Adresse du GIGC aux participants au Congrès «anti-guerre» de Prague (2024)

Nous avons reçu l’ Appel au «    congrès anti-guerre    » [1] devant se tenir à Prague. Nous ne pourrons pas être physiquement présents lors de sa tenue. Si nous l’avions pu, nous y serions intervenus en critiquant la démarche et le cadre politiques qui le fonde et défendu nos positions sur l’internationalisme prolétarien dans la situation historique présente, celle de marche à la guerre généralisée que le capitalisme essaie d’imposer.

Cet article est disponible en anglais et en italien ici :
Article de GIGC-anglais-italien du 13 avril 2024

En premier lieu et pour information sur le GIGC, il convient d’indiquer que dès sa constitution en 2013, nous avons basé toutes nos activités et orientations politiques sur l’actualité de l’alternative historique révolution prolétarienne internationale ou guerre impérialiste généralisée. Au point d’intituler notre revue d’intervention Révolution ou guerre. http://www.igcl.org/-Revolution-ou-Guerre-

L’internationalisme prolétarien et la marche actuelle à la guerre généralisée

L’éclatement de la guerre impérialiste en Ukraine fut la première expression que le capitalisme ne pouvant dépasser ses contradictions sur le plan économique s’engageait de manière décidée dans une marche vers la guerre impérialiste généralisée, une Troisième Guerre mondiale. En ce sens la guerre en Ukraine n’était pas une guerre impérialiste locale comme les précédentes. Elle marquait une rupture. La suite, son déroulement même et sa prolongation à ce jour, ses implications tant au niveau des alignements impérialistes des uns et des autres, de leur polarisation, que des politiques de réarmement généralisé et de production militaire, puis la guerre au Moyen-Orient, ont validé cette dynamique vers la guerre.

Celle-ci contraint toutes les bourgeoisies à redoubler leurs attaques spécifiques contre leur propre prolétariat. Dans des circonstances normales – c’est-à-dire en dehors des situations révolutionnaires ou pré-révolutionnaires – la lutte des classes, c’est-à-dire la lutte entre les classes, ne peut que redoubler et s’exacerber à l’initiative même de la bourgeoisie, non seulement du fait de la crise économique mais aussi, et de plus en plus, pour les besoins de la guerre.

La guerre en Ukraine a de suite eu des conséquences pratiques immédiates sur le prolétariat mondial, l’inflation par exemple, et évidemment de manière plus dramatique encore sur les prolétaires d’Ukraine et de Russie. L’explosion des dépenses d’armement et le développement d’économies de guerre dans tous les pays ne peuvent qu’aggraver l’exploitation du travail par le capital et imposer au prolétariat encore plus de sacrifices. C’est donc sur cette perspective de confrontations massives entre les classes provoquées par la bourgeoisie pour les besoins de sa marche à la guerre généralisée, que les révolutionnaires doivent baser aujourd’hui leurs orientations et interventions politiques. Et ce n’est que sur son propre terrain de classe que le prolétariat peut freiner, puis s’opposer, à la marche vers la guerre tout en dégageant la voie à la révolution prolétarienne et la destruction de tous les États capitalistes.

Nous sommes bien conscients des limites actuelles des luttes prolétariennes, malgré les mobilisations massives en Grande Bretagne et en France en 2022 et 2023, ou encore du renouveau de luttes ouvrières significatives aux États Unis, pour ne citer que quelques exemples significatifs. Mais les difficultés de mobilisation en masse du prolétariat ne doivent pas nous détourner du combat de classe, ni nous mener à rechercher des substituts ou des recettes remplaçant la lutte prolétarienne de masse par des actions minoritaires sur le mode anarchisant ou gauchiste, y compris sous le prétexte qu’elles pourraient servir d’exemple ou de « réveil collectif » pour reprendre une expression de l’Appel au congrès.

Or, c’est précisément ce qui semble se dégager du contenu politique de l’Appel. Du fait que la grande majorité des « participants » se revendique de l’anarchisme, il est peu probable que nous réussissions à convaincre l’ensemble du congrès de sa démarche « a-classiste » et non révolutionnaire et d’en adopter une autre.

Un congrès « anti-guerre » qui tourne le dos à l’internationalisme prolétarien

Le nom du congrès déjà pose un problème. La formule « congrès anti-guerre » est plus que confuse et laisse la porte grande ouverte à toute concession au pacifisme bourgeois et petit-bourgeois, y compris le plus radical. «Anti-guerre» n’ayant aucune référence ou signification de classe, il en résulte d’entrée que le congrès n’a pas pour critère de base une délimitation et une orientation spécifiquement de classe ou prolétarienne. Or seul le prolétariat, parce que à la fois classe exploitée et révolutionnaire, peut s’opposer victorieusement à la guerre impérialiste. L’expérience des années 1917 et 1918, en Russie tout particulièrement, nous montre que le prolétariat révolutionnaire ne lutte pas contre la guerre en soi. Il n’est pas «anti-guerre» en soi. Il lutte contre les conséquentes concrètes économiques et politiques que la guerre impérialiste ou la marche à la guerre impérialiste lui impose. Il s’agit donc d’une lutte contre la situation matérielle qui lui est faite et dont il prend plus ou moins conscience selon les moments et les situations, et non d’une lutte pour une idée, ici celle de l’anti-guerre. «Anti-guerre» et «internationalisme prolétarien» ne sont pas synonymes. Ils s’opposent en termes de classe. C’est l’un ou l’autre.

Dans ces conditions, oubli du prolétariat et de la lutte des classes réelle, prétendre « combiner prémisses théoriques et activités pratiques » n’est au mieux qu’une phrase qui n’engage à rien, voire un bluff. En effet, comment combiner les prémisses théoriques de l’anarchisme propres à la majorité des groupes participants à celles des autres groupes révolutionnaires se revendiquant du matérialisme historique ?

Cette phraséologie « a-classiste » prônant la combinaison – le dépassement ? – entre prémisses théoriques anarchistes et  marxistes trouve très vite sa traduction politique : il s’agit d’abord de « préserver l’autonomie politique » sans autre précision. Autonomie de qui ? De quoi ? Autonomie du prolétariat vis-à-vis de toutes les forces politiques bourgeoises, y compris ses plus radicales, syndicats et gauchistes, staliniens, trotskistes et… anarchistes inclus, du moins pour ces dernières la plupart de ses principales organisations ? Non, pas du tout. Il s’agit «concrètement (…) de nous organiser en dehors des partis politiques » sans autre mention ou référence à leur caractère de classe. Bref, il s’agit là de la position classique anarchiste qui ne peut mener qu’à la défaite pour le prolétariat et à la trahison de classe, en particulier des principes de l’insurrection ouvrière et de la destruction de l’État bourgeois d’une part et de l’internationalisme prolétarien de l’autre, comme l’a montré l’expérience espagnole de la CNT en 1936.

D’ores et déjà, nous constatons :

  • que l’Appel ne se base aucunement sur la capacité du prolétariat à développer ses luttes contre les attaques, diverses et variées selon les pays, les situations locales et les moments, qui toutes s’inscrivent dans la marche à la guerre généralisée ;

  • qu’il rejette, de fait, le rôle indispensable des minorités révolutionnaires – et pour nous du parti politique prolétarien, du parti communiste – pour fournir orientations et mots d’ordre d’action adaptés précisément aux situations et au rapports de force en mouvement entre les classes qui finira par décider dans quel sens est résolue l’alternative historique révolution ou guerre.

Cette capacité des minorités politiques révolutionnaires à matérialiser et exercer une direction politique d’avant-garde tout au long du combat prolétarien leur est permise, à condition qu’elles luttent pour celles-ci, par le lien permanent qu’elles établissent entre leur intervention dans les luttes de classe et les principes de l’insurrection ouvrière, de la destruction de l’État capitaliste et de l’exercice de la dictature du prolétariat – autrement dit avec le programme communiste que ces minorités matérialisent et expriment le plus clairement.

Tout comme dans la vague révolutionnaire de 1917-1918, ce n’est pas autour de la lutte anti-guerre, revenant à se situer sur le terrain du pacifisme quelle que soit la radicalité de la phrase et des « actions », que les révolutionnaires ont fini par se regrouper, y compris les militants anarchistes restés individuellement fidèles à l’internationalisme. Ce fut autour du mot d’ordre de transformation de la guerre impérialiste en guerre civile. En faisant leurs les mots d’ordre d’insurrection ouvrière et de dictature du prolétariat, y compris en rejoignant le parti communiste ou l’Internationale communiste défendant et matérialisant alors ces mots d’ordre, ils furent nombreux à rompre explicitement ou de fait avec l’anarchisme. Celui-ci, en tant que courant politique et autour de la figure de Kropotkine, avait trahi le principe de l’internationalisme prolétarien dès 1914, ce qui fit que la plupart des groupes anarchistes participèrent à la 2e Guerre mondiale impérialiste.

Quelle direction prendre et que faire, interroge l’Appel.

Son avant-dernier paragraphe évoque les actions directes en ne mentionnant que les actions individuelles qu’il s’agirait de coordonner « pour opérer un changement qualitatif. » Il ne s’agit pas de coordonner et d’additionner une succession d’actes individuels mais de participer et de s’inscrire dans la lutte collective du prolétariat face aux sacrifices de divers ordre que la bourgeoisie de chaque pays impose déjà et ne peut qu’accentuer sur celui-ci pour les besoins de la guerre.[2]  La fin de l’appel lui-même exprime la confusion et l’impuissance politiques lorsqu’il appelle à « un réveil collectif » comme « seule issue au cauchemar des guerres capitalistes et de la paix capitaliste ». https://www.autistici.org/tridnivalka/aw2024-congres-anti-guerre-prague-24-au-26-mai-2024/

Et pour quoi faire ce réveil ? Pour « visualiser et saboter toute la machine de guerre… » Dans la mesure où l’Appel ignore toute référence à la lutte du prolétariat, saboter toute la machine de guerre est vidé de toute signification de classe si tant est qu’une telle formule qui est pour le moins confuse, puisse en avoir une ; ou encore qu’un tel mot d’ordre puisse avoir à un moment donné un quelconque sens. Or, la réalité du rapport des forces actuel entre les classes n’est pas celle d’une période « pré-révolutionnaire » où le prolétariat est mobilisé en masse et en permanence, au cours de laquelle il est suffisamment fort, comme en 1917 en Russie, pour « saboter la guerre, empêcher l’envoi des prolétaires à l’abattoir, bloquer l’approvisionnement et le transport des armes, organiser les désertions, les mutineries et la fraternisation entre les prolétaires en uniforme des deux côtés du front, et (…) retourner les armes contre les organisateurs du massacre. »[3], dont le congrès veut parler. Dans une telle situation pré-révolutionnaire, l’insurrection révolutionnaire n’est plus qu’une question de moment et d’opportunité tactique. Dans la réalité du rapport de forces défavorable d’aujourd’hui, il n’en est rien et ne reste que la phrase radicale des actions directes contre la guerre. Il en résulte que l’Appel, s’il s’agit d’un appel « sincère », c’est-à-dire qui ne vise pas à ré-introduire sous une phrase «anti-guerre» une sorte de pacifisme radical d’ordre bourgeois (gauchiste), se termine sur un aveu d’impasse et d’impuissance du point de vue du prolétariat avant même que le congrès ne se soit tenu.

Nous sommes bien conscients que tout appel à conférence ou autre pour établir un espace politique prolétarien servant de référence et de regroupement, au sens large, pour l’ensemble du prolétariat face à la guerre impérialiste, ne peut trouver d’accord total d’entrée. Les groupes participants, communistes en particulier, peuvent être amenés à faire des « concessions ». Mais encore faut-il qu’elles ne soient pas sur les principes. Et que la conférence ou l’appel fait représente un pas en avant vers l’affirmation d’un pôle ou camp politique internationaliste.

Les conférences internationalistes de Zimmerwald et Kienthal en 1915 et 1916 doivent être des références historiques pour nous. Le Manifeste de la première était critiqué par la Gauche de Zimmerwald qui n’avait pu imposer sa vision. Pour autant, elle signa le Manifeste car « c’est un fait que ce dernier constitue un pas en avant vers la lutte effective contre l’opportunisme, vers la rupture et la scission avec lui. Ce serait du sectarisme que de renoncer à ce pas en avant… » (Lénine, Un premier pas, 1915)

Nous ne pensons pas que l’Appel au congrès constitue un pas en avant dans la situation actuelle. Il ne peut au mieux qu’être source de confusion politique et d’aventurisme d’ordre gauchiste et activiste. Nous appelons les groupes politiques et individus désirant se situer sur le terrain réel de l’internationalisme prolétarien à rompre avec le contenu et l’esprit de l’Appel tout en en proposant un autre qui se base sans aucune équivoque sur la lutte des classes. Nous savons que notre proposition ne peut déboucher que sur une délimitation très claire et une séparation avec sans doute la plupart des groupes anarchistes participants.

Pour notre part, et à ce jour, nous nous sommes joint à l’appel lancée dès le début de la guerre en Ukraine par la Tendance communiste internationaliste à la formation de comité de lutte No War But the Class War.[4]  Ces comités auxquels la TCI avait établi 12 points ou critères de participation, se basent, comme leur nom l’indique, non pas sur une quelconque « lutte anti-guerre » mais sur l’opposition à la guerre impérialiste par la guerre de classe. https://www.leftcom.org/fr/about-us Ce faisant et d’entrée, toute illusion pacifiste que la formule anti-guerre autorise, est clairement exclue. Cherchant à s’inscrire sur le terrain et le timing des affrontements de classe que la marche à la guerre impose et va imposer, ces comités se situent d’entrée comme des moments de mobilisation et d’extension des luttes ouvrières, c’est-à-dire sur le terrain concret, ou matériel, de l’antagonisme entre les classes tel qu’il se déroule selon les lieux et les moments. Le fait que l’initiative des NWBCW soit restée limitée à ce jour, en grande partie du fait des limites mêmes des mobilisations ouvrières, n’enlève rien à leur validité pour le combat de classe d’aujourd’hui et demain.

Bien évidemment, cette expérience n’est pas pour nous exclusive. Toute autre initiative, appel à une conférence ou autre, serait la bienvenue à condition qu’elle soit clairement sur le terrain de la lutte des classes et de l’internationalisme prolétarien. Ce n’est malheureusement pas le cas, loin s’en faut, de ce congrès. Son Appel se révèle être un compromis impossible entre l’anarchisme et des positions révolutionnaires. Et lorsque il est explicite sur les positions politiques et sur les orientations avancées, les positions et l’activisme anarchistes prévalent.

Il en résulte que le congrès anti-guerre se destine au mieux à l’impuissance politique, au pire à se situer sur le terrain du pacifisme radical et de l’activisme gauchiste. Sauf à rejeter le terrain de l’« anti-guerre » et s’inscrire sur celui de l’internationalisme prolétarien.

Salutations internationalistes, le GIGC, le 6 avril 2024

Par  (www.igcl.org, intleftcom@gmail.com)


NOTES

 

[1] . https://www.autistici.org/tridnivalka/aw2024-congres-anti-guerre-prague-24-au-26-mai-2024/

[2] . Les organisations politiques révolutionnaires peuvent comprendre et même exprimer leur solidarité et fraternité face aux actes individuels contre la guerre, lorsqu’il sont l’expression de la révolte et aussi du désespoir d’individus. Mais, elles se doivent aussi d’en souligner l’impasse politique et personnel pour ces derniers et le danger politique qu’ils représentent en tournant le dos à la seule lutte qui puisse s’opposer à la marche à la guerre généralisée, c’est-à-dire à la lutte avant tout collective de classe du prolétariat.

[3] . Il s’agit là d’un deuxième texte aux formules moins anarchisantes, Ensemble contre les guerres capitalistes et la paix capitaliste, qui appelle à «transformer la guerre impérialiste en une guerre révolutionnaire pour l’abolition de la société de classe du capital basée sur la misère», mais qui reste fondamentalement sur le même terrain que l’Appel.

[4] . Contre la guerre impérialiste, pour la guerre de classe – Appel internationaliste de la Tendance communiste internationaliste http://www.igcl.org/Contre-la-guerre-imperialiste-pour.

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

13 réflexions sur “Adresse du GIGC aux participants au Congrès «anti-guerre» de Prague (2024)

  • 13 avril 2024 à 18 h 08 min
    Permalien

    On parlera de paix, plus tard!
    L’attaque non terroriste mais, apocalyptique du 7 octobre entreprise par le Hamas, va enfin révéler les réalités, toutes les réalités, jusqu’alors l’humanité vivait apeurée par les nombreux dires du Mensonge, à la même heure la semaine prochaine, elle saura en toute vérité, comme le Mensonge n’est qu’une faiblesse qui se rapetisse devant la moindre Résistance qui n’a pas peur d’exister pour que vive, l’Authenticité.
    Que les souffrances sur Terre des juifs, commencent!

    Répondre
    • 13 avril 2024 à 23 h 16 min
      Permalien

      En mode, Cafards pris dans la lumière soudaine.
      Ça va y aller là, beaucoup vont pas longtemps traîner dans l’coin et vouloir venir chercher en occident une quiétude qui n’existera plus du point de vue des sympathies populaires, en fait, Netanyahu vient juste de leur allumer le feu sous l’cul à tous, comme stratège il fait ce que peu d’autres auraient su faire contre son camp.
      Il faut toutefois observer la grande prudence verbale avec laquelle s’expriment les clowneries analytiques de plateau, s’il y avait l’olfactif compris dans les moyens de diffusion nos intérieurs seraient saturés de leurs exhalaisons méphitiques et de leur peur.
      C’est un grand moment historique tout ça, nous sommes en train d’assister en temps-réel à la fin définitive et correction dune erreur monumentale injustifiée commise sur la base des pires mensonges qui puissent avoir été faits à la fin de la dernière guerre mondiale, qui dédommageaient injustement ce qui n’a jamais été et, et ne sera jamais un peuple, tout au plus, le plus considérable gang connu de l’humanité, par la création d’un « État » (le plus infernal ayant jamais existé), en spoliant des ses terres et de ses droits naturels le peuple Palestinien légitime, au motif d’un prétendu génocide juif pour lequel (si celui en cours de réalisation perpétré par ceux-ci sur les Palestiniens est contesté ou nié quant aux évidentes preuves visibles de tous) jusqu’à nos jours et depuis son pseudo accomplissement, seuls les insultes et des tyrannies judiciaires contre tout ce qui révèle l’impossibilité démontrée des faits, permettent à cette incongruité intellectuelle de persister dans nos esprits.
      C’est l’anéantissement des concepts peuples juifs et pays pour les juifs qui est plein accomplissement ici, avec des moyens directs et efficaces auxquels il ne faudra que très peu de temps pour que les esprits l’admettent, le monde non occidental détruit et anéantis l’adversaire juif, en tant qu’adversaire.
      Là, on ne détruit pas tant les Hommes (même si plusieurs d’entre-eux n’y survivront pas) mais leur volonté et capacité de se battre pour une cause irrémédiablement hors d’atteinte, qui ne sait et ne peut que faire mal, donc, ce qui se détruit ici, c’est la capacité des juifs, à faire du mal aux autres.
      L’entité juive s’est faite anéantir durant la nuit dernière, car il est dorénavant démontré que sa défense coûte que coûte est un péril pour la vie terrestre.
      Cette stratégie d’anéantissement, totalement maîtrisée d’un bout à l’autre par les adversaires de l’occident à plat ventre devant israël, était l’unique moyen utilisable pour contribuer à la paix mondiale.
      Menacer l’ensemble du monde de mort, pour qu’il comprenne enfin quel est son seul vrai problème, c’est fait.

      https://twitter.com/camille_moscow/status/1779293454943621147

      Répondre
  • 14 avril 2024 à 5 h 23 min
    Permalien

    Quand ça veut pas, y’a rien à faire, même Biden les a lâché en disant que c’est l’Amérique qui a intercepté 99% des menaces iraniennes, quand bien même, l’Iran démontre ici, que ce n’est pas avec l’imprécision des roquettes du Hamas que devait s’évaluer la performance des défenses antiaériennes occidentales, car ses moyen d’attaque à lui son autrement plus précis.
    En fait, c’est vraiment de la quincaillerie l’armement occidental, défensif comme offensif, faudrait qu’on en informe Pacotille-Macron, parce que le gars veut nous embarquer contre autrement plus mortel, la Russie.
    Ça ferait mal de voir l’Élysée filmé à finir comme ci-après.

    https://twitter.com/les_spectateurs/status/1779304590048956862

    Répondre
  • 15 avril 2024 à 6 h 28 min
    Permalien

    Trop forts nos va-t-en-guerre ce matin, l’idée générale à imposer à l’esprit de l’opinion nationale, c’est que malgré cette inoubliable raclée que s’est ramassé israël, eh bien, on va dire quand même que c’est une victoire.
    En plus, de ça obtenue grâce aux « alliés » arabes, donc musulmans, de l’entité juive et des occidentaux, bref, créer une pseudo division de la Oumma pour faire diversion.
    Même Pacotille-Macron est de service, comme un bon valet, sur BFM, décor blanc-bleu de rigueur, soumission jusqu’au bout, pour nous dire quoi, ah bah là, ce chérubin qui extermine les Palestiniens, est redevenu une victime, puisque, comme on peut le voir sur les images de mon commentaire précédent, les missiles iraniens n’ont eu, en dépit des dénégations occidentales et israéliennes mensongères, aucun mal à pénétrer les soi-disant supers protections du confetti et, de surcroît, ils sont si performants, qu’ils ont la capacité de dératiser en sous-sol cette Palestine occupée, ce qui préfigurerait un exode massif de la purulence si l’inconscience de ses chefs poussait ceux-ci à vouloir pousser le bouchon trop loin en répliquant à l’Iran, qui se ferait une joie immense de nous débarrasser de ce cancer une bonne fois pour toutes de « l’orchestre » des nations, ce qui serait susceptible de créer une si grande liesse dans les opinions publiques mondiales, qu’elles risquent de faire sauter leurs têtes à bons nombres de ces potentats de pacotille qui seraient, dans une éventualité comme celle-là découverts tellement faibles par leurs populations, qu’il est absolument impossible qu’elles gardent comme chefs, de tels enfumeurs, qui n’ont cessés de leur faire croire que tout le pognon qu’ils leur taxent à les faire trimer faisait de leurs pays de grandes puissances alors qu’en vérité, ça fait un bail que la main a passée et qu’il est grand temps de devenir des gens uniquement préoccupés à comment bien vivre sereinement et profitablement une vie terrestre, donc des gens en paix avec leurs voisins.

    Ceci dit, ce qui se passe actuellement comme ce qui s’est passé ce week-end, apporte un éclairage nouveau sur les choses, il était tout à fait connu qu’israël n’a jamais disposé de la capacité à résister à une frappe conséquente d’un adversaire, maintenant c’est prouvé, mais, où serait donc le fameux potentiel nucléaire militaire du confetti, certainement pas dans une marine qui n’en est pas une et, dont les seuls faits d’arme c’est d’avoir tiré sur l’USS Liberty de leur allié américain tuant 34 d’entre-eux et, cet acte de piraterie sur la flottille pour Gaza de 2010 où ils ont tué 9 pacifistes turcs, autrement c’est sur les malheureux pêcheurs palestiniens que ça tire.
    Donc, israël n’a aucune marine et ce ne sont pas les quelques sous-marins dauphin diésel que l’Allemagne lui fabrique gratuitement qui sont des lanceurs d’engins nucléaires, par conséquent, vu comme le sunnisme la nuque tenue sous botte américaine s’est humilié à défendre ce qui lui crache dessus en permanence, là aussi faudra voir de qui est vrai et faux, on est clairement en droit de se demander si on se fait pas carrément bourrer le mou par la propagande juive qui prétendument aurait 200 têtes nucléaires, alors que la France en a 300 et une vastitude territoriale qui ne se compare pas à celle du furoncle.
    Donc, voilà en quoi sert la présence américaine chez les sunnites, maintenir des marionnettes dévouées au pouvoir afin d’appauvrir leurs populations qu’ils laissent dans le dénuement intellectuel et servir à protéger le confetti parce qu’en frai, c’est carrément un trompette en carton, qui ne peut pas stocker plus deux missiles dans ce bac à sable, et encore, si réellement c’est viable, honnêtement, le sujet mérite réflexion, car aujourd’hui personne ne craint une atomisation de l’Iran par les fous israéliens, non, personne n’a peur de ça, étrangement.

    Elles sont dans le bon timing les choses là, c’est un très très grand foutoir occidental dorénavant, puisque maintenant, toutes les cartes sont rebattues et, comme l’inflation va piquer des cents mètres d’ici la fin de l’année, nous mêmes bonnes gens, ne serions pas déraisonnables à provisionner de quoi s’alimenter sans décoller les yeux du super spectacle télévisé qu’on risque d’avoir en Amérique en fin d’année avec ces élections qui sont dorénavant complètement ouvertes, car l’idée c’est guerre réelle immédiate et défaite certaine ou, louvoiements persistants comme maintenant.
    En six mois, la Russie, l’Iran et la Chine, ont pris le contrôle mondial!
    C’est fait! Terminé les tergiversations, maintenant le camp occidental sait qu’il est face à des gens sincères, qui, s’ils leur disent… On va vous éclater! Eh bien, ils le font!
    Non, sérieux, faut s’tenir prêts là, parce que ça n’arrive pas souvent dans une vie humaine d’assister en direct à l’effondrement total d’un empire.
    Là, le mastodonte occident, va au sol à la fin de l’année.
    Ce ne sera pas beau à voir les Américains se déchirer véridiquement entre eux, mais, que voulons-nous, notre camp est si stupide, qu’il n’a à sa tête que des fauconneaux qui huissent à la guerre qu’ils ne savent pas faire et encore moins gagner.
    Où sont nos voix de la paix crédibles, voyons le franchement, nous n’en avons aucune.
    C’est dans le camp opposé où prétendument règnent toutes les tyrannies, les volontés d’envahir partout et d’asservir tout le monde, que ces voix existent.
    Chez des gens qui viennent encore une fois de mettre minable l’occident et, qui pourtant ne poussent aucune offensive contre un adversaire totalement défait à qui il ne reste que ses propagandes pour ses opinions publiques à leur faire croire qu’il tient encore debout, ce qui est archi-faux, la présence de Macron dans ce show télévisé matinal en est une démonstration, ce clown guerrier de l’instant d’avant se joue pacificateur maintenant, la honte ne les tue pas.
    La stratégie d’anéantissement peut servir la paix, comme la guerre, si nous avions des gens intelligents dans notre camp, ils seraient déjà là à proposer à nos opinions publiques des voies de sortie de cette situation mondiale créée par l’occident pour lui-même de violences structurelles qui aujourd’hui cimente sa perte définitive du leadership historique et mondial.

    L’affaire de la guerre nucléaire et du dépeuplement de la planète, c’est derrière nous, les fanfaronnades de bras cassés prétendant régler leurs comptes à loyale comme son contraire à plus forts qu’eux, c’est du passé, je ne dis pas là que nos crétins qui cheffent vont baisser pavillon et faire profil bas, pas du tout même, puisqu’ils sont forcés par leur stupidité unanime à sembler forts à nos yeux, ou ils ne pourront pas nous contenir, même l’option des attentats de grandes ampleurs contre nous pour nous fédérer est inutile, puisque l’option guerre, comme l’a démontrée calmement l’Iran à israël, c’est pas la bonne pioche car elle mène à l’anéantissement certain du plus faible alors que l’autre ne serait qu’égratigné, donc, même l’idée de l’anéantissement mutuel a disparue dans la nuit de vendredi à samedi.
    Si nous avions de vrais journalistes d’investigation ils nous feraient déjà savoir que l’aviation israélienne n’est certainement plus prédisposée sur son territoire mais planquée dans une turne comme l’Azerbaïdjan ou l’un de nos pays complètement vassalisé.
    Mais, vassalisé à qui et à quoi en fait?

    Étant donné qu’il y a eu durant cette fin de semaine passée, transformation magistrale des conflits, puisque, si une guerre contre l’Iran qui a toujours été promis à la destruction ces quarante dernières années, eh bien, c’est plus possible sans risques majeurs pour la planète, quelles sont les options pouvant satisfaire la Russie sans que l’occident perde la face?
    Là, tout de suite, j’en vois pas.
    Pourquoi négocierait-elle au rabais ce qu’elle a gagné de haute lutte?
    C’est pas sensé.
    Ça l’est d’autant moins, que maintenant nous savons tous que, dans le camp d’en face la vie de leurs dignitaires est si précieuse à leurs yeux, qu’ils sont capables de foudroyer un pays si on s’en prenait à eux de cette manière.
    Donc, l’occident est comme forcé à courir sur des œufs pour rester debout, c’est pas vraiment la meilleure situation politique et diplomatique pour faire ses militaires avoir respect et considération envers les nations qu’ils servent, parce qu’on les lie au déshonneur politique provoqué par des incompétences qui ont tout fait comme il ne fallait pas et qui maintenant ont mis leurs pays dans un champ de mines.
    Ce ne serait pas la première fois dans l’histoire que les hommes de guerre prennent les choses des mains civiles pour conclure la paix entre eux.
    Néanmoins, moi, j’y suis pas favorable car ce seront les mêmes oligarchies qui sortiraient protégées dans cette éventualité, c’est pourquoi ma préférence ira toujours à une libération acquise du peuple par le peuple pour le peuple.
    Certes, ce sera sanglant mais, nous n’avons aucune garantie que cela ne le serait pas quoiqu’il advienne entre les mains de fous qui ne veulent ni perdre leurs pouvoirs et connaître la ruine en plus.

    Répondre
  • 15 avril 2024 à 10 h 39 min
    Permalien

    Faudrait peut-être arrêter de croire en n’importe quoi, dune part, la communication juive et de ses serviteurs affranchis par elle, est unanimement et systématiquement la suivante, israël (les Américains disent que se sont eux, les Jordaniens, Français, Royaume-Uni, bref, une demi douzaine de nations avec leurs moyens se sont employées à défendre l’entité juive de taille minuscule, tout cela obtenu par les Américains en exerçant sur les pays arabes pressions considérables) a défendu son territoire avec l’aide de la Jordanie qui est encore plus minuscule (pays qui risque, non, ce ridicule royaume va sauter, il n’est d’aucune utilité aux musulmans), on ne sait guère le chiffre exact d’éléments destructeurs volants envoyés par l’Iran sur israël entre 250 et 500, ça varie tout l’temps, ce qui ferait que tout ce petit monde collé au cul du confetti pour le sauver, a quand même, si leurs informations sonnaient vrai, laissé passer entre… 2,5 et 5 élèvements destructeurs et, on en trouve encore pour douter de la victoire éclatante de l’Iran, qui vient de faire savoir à l’ensemble du monde occidental que si l’un des pays détenant larme hypersonique s’en prend à n’importe lequel d’entre-eux, c’est destruction assurée sans possibilité de réplique.
    Honnêtement les Polonais et autres débiles coalisés dans la farce otanienne, savent dorénavant que pour bénéficier de l’article 5 de la charte de cette farce, ik faut encore être vivant, car à titre posthume c’est certain que personne ne bougera son derrière.
    Donc, si leurs moyens propres ne servent à rien, puisqu’à huit pays impliqués à le faire, on arrête pas 500 drones auxquels sont mêlés quelques missiles, qui peut menacer la Russie en Ukraine à présent?

    Elle est plus qu’évidente la défaite occidentale et pas seulement disraël là, c’est sûr maintenant que le minus va ravaler sa morgue et faire comme on lui dira de faire, puisque maintenant il sait dur comme titane, qu’en un quart d’heure, l’Iran l’efface lui et quasi toute sa population de la planète.
    Quant à la Russie, elle efface la communauté européenne en une demie heure à peine où est l’OTAN là?
    Toutes les bases américaines dans le monde peuvent être détruites simultanément par la Russie et ses alliés en moins d’une heure, si en plus ils nous exterminent nos satellites, comme ils peuvent le faire, affaire classée, c’est fini, flotte navale et sous-marins occidentaux finiront sous l’eau, il faut quoi encore pour comprendre que la guerre est perdue et la partie terminée?
    L’entité juive ne peut pas répliquer parce qu’elle n’a plus les bases pour faire fonctionner son aviation normalement, il lui faudrait emprunter celles d’autres et donc les impliquer, voilà, terminé.
    Et puis, il n’y a même pas à en douter, israël est actuellement hyper scruté, la moindre activité alarmante de sa part peut lui valoir sa destruction immédiate.
    En vérité, dorénavant, pour le moment, israël est juste toléré sur Terre, et ça les juifs sont en train de le concevoir seulement maintenant.
    Plus rien ne leur est acquis.

    Répondre
  • Ping : Manifestation contre les guerres capitalistes et la paix bourgeoise – les 7 du quebec

  • 17 avril 2024 à 10 h 50 min
    Permalien

    Je dénonces et m’inscris en faux a l’encontre de ce billet démagogique qui s’oppose et critique la tenue du congrès anti-guerre prochain, et je le suspecte de relents Pro Guerre justement et Pro Poutine particulièrement, et Pro guerre froide relancée entre ce dernier avec la Chine face a l’Otan….

    Billet qui tente donc de jetter la poudre aux yeux afin de décourager les gens a participer a cette rencontre sous des prétextes bavards  »prolétariens » sans la moindre crédibilité !

    Dénoncer la Guerre est en réalité un premier pas extrêmement important et positif pour tous les prolétaires, contrairement aux propos confus tenu dans ce billet, afin qu’ils puissent réaliser l’ampleur de la manipulation des masses afin qu’elles puissent soutenir la guerre, et soutenir les capitalistes et les tyrans et assassins qui la mènent partout et sur tous les fronts, pour faire croire que eux font et mènent les bonnes guerres, et tuent les méchants, pour permettre aux gentils de prévaloir ! Foutaises que cet exposé et ce faux plaidoyer Prolétarien ! et vouloir exclure ceux qui veulent participer a ce congrès anti-guerre en leur collant l’étiquette d’anarchistes d’office n’en est que la preuve trop flagrante que les faux communistes et les pseudo Prolétariens ici ne sont que des loups Poutiniens déguisés en agneaux ! :))) encore eux ! Merde quoi !

    Désolé Robert, il n’y a ici rien de personnel a ton encontre… mais je suis pas content ni convaincu de cet appel a boycott lamentable de ce congrès anti-guerre a venir !

    Merci

    Répondre
  • 17 avril 2024 à 11 h 08 min
    Permalien

    Oups, correction de mon propos dans le dernier paragraphe : (il faut inclure la négation en Majuscules qui manquait a mon texte)

    Dénoncer la Guerre est en réalité un premier pas extrêmement important et positif pour tous les prolétaires, contrairement aux propos confus tenu dans ce billet, afin qu’ils puissent réaliser l’ampleur de la manipulation des masses afin qu’elles NE puissent PAS soutenir la guerre…

    J’ai oublié de préciser cette négation en majuscules… NE puissent PAS soutenir la guerre…etc

    Merci

    Répondre
  • 17 avril 2024 à 11 h 18 min
    Permalien

    Ou alors, pour mieux corriger cette dernière partie aussi, il fallait mettre la négation en majuscules plutôt ici :  »afin qu’ils NE puissent PAS réaliser l’ampleur de la manipulation »…etc

    Bref, j’imagines que vous avez compris mon propos en gros;

    MOI SAM, JE SUIS PRO CE CONGRÈS ATI-GUERRE, ET CONTRE LA MANIPULATION QUI TENTE DE BOYCOTTER CE CONGRÈS ! Voila…c’est plus clair maintenant !:))

    Répondre
  • Ping : La guerre mondiale comme aboutissement de la crise économique mondialisée – les 7 du quebec

  • Ping : KRAS-AIT- Adresse à la conférence internationaliste anti-guerre de Prague – les 7 du quebec

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *