L’économie israélienne paye le prix fort pour sa guerre d’attrition contre Gaza

Par Pascal Brunel.  Sur L’économie israélienne paye le prix fort pour la guerre à Gaza | Les Echos

La guerre contre Gaza déclenchée le 7 octobre a provoqué une contraction spectaculaire de 19,4 % du PIB de l’économie israélienne au quatrième trimestre de 2023, mais des signes de résilience sont apparus depuis.

Des troupes israéliennes dans la bande de Gaza, le 17 février.
Des troupes israéliennes détruisant dans la bande de Gaza, le 17 février. (Israeli Army/AFP)

Par Pascal Brunel

Israël paye le prix fort pour sa guerre de massacre contre Gaza. La chute de l’activité des entreprises, l’appel de plus de 300.000 réservistes, et l’explosion des dépenses publiques pour financer le relogement de dizaines de milliers d’Israéliens contraints de quitter leur domicile proche de Gaza et du Liban où les tensions montent dangereusement avec le Hezbollah ont lourdement pesé. Sans compter l’envolée des dépenses de défense. Tout cela s’est soldé par une contraction de 19,4 % du PIB au quatrième trimestre.

Sur l’année, toutefois, le PIB israélien a crû de 2 % (le dernier trimestre pèse peu dans l’indice annuel, mais va en revanche plomber la croissance 2024) alors que la banque centrale tablait, en octobre dernier, sur une croissance de 2,3 %. C’est la chute la plus brutale subie par l’économie israélienne depuis la crise financière internationale de 2008, si l’on excepte 2020 avec le recul de 2,5 % provoqué par l’épidémie de Covid. Pratiquement tous les indices ont viré au rouge vif.

Effets drastiques

Les investissements ont fondu de 70 % durant les trois derniers mois de 2023, tandis que la consommation des ménages a régressé de 27 %. Le commerce extérieur a été marqué par une diminution de 42,4 % des importations et de 18,3 % des exportations. Il faut y voir l’impact des menaces sur le commerce maritime que font peser les Houthis, ces rebelles yéménites qui se livrent à des attaques contre des navires en mer Rouge, au nom de la solidarité avec les Palestiniens de la bande de Gaza.

Les ménages israéliens ont également souffert avec une baisse de 20,7 % du PIB par habitant. Parmi les secteurs les plus sinistrés figure le tourisme , directement affecté par les images de guerre qui ont fait fuir les visiteurs étrangers. Le bâtiment et l’agriculture tournent également au ralenti depuis que les 160.000 travailleurs palestiniens de Cisjordanie, qui constituaient le gros de la main-d’oeuvre, sont interdits de séjour sur le territoire israélien au nom d’impératifs de sécurité. Bref, au quatrième trimestre, Israël avait tout d’un pays en panne au bord du gouffre.

Tableau déprimant

Comme le résume un responsable de l’institut des statistiques : « La contraction de l’économie au 4e trimestre est le résultat direct de la guerre déclenchée par le Hamas le 7 octobre dans le sud d’Israël. La composition du PIB a subi un bouleversement provoqué par la mobilisation massive des réservistes, les dépenses affectées pour loger les familles israéliennes évacuées et le manque de main-d’oeuvre dans le bâtiment.» L’agence Moody’sn’a pas attendu la publication de ces données pour abaisser pour la première fois il y a deux semaines, la note sur la dette israélienne.

Dans ce tableau déprimant, plusieurs motifs d’espoir subsistent néanmoins. Malgré l’énorme contre-performance au quatrième trimestre, la croissance est restée au rendez-vous avec une progression de 2 % en 2023 contre 2,2 % l’année précédente. Par tête d’habitant, la baisse a été limitée à 0,1 %. « Somme toute, les performances ne sont pas si dramatiques. L’économie a fait malgré tout preuve de résilience, alors que des pays comme l’Allemagne, la Grande-Bretagne ou la Suède ont connu une contraction de leur PIB en 2023 », souligne un cadre de la Banque d’Israël. Autre satisfaction : les exportations dans le secteur de la « high-tech » d’un pays qui se présente volontiers comme la « Silicon Valley » du Moyen-Orient ont progressé de 12,1 %.

Une lourde facture de la guerre

L’inflation est maîtrisée à 2,6 % en 2023, tandis que le shekel, la devise israélienne, après avoir dévissé au début de la guerre, a remonté la pente au point que la banque centrale n’a plus besoin depuis plus de deux mois d’injecter des billets verts pour le soutenir. La Bourse de Tel-Aviv a également connu un passage à vide avant de se ressaisir et dépassé pratiquement son niveau d’avant-guerre. Les réserves en devises du pays sont aussi en hausse et culminent à 206 milliards de dollars.

Le quotidien économique « Globes » met toutefois en garde contre toute illusion avec un coût de la guerre qui pourrait atteindre l’équivalent de 67 milliards de dollars, ce qui représenterait environ 27.000 dollars par habitant. Un fardeau qui risque de peser très lourd dans les prochaines années, prévient ce journal.

Pascal Brunel (Correspondant à Tel-Aviv)


QUELQUES STATISTIQUES DE LA GUERRE ISRAÉLIENNE VÉCUE PAR LES PALESTINIENS

 

Le Bureau des Médias du Gouvernement publie une mise à jour sur les statistiques les plus importantes de la guerre génocidaire menée par l’occupation « israélienne » dans la bande de Gaza pour le jour 140 – vendredi 23 février 2024*◻️ (140) jours depuis la guerre génocidaire.◻️ (2 573) massacres commis par l’armée d’occupation.◻️ (36 514) martyrs et personnes disparues.◻️ (29 514) martyrs arrivés dans les hôpitaux.◻️ (13 000) enfants martyrs.◻️ (8 800) femmes martyres.◻️ (340) martyrs des équipes médicales.◻️ (47) Martyrs de la Défense Civile.◻️ (130) journalistes martyrs.◻️ (7 000) disparus, dont 70% d’enfants et de femmes.◻️ (69 616) infectés.◻️ (17 000) enfants vivent sans leurs parents ni l’un d’eux.◻️ (11 000) blessés doivent voyager pour recevoir des soins « vitaux et dangereux ».◻️ (10 000) patients atteints de cancer courent un risque de décès.◻️ (700 000) infectés par des maladies infectieuses à la suite d’un déplacement.◻️ (8 000) cas d’infection par une hépatite virale due au déplacement.◻️ (60 000) femmes enceintes sont à risque en raison du manque d’accès aux soins de santé.◻️ (350 000) patients chroniques sont à risque en raison de la non-administration de médicaments.◻️ (99) cas d’arrestation de personnels de santé.◻️ (10) cas d’arrestation de journalistes dont les noms sont connus.◻️ (2) millions de personnes déplacées dans la bande de Gaza.◻️ (157) sièges du gouvernement détruits par l’occupation.◻️ (100) écoles et universités ont été entièrement détruites par l’occupation.◻️ (304) écoles et universités partiellement détruites par l’occupation.◻️ (208) mosquées entièrement détruites par l’occupation.◻️ (278) mosquées ont été partiellement détruites par l’occupation.◻️ (3) Eglises ciblées et détruites par l’occupation.◻️ (70 000) logements ont été entièrement détruits par l’occupation.◻️ (290 000) logements partiellement détruits par l’occupation et inhabitables.◻️ (69 000) tonnes d’explosifs largués par l’occupation sur Gaza.◻️ (31) hôpitaux mis hors service par l’occupation.◻️ (53) centres de santé que l’occupation a mis hors service.◻️ (152) établissements de santé ont été partiellement ciblés par l’occupation.◻️ (124) ambulances détruites par l’armée d’occupation.◻️ (200) sites archéologiques et patrimoniaux détruits par l’occupation.*Bureau des médias du gouvernement*Vendredi 23 février 2024.  BUREAU D’ INFORMATION

ALBA GRANADA NORTH AFRICA  

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

2 réflexions sur “L’économie israélienne paye le prix fort pour sa guerre d’attrition contre Gaza

  • 5 mars 2024 à 14 h 20 min
    Permalien

    Israël poursuit son plan d’EXTERMINTATION contre les Palestiniens, peut importe le coût monétaire, puisque l’état sioniste illégal est TOTALEMENT CORROMPU et est une pure dictature. Ils sont supporté par de puissantes mafias, dont la mafia juive américaine et israélienne, ainsi que le gouvernement américain associé à eux. L’argent coule à flot, mais risque de se tarir sous l’indignation généralisée du reste du monde devant autant d’atrocités commises par les brutes judéo-nazis sionistes.

    Par contre, l’autre mafia et non la moindre…,celle de l’ONU, aura contribué énormément à faire durer le conflit pour donner un max temps aux judéo-nazis sionistes afin d’exterminer le peuple Palestiniens. De cette manière, le plan initial quoi que réajusté, se poursuit pour qu’il n’y ait presque plus de réfugiés à la fin du génocide… Ce sera évalué dans bon nombre d’années, stocké dans les oubliettes par cette parodie de tribunal mafieux…où siègent de prétendus juges vendus à cette corruption terrestre. Les événements nous démontrent le très haut niveau de MAL atteint par la toute puissance du dieu ARGENT.

    Les médias, les journalistes sont presque tous VENDUS, particulièrement ceux de France24….AUCUNE CONSCIENCE, de véritables MACHINES à déverser un propagande tellement HYPOCRITEet MENSONGÈRE..du vrai venin…qui tue aussi sûrement le peuple Palestinien que les bombes au phosphore sioniste, même but. Leurs images nous montrent l’horreur sioniste insupportable, mais leurs commentaires visent à TOUJOURS JUSTIFIER les atrocités, à nous ANESTHÉSIÉS….par une forme de doute totalement MALSAIN. Ce genre de journalisme est RÉPUGNAT!! Comment font-ils pour continuer à faire un tel travail………..ils n’ont pas de conscience, donc pas vraiment d’âme, alors que des milliers d’innocents se font IMMOLER sur l’autel sioniste..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *