Robert Bibeau

Auteur et éditeur

3 réflexions sur “La guerre est la continuation de la dette par d’autres moyens

  • Ping : La guerre est la continuation de la dette par d’autres moyens | Raimanet

  • 23 avril 2024 à 12 h 57 min
    Permalien

    On va inventer un nouveau jeu, Track And Kill Your Creditor, TAKYC, ça va faire carton et ça va aller tout seul.
    Rembourser qui et quoi?
    Quand on élit un homme ou une femme politique, le mandat qu’on lui confère a nécessairement des limites, non pas uniquement ce que dit la Constitution, mais le mandat lui-même car c’est un qui ne donne absolument pas un pouvoir illimité à quiconque, or, comme généralement dans nos soi-disant démocraties les gouvernements comme toute la valetaille de différentes natures qui contribue à faire fonctionner cette clownerie, elle non plus n’est pas élue et n’a donc reçu aucun type de pouvoir émanant du peuple pour agir ou contracter en son nom, la réponse populaire doit être simple.

    Les créanciers et leurs ayant droits jusqu’au sixième degré, voire plus si à parfaire, remettent entre les mains des peuples, volontairement, l’intégralité de leurs avoirs et renoncent à jamais, sous quelqu’ère ou raison que ce soit à réclamer d’une manière ou d’une autre, le moindre dédommagement ou compensation de quelque nature que ça soit.
    Renoncent à toute activité qui puisse produire un rapport financier au-delà d’un seuil nécessaire à garantir leur subsistance humble à eux et aux leurs, renoncent à instruire ou manipuler de quelque manière que ce soit leurs connaissances vicieuses en rapport avec tout produit de rapport…
    Bref, s’ils veulent vivre, ils nous refilent tout et disparaissent à jamais, un seul déconne sur une branche, c’est tout l’arbre généalogique qui sera éliminé.

    Quoi, c’est moins moral que leurs hécatombes s’étalant sur des siècles?
    Je suis sûr que nos consciences pourront supporter ce fardeau-là si elles devaient avoir à le faire.
    Je crois même que bien pire s’y cache.
    D’ailleurs la vérité c’est qu’aucun électeur ne donne son accord préalable averti pour se faire financièrement vampiriser par des gens censés être à leur service mais qui travaillent exclusivement à faire d’eux-mêmes des privilégiés tyranniques.
    Nous payons les dettes que nous reconnaissons, sans les avoir contractées et sans savoir non plus si elles sont réelles.
    Ce monde est une illusion totale, parce que nous refusons de mettre à mort les exagérations qui le déforment.
    L’ennui c’est, qu’elles pas du tout, elles ne refusent pas ou ne renoncent jamais à nous faire crever, mais, jamais sans avoir payé le droit d’avoir vécu.

    Répondre
  • 23 avril 2024 à 14 h 01 min
    Permalien

    Le mandat est une charge publique conférée à une personnalité lors d’une élection, ça n’enlève rien à sa nature contractuelle envers l’électeur ne serait-ce que du seul point de vue moral, si nous nous révoltions, juridiquement nous aurions le droit d’envoyer tous les créanciers de la France, se faire foutre, et mettre un contrat sur leurs têtes s’ils étaient pas d’accord avec vous.
    Il y a plein de choses à faire mais, la posture cul-béni va pas suffire, la consigne étant, aide-toi et, le Ciel t’aidera.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *