La Russie devrait-elle collaborer avec l’Iran pour aider à expulser les États-Unis d’Irak ? Pourquoi ne pas renforcer le soutien à d’autres pays soumis à la pression américaine, comme la Corée du Nord, le Yémen, Cuba, le Venezuela, etc. Il existe de nombreux endroits dans le monde où la Russie pourrait s’opposer aux intérêts américains et causer encore plus de problèmes à Washington. Les ventes d’armes et l’entraînement militaire, la lutte contre les changements de régime soutenus par les États-Unis, la diffusion de systèmes alternatifs de transfert d’argent et de cartes de crédit dans le monde entier et la collaboration avec l’OPEP+ pour contrer les intérêts pétroliers des États-Unis sont d’autres possibilités pour la “guerre hybride” russe. La Russie dispose d’un vaste menu qui va au-delà de l’action en Ukraine et, dans de nombreux cas, la Chine serait heureuse de s’y associer.

Enfin, il est largement reconnu qu’un empire en déclin est une bête dangereuse qu’il convient de manipuler avec précaution. Sur ce point, les analystes suggèrent que la Russie et la Chine devraient veiller à ne pas trop heurter la bête, de peur qu’elle ne devienne folle de rage. Jusqu’à présent, les deux pays semblent garder ce conseil à l’esprit.

R Observer

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

Une réflexion sur “Le point sur la situation dans la guerre Russie-OTAN en Ukraine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *