L’apologie de la nouvelle alliance du Grand capital mondial (Escobar)

Par Pepe Escobar

Alors que l’Occident collectif est en proie à une crise de légitimité existentielle, le RIC conçoit son propre ordre de sécurité pour protéger le reste du monde des «génocidaires».

L’Hégémon n’a aucune idée de ce qui attend l’état d’esprit exceptionnaliste : La Chine a commencé à remuer de manière décisive le chaudron civilisationnel sans se soucier d’une inévitable série de sanctions à venir d’ici le début de 2025 et/ou d’un possible effondrement du système financier international.

La semaine dernière, le secrétaire d’État américain Anthony Blinken et sa liste d’exigences américaines délirantes ont été accueillis à Pékin par le ministre des Affaires étrangères Wang Yi et le président Xi Jinping comme un peu plus qu’un moucheron agaçant. Wang a souligné que Téhéran était en droit de se défendre contre Israël, qui a violé la Convention de Vienne en attaquant le consulat iranien à Damas.

Au Conseil de sécurité des Nations unies, la Chine remet désormais ouvertement en question non seulement l’attaque terroriste d’État contre les Nord Streams, mais aussi le blocage de la création d’un État palestinien par le combo États-Unis-Israël. En outre, Pékin, tout comme Moscou récemment, accueille les factions politiques palestiniennes lors d’une conférence visant à unifier leurs positions.

Mardi prochain, deux jours seulement avant que Moscou ne célèbre le Jour de la Victoire, la fin de la Grande Guerre patriotique, Xi atterrira à Belgrade pour rappeler au monde entier le 25ème anniversaire du bombardement de l’ambassade de Chine par les États-Unis, le Royaume-Uni et l’OTAN.

La Russie, quant à elle, a fourni une plateforme à l’UNRWA – l’agence de secours des Nations unies pour les réfugiés palestiniens, qu’Israël a cherché à défaire – pour expliquer aux hauts représentants des BRICS-10 la situation humanitaire cataclysmique à Gaza, telle que décrite par le commissaire général de l’UNRWA, Philippe Lazzarini.

En bref, des affaires politiques sérieuses sont déjà menées en dehors du système corrompu de l’ONU, alors que les Nations unies se désintègrent en une coquille corporatiste dont les États-Unis dictent tous les termes en tant qu’actionnaire principal.

Encore un autre exemple clé des BRICS en tant que nouvelle ONU : Le président du Conseil de sécurité russe, Nikolaï Patrouchev, a rencontré son homologue chinois Chen Wenqing à Saint-Pétersbourg en marge du 12ème sommet international sur la sécurité, qui a réuni plus de 100 pays, notamment les responsables de la sécurité de l’Iran, de l’Inde, du Brésil et de l’Afrique du Sud, membres des BRICS-10, ainsi que de l’Irak.

Le salon de la sécurité de l’OCS

Mais le principal carrefour de ces derniers jours a été le sommet sur la défense de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), qui s’est tenu à Astana, au Kazakhstan. Pour la première fois, le nouveau ministre chinois de la Défense, Dong Jun, a rencontré son homologue russe, Sergueï Choïgou, pour mettre l’accent sur leur partenariat stratégique global.

Dong a insisté sur la nature «dynamique» de l’interaction militaire entre la Chine et la Russie, tandis que Choïgou a renchéri en déclarant que cette interaction «établit un modèle de relations interétatiques» fondé sur le respect mutuel et des intérêts stratégiques partagés.

S’adressant à l’assemblée plénière de l’OCS, Choïgou a catégoriquement réfuté l’énorme campagne de propagande occidentale sur la «menace» russe pour l’OTAN.

Tout le monde était présent à la réunion des ministres de la Défense de l’OCS, notamment l’Inde, l’Iran, le Pakistan et la Biélorussie en tant qu’observateur. Minsk est impatient de rejoindre l’OCS.

Les partenariats stratégiques entre la Russie, l’Iran et la Chine étaient totalement synchronisés. Outre sa rencontre avec Choïgou, Dong a également rencontré le ministre iranien de la Défense, le général de brigade Mohammad Reza Ashtiani, qui a fait l’éloge de la condamnation par Pékin de l’attaque aérienne terroriste israélienne à Damas.

Ce qui se passe actuellement entre Pékin et Téhéran est une répétition de ce qui a commencé l’année dernière entre Moscou et Téhéran, lorsqu’un membre de la délégation iranienne en visite en Russie a fait remarquer que les deux parties avaient convenu d’une relation mutuelle «tout ce dont vous avez besoin» de haut niveau.

À Astana, le soutien de Dong à l’Iran était manifeste. Non seulement il a invité Ashtiani à une conférence sur la sécurité à Pékin, reflétant ainsi la position iranienne, mais il a également appelé à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et à l’acheminement d’aide humanitaire.

Lors de sa rencontre avec Ashtiani, Choïgou a fourni un contexte supplémentaire en rappelant que «la lutte commune contre le terrorisme international en Syrie est un exemple frappant de nos relations amicales de longue date». Le ministre russe de la Défense a ensuite délivré son message décisif :

«La situation militaro-politique actuelle et les menaces qui pèsent sur nos États nous obligent … à adopter des approches communes pour construire un ordre mondial juste, fondé sur l’égalité de tous les participants à la communauté internationale».

Un nouvel ordre mondial de sécurité

L’établissement d’un nouvel ordre mondial de sécurité est au cœur de la planification des BRICS-10, au même titre que le débat sur la dédollarisation. Tout cela est un anathème pour l’Occident collectif, qui est incapable de comprendre les partenariats multiples et entrelacés de la Russie, de l’Iran et de la Chine.

Et l’interaction se poursuit en personne. Le président russe Vladimir Poutine se rendra à Pékin dans le courant du mois. En ce qui concerne Gaza, la position de la Russie, de l’Iran et de la Chine est parfaitement synchronisée : Israël commet un génocide. Pour l’UE – et l’OTAN dans son ensemble – il ne s’agit pas d’un génocide : le bloc soutient Israël quoi qu’il arrive.

Après que l’Iran, le 13 avril, a définitivement changé la donne au Moyen-Orient, sans même utiliser ses meilleurs missiles hypersoniques, la question clé pour la Majorité mondiale est claire : en fin de compte, qui contiendra les génocidaires, et comment ? Des sources diplomatiques laissent entendre que cette question sera abordée en tête-à-tête par Poutine et Xi.

Comme le remarque un universitaire chinois avec un aplomb unique :

«Cette fois, les barbares sont confrontés à une civilisation écrite qui perdure depuis 5000 ans, armée de l’Art de la Guerre de Sun Tzu, de la pensée de Mao, de la stratégie de double circulation de Xi, de Ceinture et Route, des BRICS, de la numérisation du renminbi, de la Russie et de la Chine sans limite, de l’industrie manufacturière la plus puissante du monde, de la suprématie technologique, de la puissance économique, et du soutien du Sud mondial».

Tout cela contre un Hégémon polarisé en pleine tourmente, avec son porte-avions génocidaire au Moyen-Orient totalement hors de contrôle.

Les menaces américaines d’un «choix clair» entre mettre fin à plusieurs éléments clés du partenariat stratégique Russie-Chine ou faire face à un tsunami de sanctions ne prennent pas à Pékin. Il en va de même pour les tentatives illusoires de Washington d’empêcher les membres des BRICS d’abandonner le dollar américain.

Le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a clairement indiqué que Moscou et Pékin avaient presque atteint le point d’abandonner le dollar américain dans le commerce bilatéral. Et le vol pur et simple des actifs russes par l’Occident collectif est la ligne rouge ultime pour les BRICS – et tous les autres pays qui regardent avec horreur – dans leur ensemble : il s’agit définitivement d’un Empire «incapable de respecter un accord», comme Lavrov l’a souligné depuis la fin 2021.

Yaroslav Lisovolik, fondateur de BRICS+ Analytics, écarte les menaces de l’Hégémon contre les BRICS, car la feuille de route vers un système de paiement alternatif n’en est qu’à ses balbutiements. En ce qui concerne le commerce entre la Russie et la Chine, le train à grande vitesse sans dollar a déjà quitté la gare.

Pourtant, la question clé demeure : comment la Russie, l’Iran et la Chine (RIC), en tant que leaders des BRICS, membres de l’OCS et simultanément trois principales «menaces existentielles» pour l’Hégémon, pourront-ils commencer à mettre en œuvre une nouvelle architecture de sécurité mondiale sans avoir à faire face aux génocidaires ?

Pepe Escobar

source : The Cradle

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

2 réflexions sur “L’apologie de la nouvelle alliance du Grand capital mondial (Escobar)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *