Révolte des canuts à Hollywood : le travail disparait !

Source : http://mai68.org/spip2/spip.php?article15865

Grâce à Claudio Buttinelli cet article est disponible en anglais, en italien et en espagnole ici:
Articles du 19 juillet[34265]

Menacés par l’Intelligence Artificielle, appauvris par le streaming, les acteurs d’Hollywood en grève

Source

19 juillet 2023

C’est la plus grande protestation du secteur cinématographique depuis 1960. Les acteurs d’Hollywood ont décidé de rejoindre les scénaristes, qui, depuis le 2 mai dernier sont entrés en grève avec les studios. Les deux principales revendications concernent la rémunération et la menace de l’intelligence artificielle.

Les onze semaines d’arrêt des scénaristes n’avaient pas perturbé outre mesure les plateformes comme Netflix et Disney, qui n’ont pas cédé aux revendications des écrivains. Mais depuis jeudi 13 juillet dernier, c’est toute l’industrie du divertissement qui est à l’arrêt.

Avec l’émergence du streaming, la rémunération des acteurs a non seulement considérablement diminué, mais elle est de plus difficilement gérable pour les travailleurs de l’image et du son, car si auparavant ils recevaient un pourcentage pour chaque diffusion à la télévision ou dans les salles de cinéma, les choses sont différentes avec la distribution en ligne : les plateformes ne communiquant pas leurs données, cela entrainant une perte d’information qui rend impossible le suivi et la juste répartition des gains.

Quant à l’Intelligence Artificielle, elle pourrait carrément laisser les acteurs sur la touche, après que certains producteurs ont proposé de scanériser leur visage pour utiliser leur image… autant de fois que nécessaire en les payant pour une seule journée de travail ! Une proposition pour le moins aberrante. Ils réclament de plus une protection générale pour que l’AI ne puisse répliquer leur voix et leur image sans leur consentement.

Le discours de Fran Dresher

L’actrice, ancienne vedette de la série très populaire dans les années 90 “Une nounou d’enfer” a tenu un discours enflammé à la tribune du syndicat des acteurs SAG-AFTRA qui représente 160 000 acteurs et professionnels et dont elle est la présidente, où le statut des acteurs, mais aussi les méga-profits indécents des PDG ont été grandement dénoncés :

“Tous les yeux sont tournés vers nous, car ce qu’il nous arrive est en train d’arriver à toutes les catégories de travail, quand les employeurs font de Wall Street et du profit leur priorité. Cela ne concerne pas que nous ici, mais des millions de personnes à travers le monde. Nous sommes les victimes d’une entité avide. Ils invoquent la pauvreté, ils expliquent qu’ils perdent de l’argent à n’en plus pouvoir, alors qu’ils versent des centaines de millions de dollars à leurs PDG ! C’est écœurant. Honte à eux ! Ils sont du mauvais côté de l’histoire. (…) C’est tout le modèle économique qui a été modifié par le streaming, le numérique et l’IA. C’est un moment historique, si nous ne nous levons pas maintenant nous allons être remplacés par des machines. Et par une grosse machine qui se préoccupe plus de Wall Street que de vous et de vos familles.”

Il en faut moins pour être taxé de communiste au pays de l’Oncle Sam.

Silence, on ne tourne plus !

Cet arrêt conduit donc à un report des films et des séries en phase de réalisation qui subiront des retards significatifs. L’Alliance des producteurs de cinéma et de télévision AMPTP, représentante des principales sociétés de production (Netflix, Disney, Apple, Paramount, Warner..) a répliqué qu’elle n’entend pas céder à des “exigences irréalistes”.

Un directeur de studio aurait par la suite déclaré à Deadline, le magazine de l’actualité de l’industrie du divertissement, que l’AMPTP prend son temps : “Le but est de laisser les choses traîner en longueur jusqu’à ce que les membres du syndicat commencent à perdre leur appartement et leur maison”.

La grève pourrait donc s’inscrire dans le temps. Des mois sans séries, ni téléfilms ? Une pause dans endoctrinement de l’Entertainment hollywoodien ? Certains en rêveraient !

3 réflexions sur “Révolte des canuts à Hollywood : le travail disparait !

  • 19 juillet 2023 à 8 h 58 min
    Permalien

    @ tous…

    Vous comprenez maintenant ce que nous proclamons depuis des années…??? À savoir que ce ne sont pas les prolétaires qui convaincront la petite bourgeoisie déjantée de les rejoindre sur la ligne de feu de la lutte de classe contre le Grand capital… Ce sont les trusts – cartels – majors du divertissement et des communications qui dans leurs efforts désespérés pour sauver leur peau pousseront leurs ex-amis de la petite bourgeoisie opportuniste du côté de la résistance populaire.

    Réjouissons nous sobrement toutefois …la petite bourgeoisie est instable, désespérée, menacée qu’elle est par la paupérisation et la prolétarisation c’est une classe sociale instable, opportuniste dont l’allégeance est acquise au Grand capital que les petits bourgeois miment avec envie.

    Ce n’est qu’au moment ou la petite bourgeoisie de ce secteur industriel aura compris que son sort en est jeté – irrémédiablement – que ces esclaves salariés seront aliénés à leur instrument de travail l’Intelligence artificielle et les technologies numériques que le prolétariat pourra envisager accueillir ces naufragés de la grande débâcle capitaliste sur le Radeau de l’émancipation collective internationaliste.

    En attendant – admirons la détermination (ou pas) des manifestants hollywoodiens.

    Robert Bibeau

    Répondre
  • 19 juillet 2023 à 9 h 10 min
    Permalien

    Comme le hasard fait bien les choses…

    Aujourd’hui même nous publions en éditorial le texte suivant :
    https://les7duquebec.net/archives/284549

    55.  » En vertu des lois de l’économie politique capitaliste, en phase impérialiste, c’est-à-dire en phase d’économie politique interreliée et mondialement intégrée, une moitié des belligérants (des commerçants) ne peut s’effondrer sous le poids de ses contradictions économiques alors que l’autre moitié continue à prospérer. Les fonds d’investissement, les banques, les institutions internationales, les entreprises multinationales des pays des BRICS+ seront entraînés par le fond en même temps que celles du camp impérialiste atlantique régissent par les mêmes lois d’économie politique. Des rencontres au sommet de la pyramide financière se tiendront bientôt qui scelleront le sort de la finance internationale dans sa cavalcade vers sa débandade mondiale (3). Nous avons prédit depuis longtemps la dévaluation drastique des monnaies mondiales flouant ainsi les capitalistes créditeurs et les capitalistes débiteurs ainsi que les millions de petits épargnants. Voici que cette perspective cataclysmique se rapproche. Les capitalistes soulèveront ainsi les petits bourgeois qui voudront s’en prendre à eux et se joindre à l’insurrection prolétarienne. Espérons que notre classe saura les tenir en laisse et se méfier de ces convertis de la onzième heure. »

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *