HUBERT REEVES

Hubert Reeves est mort! Le champion de la lutte pour sauver la Planète Terre. Il a échoué, bien entendu. Mais il a lutté, juste qu’à son dernier souffle à… Paris. Ou a eu lieu une des dernières conférences mondiales sur l’environnement.

Paris n’à rien changer, naturellement. Les politiciens n’ont pas voulus écouter les dramatiques conseilles de Hubert Reeves. Trudeau et les autres ont préférés celui d’espoir de Bill Gates, qui a triplé sa fortune depuis.

Monsieur Reeves, MERCI! Ça en prend des personnes courageuses comme vous pour nous avertir des conséquences de nos folies des grandeurs. Oui il y en a d’autres qui luttent, dans le monde et dans la rue, mais vous aviez l’écoute ! Alors, même si nos leaders vous ont entendus, ils ne vous ont jamais vraiment… écoutés.

Au-delà de son « Incroyable talent de vulgarisateur, l’homme de science a laissé sa marque par son engagement. Ce scientifique honnêtement dévoué à protéger la planète, cet astrophysicien qui a enseigné à l’Université de Montréal, à la NASA, en Belgique et à Paris, avant de devenir un expert et conseillé mondial, est maintenant parti pour un monde meilleur hors de porté des… humains. Peut-être ?!?

Heureusement, Hubert Reeves nous a laissé une merveilleuse complice en Greta Thuneberg qui continue inlassablement son combat, d’une autre manière. Bonne chance Greta, même si on est loin derrière à t’encourager, confortablement assieds dans nos salons, bien au chaud, avec quelque chose dans le frigidaire.

Le combat ne sera pas gagnés tans que les gouvernements n’auront pas de pression pour vraiment changer leur priorités. C’est l’argent ou l’embarras, devant la faillite mondiale.

John Mallette
Le poète Prolétaire

4 réflexions sur “HUBERT REEVES

  • 4 janvier 2024 à 1 h 01 min
    Permalien

    Bonjour
    Je me sens soudain très mal à l’aise : terminer sur la note Greta, c’est pour moi plonger dans la malfaisance. Oh non, Greta n’est pas en cause, son entourage si. Se battre pour la suppression du CO², c’est dénier aux êtres vivants le droit de respirer. A côté on entend à peine parler du SO², des oxydes de nitrogène, et pire, des dérivés phosphorés et autres poisons familiers…. mais ceux-là ne gênent pas, semble-t-il, les industriels.
    .
    Il va falloir que ça change : mais le verrou décrété par les médias en cour est colossal.

    Répondre
  • 4 janvier 2024 à 4 h 46 min
    Permalien

    c’est sérieux ou c’est une blague???
    Vous pensez réellement que l’écoloconne vindicative prend le relai de MrHubert REEVES?
    Allons allons, soyez sérieux, ne comparez un scientifique de renom avec une petite merde acariâtre.

    Répondre
  • 6 janvier 2024 à 15 h 57 min
    Permalien

    Votre article est bourré de fautes d’orthographe. C’est une véritable calamité. S’il vous plait, changez de métier au plus vite. Mettez dans votre « mallette » une grammaire française, un dictionnaire et revenez dans deux ans.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *