Regard incisif sur les complots occidentaux dans la guerre en Ukraine

Par M.K. Bhadrakumar – Le 6 mars 2024 – Source Indian Punchline et sur Les bases de la stratégie de Biden envers la Russie sont-elles en train de changer ? | Le Saker Francophone

.La démission de la sous-secrétaire d’État américaine aux affaires politiques, Victoria Nuland, troisième diplomate le plus haut placé de l’administration Biden, a fait l’effet d’un coup de tonnerre lundi.

Une explication facile pourrait être qu’elle est mécontente d’avoir été écartée de la promotion au poste de secrétaire, qu’elle convoitait en 2021 au début de la présidence Biden, et d’avoir été remplacée par Kurt Campbell, le principal conseiller du président Biden sur la Chine, qui a récemment été désigné. 

Les éloges enthousiastes que le secrétaire d’État Antony Blinken a adressés à Mme Nuland, 62 ans, lors de son départ prématuré du service des affaires étrangères, sont généralement réservés aux funérailles.

L’héritage de la guerre froide fait que ceux qui s’occupent de la Russie aux affaires étrangères étasunien ont tendance à avoir des opinions bien arrêtées sur leur domaine d’expertise. George Kennan regrettait souvent que son adhésion à une stratégie d’endiguement de l’Union soviétique, telle que décrite dans son célèbre “long télégramme” de 5 400 mots envoyé par l’ambassade de Moscou – suivi d’une seconde contribution légendaire sous la forme d’un article publié dans Foreign Affairs sous le pseudonyme “X” – ait été totalement mal interprété et transformé en un programme de confrontation militarisé.

Dès 1948, Kennan commença à être insatisfait de la carrière diplomatique et, pendant les plus de cinquante ans qu’il vécut après sa démission, il fut un critique fréquent de la politique étrangère des États-Unis. Une splendide biographie de Kennan, récemment publiée sous le titre A Life Between Worlds, par Frank Costigliola, dresse le portrait d’un homme d’une capacité et d’une ambition extraordinaires, dont l’idée de contenir l’Union soviétique a contribué à déclencher la guerre froide, mais qui a lui-même passé le demi-siècle suivant à essayer de calmer le jeu.

Toujours prévoyant, Kennan a prévenu dans les années 1990 que l’expansion de l’OTAN vers l’est déclencherait une nouvelle guerre froide avec la Russie. Dans un câble envoyé en août 1948 en tant que directeur de la planification politique, Kennan a abordé la grande question qui résonne encore aujourd’hui : en cas d’effondrement de l’Union soviétique, les États-Unis devraient-ils favoriser le maintien de l’intégrité territoriale de l’empire soviétique ou s’efforcer de le diviser ?

Kennan a conseillé aux États-Unis d’être exceptionnellement prudents lorsqu’ils prônent l’indépendance de l’Ukraine. Il a reconnu le pouvoir de l’identité ukrainienne et a conseillé à Washington de ne pas s’opposer à une Ukraine indépendante, mais de faire très attention à ne pas être perçu comme la puissance qui plaide en sa faveur, compte tenu des sensibilités russes !

À mon sens, la décision de Victoria Nuland de jeter l’éponge en tant que diplomate de carrière peut s’inscrire dans une matrice similaire à la désillusion de Kennan, dont les conseils ont été ignorés par l’administration Truman. Ceci nécessite quelques explications.

L’impression générale que l’on a de Nuland est celle d’un “faucon” invétéré et d’une russophobe enflammée par l’idéologie néoconservatrice et l’exceptionnalisme américain, qui a précipité l’intervention russe en Ukraine et qui est largement responsable de l’alimentation de la guerre en cours. Bien entendu, il est indéniable que Mme Nuland a joué un rôle clé dans le changement de régime à Kiev il y a dix ans.

Mais ce qui est enfoui dans les débris et pratiquement oublié aujourd’hui, c’est que Nuland a également promu les accords de Minsk comme moyen de sortir de l’impasse dans le Donbass, où des violences explosives ont éclaté en 2014 lorsque les séparatistes ethniques russes, avec le soutien de l’arrière-pays russe, ont rejeté l’usurpation artificielle du pouvoir à Kiev par les forces ultranationalistes ukrainiennes.

Il ne fait aucun doute qu’après la mise en place du nouveau gouvernement en Ukraine, Nuland est devenue l’un des principaux conservateurs de la politique du pays, en particulier des processus qui se sont déroulés entre Kiev et Moscou. Nuland a été très active en ce qui concerne les accords de Minsk et, au début de l’année 2016, elle a rencontré à plusieurs reprises Vladislav Surkov, alors conseiller présidentiel russe, et a discuté des plans de mise en œuvre de la partie politique des accords concernant le statut spécial du Donbass au sein de l’Ukraine.

Cependant, l’arrivée au pouvoir de Donald Trump en janvier 2017 a mis fin à cet élan, car le célèbre guerrier froid Kurt Volker a été nommé envoyé spécial pour l’Ukraine en remplacement de Nuland, qui a démissionné de son poste au sein du gouvernement. Deux ans plus tard, Volker a lui aussi démissionné de son poste d’envoyé spécial après avoir été pris au piège du scandale lié à l’Ukraine qui a fini par accaparer la présidence de Trump.

Quoi qu’il en soit, à l’approche de l’élection présidentielle de novembre 2019 (remportée par Biden), Nuland a déclaré publiquement qu’il serait nécessaire de reprendre les travaux sur les accords de Minsk. « Je pense que nous devrions entamer des négociations sérieuses sur la mise en œuvre des accords de Minsk… J’espère que nous serons invités à devenir partie à ce processus si et quand les États-Unis recommenceront à considérer l’Ukraine comme un gage important pour l’avenir de la démocratie. J’espère que cela se produira après nos élections en novembre (2019) ».

Nuland a également indiqué qu’elle ne connaissait pas d’autre moyen d’amener la Russie à se retirer de l’Ukraine que le document de Minsk, qu’après tout, le président Poutine a lui-même signé. Cependant, la politique russe de Joe Biden a pris une trajectoire totalement différente.

La seule explication plausible serait qu’en tant que fervent partisan du transatlantisme tout au long de sa carrière, Biden a donné la priorité au renversement de la négligence bienveillante de Trump à l’égard du système d’alliance de l’OTAN (qui était également crucial pour sa stratégie d’endiguement de la Chine) et qu’il était tactiquement avantageux de donner de la Russie l’image d’un ennemi pour redonner du poids au leadership transatlantique des États-Unis, qui s’était affaibli sous Trump.

Parallèlement, l’inclusion des candidats d’Hillary Clinton dans l’équipe de politique étrangère de Biden à des postes clés signifiait également l’injection d’une forte dose de russophobie dans les politiques américaines. La suite appartient à l’histoire.

Il est évident que Nuland a joué un rôle important dans la vie de l’Ukraine et que nous ne pouvons qu’en deviner l’ampleur. En effet, elle a publiquement célébré le sabotage du gazoduc Nord Stream, qui a rompu le cordon ombilical liant l’Allemagne à une alliance géopolitique avec la Russie. Le mois dernier, après une visite soudaine à Kiev, Mme Nuland a promis que de mauvaises surprises attendaient le Kremlin dans la guerre en Ukraine.

Faisait-elle référence à l’idée d’un déploiement de combat en Ukraine par les pays de l’OTAN ? Il n’y a pas de réponse facile. La Maison Blanche est intervenue à deux reprises, du moins tardivement, pour affirmer que l’envoi de troupes américaines sur le terrain en Ukraine n’était pas envisageable.

Le fait est qu’il est tout à fait concevable que le départ de Mme Nuland soit le reflet de l’effondrement de l’ensemble de l’architecture de la stratégie américaine en Ukraine, qu’elle avait conçue.

La porte-parole du ministère russe des affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré avec insistance que cette évolution devait être attribuée uniquement à l’échec des politiques antirusses des États-Unis : “Ils [les Américains] ne vous diront pas la raison. Mais elle est simple : l’échec des politiques antirusses de l’administration Biden. La russophobie, proposée par Victoria Nuland comme principal concept de politique étrangère des États-Unis, fait couler les Démocrates comme une pierre. Comme ils sont déjà au fond du gouffre, elle ne leur permet pas de remonter“.

Tout bien considéré, il pourrait donc y avoir un sens supplémentaire à la remarque intrigante faite hier par le chef du renseignement extérieur russe, Sergey Naryshkin, promettant à son homologue de la CIA, William Burns, qu’il respectera scrupuleusement leur accord mutuel de ne pas autoriser de fuites sur leur communication. “Nous avons convenu de ne pas autoriser de fuites non seulement sur la nature, sur les questions qui sont discutées ou seront discutées lors de nos réunions en face à face, lors de nos conversations téléphoniques, mais aussi sur le fait qu’elles ont eu lieu. Je m’en tiens à cet accord“, a déclaré Naryshkin. (souligné par l’auteur).

Le fait que Naryshkin ait adressé son message à Burns un jour tumultueux, marquant l’annonce de la démission de Victoria Nuland, et moins d’une semaine après l’avertissement nucléaire inhabituel adressé par Poutine aux États-Unis, pourrait être une coïncidence. Mais il serait extraordinaire qu’un politicien chevronné et un chef des services de renseignement s’expriment de manière fortuite.

M.K. Bhadrakumar

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

5 réflexions sur “Regard incisif sur les complots occidentaux dans la guerre en Ukraine

  • 25 mars 2024 à 18 h 23 min
    Permalien

    Voila ce qu’on disait ! démission de Nuland, et nomination a sa place du conseiller pour la Chine, puis discussions ou négociations directes entre le chef de renseignements Russe et son homologue de la CIA + promesses mutuelles de ne rien laiser fuiter de leurs échanges… on se dirige vers un lâchage de l’Ukraine sur l’Est du pays, en tous cas on discute  »concessions de part et d’autre »… Enfin, la suite promet des surprises… et qui vivra verra !

    il faut rappeler a ceux qui l’oublient que Russie et états-unis n’ont jamais rompu leur canaux diplomatiques ou de discussions officiels ou officieux, et ceux d’échanges et de marchandages…, (comme les canaux très secrets et bétonés bien entendu qui gèrent la guerre), même au plus fort de la guerre en Ukraine, car l’entente qu’il y a depuis le début et qui saute aux yeux est celle de ne pas humilier Zelinsky ou laisser l’Ukraine capituler ou encore il et hors de question de laiser les Russes le zigouiller avec les membres de son gouvernement et ses officiels, et Poutine non plus surtout pas lui ! bref, empêcher une réddition ou une humiliation d’un côté comme de l’autre !

    Jamais les états-unis ne visaient et ne visent encore un éclatement de la Fédération de Russie… pas plus qu’une destitution de Poutine ! les Européens non plus !

    il y a de toute façon deux vitesses, deux palliers et deux réalités a cette guerre depuis le début, celle apparente, hostile et surmédiatisée et tapageuse , ou les deux camps s’insultent et se menacent (je parle d’occidentaux vs Poutine) autant dan le discours officiel que par médias et propagandes interposées, et il y a celle des affaires sérieuses et des vrais enjeux qu’on traite en catimini dans la plus grande discrétion ! Poutine a tout simplement profité de dissensions entre USA et Européens et de leur mollesse depuis le début … d’abord pour la crimée qu’il a annexée depuis 2014 et qu’ils ont pratiquement fermé les yeux dessus….Ensuite il a voulu faire la même chose avec l’Est de l’Ukraine, le sud sur la Mer noir, voir toute l’ukraine… mais la, ça ne passait plus ! et pour le punir, ils ont fait péter les pipelines sousmarins Nordstream… un peu comme lorsque votre enfant en bas âge, un peu trop gâté enchaine les bêtises… et vous lui tapez légèrement sur les mains  »non c’est pas bien ce que tu fais » …puis vous l’embrassez sur la joue et vous le reprenez dans vos bras ! :)))

    Je vous promet que cette guerre et ses ramifications doit déboucher a ce qui ressemble étrangement a un remake des accords impérialistes et coloniaux d’Algéciras en 1906, puis la conférence de Teheran de 1943, ou encore a la conférence de Yalta de 1945, et celle de Postdam la même année en 1945 aussi ! car il s’agit de refaçonner le monde en fonction des ententes possibles, les puissances impérialistes et coloniales sont condamnées a s’entendre et a se partager le monde ! la guerre en Ukraine n’est rien d’autre qu’une escarmouche, une confrontation et une exhibition de muscles, car le principal sera de s’entendre sur le partage du monde ! … mais les suppôts 3ème classe de Poutine ne l’ont jamais su, ne le savent pas encore, et il ne le sauront ni ne le comprendront jamais !

    Répondre
  • 25 mars 2024 à 18 h 30 min
    Permalien

    Je corrige;  »la guerre en Ukraine n’est rien d’autre qu’une escarmouche, une confrontation de basse intensité et une exhibition de muscles (entre grande puissances), car le principal sera de s’entendre sur le partage du monde ! »… Merci !

    Répondre
  • 26 mars 2024 à 9 h 35 min
    Permalien

    Bien entendu, et pour mieux expliquer cette thèse que j’avances, si les USA selon moi sont prêts pour les concessions et les compromis sur l’ukraine face a Poutine et donc probablement lui consentir l’Est de ce pays qu’il a déja ingurgité et digéré… les Européens sont moins d’accord sur cette option en tous cas, je parles du Royaume-uni, de l’Allemagnne et de la France principalement,qui eux, ne voient pas vraiment et clairement encore de bénéfices ou profits pour eux et donc leur part du gâteau dans ce que concocte les les américains et du prochain plan de partage du gâteau avec Russes et Chinois…, ils se méfient et ont ausi peur pour leur sécurité, et face a l’antécédent dangereux qu’a pu exercer Poutine du point de vue du droit international, c’est a dire l’utilisation de la force brute pour annexer une partie d’un pays d’Europe ! et ils espèrent encore obtenir l’aval des Américains afin de les laisser utiliser les actifs saisis de la Russie (300 milliards de $) afin de relancer l’Ukraine et forcer Poutine a plus de compromis et a faire marche arrière ! c’est du moins ce qui ressort un peu des tractations et de l’agitation qu’on voit a la surface de la gestion de ce conflit… même si ces trois pays d’Europe avec l’UE savent depuis un bout que tôt ou tard, il faudra bien s’assoir avec les Yankees, les Russes et les Chinois afin de décider du partage du gâteau et éviter une guerre mondiale… chose qui parait inévitable dans le paysage géopolitique du monde aujourd’hui, et que les détenteurs de sièges permanents et Droits de Veto au conseil de sécurité qu’ils sont vont devoir se résoudre a faire !

    Et l’Ukraine dans tout ceci, c’est rien d’autre que le dindon de la farce, la victime collatérale et le petit mur que tout le monde peut sauter… et d’ailleurs il n’y a pas que l’Ukraine, tout pays qui se trouve dans la proximité immédiate et dans les calculs de chacune de ces puissances impérialistes est susceptible de faire les frais d’une politique similaire, comme tout pays également faisant partie de l’ancien bloc soviétique de l’ex URSS !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *