Le 80e anniversaire du jour J combine révisionnisme historique et pow-wow de guerre par procuration

Par Andrew Korybko.

 

La présence de Zelensky prend un sens plus pratique que le simple renforcement des récits historiquement révisionnistes sur la Seconde Guerre mondiale, puisque ses discussions avec les dirigeants américains, britanniques, français et allemands décideront de l’escalade à venir et du nouveau processus de paix qui pourrait les suivre d’ici la fin de l’été.

Une grande partie de l’attention des médias s’est concentrée sur le 80e anniversaire du jour J, compte tenu de sa signification émotionnelle et de la participation de plusieurs dirigeants internationaux à l’événement. La présence de Zelensky aux côtés de Biden et de plusieurs de ses homologues d’Europe occidentale semble déplacée puisque l’Ukraine n’a rien à voir avec cette opération. La seule raison pour laquelle il a été invité était de faire avancer le récit historiquement révisionniste de l’OTAN sur la Seconde Guerre mondiale et de s’engager dans un pow-wow de guerre par procuration.

Pour expliquer, la première fait référence à la fausse affirmation selon laquelle les Alliés occidentaux étaient les principaux responsables de la défaite des nazis, et non l’Union soviétique. Cette version tordue de la vérité a toujours existé, mais a commencé à être propagée férocement après 2014 et surtout après le début de l’opération spéciale de la Russie en 2022. Ce récit a été popularisé parallèlement à celui décrivant le pacte Molotov-Ribbentrop, dont l’importance réelle a été clarifiée ici, comme forgeant une alliance soviéto-nazie qui a rendu possible la Seconde Guerre mondiale.

Il est donc devenu inacceptable pour l’élite occidentale et les faiseurs d’opinion de reconnaître le rôle de l’URSS dans la défaite des nazis. Cependant, comme les faits sur l’ordre d’après-guerre ne peuvent être effacés, ils ont plutôt commencé à manipuler les événements qui y ont conduit afin de raconter que le premier front ukrainien qui a joué un rôle de premier plan dans la bataille de Berlin était une force semi-indépendante. À cette fin, ils oublient qu’il a été nommé ainsi pour des raisons géographiques et prétendent plutôt qu’il s’agissait d’une identité ethnique.

La collaboration de certains Ukrainiens avec les nazis est soit ignorée, soit expliquée de manière malhonnête comme « une forme malavisée de résistance antisoviétique », qui se combine avec l’affirmation précédente sur le premier front ukrainien pour élaborer un récit entièrement nouveau. Dans l’esprit occidental moyen de nos jours, les Ukrainiens ont été victimes des Soviétiques avant la Seconde Guerre mondiale, puis des nazis pendant celle-ci ; des vainqueurs semi-indépendants de cette guerre ; puis une fois de plus victimes des Soviétiques après lui comme le reste de l’Europe centrale et orientale (PECO).

Le métarécit qui est formé par les moyens mentionnés ci-dessus est d’assimiler l’URSS à l’Allemagne nazie en termes de responsabilité morale pour le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, puis de comparer la présence militaire prolongée de la première en Europe centrale et orientale après la guerre avec l’occupation brève mais hautement génocidaire des nazis. C’est sur cette base que la Russie n’a pas été invitée à assister au 80e anniversaire du jour J, mais Zelensky l’a été, car la participation de ce dernier renforce ces vues dans l’imaginaire occidental.

Après avoir expliqué les raisons historiquement révisionnistes de l’invitation de Zelensky à l’événement de jeudi, il est maintenant temps de passer à son importance pratique en ce qui concerne la guerre par procuration OTAN-Russie en Ukraine. Il est en train de faire un pow-wow avec les dirigeants américains, britanniques, français et allemands précisément au moment où ces quatre-là « escaladent pour désamorcer », comme cela a été soutenu ici, dans le but de contraindre la Russie à geler le conflit dans des conditions comparativement meilleures pour l’Occident et l’Ukraine.

Ils ont déjà approuvé l’utilisation par l’Ukraine de leurs armes pour frapper des cibles sur le territoire russe universellement reconnu, la France envisage une intervention conventionnelle là-bas et la Pologne, soutenue par les États-Unis, envisage d’abattre des missiles russes au-dessus de l’ouest de l’Ukraine. Dans le même temps, le président Poutine a signalé son ouverture au compromis tant que les intérêts de la Russie sont assurés, le Premier ministre estonien Kallas a déclaré que l’Ukraine pourrait perdre une partie de son territoire et Biden a affirmé qu’elle pourrait même ne pas rejoindre l’OTAN.

La réalité qui se dessine pour l’Occident au milieu de la victoire de la Russie dans la « course à la logistique » et la « guerre d’usure », que même le chef de l’OTAN Stoltenberg a admis timidement, est que l’escalade attendue de cet été pourrait être le dernier hourra de leur camp avant qu’ils ne soient contraints de parvenir à une sorte de compromis avec la Russie. Quoi qu’il en soit, les faucons idéologiquement radicalisés ont décidé de jouer à un jeu dangereux de poulet nucléaire cet été par désespoir de le contraindre à des concessions qui pourraient ensuite être présentées comme une victoire stratégique.

C’est dans ce contexte militaro-diplomatique compliqué que Zelensky rencontre les dirigeants américains, britanniques, français et allemands en Normandie, une semaine seulement avant le prochain sommet du G7 en Italie, où d’autres dirigeants occidentaux seront présents, ainsi que plusieurs autres. Il s’agit notamment des présidents brésilien et turc , du Premier ministre indien, du pape et peut-être aussi du prince héritier saoudien, dont les cinq pays ont joué un rôle de médiateur pour tenter de mettre fin au conflit ukrainien.

Les « pourparlers de paix » suisses commenceront alors juste après la fin du G7, et moins d’un mois plus tard, le prochain sommet de l’OTAN aura lieu à Washington. Avec ce programme chargé à l’esprit, la présence de Zelensky au 80e anniversaire du jour J lui permet de discuter à l’avance de la dimension ukrainienne de ces événements à venir avec ses quatre principaux mécènes, ce qui permettra à ces cinq derniers de façonner plus efficacement l’ordre du jour à la lumière du contexte militaro-diplomatique compliqué qui a déjà été expliqué.

La participation des dirigeants brésiliens, turcs, indiens et du Vatican au G7 de la semaine prochaine, ainsi que la présence éventuelle du prince héritier saoudien, peuvent conduire l’un ou plusieurs de ces pays à lancer un processus de paix ukrainien hybride entre l’Occident et le Sud global après l’échec inévitable du processus suisse. Bloomberg a rapporté à la fin du mois dernier que l’UE souhaitait que l’Arabie saoudite accueille des pourparlers inclusifs, mais chacun des autres a également de solides arguments en sa faveur qui pourraient éclipser ceux du Royaume.

La Turquie a déjà accueilli des pourparlers russo-ukrainiens, l’Inde est considérée comme la voix du Sud global et le Vatican est largement considéré (à tort ou à raison) comme ayant une haute autorité morale, mais c’est peut-être finalement le Brésil qui remportera cette compétition diplomatique en raison de son accueil du G20 de cette année. La déclaration conjointe sino-brésilienne du mois dernier sur leurs principes pour résoudre ce conflit suggère que Pékin travaillera en étroite collaboration avec Brasilia pour s’assurer que son plan de paix en 12 étapes constitue la base de tout pourparler.

Il est prématuré de prédire lequel de ces pays pourrait lancer avec succès le processus de paix hybride qui pourrait suivre les pourparlers suisses centrés sur l’Occident, mais il semble inévitable qu’une alternative se présentera à la suite de ce qui précède, et cela sera discuté lors des prochains sommets du G7 et de l’OTAN. Le pow-wow de Zelensky avec ses quatre principaux mécènes leur donne donc l’occasion de façonner l’ordre du jour de ces deux événements dans le sens de leur option préférée.

La marionnette Zelensky.

Cela ne veut pas dire qu’il a lui-même son mot à dire sur ces questions, mais plutôt qu’il s’assiéra simplement sur les discussions de ses supérieurs avant de se faire dire ce qu’il a à dire et à faire pour faire avancer leurs intérêts. Néanmoins, l’importance de sa participation au 80e anniversaire du jour J est qu’il sera présent au débat de ses mécènes sur l’opportunité de soutenir le processus hybride proposé, et toute objection pourrait les voir se liguer contre lui pour exiger son départ chorégraphié de la scène politique dans ce cas.

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

4 réflexions sur “Le 80e anniversaire du jour J combine révisionnisme historique et pow-wow de guerre par procuration

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *