Le défi de l’empire oriental à l’empire occidental du capital

par Alastair Crooke.  Sur https://reseauinternational.net/au-bord-de-la-dissolution-nevrose-en-occident-au-moment-ou-la-digue-cede/

Le discours de l’escalade militaire est à la mode en Europe, mais tant au Moyen-Orient qu’en Ukraine, la politique occidentale est en grande difficulté.

Le paradoxe est que l’équipe Biden – par pure inadvertance – est en train d’accoucher d’un «nouveau monde». Elle le fait en raison de son opposition grossière à la parturition. Plus les élites occidentales s’opposent à la naissance – en «sauvant le sionisme», en «sauvant l’Ukraine européenne» et en écrasant les dissidents – plus elles accélèrent la chute du Léviathan.

La double accolade d’adieu du président Xi au président Poutine après leur sommet des 16 et 17 mai a néanmoins scellé la naissance – même le New York Times, avec son égocentrisme habituel, a qualifié l’accolade chaleureuse de Xi de «défi à l’Occident».

La racine de la dissolution à venir découle précisément de la lacune que le titre du New York Times résume en qualifiant avec dédain le changement sismique d’anti-occidentalisme de base.

Il reflète la myopie qui consiste à ne pas vouloir voir ou entendre ce qui se dresse si clairement devant soi : S’il s’agissait simplement d’un «anti-occident» – rien de plus que la négation de la négation – la critique aurait une certaine justification. Or, il ne s’agit pas d’une simple antithèse.

Au contraire, la déclaration commune Chine-Russie de près de 8000 mots évoque les lois élémentaires de la nature elle-même en décrivant l’usurpation par l’Occident des principes fondamentaux de l’humanité, de la réalité et de l’ordre – une critique qui rend l’Occident collectif fou de rage.

David Brooks, l’auteur américain qui a inventé le terme BoBos (Bohemian Bourgeoisie, c’est-à-dire les métro-élites) pour décrire la montée du wokisme, affirme aujourd’hui que le «libéralisme» (quoi que cela signifie aujourd’hui) «est malade» et en recul. Le zeitgeist «libéral» classique repose sur un socle d’engagements et d’obligations morales qui précèdent le choix – nos obligations envers nos familles, nos communautés et nos pays, nos ancêtres et nos descendants, Dieu ou un ensemble de vérités transcendantes.

Elle tend vers la tiédeur et le manque d’inspiration, déclare Brooks ; «Elle évite les grandes questions telles que : Pourquoi sommes-nous ici ? Quel est le sens de tout cela ? Elle nourrit plutôt les douces vertus bourgeoises comme la gentillesse et la décence – mais pas, comme le permet Lefebvre, certaines des vertus les plus élevées, comme la bravoure, la loyauté, la piété et l’amour auto-sacrificiel».

Pour être clair, Brooks, dans un autre article, affirme qu’en mettant autant l’accent sur le choix individuel, le libéralisme pur atténue les liens sociaux : Dans une éthique purement libérale, une question invisible se cache derrière chaque relation : Cette personne est-elle bonne pour moi? Chaque lien social devient temporaire et contingent. Lorsque les sociétés deviennent libérales jusqu’au bout, elles négligent (comme le cite Brooks) la vérité fondamentale de Victor Frankl selon laquelle «la quête de sens de l’homme est la motivation première de sa vie».

La déclaration commune de Xi-Poutine n’est donc pas seulement un plan de travail détaillé pour un avenir des BRICS (bien qu’il s’agisse en effet d’un plan de travail très complet pour le sommet des BRICS en octobre). La Russie et la Chine ont plutôt proposé une vision dynamique de principes concrets comme piliers d’une nouvelle société dans l’avenir post-occidental.

En jouant directement sur les sources primordiales de sens qui sont plus profondes que les préférences individuelles – la foi, la famille, le sol et le drapeau – la Russie et la Chine ont repris le flambeau du mouvement des non-alignés de Bandung en promouvant le droit à l’autodétermination nationale et en mettant fin à des systèmes d’exploitation vieux de plusieurs siècles.

Mais comment et pourquoi peut-on dire que l’Occident accélère sa propre dissolution ?

Le New York Times donne un indice sur le «pourquoi» : La vieille obsession «anglo-saxonne» pour une Russie défiante que l’Occident n’a jamais été en mesure de plier à sa volonté. Aujourd’hui, la Russie et la Chine ont signé une déclaration commune quelque peu similaire à l’amitié «sans limites» déclarée en février 2022, mais qui va plus loin.

Cette déclaration décrit leur relation comme «supérieure aux alliances politiques et militaires de l’époque de la guerre froide». L’amitié entre les deux États n’a pas de limites, il n’y a pas de domaines de coopération «interdits»…».

En d’autres termes, il s’agit d’une violation de la règle occidentale de longue date de la triangulation : les États-Unis doivent se tenir aux côtés de l’un, de la Russie ou de la Chine, contre l’autre ; mais jamais la Chine et la Russie ne doivent être autorisées à s’allier contre les États-Unis ! – une doctrine sanctifiée dans le «droit canon» occidental depuis l’époque de Mackinder au XIXe siècle.

Pourtant, ce «deux contre un» est précisément ce que l’équipe Biden a «fait» par inadvertance.

Qu’est-ce qui constitue alors le «comment» ?

Le problème des solutions occidentales à tout problème géopolitique est qu’elles consistent invariablement à faire plus de la même chose.

La combinaison de ce profond dédain pour la Russie – subsumé dans la peur sous-jacente de la Russie en tant que concurrent géostratégique potentiel – invite l’Occident à répéter la même approche de triangulation, sans réfléchir à la question de savoir si les circonstances ont changé ou non. C’est le cas ici et maintenant, ce qui crée un risque «clair et présent» d’escalade involontaire et préjudiciable : Une perspective qui pourrait engendrer ce que l’Occident craint le plus – une perte de contrôle, entraînant le système dans une spirale de chute libre.

L’Erreur :

Ray McGovern, ancien conseiller du président américain, a raconté comment «lorsque Biden a pris ses fonctions en 2021, ses conseillers lui ont assuré qu’il pourrait jouer sur la peur de la Russie (sic) à l’égard de la Chine – et creuser un fossé entre les deux. Cela représente la «mère de toutes les erreurs» de jugement, car elle provoque les circonstances dans lesquelles l’«Ordre» occidental peut se dissoudre».

«Cette [présomption de faiblesse de la Russie] est apparue de manière embarrassante lorsque Biden a dit à Poutine lors de leur sommet de Genève … permettez-moi de poser une question rhétorique : «Vous avez une frontière de plusieurs milliers de kilomètres avec la Chine. La Chine cherche à devenir l’économie la plus puissante du monde et l’armée la plus importante et la plus puissante du monde»».

McGovern observe que cette rencontre a donné à Poutine la confirmation claire que Biden et ses conseillers étaient coincés dans une évaluation terriblement dépassée des relations entre la Russie et la Chine.

Voici la façon bizarre dont Biden a décrit son approche de la Chine avec Poutine : À l’aéroport, après le sommet, les assistants de Biden ont fait de leur mieux pour l’entraîner dans l’avion, mais n’ont pas réussi à l’empêcher de partager plus de «sagesse» sur la Chine : «La Russie est dans une situation très, très difficile en ce moment. Elle est pressée par la Chine».

Oui : Toujours la même chose ! Biden essayait, sur les conseils de ses experts, d’insérer l’omniprésent «coin» occidental entre la Russie et une «GROSSE» Chine.

Après ces remarques, Poutine et Xi ont passé le reste de l’année 2021 à essayer de discréditer Biden au sujet de la «compression de la Chine» : Cet effort mutuel a culminé avec le sommet d’amitié «pas de limite» Xi-Poutine de cette année-là. Si les conseillers avaient été attentifs, ils auraient suivi la longue histoire du rapprochement russo-chinois. Mais non, ils étaient idéologiquement figés dans l’idée que les deux pays étaient destinés à être des ennemis éternels.

Persévérer dans l’erreur. La situation empire :

Ensuite, lors d’une conversation téléphonique du 30 décembre 2021, Biden a assuré à Poutine que «Washington n’avait pas l’intention de déployer des armes de frappe offensives en Ukraine». Cependant, le ministre des Affaires étrangères Lavrov a révélé que lorsqu’il a rencontré Blinken à Genève en janvier 2022, le secrétaire d’État américain a prétendu qu’il n’avait pas entendu parler de l’engagement de Biden envers Poutine le 30 décembre 2021. Au contraire, Blinken a insisté sur le fait que les missiles américains de moyenne portée pouvaient être déployés en Ukraine et que les États-Unis pourraient être disposés à envisager d’en limiter le nombre.

Aggraver une erreur flagrante

En août 2019, lorsque les États-Unis se sont retirés du traité interdisant les missiles de portée intermédiaire en Europe, ils avaient déjà déployé des missiles en Roumanie et en Pologne (en précisant que leur objectif était ostensiblement de «se défendre contre l’Iran»). Cependant, les tubes installés sont délibérément configurés pour accueillir des missiles de croisière et balistiques équipés d’ogives nucléaires ; mais c’est là que le bât blesse : il n’est pas possible de déterminer quel missile est chargé, car les tubes sont munis de couvercles. Le temps nécessaire à ces missiles pour atteindre Moscou serait de 9 minutes à partir de la Pologne et de 10 minutes à partir de la Roumanie.

Mais si, comme l’a menacé Blinken, des missiles étaient installés en Ukraine, ce délai tomberait à 7 minutes seulement (et s’il s’agissait d’un missile hypersonique, que les États-Unis ne possèdent pas encore, ce délai ne serait que de 2 à 3 minutes).

Pour que les choses soient claires, il s’agit là (c’est-à-dire l’Ukraine) de la guerre existentielle de la Russie, qu’elle mènera quoi qu’il en coûte. Pékin est pleinement conscient des enjeux importants pour la Russie (et, en fin de compte, pour la Chine également).

Les conséquences du recours aux «mêmes tactiques encore et encore» (menaces et pressions).

Le 18 mai à Moscou, dans le sillage du dernier sommet Xi-Poutine – comme le note M.K. Bhadrakumar – Lavrov a prédit une escalade des livraisons d’armes occidentales à l’Ukraine, reflétant non seulement le besoin électoral de Biden d’être perçu comme «faisant face à la Russie», mais aussi la réalité que «la phase aiguë de la confrontation militaro-politique avec l’Occident» se poursuivra, à «plein régime».

Les processus de pensée occidentaux, a déclaré Lavrov, s’orientent dangereusement vers «les contours de la formation d’une alliance militaire européenne – avec une composante nucléaire». Lavrov a déploré le fait qu’«ils ont fait le choix d’un affrontement sur le champ de bataille : Nous y sommes prêts». «Le programme visant à infliger une défaite stratégique à la Russie – militairement et autrement – est un pur fantasme qui sera résolument contré».

L’insuffisance militaire de l’Europe explique sans doute l’idée d’ajouter une composante nucléaire.

En clair, les États-Unis étant incapables de se retirer ou de modérer leur détermination à préserver leur hégémonie, Lavrov entrevoit la perspective d’une augmentation de la fourniture d’armes occidentales à l’Ukraine. Le discours de l’escalade militaire est à la mode en Europe (cela ne fait aucun doute) ; mais tant au Moyen-Orient qu’en Ukraine, la politique occidentale est en grande difficulté. On peut douter que l’Occident ait la volonté politique, ou l’unité interne, de poursuivre cette voie agressive. Les guerres qui s’éternisent ne sont pas traditionnellement considérées comme «favorables aux électeurs» lorsque la campagne électorale atteint son apogée.

Alastair Crooke

source : Strategic Culture Foundation

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

6 réflexions sur “Le défi de l’empire oriental à l’empire occidental du capital

  • Ping : Un général allemand expose les enjeux de la guerre globale qui s’amorce en Ukraine (Harald Kujat) – les 7 du quebec

  • 30 mai 2024 à 22 h 33 min
    Permalien

    Crooke à travers son analyse subjective et personnalisée d’un Biden, mal conseillé et de XI et Poutine, ouvert sur l’avenir occulte les vrais raisons de l’affrontement inéluctable entre l’occident et l’orient ainsi que les fondements de l’alliance sino-russe.
    Comme Lénine l’a démontré dans: «L’impérialiste, stade suprême du capitalisme», confrontés à une crise de surproduction, les capitalistes ne connaissent que la guerre pour la résoudre, détruisant les surplus de capital fixe, de main d’œuvre, de marchandises, se repartageant les marchés et les profits au bout du fusil dans le sang du prolétariat.
    La Chine qui a un surplus de voitures électriques ne pourra pas les vendre aux U$A, ni en Europe qui lui imposeront une surtaxe astronomique,dès lors, ils les vendront à la Russie.Comment la Russie paiera-t-elle? Avec ses immenses surplus d’hydrocarbures résultant de la fermeture de son marché européen.
    Ainsi, la Chine, la première puissance industrielle mondiale, vient de se voir offrir sur un plateau d’argent la Russie, première puissance en terme de matières premières.
    Pourquoi Biden et ses laquais européens ont-ils précipité Poutine dans les bras de Xi, telle est la question?
    Parce que les U$A et ses vassaux européens,en capitalistes qu’ils sont, avaient la certitude qu’en volant 300 milliards de $ aux capitalistes russes et en leur infligeant 20,000 sanctions,ils forceraient Poutine et sa clique à plier ou qu’à défaut, la bourgeoisie russe le renverserait par un coup d’État électoral ou par un coup d’État de «couleur».C’est ce qu’avait pronostiqué Bruno Lemaire, l’indécrotable, ministre français des finances lorsqu’il a déclaré que l’économie russe serait «ruinée».
    Profitant du brouillard de la guerre engendré par la guerre en Ukraine et ne reculant devant aucun «profit», ces «busine$$ man», ont poussé leur rapacité jusqu’à s’associer avec les norvégiens et les danois pour faire sauter le cordon ombilical énergétique allemand et français,NordStream de 10 milliards de $ U$ et d’offrir aux compagnies européennes en manque d’énergies de transporter leurs pénates aux U$A où grâce à l’Inflation Régulation Act, ils bénéficieront de plantureuses subventions,un sommet de couillonnerie.
    Pourquoi les allemands et les français acceptent-ils d’être baisés aussi magistralement?Pire de participer à leur entubage?Parce que les U$A leur ont promis de réaliser, à terme,le LEBENSRAUM sur la Russie et de s’emparer de toutes ses richesses naturelles et d’asservir son prolétariat en balkanisant la Fédération russe comme ils l’ont fait avec la Fédération yougoslave, l’Iraq, la Libye,la Syrie, une formule éprouvée.
    Le rêve historique de la bourgeoisie française sous Napoléon, de la bourgeoisie allemande sous Bismarck et Hitler deviendrait réalité.Avoir accès au plus vaste réservoir de matières premières pour s’enrichir, le rêve de toute bourgeoisie.
    Que sera quelques millions de morts pour obtenir cet Eldorado, surtout si ce sont les autres qui meurent comme c’est toujours le cas pour la bourgeoisie.
    La bourgeoisie russe est parfaitement consciente de cet objectif, en bourgeoisie compradore quelle est, pourquoi ne pas se vendre à la Chine et s’associer dans cette guerre pour obtenir de nouveaux marchés et dominer le monde?Exclus tous 2 du marché européen, les chinois pourront échanger leurs produits finis contre des matières premières russes, ce qui vaudra mieux que contre des $ US saisissable et bientôt sans valeur.
    A ce cortège de souffrances et de morts que la bourgeoisie se propose d’imposer au prolétariat, il faut ajouter l’horreur idéologique que chacun des camps impérialistes propose.
    En Occident, s’est le règne de l’exubérance dans la décadence avec les LGBTQ+2 à la puissance 4, avec sa ribambelle de trans, de femmes à barbe, de gars avec des seins, de pornographie juvénile, de philosophies de la différence et de l’individualisme, de la dictature des minorités, de libertinage et libertés débridés.
    En Orient, c’est le retour des religions obscurantistes moyen-ageuses, depuis les popes jusqu’aux imams, aux ayatollahs, aux moines boudhistes, hindouistes, taoïstes, confucéens et tuttis quanti, du nationalisme, de «la foi, le courage, la loyauté» au service de sa bourgeoisie.
    Cette guerre idéologique de «bonnet blanc et blanc bonnet », de décadence de «gauche» versus décadence de «droite», de prétendre qu’il n’y aurait que la médaille de la bourgeoisie déclenchée par la bourgeoisie afin d’embrigader le prolétariat dans sa 3ième guerre mondiale pour un nouveau partage des marchés et des profits ne peut être vaincue qu’en lui opposant le MARXISME et tous les révolutionnaires prolétariens qui l’ont développé au cours de leurs luttes révolutionnaires subséquentes.
    Pour les révolutionnaires prolétariens, il est impérieux de faire entendre la voie du MARXISME en opposition à toute la propagande bourgeoise.
    PS:J’ai noté qu’on n’offre plus l’analyse des camarades espagnols qui malgré un certain penchant étaient instructifs, c’est dommage.

    Répondre
  • 31 mai 2024 à 10 h 06 min
    Permalien

    EN EFFET,

    Le webmagazine LES7DUQUEBEC.NET n’offre plus les textes d’analyses des camarades espagnoles de Communia…blog https://es.communia.blog/ car ces camarades ont fermé leur blog pour d’obscurs motifs.

    Nous le déplorons amèrement car leurs excellentes analyses étaient prolétariennes révolutionnaires.

    robert bibeau

    Répondre
  • 31 mai 2024 à 10 h 41 min
    Permalien

    J’ai constaté que les propriétaires capitalistes du WEB et leurs laquais politiciens s’ingénient à censurer, entraver ( VUDUDROIT.COM; VEILLE STRATÉGIQUE), paralyser et ultimement fermer les webs magazine révolutionnaires ( COMMUNIA.blog) lorsqu’ils ont atteint un certain seuil d’audimat, celui des camarades espagnols en est-il victime?
    Ne serait-il pas possible d’obtenir leurs analyses par d’autres voies?D’ailleurs, le prolétariat révolutionnaire doit savoir qu’éventuellement la bourgeoisie lui coupera l’internet comme elle l’a fait partout et en tout temps lors de la montée du mouvement révolutionnaire.

    Répondre
  • Ping : Le monde vu par le général Delawarde – les 7 du quebec

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *