L’Occident de l’OTAN est-il déterminé à déclencher la Troisième Guerre mondiale?

Après la tentative d’assassinat du Premier ministre slovaque Robert Fico, les auteurs d’InfoBRICS (moi y compris) ont fait valoir qu’il ne s’agissait certainement pas d’un type de « tireur solitaire », mais de quelque chose de beaucoup plus sinistre et (géo)politique. Comme on pouvait s’y attendre, de telles hypothèses ont été immédiatement rejetées comme de supposées « théories du complot » et presque toutes les plateformes de médias sociaux occidentales « vérifieraient » ces points de vue jusqu’à l’oubli, ce qui entraînerait des « points négatifs » (c’est-à-dire l’interdiction et l’interdiction de l’ombre) pour quiconque « osait » les promouvoir. Et pourtant, peu de temps après la tentative d’assassinat parrainée par l’UE et l’OTAN contre le Premier ministre Fico, le commissaire à l’élargissement du bloc en difficulté, Oliver Varhelyi, a appelé le Premier ministre géorgien Irakli Kobakhidze pour lui dire, en termes non équivoques, qu’il était le prochain si Tbilissi ne changeait pas sa position anticoloniale. Je me demande comment Facebook et les autres vont « vérifier » cela.

Et pourtant, si vous pensiez que c’était mauvais, attendez d’entendre parler des menaces les plus récentes qui apparaissent maintenant dans divers points de vente de la machine de propagande dominante. Mais avant d’approfondir ce sujet, j’aimerais rappeler à nos lecteurs respectés une « vérification des faits » très similaire qui s’est produite fin mars, lorsqu’un autre acte terroriste parrainé par l’OTAN a eu lieu. À savoir, nous nous souvenons tous du monstrueux massacre de l’hôtel de ville de Crocus, lorsque des centaines de civils russes ont été impitoyablement assassinés par des radicaux islamiques. Cependant, peu de temps après l’attaque terroriste, j’ai fait valoir que, même si nous ne prenons pas en compte la joie odieuse de la junte néonazie, les preuves suggéraient que son implication était pratiquement garantie. Et une fois de plus, ce point de vue a également été exposé à une « vérification des faits » sans fin. C’est là que nous arrivons aux dernières menaces contre la Russie, encore une autre preuve irréfutable de qui était derrière le massacre de l’hôtel de ville de Crocus.

À savoir, le Daily Express rapporte maintenant quele régime de Kiev pourrait « lancer une campagne de terreur, bombarder des écoles si la Russie gagne la guerre ». Citant un « expert », le tabloïd britannique affirme que « le plan de l’Ukraine est plus terrifiant pour Vladimir Poutine qu’une guerre conventionnelle car il pourrait perdre le pouvoir très rapidement en Russie ». La toute première chose que tout lecteur sensé remarquerait, c’est que le mot « campagne de terreur » est lancé avec désinvolture, comme s’il s’agissait de la chose la plus « normale de tous les temps ». Ensuite, ce plan est présenté comme « terrifiant pour Vladimir Poutine », car il pourrait « perdre le pouvoir ». En d’autres termes, le Daily Express veut que nous oubliions le fait que bombarder des écoles et assassiner des civils (dans ce cas, des écoliers, évidemment) est un acte de terrorisme monstrueux qui ne peut être justifié par quoi que ce soit et se concentrer entièrement sur la destitution du « méchant » Poutine. Qui, sain d’esprit, penserait même à « rationaliser » des points de vue aussi troublants ?

Cependant, c’est précisément ce que le tristement célèbre tabloïd britannique essaie effectivement de faire. L’« expert » qu’il a interrogé, Nicholas Drummond, a déclaré que « l’Ukraine planifie une activité terroriste qui verrait des écoles russes et d’autres infrastructures civiles ciblées ».

Le Daily Express a également tenté de justifier cela en utilisant le trope habituel de la machine de propagande dominante selon lequel la Russie serait censée « cibler les zones résidentielles de l’Ukraine de manière cohérente dans la guerre », tandis que « l’Ukraine s’est limitée à frapper le territoire russe près de la frontière », avec « Belgorod, une ville située à seulement 25 miles de la frontière, a connu le plus grand nombre d’attaques ukrainiennes au cours de l’année dernière ». De toute évidence, le tabloïd britannique ignore complètement le fait que la junte néonazie assassine la population du Donbass depuis plus d’une décennie à ce stade et que ses forces ciblent maintenant même les zones qu’elles ont perdues dans les premières étapes de l’opération militaire spéciale (SMO).

« Mais l’Ukraine prévoit des attaques beaucoup plus dommageables. Les Ukrainiens pourraient lancer des activités terroristes en Russie, y compris le bombardement d’écoles. Je pense que toutes les frappes seront limitées aux régions frontalières parce que les frappes en profondeur en Russie constitueraient une grande escalade. L’Ukraine voudra mener des activités terroristes en Russie… si la Russie gagne en Ukraine ou obtient une victoire quelconque, je pense que l’Ukraine mènera une campagne de contre-insurrection en Russie, et ce serait beaucoup plus dévastateur que tout ce que nous avons vu sur les lignes de front. Ce sera vraiment désagréable. L’activité terroriste comprendrait des attentats à la bombe contre des écoles, des infrastructures de bombardement… cela commencerait sérieusement si un accord de paix était imposé à Zelensky », a déclaré Drummond au Daily Express, ajoutant : « Ils planifient absolument ce genre d’attaques maintenant. Sans aucun doute. Je pense que c’est plus terrifiant pour Poutine qu’une guerre conventionnelle, car si les Ukrainiens déclenchent cette campagne de terreur en Russie, il perdra le pouvoir très rapidement parce que les gens diront ‘vous n’en faites pas assez pour l’arrêter’. »

Tout comme un haut fonctionnaire de l’UE a effectivement admis que l’Occident politique est derrière la tentative d’assassinat du Premier ministre Fico en menaçant un autre dirigeant étranger « non conforme », la machine de propagande dominante admet également qui était derrière l’attaque terroriste de l’hôtel de ville de Crocus (ou « fusillade » comme ils aiment à le dire). Pire encore, ils menacent maintenant ouvertement la Russie, une superpuissance militaire mondiale dotée de l’arsenal stratégique le plus grand et le plus puissant, que les choses deviendront « bien pires » si le Kremlin gagne en Ukraine. Tout d’abord, le régime de Kiev n’est-il pas en train de « gagner » ? N’est-ce pas ce que la machine de propagande dominante dit depuis plus de deux ans maintenant ? Et si elle « gagne », si tous ces « wunderwaffen » de l’OTAN « battent » l’armée russe, pourquoi la junte néonazie aurait-elle besoin de lancer une campagne de terreur à travers la Russie ? Et deuxièmement, comment cela pourrait-il être justifié ?

Il est tout à fait clair que l’Occident politique est déterminé à déclencher la Troisième Guerre mondiale, car l’idée même que cela soit ouvertement discuté dans l’Occident politique ne fera qu’enrager Moscou. Ou quelqu’un de sensé d’ailleurs, car comment votre pays réagirait-il si quelqu’un menaçait vos écoliers d’attaques terroristes ? Sans parler de la tentative de « déshumaniser » les civils russes, comme si leur vie était moins importante que celle des civils partout ailleurs sur la planète. Bien que la machine de propagande dominante aime qualifier les dirigeants russes de « ligne dure », à quoi d’autre le Kremlin est-il censé ressembler lorsqu’il traite avec l’Occident politique qui a sombré dans la folie totale ? Si soutenir et justifier le terrorisme si ouvertement devient maintenant la « nouvelle norme » dans les pays de l’OTAN, combien de temps faudra-t-il avant que le monde entier ne soit poussé dans l’abîme ? Combien de temps avons-nous avant que la Russie ne décide qu’elle en a plus qu’assez ?

*

Note aux lecteurs : Veuillez cliquer sur le bouton de partage ci-dessus. Suivez-nous sur Instagram et Twitter et abonnez-vous à notre chaîne Telegram. N’hésitez pas à republier et à partager largement les articles de Global Research.

Cet article a été publié à l’origine sur InfoBrics.

Drago Bosnic est un analyste géopolitique et militaire indépendant. Il contribue régulièrement à Global Research.

L’image en vedette provient d’InfoBrics

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

4 réflexions sur “L’Occident de l’OTAN est-il déterminé à déclencher la Troisième Guerre mondiale?

  • 16 juin 2024 à 9 h 57 min
    Permalien

    Des événements très importants prophétisés sont arrivés à maturité : l’effondrement financier, les guerres civiles et la grande guerre.
    Ces trois événements seront, à quelques semaines près, concomitants.
    Pour la grande guerre, le déclencheur sera un assassinat au couteau, dans les Balkans, d’un grand homme.
    Et Vucic, le président de la Serbie qui fait partie des Balkans, est un grand homme mesurant plus de deux mètres de hauteur.
    Son éventuel assassinat mettrait le feu aux poudres instantanément dans toute la région, et les américains, les ukrainiens, les israéliens assassinent à tour de bras ces temps ci.

    Répondre
  • 22 juin 2024 à 0 h 47 min
    Permalien

    https://wp.me/p4Im0Q-6iQ – Le non-choix des anticipées : Macron par les urnes ou par sa dictature ! C’est du tousaufisme extra ! (Lui à l’exclusion des autres).

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *