«Maudit Washington»: Le retour de boomerang auquel s’expose la ploutocratie atlantiste…

Par Vincent Gouysse, le 27/03/2024 pour www.marxisme.fr.

Depuis le tout premier jour de l’intervention militaire russe au Bandéristan, la Russie a fait montre de qualités uniques pour un pays bourgeois, sachant s’élever (et élever les grandes masses de son peuple) au niveau de compréhension nécessaire des enjeux de cette guerre par procuration livrée à la Russie par un IVe Reich atlantiste moribond, poussé à entreprendre des actions désespérées pour tenter de freiner la dislocation de son hégémonie mondiale coloniale multiséculaire : tenter de faire s’effondrer la Russie pour compromettre la sécurité de l’approvisionnement énergétique de la Chine comme ultime manœuvre pour tenter de rebattre radicalement les cartes d’une mondialisation qui leur a échappée il y a plus de deux décennies.

Une guerre hybride aujourd’hui menée « jusqu’au dernier ukrainien » grâce au sacrifice d’une Ukraine submergée depuis une décennie par une idéologie bandériste mâtinée de suprémacisme atlantiste et saupoudrée de sous-culture woke (d’ordinaire destinée à favoriser l’avènement d’une dystopie transhumaniste orwellienne).

Cependant, la réalité du Front, et en particulier l’écrasante supériorité matérielle de l’armée russe qui a toujours su cultiver et conserver son ascendant moral tout en se battant avec une main attachée dans le dos afin de préserver la vie des civils, relèguent aujourd’hui l’hypothèse d’une victoire bandériste au rang des fantasmes les plus improbables. Les conditions sont ainsi réunies pour que les soldats recrutés par Kiev afin d’alimenter le hachoir à viande comprennent et s’opposent à la fuite en avant mortelle dans laquelle le cirque ukro-atlantiste de Kiev les a engagés.

Si les Russes ont compris les enjeux du soutien occidental à l’Ukraine bandériste depuis deux ans, il reste encore un long chemin à parcourir à nombre d’ukrainiens pour le comprendre également, même si certains, éprouvés par les horreurs d’une guerre fratricide, souhaitent aujourd’hui y mettre un terme dès que possible :

Quant aux peuples d’Occident, encore zombifiés par leur brutale sortie en cours d’un « rêve américain » virant de plus en plus au cauchemar, il leur faudra sans doute davantage de temps encore avant qu’ils ne maudissent à leur tour les ploutocrates de Washington et leurs larbins compradore indigènes euro-atlantistes pour avoir non seulement apporté la guerre sur le vieux continent, mais aussi pour avoir réalisé leur paupérisation accélérée massive via un Great Reset radical commis par suicide énergétique…

Un suicide économique virant à l’effondrement civilisationnel des « économies de bazar » « post-industrielles » occidentales, et commis en solidarité avec la junte néo-nazie de Kiev, elle-même engagée dans un suicide radical multiforme du peuple ukrainien (en particulier démographique et économique) pour le plus grand bénéfice de BlackRock, de l’industrie américaine et du lobby de l’armement occidental ! (Voir: L’économie américaine semble bonne sur le papier = inflation – stagflation – dévaluation – les 7 du quebec ). 

La Russie, pour sa part, a déjà gagné à la loyale, cette ô combien déloyale guerre par procuration qui lui est livrée par « l’empire du mensonge » atlantiste dont la « démocratie » (désormais peuplée « d’über » citoyens-consommateurs en cours de déclassement et bâtie sur la sueur et le sang des peuples colonisés, c’est-à-dire sur les chantages, les sanctions et les guerres permanentes), ne fait aujourd’hui plus rêver personne de censé sur la scène internationale… Plus que jamais, le Roi est nu, et seul son puissant lobby merdiatique parvient encore à soutenir les dernières illusions de puissance de l’empire agonisant, dont les spasmes de démence se multiplient.

« Maudit Washington », chantent aujourd’hui les Russes. Demain, ce refrain sera repris par les survivants du cirque bandériste ukrainien et, à leur suite, par les résistants qui s’opposeront à la poursuite de la voie de l’effondrement civilisationnel empruntée par les succursales atlantistes européennes.

  « J’ai de la famille en Allemagne, J’ai de la famille en Espagne, Mais je ne comprends pas comment c’est arrivé, Nous sommes ennemis maintenant, nous allons nous battre. Soyez maudits, vous et votre Washington mortifère. Vous avez inventé la guerre contre les Russes, et mis toute l’Europe à genoux, Les économies de ces pays sont toutes en train de s’effondrer. Et Zelensky n’est pas un imbécile, bien qu’il soit un bouffon, Les dollars coulent à flot dans ses poches. L’Ukraine est un pays frère – regardez bien, Vous êtes envoyés à la mort par un junkie sanguinaire. Soyez maudits, vous et votre sénile de Washington, Vous avez inventé la guerre contre les Russes, et mis toute l’Europe à genoux, Les économies de ces pays sont toutes en train de s’effondrer. Souvenez-vous, Washington et votre crétin, Que le châtiment vous reviendra en boomerang, Vous ne vaincrez jamais la Mère Russie, Et grâce à tous nos valeureux garçons. Soyez maudits, vous et votre crétin de Washington, Vous avez inventé cette guerre contre les Russes, Et merci à nos valeureux garçons ».


« Maudit Washington » – Natalia Bickmeeva – avril 2023 [Merci à томас pour la traduction]

Vincent Gouysse, le 27/03/2024 pour www.marxisme.fr

ПЕСНЯ БОМБА !!🔥 БУДЬ ТЫ ПРОКЛЯТ ВАШИНГТОН. Послушайте !! (youtube.com)

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

3 réflexions sur “«Maudit Washington»: Le retour de boomerang auquel s’expose la ploutocratie atlantiste…

  • 30 mars 2024 à 16 h 43 min
    Permalien

    «Plus que jamais, le Roi est nu, et seul son puissant lobby merdiatique parvient encore à soutenir les dernières illusions de puissance de l’empire agonisant, dont les spasmes de démence se multiplient.»

    Ce qui me rappelle ces mots écris sur le mur lors de l’assassinant des Romanov par les judéos-bolchéviques dans la cave de la maison Ipatiev, rebaptisée maison à destinations ¨spéciale¨: « Dans la même nuit Balthatsar fut assassiné par ses serviteurs. »

    Le même sort attend Netanyahu et Zelinsky qui ne pourront jamais sauver leur peau, c’est impossible. Ils ont tout intérêt à faire durer la boucherie le plus longtemps possible, en alimentant en innocents cadavres les USA, pays dirigé par de vrais démons assoiffés de sang.

    Répondre
  • 31 mars 2024 à 0 h 25 min
    Permalien

    On a l’impression d’un retour à 1941, quand, après Pearl Harbor, Hitler a pris conscience d’une accélération brutale du cours des évènements et de la course contre la montre dans laquelle il s’était engagé avec ses armées, qui payaient un lourd tribu en hommes et matériels pour donner l’illusion à son führer qu’il existait encore une issue favorable à son entreprise folle.
    Parce qu’il faut pas non plus se tromper, l’occident est dans la peau du führer là, car comme lui il a succombé à la même erreur tragique face à la Russie, s’imposer dès l’entame une contrainte redoutable pour la vaincre, celle du temps.
    Avec les mêmes a priori en plus, grand mépris pour l’armée russe et les Russes eux-mêmes, et volonté mondialement affrichée de liquider Poutine et l’ensemble de son pouvoir.
    Les mêmes attentes que le fou du siècle dernier dans le projet, s’emparer des énormes richesses de l’Ukraine, du Caucase et bien évidemment cette chère Russie.
    En même temps, faut avouer, si l’opération occidentale avait une chance de se conclure par une victoire, leurs problèmes économiques à tous seraient réglés et en prime, c’en serait quasiment finit pour la Chine qui serait alors privée de toutes perspectives de pouvoir mener une guerre défensive longue, car elle deviendrait la proie suivante et ne disposerait plus des matières premières pour le faire, puisque, si les choses avaient pris cette tournure là pour les occidentaux, n’en doutons pas, les États africains devenant souverainistes aujourd’hui, auraient été écrasés comme des fruits blets.
    Ce scénario personne de sensé ne permettra à l’occident qu’il se réalise.

    Jusqu’ici, et, immanquablement jusqu’à la victoire finale, Poutine et ses armées ont détruit tous les principes de base de cette stratégie ridicule, qui reposait sur des préceptes non renouvelés malgré les évolutions mondiales rapides qui s’observaient, le narcissisme occidental prouve son aveuglément puisqu’il ne voyait que lui comme étant fort.
    Là, depuis Crocus, les surprises russes dégénèrent l’ensemble du théâtre guerrier ukrainien et mondial en panique occidentale et, l’ensemble des forces otaniennes, contrairement aux effets d’annonce sont contraintes au retrait dans de nombreux secteurs du front, pas encore suffisamment sécurisés pour que les forces russes se les attribuent comme définitives, mais, les effets sont là.

    La troisième phrase de la mission russe a démarrée.
    Dans cet embrasement général sur l’objectif qui s’observe, à l’évidence il y a une nouvelle adaptation et redéfinition des objectifs initiaux, là, la Russie est dans une vision de reconquête totale et intégrale de l’Ukraine, c’est fini d’jouer, elle va et veut tout prendre, alors qu’il semblerait qu’en face, on semble comprendre ses erreurs et que l’on soit prêt à de grands sacrifices pour ne pas disparaître totalement, mais n’est-ce pas trop tard, faut le craindre.
    Maintenant c’est clair, c’est une mission de total accaparement de ce pays que Poutine a ordonné à son armée, peut-être est-ce de la présomption de ma part, j’en doute, toutefois l’erreur est humaine, mais, à écouter ce que disent les officiels russes et voir comment l’armée se montre dorénavant impitoyable, même aux risques de victimes collatérales d’une ampleur jamais vue en deux ans, ça ne sont pas les manœuvres traditionnelles vengeresses des armées occidentales ce qui se passe, à partir de maintenant, la Russie ne négocie plus sur rien, voilà ce que les informations traditionnellement, en retard, nous affirmeront comme une découverte fraîche dans quelques temps.

    Contrairement à l’an passé où les boues du printemps avaient permis une temporisation aux forces qui s’opposaient, on ne voit pas venir cette temporisation côté russe, au contraire, c’est l’annihilation de tout ce qui s’oppose à sa victoire à laquelle s’entreprend la Russie.
    Pacotille-Macron peut s’enflammer avec ses majorettes comme il veut, dorénavant il veut séduire l’Amérique du Sud, comme si la France avachie et délaissée pouvait plaire en ce moment, quoi qu’il en soit, je ne vois absolument pas ni quand, ni comment, ni où l’occident est en mesure actuellement de constituer un bloc continental armé susceptible de vaincre et empêcher les Russes de s’emparer totalement de l’Ukraine dans les huit à dix semaines qui viennent.

    D’autant plus qu’il y a un autre considérable problème qui se profile à l’horizon pour l’occident, la Chine est maintenant en état de s’attaquer à Taïwan sans que les États-Unis ne puissent pas faire autre chose que de protester virulemment, et c’est ce qui va arriver.
    Ah, ça, pour les entendre gueuler on aura ce qu’il faut, mais, pas longtemps, parce que l’économie chinoise dans celles des pays occidentaux pèse trop lourd, surtout en France, d’ailleurs, cet alignement du gouvernement sur les règles européennes en matière de déprohibions sur la quantité de tabac achetable par le tout venant dans les pays limitrophes où c’est moins cher, va avoir de sérieuses conséquences néfastes dans de nombreux domaines, comme qu’aujourd’hui en France, les buralistes sont asiatiques, ces gens qui pleurent rarement, sont trop pragmatiques pour perdre sur le long terme…
    Pour revenir à nos « ennemis », en l’état actuel, est-ce insensé de provoquer l’Amérique qui si elle devait s’occuper militairement des affaires du monde, risque fort de ne plus pouvoir contrôler sa situation intérieure, pas uniquement du fait de sa fracture sociale, c’est surtout l’envahissement extérieur qu’elle subirait qui conduira à sa partition, toutes ses faiblesses seront exploitées.
    Donc, il y a une vraie similarité avec l’époque passée en apparence et en même temps, tout est différent voire, inversé, puisqu’ici, ce qu’était le Japon dans l’histoire passée, là c’est israël qui est cet espèce de malabar fictif qui risque de devoir en découdre là où il n’aurait jamais dû se trouver, en plus tout étant inversé à notre époque, évidemment, nos propagandes qui ne sont là que ne sont là que pour agir contre nous nieront entièrement, à l’allure où vont les choses c’est contre son allié qu’il risque d’être opposé.
    Nos pays qui se prétendaient des démocraties, ne sont en fait que des économies financières et politiques exclusivement détenues par des groupes privés totalitaires qui, une fois mis en lumière vraie par les événements et les Résistances, ces groupes n’ont plus alors que l’arbitraire comme seule norme.

    Pour autant, ce sont en réalité des entités extrêmement faibles psychologiquement, des images arrangées par elles-mêmes, qui jusqu’ici étaient habituées à pouvoir déterminer selon leurs critères propres, le niveau de violence (dans tous les domaines) auquel elles faisaient face et « adapter » la force, (toujours disproportionnée), qu’elles jugeaient nécessaire.
    Face à la Russie, cette fausse réalité créée par soi-même pour soi-même, n’existe plus, et, celle-ci et ses alliés nous font admettre populairement, que les groupes totalitaires qui se sont emparés de nos États, sont les plus violents qui soient, pires que tous les groupuscules de séides qu’ils créent pour donner le change a leur réalité.
    La totalité d’entre eux qui ont le même but final, chercher l’implosion des sociétés humaines sous leur contrôle pour leur imposer leur propre système de valeurs et, comme toutes leurs victimes sont déjà des États, s’ils venaient à remporter la victoire, l’humanité qui n’est absolument pas préparée pour cette radicalité de changements, n’aurait plus eu aucune chance de dévier des tourments auxquels elle aurait été confrontée sur les siècles à venir.

    La guerre étant une volonté de ces intérêts privés qui ont subtilisé leur monde aux Hommes, et c’est là leur problème, entraîner les Hommes à leur suite pour qu’ils s’autodétruisent, va s’avérer très compliqué, ils ne peuvent pas faire nos peuples mener une guerre sur le même pied aujourd’hui, comme ce fut le cas autrefois, ça n’est plus aussi facile, des révoltes jamais vues le confirmeront.
    Je pense que ce genre d’auteur n’est pas assez optimiste envers les gens de l’ordinaire, il y a ce que nous montre les propagandes officielles, notre boulot c’est de les combattre, si au final on les dit plus puissantes que soi et les siens de la Résistance, autant abandonner et aller s’enrôler, ou alors modifier son état d’esprit et combattre encore plus férocement, ce qu’attendent les gens en fait, pour que le moment venu, ils sachent quel camps rejoindre instinctivement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *