La prochaine cible de l’invasion russe: “Odessa est une ville russe”…(Vladimir Poutine)

Par M.K. Bhadrakumar – Le 17 décembre 2023 – Source Indian Punchline

Lors de sa conférence de presse de fin d’année, qui a duré quatre heures, le président russe Vladimir Poutine a fait quelques remarques clés sur le conflit en Ukraine, qui éclairent la trajectoire probable de la guerre jusqu’en 2024. Il est certain que la Russie n’acceptera pas un “conflit gelé” qui ne permettrait pas d’atteindre les objectifs fixés par Poutine au début des opérations militaires spéciales en février de l’année dernière.

Poutine a déclaré :

Il y aura la paix lorsque nous aurons atteint nos objectifs… Revenons à ces objectifs – ils n’ont pas changé. Je voudrais vous rappeler comment nous les avons formulés : dénazification, démilitarisation et statut de neutralité pour l’Ukraine.

 

Il a précisé que la dénazification et la démilitarisation étaient des travaux en cours, tout en laissant de côté la question cruciale du statut de neutralité pour l’Ukraine, une notion que l’Occident collectif rejette catégoriquement tout en poursuivant son intervention sous de nouvelles formes malgré l’échec de la contre-offensive de Kiev qui dure depuis des mois. Au contraire, l’accent est mis sur la création d’une industrie de défense ukrainienne solide et résistante grâce à la technologie et aux capitaux occidentaux, afin de parer à toute menace militaire russe à l’avenir.

En ce qui concerne la dénazification en particulier, Poutine a déclaré que lors des négociations à Istanbul en mars de l’année dernière, Kiev s’était montré réceptif à l’idée de légiférer contre la propagation de l’idéologie extrémiste, mais que ce sujet a été reléguée. Quant à la démilitarisation, cette idée n’a jamais fait son chemin, car l’Ukraine a commencé à recevoir des armes “encore plus nombreuses que celles promises par l’Occident“.

La Russie n’a donc pas d’autre choix que de continuer à détruire les capacités militaires ukrainiennes, ce qui est au cœur du processus de démilitarisation. Mais Poutine estime que certains paramètres peuvent encore être négociés et, en fait, “nous nous sommes mis d’accord sur ces paramètres [avec les négociateurs ukrainiens] lors des pourparlers d’Istanbul ; bien qu’ils aient été rejetés par la suite, nous sommes parvenus à un accord“. L’alternative à un accord sur la démilitarisation est de “résoudre le conflit par la force. C’est ce que nous nous efforcerons de faire“. Toutefois, à cette fin, Poutine a exclu une nouvelle mobilisation, car “il y aura déjà environ un demi-million de personnes [dans la zone de guerre] d’ici la fin de l’année“.

Ces remarques portent la marque d’un homme d’État qui parle en position de force et qui en est conscient. Poutine a affirmé que les forces russes “améliorent leur position presque tout au long de la ligne de contact. La quasi-totalité d’entre elles sont engagées dans des combats actifs. Et la position de nos troupes s’améliore tout au long [de la ligne de contact]“. Poutine n’a fait part d’aucune volonté de compromis avec les États-Unis et l’Union européenne.

De manière significative, Poutine a déclaré que la partie sud de l’Ukraine a “toujours été un territoire russe… Ni la Crimée ni la mer Noire n’ont de lien avec l’Ukraine. Odessa est une ville russe“. Cette déclaration est de mauvais augure, car elle implique que l’opération russe pourrait après tout s’étendre à Odessa, qui se trouve sur la rive occidentale du Dniepr, et même plus à l’ouest, le long de la côte de la mer Noire, jusqu’en Moldavie, ce qui fera de l’Ukraine un pays sans accès à la mer. Un conflit prolongé est à prévoir.

Au contraire, les rapports des médias américains citant des fonctionnaires américains donnent l’impression qu’il n’y a pas de volonté de jeter l’éponge à ce stade. Cela repose bien sûr sur la conviction que la Russie aura du mal à réaliser ses objectifs et que, d’ici la fin de 2024, le vent de la guerre peut tourner et que la Russie pourrait être contrainte à un compromis. Les États-Unis et l’armée ukrainienne sont donc en train d’élaborer une nouvelle stratégie qui pourrait être mise en œuvre au début de 2024, l’accent étant mis par les Américains sur le maintien du territoire que l’Ukraine contrôle actuellement et sur l’enracinement.

Le New York Times a rapporté que l’armée ukrainienne souscrivait à une “politique de l’avant“. Le Pentagone stationne un général trois étoiles à Kiev dans le but de “renforcer les conseils militaires en face-à-face qu’il fournit à l’Ukraine“. Il pourrait s’agir du début du déploiement de conseillers militaires américains en Ukraine pour superviser la guerre, ce qui donnerait au Pentagone un rôle direct dans la gestion des opérations, tant du point de vue tactique que stratégique.

Entre-temps, le Sénat américain n’a pas encore dit son dernier mot sur la demande de l’administration de 61 milliards de dollars de fonds supplémentaires pour l’Ukraine. Il est probable que le Sénat finira par adopter le projet de loi, étant donné que les législateurs Républicains soutiennent largement l’effort de guerre. L’administration insiste sur le fait que la Russie a un programme “impérial” à l’égard des pays de l’OTAN et que les intérêts vitaux des États-Unis sont en jeu lorsqu’il s’agit d’empêcher la Russie de gagner la guerre.

Il est intéressant de noter qu’il y a deux jours, le Congrès a approuvé une loi qui empêcherait tout président de retirer les États-Unis de l’OTAN sans l’approbation du Sénat ou d’une loi du Congrès. De la même manière, l’Europe fait également le tour de la question et adopte une vision à long terme selon laquelle l’augmentation de la production d’armes par la Russie pour soutenir ses opérations en Ukraine constitue une réelle menace pour l’Europe, en particulier pour les États baltes, la Géorgie et la Moldavie. La semaine dernière, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a lancé un avertissement : “Si Poutine gagne en Ukraine, il y a un risque réel que son agression ne s’arrête pas là“.

Le ministre allemand de la défense, Boris Pistorius, s’est fait l’écho de ce sentiment en déclarant samedi que l’Europe devait renforcer ses capacités de sécurité et de défense pour répondre à la menace que représente la Russie, étant donné que les États-Unis réduiront probablement leur engagement sur le continent dans les années à venir et se tourneront de plus en plus vers la région du Pacifique au cours de la prochaine décennie. Comme il l’a déclaré, “il ne s’agit pas d’un simple coup de sabre. Des dangers pourraient nous guetter à la fin de cette décennie“.

Le message qui ressort de la réunion du Conseil européen qui s’est tenue à Bruxelles vendredi dernier est également que, malgré l’opposition de la Hongrie, les dirigeants de l’UE s’efforcent de faire en sorte que l’Ukraine reçoive toujours l’aide de 50 milliards d’euros destinée à soutenir son économie vidée de sa substance – si nécessaire, en prenant la décision radicale de sacrifier l’unité de l’UE et de fournir l’argent sur une base bilatérale. Les dirigeants européens devraient se réunir à nouveau à la fin du mois de janvier ou au début du mois de février pour débloquer la situation.

Vendredi, le ministère ukrainien des affaires étrangères a publié une déclaration saluant l’ouverture des négociations d’adhésion à l’UE et se montrant optimiste quant au programme d’aide de 50 milliards d’euros de Bruxelles. En dépit de ce discours musclé, la Russie doit elle aussi avoir le sentiment que l’UE finira par trouver un moyen de résoudre la question financière. Pour l’heure, l’impasse dans laquelle se trouvent Bruxelles et Washington au sujet de l’aide a créé un climat d’incertitude, ce qui est mal perçu par Kiev et joue en faveur de l’argumentaire russe.

Dans l’ensemble, les remarques acerbes de Poutine jeudi montrent que les États-Unis ne vont nulle part mais restent sur place en Ukraine et que le plan de jeu de l’administration Biden est de réorganiser la stratégie de guerre pour la renforcer et la rendre durable jusqu’aux élections de novembre 2024.

L’espoir du Kremlin de voir le soutien américain à l’Ukraine diminuer semble déplacé. Curieusement, le porte-parole Dmitri Peskov a ajouté, dans une interview accordée vendredi à la chaîne NBC News, que Poutine préférerait un président américain “plus constructif” à l’égard de la Russie et qui comprendrait “l’importance du dialogue” entre les deux pays. Peskov a ajouté que Poutine serait prêt à travailler avec “quiconque comprendra qu’à partir de maintenant, il faut être plus prudent avec la Russie et tenir compte de ses préoccupations“.

D’ici à l’élection présidentielle de mars en Russie, la politique intérieure va s’intensifier. Après la réélection de Poutine pour un nouveau mandat de six ans, qui est largement attendue, le temps que le nouveau gouvernement soit formé, la campagne pour les élections américaines se sera accélérée et il y a fort à parier que la guerre en Ukraine sera en pilotage automatique, la priorité étant presque entièrement d’éviter tout embarras sérieux pour la candidature de Biden à la réélection.

Il semble évident qu’éviter une défaite militaire en Ukraine et maintenir l’impasse sera l’unique objectif de l’administration Biden jusqu’en 2024. La grande question est de savoir si Poutine “coopérera” ou s’il lui réservera des surprises. Peskov a commencé à regarder au-delà de la présidence Biden.

M.K. Bhadrakumar

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

4 réflexions sur “La prochaine cible de l’invasion russe: “Odessa est une ville russe”…(Vladimir Poutine)

  • 21 décembre 2023 à 2 h 11 min
    Permalien

    Une amie journaliste (une « vraie journaliste », pas une propagandiste de télévision) me l’a dit souvent. Sa mère était née à Odessa, et elle avait toujours considéré qu’elle était russe. L’Ukraine telle qu’elle est présentée aux Occidentaux n’est qu’une aberration.

    N’est-il pas paradoxal, d’ailleurs, que la première capitale, il y a environ un millénaire, de ce qu’on appelait alors les Rus, fut Kiev ?

    Répondre
  • 21 décembre 2023 à 11 h 39 min
    Permalien

    L’administration du Facebook a retiré cet article de mon mur et m’a menacé de me suspendre si je persiste à publier des photos violentes (comme si la violence n’avait pas une nature de classe).

    Répondre
    • 21 décembre 2023 à 12 h 35 min
      Permalien

      facebook est un outil de propagande qui vend du temps de réflexion de ses utilisateurs aux marchands de babioles.

      bravo luis.

      robert bibeau

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *