À quoi servent les gesticulations bellicistes et les élucubrations guerrières de Macron?

Par Khider Mesloub.

Retenez-moi où je fais un malheur ! Telle est, depuis quelques mois, la constante attitude ridiculement belliciste du locataire de l’Élysée. Macron le freluquet se prend pour Napoléon Ier : il veut envoyer des troupes en Russie, plus exactement à ses frontières, en Ukraine, berceau de la Rous’ de Kiev, du monde russe. Pour rappel, la campagne de Russie (ou « guerre patriotique de 1812 ») est cette expédition militaire menée contre l’Empire russe par l’armée de l’empereur Napoléon Ier, qui s’est soldée par la déroute des troupes françaises, écrasées par les forces russes.

Ces dernières années, présidant pourtant aux destinées d’une France désindustrialisée d’un pays en déclin, Macron œuvre sans relâche à réarmer la France. Non pas au plan économique, mais militaire. Ce lancement de la course aux armements est d’autant plus cynique qu’il intervient en pleine campagne d’austérité budgétaire décrétée par Bercy.

Homme sans vigueur politique mais adepte de la rigueur économique, Macron a décidé d’engager le pays dans une économie de guerre pour affronter la Russie, déclare-t-il. Or l’économie de guerre implique une profonde transformation du modèle économique afin de pallier les bouleversements d’un conflit armé et ainsi se concentrer essentiellement sur l’effort de guerre. Pourtant, la France, ridiculement militariste, n’a pas les moyens financiers et industriels de ses ambitions guerrières, ses gesticulations impérialistes !

Ce tournant militariste économique profitera néanmoins à quelques capitalistes dont les carnets de commande augmenteront de façon vertigineuse.

Cela étant, sous la mandature de Macron, qui aura rimé avec dictature et décrépitude, la France aura doublé son budget militaire. Ce sont 413 milliards d’euros qui seront dépensés jusqu’en 2030, dans le cadre d’une croissance continue du budget annuel de l’armée, qui va passer de 41milliards d’euros en 2022 à quasiment 70 milliards en 2030.

Depuis l’expulsion de la France de l’Afrique, l’armée française recentre ses efforts de guerre sur l’Europe orientale. Au vrai, ses gesticulations guerrières.

Au sein de l’Europe, accusant ses partenaires européens d’être des lâches et de pactiser avec Poutine, Macron montre ses muscles et se targue d’être le seul à assumer courageusement l’effort de guerre contre la Russie. Cet ennemi imaginé et imaginaire qui sert ses plans politiques machiavéliques intérieurs. Pour prouver sa détermination, Macron le boutefeu a même annoncé qu’il projette de dépêcher des troupes françaises en Ukraine, alors que le gouvernement ukrainien n’a nullement sollicité l’envoi de l’armée française sur son territoire. Quel coup de bluff de la part de cette tête de bœuf !

Comme tout un chacun le sait, non seulement l’armée française n’est pas en mesure de soutenir une guerre de haute intensité, mais toute la population française est opposée à tout conflit militaire contre la Russie. Pire, comme le souligne un haut gradé dans le magazine Marianne : « Il ne faut pas se leurrer, face aux Russes, on est une armée de majorettes !».

Alors pourquoi Macron se livre-t-il à des gesticulations bellicistes et élucubrations guerrières ? Agite-t-il l’épouvantail de la menace russe et de la nécessité de la neutraliser, alors que l’armée française ne dispose pas de moyens humains et militaires pour mener une offensive militaire contre la Russie, encore moins de la légitimité juridique internationale ?

Dans cette période de crise économique qui frappe cruellement la France, le gouvernement Macron a besoin de créer un climat de guerre ou de peur de la guerre pour exiger des travailleurs de participer au fantasmagorique « effort de guerre », par des sacrifices socioéconomiques supplémentaires.  Manière également indirecte d’aider les capitalistes en imposant l’austérité aux salariés. La sobriété économique et sociale au nom du danger imaginaire russe.

La menace de la guerre permet également de justifier et de légitimer le durcissement autoritaire de la gouvernance, les restrictions politiques, les répressions, les arrestations arbitraires, les expulsions. C’est-à-dire d’acter et d’officialiser le tournant fasciste de la France.

Comment entretenir un climat de psychose de guerre pour justifier et légitimer de nouvelles mesures d’austérité économique et de restrictions des libertés, sinon par la fabrication hystérique du péril russe, agrémenté de données militaires alarmistes délibérément amplifiées. Macron fait croire que l’armée russe assiège la France, elle est aux portes de Paris.

Comment prévenir et neutraliser l’exacerbation des tensions sociales généralisées actuelles en France, accélérer et renforcer la militarisation de la société, associée à une stratégie de contrôle social, sinon par une campagne de propagande militariste, appuyée sur un traitement de l’information militariste anxiogène propre à susciter un état de sidération sur fond de psychose collective, propice à la consolidation de l’union nationale ?

Comme le disait Hermann Göring, ministre sous le régime nazi et fondateur de la Gestapo : « Et si vous pouvez trouver quelque chose pour les effrayer, vous pouvez leur faire tout ce que vous voulez ».

Dans cette entreprise de propagande dédiée à l’exaltation de l’union nationale, toutes les forces sont mobilisées pour apporter leur concours, participer à l’opération d’embrigadement idéologique et militariste.  Les instances étatiques sont également sollicitées. C’est le cas de la Cour des comptes qui vient de publier un rapport alarmiste flanqué de préconisations axées sur des économies à opérer dans les finances publiques. Dans ce récent rapport, ces magistrats, serviteurs de l’État capitaliste français, estiment que 50 milliards d’économies supplémentaires seraient nécessaires, doublés d’une augmentation des impôts.

Les partis politiques, toutes obédiences confondues, sont également conviés à unir leurs forces, taire leurs divergences, pour resserrer leur rang en vue de concourir à l’affermissement de l’union nationale. Telle est la principale raison pour laquelle le gouvernement Macron a convoqué les parlementaires à un simulacre débat pour voter « l’accord » de sécurité cosigné par Volodymyr Zelensky et Emmanuel Macron mi-février.

Un accord (idéologique) qui sert plus les intérêts de la bourgeoisie française décadente que ceux de l’Ukraine. Le gouvernement ukrainien est conscient qu’il ne peut rien attendre d’une France en déclin, désindustrialisée et surendettée. Cependant, et Macron et Zelensky, ces perdants de l’histoire, ont besoin l’un de l’autre pour tromper leurs peuples respectifs, pérenniser leur domination, assurer leur gouvernance mafieuse, spoliatrice.

Tout se passe comme si la France est en guerre contre la Russie. À croire que c’est la France qui a été envahie. La peur se nourrit de l’imagination. La psychose s’empare de la population lorsque le sentiment de danger imminent n’est plus réel mais imaginaire. Le gouvernement Macron s’active ainsi à répandre une peur obsidionale.

Au vrai, le véritable ennemi de la bourgeoisie sénile française n’est pas la Russie mais le prolétariat français. L’ennemi n’est pas campé à l’extérieur mais tapi à l’intérieur.

Faute de moyens militaires pour mener une guerre à l’extérieur, le gouvernement Macron mène une guerre de propagande belliciste à l’intérieur pour ressouder la nation menacée d’éclatement, convaincre le peuple à consentir des sacrifices économiques et sociales, voire politiques, en s’accommodant du durcissement autoritaire, de l’ensevelissement de la démocratie, au nom de la menace imaginaire symbolisée aujourd’hui par la Russie. Et prochainement par un nouveau pays. La Chine ?

En réalité, Poutine est devenu le meilleur allié de Macron : il lui sert de rempart pour mener sa guerre de classes contre le prolétariat français, d’épouvantail pour justifier et légitimer le durcissement autoritaire de la gouvernance. Pour assurer la transition fasciste de la France.

 

Khider MESLOUB

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

3 réflexions sur “À quoi servent les gesticulations bellicistes et les élucubrations guerrières de Macron?

  • 4 avril 2024 à 11 h 04 min
    Permalien

    Des chiffres on peut en balancer plein, il s’en est toujours balancé plein d’autres dans ce pays, au final, c’est toujours les mêmes disettes qui se constatent, quelques années après et puis, ça repart pour un tour, donc, analyser la France d’aujourd’hui en s’appliquant constamment à regarder les Hommes qui sen servent et s’intéresser aux sommes soi-disant engagées pour son développent ne correspond pas à faire une étude de ce qu’elle est ou devrait être.
    C’est le cheminement inverse qui serait plus parlant, à rechercher ce qui a réellement été fait convenablement avec les financements précédents, par les Hommes précédents.

    Hier encore, le ministre de l’agriculture nous dévoilait un synthèse de son plan d’avenir pour notre secteur agricole, il est bien entendu que nous sommes toujours, la France, il y a dix ans, encore considérée, comme aujourd’hui d’ailleurs, comme le pays ayant la meilleure valorisation agricole européenne, donc, le grenier céréalier de l’Europe.
    Ce sont les soi-disant instituts dédiés pour, qui le disent, chiffres à l’appui.
    Les curieux iront voir d’eux-mêmes et les autres attendront un article qui en fasse état, comme d’habitude, les curieux s’enrichiront de nombreux savoirs en s’étant donné la peine, les autres sauront dire ce qu’ils croient savoir.
    Or, l’an dernier, l’Europe n’a pas hésité une seconde à s’accaparer les céréales ukrainiennes par peur de pénuries, quitte à déstabiliser son marché intérieur, car comme on s’en souvient, certains pays européens et, pas les moins russophobes pour certains, ont carrément fermé leurs frontières aux céréales de cette Ukraine que les chefs occidentaux rêvent d’intégrer le plus rapidement possible dans le marché unique.
    Je ne vais pas m’attarder sur le non sens de ces volontés, ni trop faire remarquer que l’intégration de l’Ukraine à plus de chance de provoquer l’implosion rapide de l’Europe que le contraire, et que rien ne serait plus dommageable pour une Amérique déjà économiquement à la rue, qui devrait tout négocier de gré à gré dans une économie mondiale où elle ne sera plus un moteur indispensable prochainement.
    Ce qui nous intéresse c’est la vision portée sur la France en chiffres et déclarations de « ses responsables » politiques.
    Donc, hier, le ministre présentait on plan pour notre future agriculture et, qu’apprend-on, eh bien, le premier cap du plan, c’est former plus et mieux.
    Nous sommes un pays où depuis 2010, au moins, ils est constamment constaté trois suicides d’agriculteurs par semaine, si une telle hécatombe se rencontrait dans les médias, les forces de l’ordre, la politique ou autres, un tel phénomène aurait déjà motivé des engagements forts pour tenter de stopper l’hémorragie, puisqu’elle démontre d’après le constat de l’actuel ministre, le désintéressement évident de la population pour cette activité où 30% des travailleurs de ce secteur vivent en dessous du seuil de pauvreté.
    Or, l’histoire ancestrale de France sans sa paysannerie n’existe quasiment pas, donc, avant d’éjaculer sur le militarisme français, faudrait peut-être regarder en détail ce que sont les réalités pour procéder à des affirmations.

    Donc, le premier objectif du ministre, c’est d’abord recruter des gogos candidats futurs au suicide et mieux les former, peut-être est-ce qu’on leur apprendra à ne pas se pendre ou se tirer une balle mais, à exiger leur droit de mourir dignement, en se faisant suicider par d’autres.
    Que disait ce ministre hier, eh bien que, il n’y a pas de souveraineté s’il n’y a pas d’installation.
    Ce qui veut dire évidemment un accroissement des établissements agricoles et des personnes pour les faire fonctionner.
    Ah, mais oui, tonnerre, Macron veut la guerre, Macron fait la guerre, l’ambition déclarée du 2024 est de 40 000 personnels et, c’est un objectif très très ambitieux.
    Eh oui, c’est vrai, comme dit le ministre, il n’y a pas de souveraineté s’il n’y a pas d’installation, et là le lyrisme inapproprié porte aux nues la connerie, car on a oublier de nous parler de la construction de casernes dans cette fumeuse économique de guerre.
    Bref! L’ambition de cette « France » c’est de créer un attractivité populaire pour un secteur qui incarne souffrances et morts violentes aux yeux d’une opinion, jadis fière de ses hommes et femmes paysans qui nourrissaient leur peuple.

    Pourquoi cette assertion?
    Mais, tout simplement parce que le problème que rencontre nos armées est encore plus alarmant.
    Dans les trois ans, 30 à 40% des effectifs seront en droit de partir à la retraite et, je n’ai absolument pas l’impression que la jeunesse se bouscule pour aller s’engager dans un secteur où s’entraîner sommairement pour aller ensuite crever sûrement, pour rien en plus, étant donné que, le « chef suprême », s’est précipité dans la guerre avant d’avoir les soldats et le matériel pour la faire, contre une puissance qui, si elle n’est pas invincible, garantie assurément à tout le monde que, si ses yeux devaient se fermer sur ce monde, elle en a fait le serment, que ceci arrivera après qu’elle se soit assurée que ceux de tous ses ennemis, le seront avant elle.
    Ça, ce sont prosaïquement, les réalités.
    On focalise sur Macron, mais, si Macron fait un mouvement, Trudeau qui lui sert de semelles sera assurément là où il sera, le roitelet du Canada fera lui aussi exactement là où la voix de son maître lui indiquera.
    Alors, œil, paille, poutre, ça dit que’qu’chose?

    Par conséquent, entre les troubles cognitifs qui se manifestent chez un être dérangé sélectionné justement pour eux, quelle que soit son allure ou sa fonction, surtout si sa fonction est importante, ce qui prime, ça n’est pas tant ce qu’il dit, mais ce que veulent nous faire entendre et comprendre, celles et ceux qui l’ont placé là.

    Puisque, admettons que Trump fut une vraie surprise et erreur de la main cachée en 2016, mais après quand même, Biden, Macron, Milei, Bojo, Sunack, toutes les grues cheffes ou ministres de premier plan d’États occidentaux, tous ces barjots galopant à la même vitesse vers le même objectif, c’est peut-être un peu beaucoup pour focaliser toute l’attention sur le devenu monsieur loyal du spectacle.
    Non?
    Malheureusement pour nous, ce sont souvent les gens qui ne connaissent ni la France et les Français qui en parlent trop et conditionnent leurs réflexions sur une image d’Épinal depuis longtemps disparue.
    Évidemment que, la « France » armée telle quelle, est en guerre contre la Russie, puisque, Poutine et donc la Russie qu’il commande, s’est attaché à rigoureusement éliminer de son pays la juiverie prédatrice, tous ces charognards qui s’étaient empressés sur le corps encore chaud de l’URSS pour le dépecer en le dévorant, ils les a buté ou soumis, celle qu’il a gardé sous son coude, comme feu Prigojine, au moindre pas de travers, fait de très très gros problèmes de santé.
    C’est un grand dirigeant car le comportement charognard ne sublime absolument pas le génie chez l’Homme mais ils stigmatisent immanquablement la communauté qui le pratique.
    Ce qui est normal, car, s’il est possible de se réconcilier avec l’ennemi un jour, la traîtrise est exclue de cela, le traitre doit systématiquement être éliminé parce que le risque qu’il récidive, est certain et, quand bien même cela ne s’avèrerait pas vrai pour quelques-uns, l’Histoire est là pour démontrer qu’un tel risque ne se prend jamais.
    L’humanité qui était jeune à la fin de la dernière guerre mondiale qu’elle achevait, avait placé toute sa confiance dans les juifs en Palestine, n’est-elle pas plus que trahie là?

    Or, historiquement, ce qu’est actuellement l’Ukraine est le berceau du mongolisme et des mongoliens, juifs, ça n’est certainement pas un (k-hazar) si ces termes désignent la même chose.
    De nos jours encore la prévalence du tay-schacisme, autre tare dans cette communauté est sans égal ailleurs, or, l’autre nom de cette maladie est l’idiotie familiale.
    D’où leur intérêt très important pour le sujet suivant:

    https://www.persee.fr/doc/raipr_0033-9075_1993_num_105_1_4571

    Comme on aime nous le faire croire, l’endroit était dans des temps anciens un bouillon de cultures où se mélangeaient plusieurs peuples, qui ont absolument tous un passé historique et des preuves incontestables pour prouver qu’ils sont de vraies cultures avec tous les attributs qui siéent, là, encore, sauf les juifs, ils ont que dalle sur soi-disant des millénaires, rien, nada, pas même une écuelle a fortiori une amphore ou autre chose de plus élaboré, wallou, peanuts, juste, soit-disant la menorah, depuis… l’exode, quand même, hein.
    Bon, aucune trace archéologique là encore de cet exode, donc, même la menorah peut être considérée chourée à d’autres.
    La France, a ce désavantage et maintenant grâce à la Palestine, le déshonneur d’avoir la plus forte communauté juive en son sein en d’Europe.
    Communauté qui aspire à diriger la planète et l’humanité pour des siècles, et qui n’a rien dans sa musette que des larmes et toutes les plus malveillantes suspicions du monde contre elle, absolument pas du tout infondées, ça pèse sur elle depuis dit-elle des, millénaires.
    Rien ne change quant à ces accusations formelles maintenant étayées de montagnes de preuves, alors, qu’est-ce qu’on regarde en vrai, Macron, le théâtre des guignols ou les invisibles qui actionnent tout ça?

    Le peuple ukrainien s’étant montré assez stupide pour élire Zelensky et crever pour lui et les siens à déjà bien plus d’un million et, des centaines de milliers sont toujours prêts à courir dans le brasier sans protester.
    Quel autre peuple ayant élu Macron et probablement s’être fait fourguer avec, Jean-Brigitte comme la femme du président, ne serait-il pas la meilleure relève aux Ukrainiens qui vont bientôt être un pays exclusivement GPA, il n’y aura plus d’bonhommes valides et virils, que des ventres et des culs d’femmes à louer.
    La nouvelle économie quoi, des pays aux peuples dédiés au service à la personne.
    Puisque, maintenant, c’est mondialement officiel, il existe des animaux humains, c’est pas exclusif aux Palestiniens, c’est ce que nous sommes et avons toujours été pour eux.
    Raison qui autorisait les Hommes des temps anciens à faire des feux de joie avec eux.
    Donc, oui! Ils mettent la France en guerre pour récupérer une matrice, ou ce qu’il en restera d’où pourront sortir toutes sortes de fables futures, puisque, le néant ne peut pas dominer quiconque ni quoi que ce soit, sil n’a pas de base, d’assise, même bancale, il n’ira nulle part.
    Oh, mince, serait-ce pour des histoires aussi banales que ça qu’on fait crever autant de malheureux, sur Terre, ben ouais l’ami!

    Mais, pourquoi serions-nous ou vivrions-nous tapis, chez-nous?
    Pas besoin, d’ailleurs, si on est pas Français et qu’on ne vit pas en France, impossible de comprendre ce qui s’y passe, quel ressoudage peut-il être espéré en France par quiconque qui a œuvré aux multiples fractures que nous avons, à toutes ces fêlures psychiques, ces manques, ces carences en tout ce qui fait que des gens biens restent qui ils étaient, non, il ne faut pas croire, nous ne sommes pas tapis, seulement voilà, nous sommes ce peuple incroyable qu’on appelle les Français, rouspéteurs nés, généreux mais aussi dune naïveté qui n’a d’égale que sa gentillesse, brave et dur au mal, mais si sensible quand trahit que capable de s’abandonner à la perdition, probablement attendant le salut dans un signe, une personnalité, une opportunité de laisser aller ces bestialités qui sommeillent en chacun de nous et ne s’éveillent qu’une fois tous les siècles et demi, même les cerbères des enfers nous craignent quand nous sommes ainsi, paraît-il.
    C’est ne vraiment ne pas comprendre ce qui passe actuellement dans le monde de résumer cette insignifiance qu’est Macron à quelque chose qui se lie à nous, là pour marquer quoi que se soit dans notre histoire, il n’est qu’une protubérance politique dans une ère qui s’ouvre.

    Le mal est bien plus profond que cela, que lui, c’est ni plus ni moins qu’une préparation à la colonisation définitive de la France par et pour les juiveries mondiales qui se joue actuellement, en faire leur vaisseau amiral.
    Oh, cela a l’air si extravagant dit comme ça qu’on pourrait en rire, mais, après avoir voulu modifier unilatéralement la Constitution bien avant le 7 octobre dernier, pour que Macron puisse se représenter, voilà qu’aujourd’hui avec les nouveaux développements mondiaux, que tout aussi sérieusement qu’avant, la juiverie s’entreprend autant qu’elle peut pour supprimer le suffrage universel.
    Donc, Macron est un que dalle dans l’équation, lui ou un autre, c’est la même.
    Alors oui, avant de héler à un peuple surmotivé de sortir pour aller en exterminer un autre, il est impératif de préparer pour l’Histoire, toutes les légitimités qui conviennent.
    Encore une fois, mal lire la correspondance des événements qui se déroulent sous ses yeux, n’apporte que de mauvaises interprétations.
    Croire que, c’est l’effectif somme toute chétif, d’une quelconque bourgeoisie qui vit seul l’actuelle menace, très franchement, c’est être totalement ignorant du passé des juifs dans les pays dont ils se servent actuellement pour simuler une menace existentielle sur la Russie.
    L’Ukraine et israël étant définitivement hors d’atteinte pour les projets hégémoniques juifs sur le monde, l’Amérique elle aussi condamnée parce qu’ils s’y sont employés pour qu’elle le soit, on ne commande un monde si l’on est pas le peuple dominateur d’un grand pays puissamment armé, comme la France, déchristianisée en apparence, dans laquelle il suffira de décréter que les marranes sont réintégrés dans la synagogue pour y voir accourir tous les rendus va-nu-pieds humains qui verraient chacun là, un anoblissement de leur personne.
    L’effet serait mondialement immédiat, les effectifs juifs de la planète subiraient instantanément une croissance exponentielle face à laquelle aucun pouvoir national ne pourrait ni résister, ni contrer.
    Pour cela, que voit-on en France, tout ce qui était l’extrême droite auparavant, soi-disant hantise des juifs est infestée par eux et les lgbt et hurle pour la remigration de millions de gens d’une part pour nous diviser, de l’autre pour préparer le terrain à cette régression infernale.
    Qui entend causer un seul prêtre dans ce pays pour objecter? Voilà!
    Complotisme?
    Stupidité de renoncer à le croire tellement c’est évident après tout ce que nous avons déjà vu se passer sur Terre, en moins de trois ans.
    Existe-t-il encore du rêve dans l’ambition républicaine après ça, quels principes et quels idéaux sont-ils en vogue dans notre pays à notre époque, où l’État, ses pouvoirs appartiennent à une seule communauté civile qui n’agrée que les plus viles soumissions à elle, il était depuis toujours prévu que, le pouvoir souverain dérive du peuple et ne se rapporte qu’au peuple, ce qui revient à dire que les générations présentes ont les mêmes droits que celles passées, les trahisons répétées contre elles n’étant plus contestables, elles peuvent alors retirer à leurs mandataires l’autorité qu’elles leur ont confiée pour l’exercer elles-mêmes, ou la confier en d’autres mains, plus sûres.
    Certainement les Français ne sont pas ceux de la vieille Province, qui manifestement semblent oublier, ou ne pas connaître leurs idéaux aux hauts standards qui sont ceux originaux, d’où ces répétitions d’erreurs dans l’appréciation portée sur l’extérieur.
    Il paraîtrait qu’un Grec ancien aurait dit: Connais toi toi-même, rien ne semble mieux indiqué que ça, là.

    Alors, oui!
    Si la question est, y va-t-on bientôt?

    Répondre
  • Ping : La France agitée par l’esprit de mutinerie militariste – les 7 du quebec

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *