Une approche «marxienne» de la question juive

Une approche «marxienne» de la question juive

Publié le 8 Novembre 2023 par Paul Mattick & Walter Auerbach/Pantopolis in histoire et théorie

Introduction

Nous publions en traduction française cet important article de 1938 paru aux USA dans International Council Correspondence (ICC), revue des communistes de conseils germano-américains.

Sa republication est d’une brûlante actualité, face à la nouvelle guerre meurtrière au Proche-Orient (Israël-Palestine), encouragée par les deux camps impérialistes en présence.

Sa conclusion, tout à fait internationaliste, reste aussi totalement valide :

« Il n’y a pas de solution nationale pour les travailleurs juifs, comme il n’y a pas de possibilité de trouver la paix dans les autres pays. La question juive est insoluble dans la barbarie capitaliste d’aujourd’hui. Il ne sert à rien de fermer les yeux sur la réalité : aussi difficile qu’il soit, oui, aussi impossible qu’il soit dans de nombreux cas d’empêcher les atrocités particulières commises contre la population juive, la Palestine n’est pas une solution. Le capitalisme signifie la prolongation de cette situation barbare. La tâche des travailleurs juifs est celle de tous les travailleurs : mettre fin au système international d’exploitation capitaliste. »

(Note de P.B.)


Paul Mattick & Walter Auerbach*

Une approche «marxienne»

de la question juive

http://aaap.be/Pdf/International-Council-Correspondence/International-Council-Correspondence-4-05b.pdf (International Council Correspondence, 1938, pp. 153-156)

The advocates of Zionism, or Jewish nationalism, like the advocates of all other nationalistic ideologies, approach the workers in many ways. Recently the Poale Zion of America republished some of the writings of Ber Borochov [1], who, some 30 years ago, tried to supply the socialistic approach to Zionism.

Borochov sprang from the Jewish intelligentsia of Russia. At the time of his activities Jewish workers in Russia had built an organization (Bund), which was a Social Democratic trade unionist organization and was anti-Zionistic. It consisted of industrial workers who formed their organization after the pattern of western European trade unionism. They had ceased to concern themselves very Much with national problems, and were of the opinion, that the socialist revolution also would solve the Jewish question. Borochov, however, thought that “one who has no national dignity can have no class dignity.” He tried to prove that Zionism is not only the only solution for the Jewish people, but also the Marxist solution. He observed “the slow transition of the Jewish masses from unproductive to productive occupations”, and was convinced that only in Palestine this tendency could come to its fullest realization. He was of the opinion that the Jews could neither wait for the “progress of humanity”, nor depend on assimilation, but that their freedom from persecution and discrimination depended primarly upon the national self-help of the Jewish masses. “The national instinct of self-preservation latent in the Socialist working class”, he wrote, “is a healthy nationalism”. Though, at the outset he conceived that the class interests of the Jewish workers remained the same as those of other workers, and socialism was the ultimate goal, the immediate need was Zionism, and the class struggle was to realize both.

In the process of production various relations of production arise. But production itself, Borochov argued, is dependent on certain conditions which are different in different places. These “conditions of production”, which vary for geographical, anthropological, and historic reasons, form the basis for his idea that for the Jewish workers Zionism and Socialism are identical. The nationalism of oppressed nationalities, he said, is peculiar, and the system of production of oppressed nationalities is always subject to abnormal conditions. “The conditions of production are abnormal when a nation is deprived of its territory and its organs of national preservation. Such abnormal conditions tend to harmonize the interests of all members of a nation. This external pressure not only weakens and dissipates the influence of the conditions of production but also hinders the development of the relations of production and the class struggle, because the normal development of the mode of production is hampered. In the course of the struggle for national emancipation, however, the class structure and class psychology manifest themselves”. And so he maintained that a “genuine nationalism in no way obscures class consciousness”, that the building up of Palestine would rather provide a real basis for the development of the class struggle of the Jews aimed at a socialist society.

In Palestine, which was not at all an empty country or an international hotel as Borochov and his contemporaries tried to believe, the Jews found an Arab feudalistic agricultural society with merchant capital in the towns and ports. The immigrating Jews were artisans of the east European type, merchants of western Europe, and representatives of financiers of London, Wall Street, and South America. And in addition to these there were a newly formed proletariat of students, professionals, and intellectuals who, with great national enthusiasm set out to work under most primitive conditions for the Jewish state.

Into Palestine immigrated labor and capital, but on a small scale. However, the increasingly more “normal” conditions of production did not lead to a development in accordance with the dreams of the left-Zionists. Nationalism did not foster the class struggle, on the contrary, the latter was sacrified to the needs of the nation. Class consciousness did not increase but tended to disappear, and the “common” interest against the Arabs created an almost ideal harmony. Zionism in practice was only able to tie the Jewish workers to the interests of their exploiters and, furthermore, to the imperialistic schemes of England, which fostered the Jewish aspirations for its own imperialist – strategic needs.

It is true that with the growth of Palestine capitalism the working class also increased. Scarcity of labor brought about in the building and similar trades relatively high wages for some workers[2]. Other workers established co-operatives which functioned as building contractors and transportation companies. These conditions, however, did not foster the class struggle for socialism, but inclued large numbers of workers with capitalist ideology and led to the development of a labor bureaucracy participating in the exploitation of the workers. The Jewish workers not only found their old exploiters in the holy land, but they added some new ones in exchange for the empty promises of reformism.

Borochov’s “contribution to Marxism”, i. e., the recognition of the importance of the “conditions of production” for the development of the class struggle, so far has served only capitalistic and imperialistic interests. By pointing to Palestine, the Zionists kept the Jewish workers from participating in the class struggle; in Palestine they now point across the border. The Zionist solution of the Jewish question lies only in combat with the Arabs. Under the conditions of Palestine, Zionism can emerge only in capitalistic garb. The Jews are obliged to be capitalistic in order to be nationalistic, and they have to be nationalistic in order to be Zionists. They are obliged to be not only capitalistic, but capitalistic in an extremely reactionary form. As a minority they cannot be democratic without damage to their own interests; and being land-hungry, they have to fight against agrarian reform, binding themselves with the Arab feudalists against the fellahs. They are not only reactionary themselves, but they lend force to the Arab reaction.

The last twenty years of Zionist practice have sufficiently shown that Jewish nationalism no less than any other nationalism has hampered the development of the class struggle. To keep the Jewish workers’ standard of living on a semi-civilized level was possible only at the expense of the Arabian workers. The discrimination against Arab labor practiced by the Jewish trade unions and the Jewish bosses did not create solidarity but nationalistic hatred among the workers. All the well-sounding phrases about solidarity with the Arab workers vanished when they were put to test in the strikes of 1936; instead, the Zionist labor bureaucracy successfully made the Jewish workers defend their bosses’ property. The labor bureaucracy and the national peculiarities prevented the unemployed from fighting for relief, because otherwise the British might stop immigration. The scarcity of in Palestine agriculture, led to the creation of co-operatives of starving pioneers, the so called “communes” (Kvutsot), it was the merit of Borochovists to name these co-operatives the “socialist sector” of Palestine’s economy, and to hail them as “outposts of socialism”. But here also the Zionists only hide behind attractive slogans the capitalistic nature and the exploiting character of these institutions.

Zionism can serve only capitalism. Borochov himself, at first only interested in the Zionist movement to foster the class struggle later forgot his original intentions and spoke in favor of class collaboration. No longer did he address the proletariat, but “the entire Jewish population”, which should “not yield to the notion that the Jews disappear among nations and alien cultures”. Notwithstanding that even an “internationalist” like Leon Trotsky states today “that the Jewish problem must be solved through territorial concentration”, nationalism today can be only chauvinistic, can only lead to Jewish fascism which openly advocates struggle against the Arabs. And the non-fascists accept this struggle by maintaining silence or uttering hypocritical phrases. And only the recognition of their weak position hinders them from finding a place among the “aggressor nations”, and forces them to play servant to English imperialism. Today there exists a report of a royal commission that recommends the partitioning of Palestine and the creation of an autonomous Jewish state. Whether this proposal will ever be realized, the fact remains that the Jews themselves cannot fulfil the Zionist desires, but are compelled to stay allies to English imperialism.

It is true that the furthering of capitalism in Palestine brought about by Zionism and the sharpening of capitalistic antagonisms are “revolutionizing”, but only as the whole of capitalism is revolutionizing; it is of no concern to the working class. The sharpening of capitalist contradictions certainly serves the revolutionary interests of the working class, however, as the proletariat has to make an international revolution, it cannot support nationalistic issues, it can foster neither the Arabs nor the Jews. It has to remain immune to all nationalistic infection and must concentrate on the conflict between capital and labor as determined by the relations of production. There is no national solution for the Jewish workers, as there is no possibility ever to find peace within the other countries. The Jewish question is unsolvable within capitalistic barbarism of today. There is no sense in closing our eyes to reality, difficult as it is, yes, impossible as it is in many instances to prevent the special atrocities against the Jewish population, Palestine is no solution. Capitalism means the prolongation of this barbaric situation. The task of the jewish workers if the task of all workers, to end the international system of capitalistic exploitation.

[1] Nationalism and the Class Struggle. A Marxian Approach to the Jewish Problem. By Ber Borochov. Poale Zion-Zeire of America. New York, 205 pp., $1.50.

[2] The weekly wage rates of nine classes of urban workers in October, 1937, adjusted to the cost of living index, leads to the conclusion that the real wages of the Jewish workers in Tel-Aviv were 68 per cent of the wages of workers in London, and that the wages of the Arabs were about 10 per cent less than the wages for Jewish workers. However, these nine classes of urban workers, responsible for the above wage index, belong all to the building trade and are not as is often assumed, representative of the wage rates of the working class as a whole. The index, so often proudly demonstrated, is also not true in so far as it excludes in the cost of living the factor of rent, which, owing to the serious housing shortage, is very high in Palestina.

Source : https://criticadesapiedada.com.br/; mail : criticadesapiedada@protonmail.com


Une approche «marxienne» de la question juive, par Paul Mattick & Walter Auerbach

http://aaap.be/Pdf/International-Council-Correspondence/International-Council-Correspondence-4-05b.pdf

Les partisans du sionisme, ou nationalisme juif, comme ceux de toutes les autres idéologies nationalistes, abordent les travailleurs de diverses manières. Récemment, le Poale Zion d’Amérique a republié certains des écrits de Ber Borochov [1], qui, il y a une trentaine d’années, a tenté de remplacer l’approche socialiste du sionisme.

Borochov[1] est issu de l’intelligentsia juive de Russie. À l’époque de ses activités, les travailleurs juifs de Russie avaient créé une organisation (Bund), qui était une organisation syndicale sociale-démocrate et antisioniste. Il s’agissait de travailleurs industriels qui avaient formé leur organisation sur le modèle du syndicalisme d’Europe occidentale. Ils ont cessé de se préoccuper des problèmes nationaux et sont d’avis que la révolution socialiste résoudra également la question juive. Borochov, néanmoins, pensait que «quiconque n’a pas de dignité nationale ne peut avoir de dignité de classe». Il tente de prouver que le sionisme n’est pas seulement la seule solution pour le peuple juif, mais aussi la solution marxiste. Il a observé «la lente transition des masses juives d’occupations improductives à des occupations productives», et était convaincu que seule la Palestine pouvait permettre à cette tendance de se réaliser pleinement. Il est d’avis que les Juifs ne peuvent ni attendre le «progrès de l’humanité», ni dépendre de l’assimilation, mais que leur libération de la persécution et de la discrimination dépend avant tout de l’auto-assistance nationale des masses juives. «L’instinct national d’auto-préservation latent dans la classe ouvrière socialiste», écrit-il, «est un nationalisme sain». Bien qu’au départ, il ait conçu que les intérêts de classe des travailleurs juifs restaient les mêmes que ceux des autres travailleurs, et que le socialisme était le but ultime ; le besoin immédiat était le sionisme, et la lutte des classes devait réaliser les deux.

Dans le processus de production, différents rapports de production apparaissent. Mais la production elle-même, selon Borochov, dépend de certaines conditions qui varient d’un endroit à l’autre. Ces «conditions de production», qui diffèrent pour des raisons géographiques, anthropologiques et historiques, constituent la base de son idée selon laquelle, pour les travailleurs juifs, le sionisme et le socialisme sont identiques. Le nationalisme des nationalités opprimées, dit-il, est particulier, et le système de production des nationalités opprimées est toujours soumis à des conditions anormales. «Les conditions de production sont anormales lorsqu’une nation est privée de son territoire et de ses organes de préservation nationale. Ces conditions anormales tendent à harmoniser les intérêts de tous les membres d’une nation. Cette pression extérieure non seulement affaiblit et dissipe l’influence des conditions de production, mais elle entrave aussi le développement des rapports de production et la lutte des classes, parce que le développement normal du mode de production est entravé. Au cours de la lutte pour l’émancipation nationale, cependant, la structure et la psychologie de classe se manifestent». C’est ainsi qu’il soutient qu’un «nationalisme authentique n’obscurcit en rien la conscience de classe», que la construction de la Palestine fournira plutôt une base réelle pour le développement de la lutte de classe des Juifs en vue d’établir une société socialiste.

En Palestine, qui n’était pas du tout un pays vide ou un hôtel international comme Borochov et ses contemporains ont essayé de le faire croire, les Juifs ont trouvé une société agricole féodale arabe avec des capitaux marchands présents dans les villes et les ports. Les Juifs immigrés sont des artisans d’Europe de l’Est, des commerçants d’Europe de l’Ouest et des représentants des financiers de Londres, de Wall Street et d’Amérique du Sud. À cela s’ajoute un prolétariat nouvellement formé d’étudiants, de professionnels et d’intellectuels qui, avec un grand enthousiasme national, entreprend de travailler dans les conditions les plus primitives pour l’État juif.

En Palestine, la main-d’œuvre et le capital immigrent, mais à petite échelle. Cependant, les conditions de production de plus en plus «normales» n’ont pas conduit à un développement conforme aux rêves des sionistes de gauche. Le nationalisme ne favorise pas la lutte des classes, au contraire, celle-ci est sacrifiée aux besoins de la nation. La conscience de classe ne s’est pas développée mais a eu tendance à disparaître, et l’intérêt «commun» contre les Arabes a créé une harmonie presque idéale. Dans la pratique, le sionisme n’a pu que lier les travailleurs juifs aux intérêts de leurs exploiteurs et, en outre, aux projets impérialistes de l’Angleterre, qui a encouragé les aspirations juives pour ses propres besoins impérialistes et stratégiques.

Il est vrai qu’avec la croissance du capitalisme palestinien, la classe ouvrière a également augmenté. La rareté de la main-d’œuvre a entraîné, dans le bâtiment et les métiers similaires, des salaires relativement élevés pour certains travailleurs [2]. D’autres travailleurs créent des coopératives qui fonctionnent comme des entreprises de construction et de transport. Cependant, ces conditions ne favorisent pas la lutte des classes pour le socialisme, mais imprègnent un grand nombre de travailleurs de l’idéologie capitaliste et conduisent au développement d’une bureaucratie ouvrière qui participe à l’exploitation des travailleurs. Les travailleurs juifs ont non seulement retrouvé leurs anciens exploiteurs en terre sainte, mais ils en ont ajouté de nouveaux en échange des vaines promesses du réformisme.

La «contribution au marxisme» de Borochov, c’est-à-dire la reconnaissance de l’importance des «conditions de production» pour le développement de la lutte des classes, n’a jusqu’à présent servi que les intérêts capitalistes et impérialistes. En désignant la Palestine, les sionistes ont empêché les travailleurs juifs de participer à la lutte des classes ; en Palestine, ils désignent maintenant l’autre côté de la frontière. La solution sioniste de la question juive réside uniquement dans le combat avec les Arabes. Dans les conditions de la Palestine, le sionisme ne peut émerger que sous une forme capitaliste. Les Juifs sont obligés d’être capitalistes pour être nationalistes, et ils doivent être nationalistes pour être sionistes. Ils sont obligés d’être non seulement capitalistes, mais capitalistes sous une forme extrêmement réactionnaire. En tant que minorité, ils ne peuvent être démocratiques sans nuire à leurs propres intérêts ; et comme ils sont avides de terres, ils doivent lutter contre la réforme agraire, se liant aux féodaux arabes contre les fellahs. Non seulement ils sont eux-mêmes réactionnaires, mais ils renforcent la réaction arabe.

Les vingt dernières années de pratique sioniste ont suffisamment montré que le nationalisme juif, pas moins que tout autre nationalisme, a entravé le développement de la lutte des classes. Le maintien du niveau de vie des travailleurs juifs à un niveau semi-civilisé n’a été possible qu’aux dépens des travailleurs arabes. La discrimination à l’égard de la main-d’œuvre arabe pratiquée par les syndicats et les patrons juifs n’a pas suscité la solidarité mais la haine nationaliste parmi les travailleurs. Toutes les belles phrases sur la solidarité avec les travailleurs arabes se sont évanouies lorsqu’elles ont été mises à l’épreuve lors des grèves de 1936 ; au lieu de cela, la bureaucratie sioniste du travail a réussi à faire en sorte que les travailleurs juifs défendent la propriété de leurs patrons. La bureaucratie ouvrière et les particularités nationales ont empêché les chômeurs de se battre pour obtenir des secours, sous peine de voir les Britanniques stopper l’immigration. La rareté de l’agriculture en Palestine a conduit à la création de coopératives de pionniers affamés, les soi-disant «communes» (Kvutsot), c’était le mérite des Borochovistes de nommer ces coopératives «secteur socialiste» de l’économie de Palestine, et de les saluer comme des «avant-postes du socialisme». Mais là encore, les sionistes ne font que dissimuler derrière des slogans séduisants la nature capitaliste et le caractère exploiteur de ces institutions.

Le sionisme ne peut servir que le capitalisme. Borochov lui-même, qui au début ne s’intéressait au mouvement sioniste que pour favoriser la lutte des classes, oublia plus tard ses intentions initiales et se prononça en faveur de la collaboration des classes. Il ne s’adresse plus au prolétariat, mais à «l’ensemble de la population juive», qui ne doit pas «céder à l’idée que les Juifs disparaissent parmi les nations et les cultures étrangères». Bien que même un «internationaliste» comme Léon Trotsky déclare aujourd’hui «que le problème juif doit être résolu par la concentration territoriale», le nationalisme ne peut être aujourd’hui que chauvin, ne peut conduire qu’au fascisme juif qui prône ouvertement la lutte contre les Arabes[2]. Et les non-fascistes acceptent cette lutte en gardant le silence ou en prononçant des phrases hypocrites. Et seule la reconnaissance de leur position de faiblesse les empêche de trouver une place parmi les «nations agresseurs», et les oblige à jouer les serviteurs de l’impérialisme anglais. Il existe aujourd’hui un rapport d’une commission royale qui recommande le partage de la Palestine et la création d’un État juif autonome. Que cette proposition se réalise un jour ou l’autre, il n’en reste pas moins que les Juifs eux-mêmes ne peuvent satisfaire les désirs des sionistes, mais sont contraints de rester les alliés de l’impérialisme anglais.

Il est vrai que le renforcement du capitalisme en Palestine par le sionisme et l’exacerbation des antagonismes capitalistiques sont «révolutionnaires», mais seulement dans la mesure où c’est l’ensemble du capitalisme qui est révolutionnaire ; cela ne concerne pas la classe ouvrière. L’aggravation des contradictions capitalistes sert certainement les intérêts révolutionnaires de la classe ouvrière, mais comme le prolétariat doit faire une révolution internationale, il ne peut pas soutenir les questions nationalistes, il ne peut favoriser ni les Arabes ni les Juifs. Il doit rester immunisé contre toute infection nationaliste et doit se concentrer sur le conflit entre le capital et le travail tel qu’il est déterminé par les relations de production. Il n’y a pas de solution nationale pour les travailleurs juifs, comme il n’y a pas de possibilité de trouver la paix dans les autres pays. La question juive est insoluble dans la barbarie capitaliste d’aujourd’hui. Il ne sert à rien de fermer les yeux sur la réalité : aussi difficile qu’il soit, oui, aussi impossible qu’il soit dans de nombreux cas d’empêcher les atrocités particulières commises contre la population juive, la Palestine n’est pas une solution. Le capitalisme signifie la prolongation de cette situation barbare. La tâche des travailleurs juifs est celle de tous les travailleurs : mettre fin au système international d’exploitation capitaliste.

________________________________________

[1] Nationalisme et lutte des classes. Une approche marxienne du problème juif. Par Ber Borochov. Poale Zion-Zeire of America. New York, 205 pages, 1,50 $. (Note ICC)

[2] Les taux de salaire hebdomadaires de neuf classes de travailleurs urbains en octobre 1937, ajustés à l’indice du coût de la vie, permettent de conclure que les salaires réels des travailleurs juifs de Tel-Aviv représentaient 68 % des salaires des travailleurs de Londres, et que les salaires des Arabes étaient inférieurs d’environ 10 % aux salaires des travailleurs juifs. Cependant, ces neuf classes de travailleurs urbains, responsables de l’indice salarial susmentionné, appartiennent toutes au secteur de la construction et ne sont pas, comme on le suppose souvent, représentatives des taux de salaire de la classe ouvrière dans son ensemble. L’indice, si souvent démontré avec fierté, est également faux dans la mesure où il exclut du coût de la vie le facteur du loyer, qui, en raison de la grave pénurie de logements, est très élevé en Palestine. (Note ICC)

[Source de l’article en anglais : https://criticadesapiedada.com.br/ ; mail : criticadesapiedada@protonmail.com]


* Walter Auerbach (1908-1966), ami de Paul Mattick, avait assumé en 1933 la sortie de la revue théorique des groupes communistes de conseils allemands (provenant du KAPD et du mouvement des Unions) : Proletarier, clandestine. Juif et proche de Karl Korsch, il fut arrêté, torturé, jeté dans un camp de concentration nazi. Il put miraculeusement gagner les USA, où il poursuivit une activité communiste de conseils à New York [cf. Gary Roth, Marxism in a Lost Century. A Biography of Paul Mattick, Brill, 2015]. (Note traducteur-rédacteur).

[1] Dov-Ber Borochov (1881-1917), né dans l’Empire russe (Ukraine), sioniste et socialiste, membre de l’organisation Po’alei Tzion, voit dans l’implantation en terre d’Israël, la solution aux problèmes actuels du prolétariat juif, tout en se revendiquant de la lutte du prolétariat mondial. Il affirme que les couches prolétariennes arabes et juives ont des intérêts communs en tant que travailleurs et que ceux-ci doivent participer ensemble à la lutte des classes après le retour des juifs en Palestine. (note du rédacteur, PB).

[2] L’extrême droite sioniste, dont l’idéologue est Vladimir Jabotinsky (1880-1940), s’appuyait sur le mouvement de jeunesse Betar. Celui-ci reprenait certaines caractéristiques des mouvements fascistes : uniforme, culte du chef, entraînement paramilitaire, forte attraction pour le Duce, mais sans adhérer officiellement au fascisme. Jabotinsky était le chef officieux de la milice fascisante : Irgoun (= organisation), née en 1931, et dirigée à partir de 1943 par Menahem Begin (1913-1992). Lors de la période 1937-1939 (« insurrection arabe »), Jabotinsky encourage le terrorisme anti-arabe contre les civils. Ses partisans réduisent les Arabes à l’état de rats : « Il faut créer une situation où la vie d’un Arabe ne vaudra pas plus que celle d’un rat. Comme ça, tout le monde comprendra que les Arabes sont de la merde, que nous sommes nous et non eux les véritables maîtres du pays » (Cf., Marius, Schattner, Histoire de la droite israélienne, éditions Complexe, p. 179).   (Note du rédacteur, PB.).

Note de Pantopolis, du 13 novembre 2023

Ce total racisme anti-arabe contre les « rats » palestiniens, proclamé en 1938 par l’extrême droite fascisante de Vladimir JABOTINSKY, laisse flotter un parfum de génocide, fièrement assumé, après les massacres commis par le Hamas lors du blitzkrieg d’octobre 2023 et  à l’occasion des bombardements incessants de la bande de Gaza par Tsahal.

Le ministre israélien de la défense, Yoav GALLANT, déclare sans ambages le 9 octobre : « Nous imposons un siège complet à Gaza. Pas d’électricité, pas de nourriture, pas d’eau, pas de carburant. Tout est fermé. Nous combattons des animaux humains et nous agirons en conséquence ».

Walter Auerbach. Photo prise par sa compagne Ellen. Source : Akademie der Künste, Berlin, Ellen-Auerbach-Archiv./ VG Bild-Kunst, Bonn / Artists Rights Society (ARS), New York. 1932, Berlin ( Akademie der Künste, Berlin, Ellen-Auerbach-Archiv./ VG Bild-Kunst, Bonn / Artists Rights Society (ARS), New York

Une réflexion sur “Une approche «marxienne» de la question juive

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *