LE TOUR DU MONDE EN GUERRE (Novembre 2023)

La revue de presse alternative, novembre 2023


Par Wayan –  novembre 2023 – Le Saker Francophone La revue de presse alternative du 27 novembre 2023 | Le Saker Francophone.

Les sous-titres sont de nous

A partir de cette semaine, une revue de presse allégée pour en permettre une lecture plus facile. Les précédentes avaient tendance à décourager par leur taille. Nous nous en tiendrons donc à l’essentiel. Nous commençons par ce qui reste encore le sujet principal, le conflit israélo-palestinien.

Alors que « le bilan des bombardements israéliens dans la bande de Gaza a atteint les 14 854 morts depuis le début de la guerre le 7 octobre, dont 6 150 enfants et 4 000 femmes », une trêve, négociée par le Qatar, a enfin été acceptée permettant « l’entrée en vigueur d’un accord entre Israël et le Hamas prévoyant la libération de 50 otages retenus dans la bande de Gaza en échange de 150 prisonniers palestiniens ».

Une trêve qui n’est pas respectée par l’armée israélienne en Cisjordanie : « Les forces israéliennes ont abattu cinq Palestiniens dans la ville de Jénine samedi en fin de journée et dimanche en début de journée, et en ont tué trois autres ailleurs en Cisjordanie, a déclaré le ministère dimanche. Six autres Palestiniens ont été blessés lors du raid israélien à Jénine.

Le bureau du porte-parole de l’armée israélienne a déclaré qu’il examinait ces informations.

Ces raids interviennent malgré une trêve de quatre jours entre Israël et le groupe palestinien Hamas. » 

AGRESSION ISRAÉLIENNE CONTRE GAZA

Car les militaires israéliens l’annoncent publiquement, « Avant l’accalmie prévue, le ministre de la défense Yoav Gallant a déclaré jeudi qu’une fois que la “courte” trêve temporaire avec le Hamas aura pris fin, la campagne militaire reprendra “avec intensité” pendant au moins deux mois supplémentaires.

“Ce que vous verrez dans les prochains jours, c’est d’abord la libération d’otages. Ce répit sera de courte durée”, a déclaré le général Gallant aux troupes du commando d’élite Shayetet 13 de la marine. “Ce qui vous est demandé pendant ce répit, c’est de vous organiser, de vous préparer, d’enquêter, de vous réapprovisionner en armes et de vous préparer à continuer. “Il y aura une suite, car nous devons achever la victoire et créer l’élan nécessaire pour les prochains groupes d’otages, qui ne reviendront que sous la pression”, a-t-il ajouté.

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, s’est fait l’écho des commentaires de M. Gallant plus tôt dans la journée, en déclarant que l’armée “ne met pas fin à la guerre”.

“Nous essayons de relier les objectifs de la guerre, de sorte que la pression exercée par l’opération terrestre permette d’atteindre l’autre objectif de cette guerre, à savoir créer les conditions nécessaires à la libération des otages enlevés “, a déclaré Herzi Halevi aux commandants lors d’une visite à Gaza.

“Nous ne mettons pas fin à la guerre. Nous continuerons jusqu’à ce que nous soyons victorieux, en allant de l’avant et en continuant dans d’autres zones du Hamas”, a-t-il ajouté. »

Pourtant, « Israël a largué plus de 25 000 tonnes d’explosifs sur la bande de Gaza assiégée depuis le début de son bombardement à grande échelle le 7 octobre, soit l’équivalent de deux bombes nucléaires, a déclaré l’Observatoire Euro-Med des droits de l’homme dans un communiqué de presse publié jeudi.

Le groupe de défense des droits a déclaré que l’armée israélienne avait admis avoir bombardé plus de 12 000 cibles dans la bande de Gaza, pilonnant l’enclave avec environ 10 kilogrammes d’explosifs par habitant.

Le groupe de défense des droits basé à Genève a également documenté l’utilisation par Israël d’armes internationalement interdites dans ses attaques contre la bande de Gaza, en particulier l’utilisation de bombes à fragmentation et de bombes au phosphore, qui peuvent provoquer de graves brûlures mortelles. ».

En conséquence, « Maisons, écoles et hôpitaux détruits : Gaza en ruines. Nombreux sont ceux qui se demandent si Gaza se relèvera un jour, car on estime que 45 % des maisons ont été détruites ou endommagées. »

Pourtant de nombreux soutiens israéliens continuent de nier que cette campagne n’est pas un génocide mais est faite pour « détruire le Hamas ». Et si, au lieu de le détruire, il ne faisait que le renforcer. « Les trois quarts des Palestiniens soutiennent l’attaque du Hamas le 7 octobre, selon un nouveau sondage. Pourquoi ?

Deux nouveaux sondages donnent un aperçu de l’état d’esprit des Palestiniens en temps de guerre. Pour comprendre les résultats, nous devons tenir compte de l’univers conceptuel des personnes interrogées qui vivent dans une société qui n’a jamais été libre et qui est invariablement en guerre. »

AGRESSION ISRAÉLIENNE AU LIBAN

Renforcer la haine d’Israël en Palestine mais aussi dans tout le Moyen Orient. « Le front libano-israélien a connu ce jeudi 23 novembre un déchaînement de violence inédit depuis le début des affrontements entre le Hezbollah et l’armée israélienne le 8 octobre. Cette escalade intervient au lendemain de la mort dans une frappe aérienne israélienne de 5 membres du Hezbollah, dont le fils du chef du bloc parlementaire du parti, et au moins 3 officiers de haut rang de l’unité d’élite al-Radwan. Le Hezbollah a annoncé la mort d’un combattant supplémentaire dans la journée. »

Bien sûr, la riposte fut immédiate. « Le Hezbollah a lancé des dizaines de roquettes sur le nord d’Israël jeudi, dans l’un des plus importants barrages tirés depuis le Liban depuis le 7 octobre, poussant des milliers de personnes dans les villes et communautés du nord à se précipiter vers les abris anti-atomiques. En une seule salve, l’après-midi, l’armée israélienne a déclaré que quelque 35 roquettes lancées depuis le Liban avaient franchi la frontière israélienne. Le Hezbollah a revendiqué la responsabilité de ces tirs et a déclaré avoir lancé 48 roquettes sur une base militaire près de Safed. »

AGRESSION AMÉRICAINE CONTRE LA SYRIE ET L’IRAK

Il apparait de plus en plus évident que tout le Moyen Orient est en train de s’enflammer à cause de l’étincelle Gaza. « Une nouvelle frappe aérienne américaine de représailles au Moyen-Orient – la première de ce type en Irak – a fait monter la tension dans la région mercredi, alors que les pertes parmi les forces soutenues par l’Iran augmentent et qu’une milice a promis des représailles.

Un responsable de la défense américaine a confirmé à Military.com que des avions de combat avaient mené des frappes aériennes de précision contre deux installations utilisées par une milice du Hezbollah pour soutenir des attaques récentes contre des bases utilisées par les forces américaines en Irak et en Syrie.

Les frappes, qui ont été menées en Irak, sont intervenues juste un jour après que des combattants soutenus par l’Iran ont tiré des missiles balistiques sur la base aérienne d’Al Asad, dans l’ouest de l’Irak, provoquant la riposte d’un hélicoptère de combat américain AC-130 contre un véhicule situé à proximité du site de lancement, tuant quelques combattants. »

« Les bases américaines au Moyen-Orient ont été attaquées 55 fois entre le 17 octobre et le 14 novembre, a déclaré mardi à la presse l’attachée de presse adjointe du ministère américain de la Défense, Sabrina Singh.

Elle a ajouté que 59 militaires américains avaient été blessés à la suite de ces attaques.

Plus tôt, le président américain Joe Biden avait averti que les États-Unis étaient prêts à lancer de nouvelles frappes si nécessaire contre des groupes qui, selon Washington, sont financés par l’Iran et sont responsables d’attaques contre les forces américaines au Moyen-Orient. »

AGRESSION ISRAÉLIENNE CONTRE LA SYRIE

La Syrie est aussi la cible d’attaques répétées par l’aviation israélienne. « Dimanche, des frappes aériennes israéliennes auraient rendu l’aéroport syrien de Damas inutilisable quelques heures seulement après la reprise des vols, à la suite d’une attaque similaire le mois dernier.

L’agence de presse gouvernementale syrienne SANA, citant une source militaire, a déclaré que des avions de combat israéliens avaient tiré des missiles depuis le plateau du Golan et touché l’aéroport international de Damas et un certain nombre d’autres sites dans la région. La radio pro-gouvernementale Sham FM a déclaré que la piste de l’aéroport avait été touchée. »

Parallèlement à l’aspect purement militaire, la guerre médiatique continue de plus belle. Le gouvernement étasunien vient de faire fermer Press TV, le média iranien en langue anglaise, empêchant ainsi le gouvernement iranien de faire connaitre son point de vue au public international.

LA CHINE TENTE DE JOUER LES MÉDIATEURS AU PROCHE-ORIENT

Sans que les médias occidentaux n’en parlent vraiment, c’est la Chine qui a pris en main la tentative de résolution diplomatique de cette guerre. « La Chine a demandé un cessez-le-feu immédiat dans la bande de Gaza, a exprimé son opposition à tout déplacement forcé et à toute réinstallation de civils palestiniens et a souligné que tout accord concernant l’avenir et le destin du peuple palestinien doit être approuvé par ce dernier, a déclaré lundi le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi aux ministres des affaires étrangères des pays arabes et islamiques en visite dans la région.

Outre les discussions avec les pays arabes et islamiques, la Chine reste en contact avec les autres membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies sur la question israélo-palestinienne.

Le président chinois Xi Jinping et le président français Emmanuel Macron ont déclaré lundi qu’il était impératif d’éviter une nouvelle détérioration de la situation israélo-palestinienne, en particulier l’émergence d’une crise humanitaire plus grave.

MACRON ET XI JINPING SONT POUR LA SOLUTION À DEUX ÉTATS ETHNIQUES 

Les deux chefs d’État, lors d’une conversation téléphonique lundi, ont convenu que la solution des deux États est le moyen fondamental de résoudre le cycle des conflits israélo-palestiniens.

À l’invitation du président sud-africain Cyril Ramaphosa, le président Xi Jinping participera au sommet virtuel extraordinaire des BRICS sur la question israélo-palestinienne et prononcera d’importantes remarques à Pékin dans la soirée du 21 novembre, a annoncé lundi soir la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Hua Chunying.

La Chine continuera à travailler avec les pays arabes et islamiques pour promouvoir la pleine application des résolutions pertinentes de l’Assemblée générale des Nations Unies et du Conseil de sécurité sur le conflit israélo-palestinien, a déclaré lundi le vice-président chinois Han Zheng lors de sa rencontre avec la délégation des ministres des Affaires étrangères arabes et islamiques à Pékin. »

Pendant ce temps, le sujet divise de plus en plus les sociétés occidentales. Le dernier exemple se passe dans les locaux mêmes de la BBC « Dans une lettre de 2 300 mots adressée à Al Jazeera par huit journalistes britanniques employés par la société, la BBC est également accusée d’avoir “deux poids, deux mesures dans la façon dont les civils sont perçus”, étant donné qu’elle est “inflexible” dans ses reportages sur les crimes de guerre présumés commis par la Russie en Ukraine.

Par crainte de représailles, les journalistes ont requis l’anonymat. Le groupe n’a pas l’intention d’envoyer la lettre aux dirigeants de la BBC, estimant qu’une telle démarche n’est pas susceptible d’aboutir à des discussions sérieuses.

Ils ont envoyé cette lettre à Al Jazeera alors que la catastrophe humanitaire à Gaza s’aggrave et que de sombres étapes sont franchies à un rythme soutenu.

“La BBC n’a pas réussi à raconter correctement cette histoire – par omission et par manque d’engagement critique à l’égard des affirmations d’Israël – et n’a donc pas réussi à aider le public à s’engager et à comprendre les violations des droits de l’homme qui se déroulent à Gaza”, peut-on lire dans la lettre. “Des milliers de Palestiniens ont été tués depuis le 7 octobre. Quand le nombre sera-t-il suffisamment élevé pour que notre position éditoriale change ?”

La guerre a également divisé les salles de rédaction du monde entier, avec des désaccords sur la manière dont chaque camp est présenté, sur le niveau d’empathie prétendument inégal envers les victimes israéliennes et palestiniennes, et sur l’utilisation du langage. »

Quant aux pays occidentaux qui osent critiquer la violence israélienne : « Le ministère israélien des affaires étrangères a convoqué vendredi les ambassadeurs d’Espagne et de Belgique pour leur adresser une “sévère réprimande” à la suite des commentaires des dirigeants des deux pays sur l’offensive israélienne à Gaza.

Le ministère espagnol des affaires étrangères a rapidement riposté en convoquant l’ambassadeur israélien pour qu’il explique les allégations “fausses et inacceptables” de son gouvernement à l’encontre du premier ministre espagnol.

En visite au poste frontière de Rafah, entre Gaza et l’Égypte, le Premier ministre belge Alexander De Croo a déclaré que l’opération israélienne “doit respecter le droit humanitaire international” et a dénoncé les destructions dans la bande de Gaza comme étant “inacceptables”.

Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, s’est fait l’écho de ce point de vue, déclarant que les “meurtres aveugles de civils innocents” dans le territoire palestinien étaient “tout à fait inacceptables”.

Les deux dirigeants ont appelé à un cessez-le-feu permanent dans ce territoire dévasté par la guerre.

Le ministre des affaires étrangères, Eli Cohen, “a donné l’ordre de convoquer les ambassadeurs de ces pays pour les réprimander sévèrement”, a déclaré son bureau dans un communiqué, accusant les deux dirigeants de soutenir le “terrorisme”. »

On remarquera au passage qu’Israël est beaucoup moins agressif face aux critiques venant de Russie et de Chine.

Un article du Washington Post met la pression sur Netanyahou en rappelant la façon dont il a favorisé et utilisé le Hamas pendant son mandat de premier ministre. « Benjamin Netanyahu a entretenu une “symbiose étrange” avec le groupe militant palestinien Hamas qui a dirigé Gaza pendant les décennies où il a été Premier ministre d’Israël, a rapporté dimanche le Washington Post (WaPo), citant une série d’experts sur Israël. Le politicien aurait trouvé le Hamas utile pour bloquer le processus de paix israélo-palestinien et pour perturber la création de l’État palestinien, selon le journal.

Netanyahu, qui a dirigé le gouvernement israélien sans interruption entre 2009 et 2020, puis est revenu au pouvoir en décembre 2022, a juré à plusieurs reprises de détruire le Hamas tout au long de ses mandats, mais a au contraire poursuivi des politiques qui ont aidé le groupe à maintenir son emprise sur l’enclave, a rapporté le média américain.

Les cabinets du premier ministre ont accepté des transferts d’argent du Qatar utilisés pour payer les salaires de la fonction publique à Gaza, améliorer l’infrastructure locale et même, semble-t-il, financer les opérations du Hamas, a indiqué le média, ajoutant que, sous Netanyahu, Israël a également approuvé des libérations périodiques de prisonniers qui auraient également profité au groupe.

“Au cours des dix dernières années, Netanyahou s’est efforcé de bloquer toute tentative de démolition du Hamas à Gaza”, a déclaré à WaPo l’historien israélien Adam Raz, qui a étudié les relations entre le premier ministre et le groupe militant, qualifiant cette alliance d’”étrange” qui aurait pu prendre fin avec l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre et l’opération militaire israélienne qui s’en est suivie à Gaza.

L’objectif de la politique de Netanyahou était prétendument de diviser les Palestiniens, en laissant le Hamas diriger Gaza et en laissant ses rivaux de l’Autorité palestinienne contrôler la Cisjordanie. Le conflit entre les deux groupes rendait impossible une solution négociée à deux États, affirme le WaPo, ajoutant que cela permettait également au premier ministre d’écarter purement et simplement la question palestinienne.

“Sans leadership unifié, [Netanyahou] a pu dire qu’il ne pouvait pas aller de l’avant avec les négociations de paix”, a déclaré Dahlia Scheindlin, sondeuse et analyste politique israélienne. Cela lui a permis de dire : “Il n’y a personne à qui parler”. Au lieu de cela, il s’est concentré sur l’impasse dans laquelle se trouve Israël avec l’Iran et sur le développement économique, a ajouté le Post, citant Anshel Pfeffer, biographe de M. Netanyahou. »

LE SOUTIEN AU SIONISME

Dans la conscience collective occidentale, Judaïsme = sionisme. Une équivalence largement alimentée par les médias car elle permet d’associer toute critique d’Israël a de l’antisémitisme. Cet article nous montre que ce n’est pas le cas. « Judaïsme et sionisme, même combat ? C’est ce que voudraient nous faire croire les dirigeants israéliens et leurs partisans pour justifier leurs crimes coloniaux et criminaliser leur critique. Une instrumentalisation dangereuse qui pourrait nourrir des sentiments antisémites chez les moins instruits et les petits marchands de haine. Mais la réalité est très différente. José Antonio Egido nous fait voyager dans l’espace et dans le temps pour rappeler qu’hier et aujourd’hui encore, de nombreux juifs s’opposent au sionisme. »

Quant au lien entre Israel et le Complexe militaro-industriel occidental, il est mis en exergue dans cet article. « Dans son dernier ouvrage, Antony Loewenstein retrace l’expérience de l’occupation israélienne et du contrôle d’une population civile identifiée comme « ennemie », les Palestiniens. En perfectionnant cette architecture de contrôle, Israël a transformé les territoires palestiniens en des terrains d’expérimentation pour l’armement et les technologies de surveillance que Tsahal exporte dans le monde entier. »


EN MER DE CHINE LES DEUX SUPERPUISSANCES S’AFFRONTENT DIRECTEMENT

Cette tension croissante au Moyen Orient n’empêche pas les Etats-Unis de continuer à aiguillonner le taureau chinois en Mer de Chine. « Des navires de guerre et des avions de combat américains et philippins ont patrouillé cette semaine de larges bandes de mer et d’espace aérien en mer de Chine méridionale, dans le cadre d’une démonstration de force dirigée contre Pékin.

Les trois jours de patrouilles conjointes, qui doivent s’achever jeudi, ont impliqué des avions et des navires de la marine et de l’armée de l’air américaines, ainsi que leurs homologues des forces armées philippines, selon des images diffusées par les deux armées.

Leur exercice, que la Seven Fleet américaine a qualifié de « routine », s’est déroulé exclusivement dans la mer des Philippines occidentale, nom donné par Manille à la portion de mer qui se trouve dans sa zone économique exclusive, où la Chine s’est montrée de loin la plus ferme parmi la demi-douzaine d’États de la région qui revendiquent les îles, atolls et récifs contestés de la zone. »

« Pékin a protesté auprès de Washington ce week-end, le qualifiant de “plus grand perturbateur de la paix” en mer de Chine méridionale, après qu’un navire de guerre américain a pénétré dans les eaux proches d’îles contestées.

L’armée chinoise a déclaré avoir “mis en garde” un destroyer américain qui avait pénétré “illégalement” dans ses eaux territoriales près des îles Xisha, également connues sous le nom de Paracels, samedi.

Le commandement du théâtre sud de l’armée populaire de libération a déclaré avoir réagi en mobilisant les forces navales et aériennes pour “suivre et surveiller” le navire américain dans ces eaux revendiquées par Pékin, Hanoï et Taipei. »


LA FRANCE EN CHINE

Là encore, en dehors du radar médiatique et loin de la politique de « derisking » prônée par les Etats-Unis et l’Union Européenne, « La ministre française de l’Europe et des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a entamé jeudi une visite de deux jours en Chine. Elle doit coorganiser la 6e réunion du mécanisme de dialogue de haut niveau Chine-France sur les échanges entre les peuples, ouvrant la voie à davantage d’activités en 2024 pour marquer le 60e anniversaire de l’établissement des liens diplomatiques entre la Chine et la France.

Le dialogue conclut la série de dialogues de haut niveau après la visite d’État du président français Emmanuel Macron en Chine en avril, y compris le dialogue économique et financier de haut niveau en juillet et le dialogue stratégique en octobre, selon le ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères.

La visite de Mme Colonna a également eu lieu alors que le président chinois Xi Jinping a appelé lundi le président français Emmanuel Macron à poursuivre l’amitié traditionnelle entre la Chine et la France et à pousser les relations bilatérales à un nouveau niveau, lors d’une conversation téléphonique entre les deux dirigeants.

Certains médias ont déclaré que la visite de M. Colonna visait à apaiser les relations après qu’une enquête européenne anti-subventions, défendue par Paris, sur les véhicules électriques chinois a augmenté les tensions commerciales entre les deux parties. »

Après recherche sur Google, seul Le Point a parlé de cette visite. « Selon le Quai d’Orsay, plusieurs accords pourraient être signés sur des « projets concrets » dans des domaines comme l’éducation, la science, la technologie et l’innovation, la culture, la santé, le sport, le tourisme et la gastronomie, la jeunesse et les droits des femmes. « Ce dialogue permettra aux deux ministres de passer en revue l’état de la coopération dans ces domaines et d’esquisser des pistes pour un développement des échanges équilibré et dans l’intérêt de nos deux pays », indique le ministère des Affaires étrangères.

Par ailleurs, les sujets de coopération bilatérale et les grands enjeux internationaux – COP28 sur le climat, conflits en Ukraine et dans la bande de Gaza notamment – figureront également à l’ordre du jour du déplacement de la cheffe de la diplomatie française à Pékin, selon ses services. »

Finalement, au lendemain de la rencontre, RFI consacre un article sur cette visite. « Aujourd’hui affectée par un énorme déséquilibre. « Les étudiants chinois forment la troisième communauté étudiante de France », a rappelé Catherine Colonna à Pékin. Et de poursuivre : « Je note qu’ils sont presque aussi nombreux qu’ils l’étaient en 2019, ce qui est encore loin d’être le cas pour les étudiants français en Chine. ».

Face aux 30 000 étudiants chinois en France, la Chine ne compte en effet que quelques centaines d’étudiants français, contre 10 000 avant la pandémie de Covid. La déclaration d’intention relative au renforcement de la coopération en matière d’enseignement supérieur et de recherche, signée ce vendredi, doit aussi permettre de doubler le nombre des enseignants de français en Chine et aux chercheurs d’accéder à leur terrain de recherche, ce qui est devenu de plus en plus compliqué ces dernières années. »


LA DÉBANDADE DE LA FRANCEAFRIQUE

En Afrique, la ville de Kidal qui était jusqu’à maintenant aux mains des rebelles Touaregs vient d’être reprise par l’armée malienne. « La mission de l’ONU au Mali a quitté mardi 31 octobre son camp de Kidal, ville stratégique et enjeu majeur de la bataille entre le gouvernement et les groupes armés séparatistes qui ont repris les armes contre lui. La ville de Kidal était jusqu’à récemment sous le contrôle d’un mouvement rebelle dominé par les Touaregs. Ces groupes armés, qui avaient conclu un accord de cessez-le-feu et un accord de paix avec le gouvernement malien en 2014 et 2015, ont repris les hostilités dans le contexte du retrait annoncé de la mission des Nations Unies.

Le 14 novembre 2023, l’Armée malienne, soutenue par les alliés russes, s’empare de Kidal, que les rebelles Touaregs détenaient depuis près de dix ans. Bientôt, des photos de la base libérée par l’armée malienne à Kidal, anciennement occupée par les casques bleus de la MINUSMA, sont apparues. Sur cette base, des munitions, des armes, des radios et des documents et des effets personnels des rebelles ont été trouvés. Parmi les trouvailles les plus curieuses figurent des chaînes et le drapeau ukrainien. Les chaînes découvertes font état de tortures commises par des terroristes.

Mais ce qui est le plus intéressant, c’est que parmi les documents découverts, on a trouvé des enregistrements de rapports de renseignement français sur la situation. Dans les rapports, les officiers de renseignement signalent que les groupes armés CSP et JNIM sont en train de perdre la bataille, et enregistrent les coordonnées des positions des unités de l’armée malienne et de la SMP Wagner. La coopération entre les combattants de l’Azawad et les services de renseignement français a été évoquée à maintes reprises dans les médias maliens, mais il s’agit de la première confirmation de la coopération de l’agence avec les rebelles et les djihadistes. La France a une nouvelle fois montré sa responsabilité dans la déstabilisation de la situation au Sahel. »

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

2 réflexions sur “LE TOUR DU MONDE EN GUERRE (Novembre 2023)

  • 1 décembre 2023 à 18 h 11 min
    Permalien

    Dorénavant, tout fonctionne par quinzaines de jours dans ce génocide.
    Nous allons dans les jours qui viennent avec quelle force la Vie humaine va se soulever contre ce siono-judaïsme criminel.
    Ils ne se rendent absolument pas compte ces gens complètement abrutis, à quoi leur aveuglement expose les dogmes sur lesquels reposent les fondations du monde occidental, quant à ce qui est de la condition de vie d’un vie d’un groupe humain donné, sur un sol particulier et constitue son Etat, à un moment précis de l’Histoire.

    Alors qu’ils ont oeuvré (par le biais de celles et ceux qui maîtrisent l’ensemble de leurs groupes) durant un temps considérable ces deux derniers siècles, à leur défaire toute leur trame, voilà que leur folie naturelle qui les pousse à croire qu’ils sont ici-bas, incontestables, est en train de transcender toutes les solidarités traditionnelles et naturelles dont sont porteurs les Hommes.

    Tous les peuples sont meut par la même irrésistible attraction de leur totale indépendance.
    Ce que nous montre la cause palestinienne dans ses aspirations, c’est exactement ce à quoi nous aspirons en Occident, mais pour lequel nous n’étions pas encore assez lucides pour, d’une part, le comprendre, puis, le formuler.
    La Palestine nous révèle à tous, Occidentaux, que nous ne sommes pas des populations et des peuples indépendants, malgré les certitudes contraires que nous avions sur ce point, et que c’est l’aliénation à des propagandes « culturelles » faisant régner le faux dans nos têtes qui nous y convainquaient, alors que dans les faits réels qui se révèlent de plus en plus à tous maintenant, nous nous découvrons soumis à des forces et des pouvoirs extérieurs à nos cohésions nationales respectives établies.

    Comme les Palestiniens, nos attentes sont les mêmes, la fin du génocide accéléré en moins, nous voulons l’établissement d’un Etat qui soit le nôtre et pour nous-mêmes, cela comporte comme pour eux, nécessairement une dimension politique (qu’eux ont dépassée parce qu’il n’y a en face qu’une fourberie suprémaciste avec laquelle rien n’est possible, aussi, ils sont forcés aux combats) or ce sont les mêmes problèmes de dépossession de nos pays qui se révèlent à nous, et, si nous ne pouvons pas comme eux avoir la pleine garantie de la jouissance de tous nos droits dans un espace territorialisé souverain, nous aussi allons entrer en guerre réelle contre ce qui s’oppose à cette volonté.

    Et, dites moi actuellement ce que nous identifions communément comme obstacle qui se dresse entre nous et notre bonheur, si ce n’est ce siono-judaïsme de malheur?

    Le génocide en cours sur les Palestiniens perpétré par les juifs, démontre que nous non plus dans nos pays occidentaux, ne vivons pas en sécurité, celle-ci est devenue une illusion pouvant disparaître à tout moment, puisqu’elle est constamment soumise à l’appétit des puissants et leurs stratégies politiques plus stupides les unes que les autres, sur lesquelles nous n’avons aucune prise et qui nous font rester fondamentalement, vulnérables, à tout.

    Sans, Etat, le peuple palestinien comme nous le voyons, est soumis à toutes les vicissitudes des suprémacistes, qui le font vivre, dispersé, réprimé, massacré.
    Cette fragilité dans la donne actuelle, où les Etats se font braquer par le gangstérisme juif, comme c’est le cas pour l’Ukraine, aboutie pour le peuple au même résultat quant à son massacre.
    L’Ukraine ayant déjà perdu tous les espoirs que la voracité mondiale fondait sur elle, ne voilà-t-il pas que comme par magie, un autre candidat à sa succession pour la création d’un grand foyer juif, a émergé en Argentine, avec « l’élection » d’un fou furieux, le sieur Milei.

    Pour le moment, et jusqu’à preuve du contraire, c’est la découverte de cette réalité qui quand elle sera réellement conscientisée par toutes les révoltes qui grouillent pour la Palestine actuellement, donc d’ici une bonne quinzaine de jours suite à la reprise de ses crimes par la juiverie qui pour le moment semble inarrêtable, nous éprouverons et démontrerons quelque part sur Terre, que nous ne voulons absolument pas éprouver dans nos chairs de façon paroxystique l’apatridie existentielle dans nos propres frontières et, subir la désespérance des peuples Palestiniens et Ukrainiens.

    Les choses ont encore changées, mais je ne vois toujours rien venir sauver les juifs pour le moment dans l’avenir, même si je suis tellement conscient de toutes les voix de cette communauté qui s’unissent aux nôtre pour que la fin promise à ce suprémacisme fou, ne réalise pas.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *