Poutine règle la boussole pour le reste du voyage

Par M.K. Bhadrakumar – Le 15 mai 2024 – Source Indian Punchline

Pour cette occasion historique, dans la salle Saint-André du palais du Grand Kremlin à Moscou, alors que la Russie se trouve à un moment tumultueux où elle sculpte et façonne son destin, le président Vladimir Poutine a prononcé un discours remarquablement bref lors de la cérémonie d’inauguration qui s’est tenue le 7 mai.

Il y avait tant à dire, compte tenu de l’importance de l’achèvement des deux décennies de pouvoir de Poutine et du début d’un nouveau mandat de six ans au Kremlin, jusqu’en 2030. La carrière politique d’un homme qui marque l’histoire, qui a chorégraphié la renaissance de son pays et le retour de la Russie sur le devant de la scène politique mondiale, a été tout à fait extraordinaire. En vérité, on s’attend à ce que le mandat de six ans de Poutine coïncide avec l’établissement de l’ordre mondial du 21e siècle. 

Poutine avait un seul message profond à transmettre au peuple russe, à savoir l’importance cruciale de l’unité nationale pour le passé récent et les temps à venir – sans unité, tout est perdu, alors qu’avec l’unité, tout est possible.

 

Le fait que Poutine qualifie le moment présent de “période charnière difficile” dans l’histoire de la Russie retient l’attention. De toute évidence, il ne nourrit pas d’espoirs irréalistes quant à la fin prochaine de la guerre en Ukraine. En fait, l’Occident n’est pas du tout prêt pour la paix. L’ancienne sous-secrétaire d’État Victoria Nuland l’a admis publiquement et sans détour dans une interview accordée à Politico le week-end dernier.

Poutine a procédé à deux nominations clés au sein de son nouveau gouvernement : la nomination de Mikhail Mishustin, brillant technocrate chargé de diriger l’économie russe dans un contexte de sanctions et de guerre, au poste de premier ministre, et le remplacement du ministre de la défense Sergei Shoigu par le premier vice-premier ministre Andrei Belousov. Chacun de ces changements témoigne des exigences professionnelles attendues, compte tenu de l’importance cruciale de la gestion de l’économie qu’une guerre de longue durée ne manquera pas d’entraîner.

Poutine s’est engagé à mettre en œuvre un programme social et économique extrêmement ambitieux au cours de son prochain mandat, dont la réussite exige des investissements publics à grande échelle. Il s’est également fixé comme objectif de hisser la Russie au rang de cinquième économie mondiale, derrière les États-Unis, la Chine, le Japon et l’Inde, ce qui constituerait un formidable exploit.

D’autre part, le budget de la défense de la Russie s’est envolé au cours des deux années de guerre en Ukraine pour atteindre 6,7 % du PIB, ce qui se rapproche des niveaux de l’ère soviétique. C’est là que Belousov entre en jeu. Économiste expérimenté, il a été pendant plus de dix ans le conseiller économique de confiance de Poutine. Belousov est un étatiste keynésien et un rare défenseur du contrôle de l’État dans l’économie “post-soviétique“, qui a un passé irréprochable dans la vie publique et qui est aujourd’hui chargé de peaufiner le complexe militaro-industriel russe.

Le changement à la tête de la défense est particulièrement intéressant du point de vue du calendrier. Ces derniers mois, les troupes russes ont progressé dans l’est de l’Ukraine, mais le week-end dernier, elles ont lancé une nouvelle offensive dans la région de Kharkov, au nord-est du pays.

Le discours occidental veut que Moscou soit sur le point d’ordonner une offensive militaire majeure en Ukraine visant à écraser l’armée ukrainienne. Toutefois, il est clair que Poutine ressent le besoin d’adaptation et de développement tandis que les forces russes tentent de gagner autant de territoires que possible avant que le nouveau programme d’aide américain de 61 milliards de dollars ne soit débloqué.

Le secrétaire de presse du Kremlin, Dmitri Peskov, a expliqué que la nomination d’un ministre civil de la défense répondait à un besoin d’”innovation“. Selon Tass, Peskov aurait déclaré : “Sur le champ de bataille actuel, le vainqueur est celui qui est le plus ouvert à l’innovation… C’est pourquoi, à ce stade, le président a pris la décision de nommer un civil à la tête du ministère de la défense“.

La remarque de Peskov indique clairement que Poutine est en train de se préparer pour le long terme. Six ans, c’est long et il est fort probable que la guerre par procuration avec les États-Unis s’étende bien au-delà de l’Ukraine ou de l’Europe.

Ainsi, la situation complexe de la présence russe sur la base aérienne américaine de Niamey, au Niger, reflète les enjeux géopolitiques qui se développent en Afrique. Rien que la semaine dernière, la Russie a eu des contacts intensifs à haut niveau avec des pays d’Afrique de l’Ouest situés sur la côte atlantique.

L’idée semble être que la stratégie militaire proprement dite sera probablement élaborée par le général Valery Gerasimov, chef de l’état-major général, sous le contrôle strict de Poutine lui-même. Alexandra Prokopenko, ancienne conseillère à la banque centrale de Russie, a écrit sur X : “La priorité de Poutine est la guerre ; la guerre d’usure se gagne par l’économie“. En clair, Poutine a l’intention de gagner la guerre en broyant l’Ukraine dans une course aux armements prolongée à l’échelle industrielle.

Parallèlement, la visite du secrétaire d’État américain Antony Blinken à Kiev mardi est hautement symbolique, car il s’agit d’un vote de confiance pour le président Vladimir Zelensky, dont le mandat présidentiel s’achève le 20 mai, ce qui remet évidemment en question la légitimité de son régime. La visite de Blinken est une réponse directe à la nouvelle offensive menée par les forces russes dans la région sensible de Kharkov depuis vendredi dernier, où les lignes de défense ukrainiennes sont en train de se fissurer.

Bloomberg a rapporté hier que l’administration américaine s’efforçait de fournir à l’Ukraine une batterie supplémentaire de défense aérienne Patriot ainsi que des radars pour aider le pays à repousser les attaques aériennes russes. Blinken a affirmé que le programme d’aide de 61 milliards de dollars en cours de préparation allait “faire une réelle différence” sur le champ de bataille. Il a souligné que “l’Ukraine peut compter sur ses partenaires pour un soutien durable et à long terme“.

L’intention derrière la visite surprise de Blinken à Kiev est de montrer à Moscou que toute hypothèse selon laquelle les États-Unis abandonneront l’Ukraine tôt ou tard, en particulier si l’élection présidentielle américaine de cette année porte Donald Trump à la Maison Blanche, est profondément erronée.

L’argumentaire va-t-en-guerre qui s’efforce de naître au sein de la DC est le suivant : “Quels que soient les résultats de novembre, si le Congrès ne s’appuie pas sur le dernier programme d’aide en paroles et en actes, cela nuira au leadership et à la crédibilité des États-Unis dans le monde, ce qui enhardira nos ennemis“, selon les termes de Liana Fix, experte en politique étrangère et de sécurité russe et européenne au Council on Foreign Relations à New York.

Dans le scénario ci-dessus, la Russie ne cherchera qu’à consolider ses liens avec la Chine, l’Iran, etc. La Russie considère que la corrélation des forces joue en sa faveur. La vision russe du monde est en harmonie avec celle du Sud. Le ministre indien des affaires étrangères, S. Jaishankar, a déclaré hier lors d’un forum public à New Delhi : “Aucun pays n’est aujourd’hui suffisamment dominant… Il s’agit d’une période de transition où l’ancien ordre est à bout de souffle, mais où le nouvel ordre n’est pas encore arrivé.” Jaishankar a également souligné que la Russie est dotée de ressources naturelles telles que le pétrole, le charbon et des métaux de différentes sortes que l’Inde peut se procurer.

La trajectoire de la politique étrangère russe a non seulement survécu aux deux années de conflit en Ukraine, mais son raisonnement sous-jacent est en fait justifié. La confiance totale accordée par Poutine au ministre des affaires étrangères, Sergey Lavrov, qui est à la tête de son ministère depuis 20 ans déjà, en fait le diplomate le plus anciennement en poste sur la place Smolenskaya après Andrei Gromyko, en est la meilleure illustration.

M.K. Bhadrakumar

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

2 réflexions sur “Poutine règle la boussole pour le reste du voyage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *