Vénère, un commissaire énervé

OLIVIER CABANEL —Un commissaire de police à la retraite balance.

Il affirme qu’il existe un impôt policier, que des quotas sont en place, et que les policiers sont tenus à faire du chiffre.

Il a passé de nombreuses années à s’occuper des réclamations des conducteurs à l’amende.

Il affirme que les contraventions sont distribuées de manière démesurée, et que le ministère de l’intérieur, les préfets, poussent les policiers à « faire du chiffre à tout prix ».

Il évoque une « machine à fric ». lien

Il en a fait un livre, véritable brûlot, qui balance tout en vrac, et propose aux conducteurs mille et une façons de contester les PV qu’ils ont reçu.

(Manuel de résistance contre l’impôt policier, ou comment contester vos contraventions/édition Max Milo 2009).

Venère est aussi prof de droit, et affirme à ses étudiants qu’il y a un décalage entre la loi et son application, en ce qui concerne les contraventions.

Les informations données par Venère dans son livre ne font que confirmer ce que nous savions déjà de longue date, mais qui semble-t-il s’est accentué ces derniers temps.

Le Journal Auto plus l’a révélé au mois de mars dernier, affirmant «  les policiers doivent remplir chaque jour un quota de PV »

Il affirme même «  la plupart du temps, les consignes sont données verbalement, mais parfois ces obligations de faire du chiffre figurent par écrit dans les notes de services »

Le journal en publie même quelques-unes.

Par exemple, dans un commissariat de la Marne il est écrit sur l’une des notes de service : « la brigade devra réaliser à minima les objectifs suivants : 35 ta (timbres amende) devront être dressés pour non-respect de feu rouge, 110 TA pour défaut de contrôle technique, 66 TA pour non-port de la ceinture de sécurité  » lien

Depuis 2007, année du « sacre de Sarkozy », il y a une hausse importante du nombre de permis retirés.

88 698 automobilistes ont en effet été privés de leur permis de conduire.

Cela représente une augmentation de 29%.

L’an dernier il y a eu 500 000 PV de plus qu’en 2007.

Cécile Petit, déléguée interministérielle à la sécurité routière : ces chiffres coïncident avec «  l’augmentation du nombre de contraventions relevées par les radars qui permettent aux forces de l’ordre de mieux se consacrer au contrôle des autres infractions » peut-on lire dans le Parisien du 16 janvier 2008.

Certains départements sont plus touchés que d’autres.

Il vaut mieux conduire dans la Creuse qu’à Paris, où les automobilistes ont 43 fois plus de contraventions par an. On peut lire ces chiffres dans un courrier de Brice Hortefeux, alors ministre délégué aux collectivités territoriales, et que le journal Auto plus a signalé.

3127 PV par jour pour mille habitants à Paris, 73 PV pour la Creuse, 76 pour la Somme, 90 pour la Haute Saône, 484 pour le Val de Marne, 548 pour la Seine Saint-Denis, et 994 pour les Hauts de Seine. lien

Ça ne se passe pas mieux ailleurs.

En Italie, une arnaque au feu rouge a été découverte : Les feux rouges étaient volontairement modifiés par certaines municipalités, et par les forces de l’ordre afin de piéger les automobilistes. lien

Il y a eu ainsi 100 000 contraventions illégales.

63 policiers, 39 responsables municipaux, et 6 gérants ont été arrêtes.

Le mécanisme était simple : les feux de signalisation étaient truqués. Ils mettaient 3 secondes (au lieu des 6 habituelles) pour passer de l’orange au rouge.

Le radar de feu rouge photographiait le véhicule, et le tour était joué.

Ce qui peut nous inquiéter en France, où on a appris qu’au premier trimestre 2010, 150 radars/feu rouge seront installés. lien

L’un de ceux-ci est déjà installé à Lyon (à l’angle des rues marc Bloch et Jean Jaurès, dans le 7ème arrondissement).

Rappelons que griller un feu rouge entraîne une amende de 135 euros, et la perte de 4 points.

En 2008, les radars sont à l’origine de 8 millions de contraventions en France. lien

Le nombre de radars embarqués est en augmentation : 811 radars mobiles fin 2008, et 1389 fixes, lesquels ont rapporté en 2008, 447 millions d’euros, contre 416 millions en 2007, et il est question d’installer 2000 nouveaux radars dans les 4 prochaines années.

Dame, les dépenses du gouvernement sont en augmentation, et il faut bien trouver de l’argent quelque part.

Entre autres, le budget communication pourrait augmenter de 292 %. lien

Alors comme demandait un vieil ami africain : «Après quoi courez-vous pour aller aussi vite? »

Une réflexion sur “Vénère, un commissaire énervé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *