L’économie capitaliste chinoise est décentralisée

Par Arnaud Bertrand et  Keyu Jin.

Les médias occidentaux nous dépeignent Xi Jinping comme un autocrate centralisant tous les pouvoirs entre ses mains. Arnaud Bertrand nous résume la conférence de :

« Keyu Jin est professeur d’économie à la LSE (London School of Economics) et siège au conseil d’administration de sociétés comme le Crédit Suisse. Elle est également la fille de Jin Liqun, ancien vice-ministre des Finances de la Chine. Elle est donc une rare universitaire basée en Occident (peut-être même la seule) qui ait réellement un aperçu du système chinois de l’intérieur. »

Qui explique que, contrairement aux assertions des médias :

« Essentiellement, ce qu’elle explique est que l’une des principales raisons pour lesquelles la Chine a connu un tel succès économique est sa nature décentralisée, qui crée deux boucles de concurrence qui s’aggravent mutuellement, par opposition à une boucle en Occident.

Qu’est-ce que cela signifie ? Eh bien, contrairement à la croyance populaire qui imagine la Chine comme une économie centralisée où presque tout est décidé à Pékin, l’inverse est en réalité vrai : la Chine est en réalité l’un des pays les plus décentralisés au monde.

Pour illustrer cela, un indicateur qui m’a toujours étonné est le fait qu’en Chine, les gouvernements locaux (provinces, villes, villages, etc.) contrôlent 85 % des dépenses du pays. En moyenne, ce même chiffre pour les pays de l’OCDE est de 33 % (puisque 64 % des dépenses sont contrôlées au niveau fédéral/national contre 15 % en Chine). Aux États-Unis par exemple, qui sont déjà plus décentralisés que la plupart des pays étant donné qu’il s’agit d’une fédération d’États, seulement 45 % des dépenses du pays sont effectuées au niveau des États et au niveau local : près de deux fois moins qu’en Chine !

Comme l’explique Keyu Jin, cela a pour conséquence que les provinces et les grandes municipalités chinoises disposent d’un immense degré d’autonomie dans la manière dont elles gèrent leur économie respective et se font une concurrence féroce. C’est la première boucle. Et puis, bien sûr, la deuxième boucle est que les entreprises se font concurrence sur le marché.

En conséquence, ce qui évolue constamment en Chine, ce ne sont pas seulement les entreprises elles-mêmes mais l’environnement dans lequel elles évoluent : vous avez constamment telle ou telle province qui mène une nouvelle politique qui s’avère très efficace, lui faisant gagner un avantage par rapport à d’autres localités, initiative qui est alors copié par d’autres localités. Cela rend l’environnement économique incroyablement dynamique car il permet à l’État d’évoluer en harmonie avec l’économie, au lieu de la ralentir comme c’est souvent le cas dans d’autres pays.

Alors, quel est le rôle du gouvernement central dans tout cela ? Selon Keyu Jin, le rôle clé consiste à fixer des objectifs généraux ainsi qu’à assurer la gestion et la promotion personnelles. Et c’est ce qui fait fonctionner tout le système, car c’est là que réside l’incitation des localités à se faire concurrence : parce que les responsables locaux savent que s’ils font un meilleur travail que leurs pairs, ils sont en bonne voie d’être promus par le gouvernement central. Dans « China Inc », le gouvernement central est le conseil d’administration et les ressources humaines, présidant une armée de PDG locaux dotés d’immenses degrés d’autonomie sur leurs propres « entreprises ».

Keyu Jin donne l’exemple de l’industrie solaire. Il y a eu à un moment donné (vers 2005) une directive du gouvernement central visant à développer l’industrie solaire. Le graphique qu’elle partage dans son discours est incroyable : en quelques années, des entreprises spécialisées dans le solaire ainsi que des brevets liés à la recherche sur la technologie solaire sont apparus littéralement partout en Chine. Avec le résultat que nous connaissons tous aujourd’hui : la Chine domine aujourd’hui complètement l’industrie et la technologie solaires (selon l’Agence internationale de l’énergie, la part de la Chine dans toutes les étapes de fabrication des panneaux solaires dépasse 80 %).

Comme elle l’explique, cela rend le système chinois quelque peu paradoxal car il est à la fois incroyablement décentralisé mais aussi incroyablement efficace pour mobiliser le pays autour d’objectifs décidés au niveau central. Elle va même jusqu’à comparer cette efficacité au fait que le pays est dans un état constant de « mobilisation en temps de guerre ». Une comparaison intéressante serait si tous les pays d’Amérique du Nord, de l’UE et d’Afrique du Nord (soit à peu près la population de la Chine) étaient tous unis sous une direction commune décidant des objectifs communs et du cheminement de carrière de tous les fonctionnaires en fonction de la manière dont ils atteignent ces objectifs dans leurs régions respectives.

Nous voyons ce système être mobilisé aujourd’hui dans toute sa puissance sur les semi-conducteurs de pointe à cause des sanctions américaines, et c’est pourquoi ces sanctions s’avéreront sans doute si contre productives : une fois que la machine chinoise de « mobilisation en temps de guerre » a un objectif – et vous pouvez être sûr que cet objectif est hautement prioritaire – le combat est essentiellement terminé, vous pouvez le considérer comme terminé. Une fois que des centaines de milliers de docteurs, d’entreprises et de fonctionnaires sont en même temps en compétition et travaillent sous le même toit de « China Inc » pour faire bouger les choses, cela finira par se faire. Si vous voulez que la Chine NE développe PAS une technologie, la toute dernière chose à faire est de lui faire mobiliser toute la puissance de sa machine. Avec les sanctions, les États-Unis ont effectivement dit à la Chine : « s’il vous plaît, nous vous en supplions, consacrez votre formidable pouvoir de mobilisation économique à devenir une puissance dans le domaine des semi-conducteurs le plus rapidement possible » 🤦

Une autre particularité du système que Keyu Jin souligne – et je terminerai là-dessus – est que ce système permet également à la Chine « d’attribuer les pertes à certains groupes de personnes, groupes d’intérêt et secteurs » afin de « mettre en œuvre des changements au niveau du système ». », ce qui, selon elle, est « très difficile à faire pour d’autres gouvernements ayant plus de contraintes politiques ». Par exemple, nous voyons cela se produire en temps réel dans le secteur immobilier : la Chine a reconnu l’existence d’une bulle immobilière et Xi a publié sa directive « les maisons sont destinées à l’habitation, pas à la spéculation ». Depuis, nous assistons à un dégonflement machiné de la bulle, garantissant dans la mesure du possible que les pertes soient supportées par les promoteurs immobiliers et les spéculateurs, et pas trop par la société dans son ensemble. C’est en partie la raison pour laquelle la Chine n’a jamais connu de récession dans l’ère moderne : elle procède à des démolitions contrôlées lorsque cela est nécessaire, mais essaie de s’assurer qu’elle ne souffre pas de crises massives comme celles dont nous avons été témoins à plusieurs reprises aux États-Unis par exemple.

Bien entendu, aucun système n’est parfait. Les faiblesses du système chinois incluent par exemple le protectionnisme local : les autorités locales sont incitées de manière perverse à protéger leurs entreprises locales afin de leur donner un avantage par rapport aux entreprises d’autres provinces, ce qui se fait finalement au détriment de tout le monde. Une autre faiblesse est la corruption, un problème séculaire en Chine, où les responsables locaux – qui sont extrêmement puissants en raison de la nature du système – décideront que l’obtention d’une promotion n’est pas une incitation suffisante et tenteront de tirer profit de leur position de pouvoir. Réprimer ce phénomène est également une mission clé du gouvernement central et bien sûr l’une des initiatives majeures de Xi depuis son arrivée au pouvoir.

Enfin, une autre faiblesse évidente est évidemment que tout repose en fin de compte sur la sagesse des raisons pour lesquelles le système est mobilisé, sur la sagesse des objectifs plus larges émanant du gouvernement central. S’ils sont mal pensés, c’est effectivement tout un pays qui travaille vers de mauvais objectifs… À ce sujet, on nous dit souvent que ce problème ne se produit pas dans les pays où les objectifs de l’économie sont déterminés de manière plus organique par les « forces invisibles du marché », mais si vous y réfléchissez, cela revient à dire que la « main invisible du marché » équivaut en fait à « ce qui est bon pour les actionnaires » et ce qui est bon pour les actionnaires n’est pas toujours un indicateur parfait de ce qui est bon pour la société, c’est le moins qu’on puisse dire… Par exemple, il est absolument insensé que nous ayons eu 2 ou 3 générations en Occident où les meilleurs et les plus brillants sont allés travailler pour le secteur financier afin de concevoir des projets toujours plus alambiqués pour gagner de l’argent à partir de rien, tout simplement parce que c’est incroyablement rentable de le faire.

Quiconque regarde cela de manière rationnelle peut voir que ce n’est pas exactement la meilleure utilisation de nos précieuses ressources humaines en tant que société… Donc tout bien considéré, si je devais choisir, je préférerais de loin que nos grands objectifs sociétaux soient fixés par les êtres humains plutôt que par le concept théorique selon lequel « ce qui rapporte le plus d’argent mérite le plus d’attention ». Et il s’avère que le système chinois s’en sort plutôt bien face au capitalisme : les êtres humains ne sont évidemment pas trop mauvais pour décider sur quoi ils devraient travailler s’ils sont réfléchis et stratégiques à ce sujet. »

 

Source: La revue de presse du 29 janvier 2024 | Le Saker Francophone

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

Une réflexion sur “L’économie capitaliste chinoise est décentralisée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *