La France va-t-elle devenir une prison?

OLIVIER CABANEL — Les prisons françaises sont saturées, et demain de nouvelles prisons vont être construites, mais ne sommes-nous pas déjà prisonniers d’une logique ?

63 655 prisonniers pour 64,303 millions d’habitants : La France est en train de battre d’étranges records.

Où est cet avenir radieux que le candidat Sarkozy nous promettait ? Travailler plus pour gagner plus ?

Depuis quelques temps, c’est travailler autant pour gagner moins, et bientôt ce sera travailler plus pour gagner moins.

3 millions de chômeurs se profilent à l’horizon, donc encore plus de délinquants sociaux, et fatalement encore plus de nouveaux prisonniers :

Ceux qui ont déjà installé des bombes artisanales pour détruire l’outil de travail, ou séquestré leur patron, ceux qui sont tombés depuis longtemps dans le travail au noir, ceux qui ont planqué leur magot à l’étranger, ceux qui, profitant de leur mandat, détournent les fonds publics, et tous ceux qui, désespérés, ont décidés de franchir le pas de l’illégalité.

Les travailleurs menacés par le licenciement, sont prêts à en découdre, risquant de se retrouver sur le banc d’un tribunal.

Les règles du code de la route se durcissent, et pour un excès de vitesse, vous pourrez perdre votre permis.

Pour garder votre travail, vous roulez sans permis, et vous vous retrouvez en prison.

Nous ne sommes peut-être que des justiciables en sursis.

Or les prisons sont si saturées que récemment, des ex-incarcérés ont obtenus un dédommagement pour avoir partagé à six, une cellule prévue pour deux.

Même le chef de l’état s’y met, puisqu’il vient d’être pris la main dans le sac. La cour des comptes lui reproche d’avoir financé des dépenses privées à hauteur de 14000 € sur les caisses de l’état.

Que l’on se rassure, il n’ira pas en prison : il a reçu un avertissement poli. Et puis il assure que cela a été fait à son insu…

S’appuyant sur l’insécurité provoquée, les caméras ont fleuri, malgré les déclarations du candidat Sarkozy, qui n’en voyait pas à l’époque l’intérêt.

Aujourd’hui, les caméras sont partout, et l’on pourra bientôt compter sur les doigts de la main les endroits qui en sont dépourvus.

Et ce serait sans compter sans les investigations possibles grâce aux nouvelles technologies de communication que sont Internet, les téléphones mobiles, et les caméras espion numériques.

Aujourd’hui nous sommes tous sous surveillance.

C’est peut-être l’astuce que le Prez a choisi pour donner du travail à tout le monde, car pour surveiller toutes ces caméras, il faut du personnel.

Puis pour enfermer les justiciables, il faudra construire de nouvelles prisons, et relancer ainsi l’industrie du bâtiment.

Plus de prisonniers, c’est aussi plus de gardiens, plus de gendarmes, plus d’avocats, plus de juges.

En multipliant le nombre de caméras, on relance le secteur robotique, on relance le secteur administratif, qu’il soit juridique ou social.

Est-ce là le projet de relance de croissance voulu pour Nicolas Sarkozy ?

Les banlieues abandonnées par l’Etat continuent à s’enfoncer dans le rouge, frappées par un chômage des jeunes de plus en plus important, devenant des zones de non droit, et préparant de futurs délinquants.

Les bavures policières s’y multiplient, provoquant de nouvelles empoignades.

Du coup, les nantis, et les personnes âgées qui ont fait la victoire de Sarkozy, se sentent encore plus en insécurité.

Ils engagent parfois des milices armés pour les protéger, et définissent même des périmètres illégalement « sécurisés » pour mettre sous contrôle leur prison dorée.

Il existe déjà dans notre pays des « zones privées », couvrant des milliers d’hectares, avec gardien, barrière, et pour y pénétrer, il faut montrer patte blanche.

Les plus âgés, ceux dont les enfants ne veulent plus, se sont enfermés dans d’autres prisons : les maisons de retraite ou ils n’ont que les apparences de la liberté.

La seule question qui reste à résoudre est :

Une fois que tous seront emprisonnés, qui fera le boulot ? Les prisonniers, bien sûr.

Et pour des salaires défiant toute vraisemblance.

Il faut lire l’article très édifiant écrit par Jean marc Rouillan dans le monde diplomatique.

Car comme disait un vieil ami africain : « il vaut mieux être prisonnier de ses rêves que de ses cauchemars »

4 réflexions sur “La France va-t-elle devenir une prison?

  • 18 décembre 2023 à 0 h 48 min
    Permalien

    Depuis Sarkozy il y a eu Hollande, puis Macron, puis encore Macron…… et eux qu ont ils fait ? Pire que Sarkozy. même si l on est pas de son bord on ne peut pas lui imputer la totalité du désastre que notre pays connaît, lequel a pris naissance sous Mitterand.

    Répondre
  • 18 décembre 2023 à 10 h 05 min
    Permalien

    les francais n’ont que ce qu’ils méritent! d’abord parce qu’ils élisent les crapules qu’ils ont au pouvoir, et en plus ils abondent encore et encore dans le sens du discours ambiant qui leur est régurgité par la télé. Ils sont tellement mesquins, qu’ils préfèrent suivre en connaissance de cause, le mauvais berger, pourvu qu’il leur tienne le discours qu’ils aiment entendre, tout en les menant à l’abattoir.

    Répondre
  • 19 décembre 2023 à 7 h 23 min
    Permalien

    pUtE UE-Hijab A L’IMAGE DE SON MACRO US-Woke
    .
    A la grande satisfaction des collabobos verts de l’oligarchie.
    .
    PURINER, DIVISER ET LA BANQUE SERA TRANQUILLE…
    .
    «L’IMMIGRATION fait baisser ainsi les salaires, et dégrade la condition morale et matérielle de la classe ouvrière […] une classe ouvrière divisée en deux camps hostiles, les prolétaires anglais et les prolétaires irlandais [imaginez avec musulmans/chrétiens] Le SECRET de l’impuissance de la classe ouvrière anglaise [souchienne], en dépit de son organisation […] grâce auquel la classe CAPITALISTE maintient son pouvoir. Et cette classe [Soros] en est parfaitement consciente »
    MARX, lettre à Meyer et Vogt, 1870
    .
    «Le cosmopolite représente le dernier degré de l’inhumanité capitaliste. Pour le cosmopolite l’homme est un personnage schématique, “citoyen du monde” sans famille et sans peuple, sans traditions ni particularités nationales. Pour le marxiste, au contraire, l’homme est le produit d’un développement social déterminé, d’un certain nombre de conditions précises qui lui confèrent une formation psychique définie, un caractère national.»
    Réalité de la nation. L’attrape-nigaud du cosmopolitisme.
    Georges Cogniot, éditions sociales (philosophe communiste)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *