La France et le «terrorisme de proxy» pour justifier la guerre contre la Russie

Par Khider Mesloub.

 

À nouveau contexte géopolitique troublé, nouvelle stratégie sécuritaire trouble.

On se souvient que les attentats du 11 septembre 2001 avaient constitué le prétexte à la mise en œuvre des nouvelles reconfigurations politiques et géostratégiques impulsées par l’hyperpuissance américaine.

Sur fond de sidération mondiale suscitée par la psychose généralisée, dès le lendemain des attentats, les autorités américaines avaient déployé promptement leur stratégie machiavélique : mobilisation de la population derrière l’état de guerre, renforcement de l’appareil répressif de l’Etat, réaffirmation de la puissance de l’Amérique matérialisée par une politique interventionniste impérialiste tous azimuts, opéré au nom de la « lutte antiterroriste ».

En effet, immédiatement après les attentats du 11 septembre, les instances politiques et médiatiques américaines ont été embrigadées pour enrôler la population dans les entreprises guerrières impérialistes étasuniennes. Tous les pays stratégiques du Tiers-monde étaient dorénavant susceptibles d’être envahis, toutes les nations économiquement concurrentes torpillées, toutes les puissances militaires potentiellement rivales circonscrites.

Dans le même temps, au niveau national, en un temps record, l’appareil étatique américain a mis en œuvre ses plans de durcissement de la machine judiciaire et policière répressive, sa nouvelle législation sécuritaire liberticide. Du jour au lendemain, la « crise terroriste islamiste » a servi de prétexte à l’aggravation de la récession économique et au démantèlement des budgets des programmes sociaux. Tous les fonds étaient désormais alloués à l’effort de guerre impérialiste et à la « sécurité nationale ».

La promptitude avec laquelle ces mesures ont été adoptées révèle qu’elles avaient été ficelées depuis longtemps, préparées et planifiées par les cercles restreints opaques américains.

Ces derniers mois, à la faveur de la guerre russo-ukrainienne, le terrorisme islamiste étant devenu inopérant en matière de manipulation idéologique, pour avoir épuisé toutes ses potentialités de dévoiement politique, les classes dominantes occidentales, en particulier française, se sont résolues à s’offrir un autre ferment terrorisant conforme aux exigences guerrières otaniennes actuelles : le « terrorisme russe ».

Pour passer à un degré supérieur de gouvernance despotique et de légitimation du déclenchement de la guerre contre la Russie, l’État belliciste français a décidé de recourir à ses deux armes favorites : la manipulation et la terreur.

Par la manipulation étatique et médiatique, le gouvernement Macron manœuvre pour créer un climat de terreur. Terrifier par la manipulation. Manipuler par la terreur.

Comment entretenir ce climat de terreur en France, sinon, comme d’ordinaire, par l’orchestration et l’instrumentalisation du terrorisme fabriqué par une officine étatique. Un « terrorisme de proxy », c’est-à-dire perpétré par des mercenaires étrangers ou étranges mercenaires manœuvrés par les services secrets français.

Comment justifier le déclenchement de la guerre contre un pays ciblé, un État dans le viseur, autrement dit, légitimer une riposte ou couvrir (« homologuer ») l’entrée en guerre d’un pays contre un autre, d’un bloc impérialiste hégémonique contre un autre bloc impérialiste émergent?

Le 28 juin 1914, par l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand, héritier de l’Empire austro-hongrois. Le 7 décembre 1941, par l’attaque « surprise » de la base navale de Pearl Harbor menée par les forces aéronavales japonaises. Le 11 septembre 2001 encore aux États-Unis, par les attentats perpétrés par des membres du nébuleux réseau djihadiste islamiste Al-Qaïda. Le 7 octobre 2023 en Israël, par l’assaut sanglant « surprenant », mené avec une facilité déconcertante par le Hamas dans plusieurs villages israéliens.

En juin 2024, en France, par la fomentation d’une vague d’attentats supposément commis par des « Russes » sur le territoire français, propres à susciter une colère populaire vindicative et à précipiter le lancement de la riposte militaire contre Moscou, depuis plusieurs mois prônés avec acharnement par le va-t-en-guerre Macron ?

Pour autant, ce ne sera pas la première fois qu’en France un « terrorisme de proxy » est orchestré. Donc, que des présumés « terroristes » sont manipulés par les services secrets français. Ou plutôt des individus fragiles ou délinquants sont « reconvertis » en terroristes.

C’était le cas du délinquant Mohamed Merah, devenu informateur des services de renseignements français, reconverti par leurs soins en terroriste islamiste.

Selon les informations fournies à l’époque (2012) par le journaliste Daniele Raineri du quotidien italien Il Foglio, Mohamed Merah en 2010 et 2011, grâce à ses « passeports diplomatiques », voyageait librement en Egypte, Turquie, Syrie, Liban, Jordanie, Afghanistan et Pakistan…, et même en Israël.

L’auteur des tueries de Toulouse et Montauban, dont le profil était plus celui d’un jeune délinquant «de cité » que d’un djihadiste, pérégrinait ainsi sous couvert des services de renseignements français.

Selon le journaliste italien, la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) aurait utilisé le jeune Toulousain de 23 ans comme informateur, obtenant ainsi son entrée en Israël en septembre 2010 en tant qu’informateur. Toujours selon Daniele Raineri, Mohamed Merah serait allé ensuite en Jordanie d’où il se serait envolé pour l’Afghanistan et plusieurs autres pays musulmans. But de l’opération : « Prouver au réseau djihadiste sa capacité à passer à travers la frontière avec un passeport européen ».

Ces dernières années, combien de présumés « terroristes » ont été recrutés (ou d’obscurs individus reconvertis en terroristes) par les services de renseignement français pour les besoins de la cause impérieuse (impérialiste) ?

En France, la dernière recrue du « terrorisme de proxy » est un Ukrainien, originaire du Donbass. Il s’agit donc d’un Ukrainien. Or, parce qu’il est russophone comme la majorité des Ukrainiens, les autorités françaises le présentent, avec insistance, comme citoyen russe. Et pour cause.

Selon plusieurs sources médiatiques françaises, « un Russo-ukrainien de 26 ans soupçonné d’avoir projeté une action violente en France a été arrêté et est interrogé par la police française, après s’être blessé avec un engin explosif » de fabrication artisanale.

Ce Russo-ukrainien serait arrivé récemment en France. Curieusement, alors qu’il était encore en garde à vue et l’enquête à peine déclenchée, ses convictions politiques et inclinations nationalistes ont été immédiatement dévoilées par les médias français. Ce « suspect semble porter un engagement pro-russe », affirment-ils péremptoirement. Aussi, le Parquet national anti-terroriste a-t-il ouvert une enquête.

Par ailleurs, sans attendre l’achèvement des investigations, d’entrée de jeu les médias français pointent déjà du doigt la Russie. « Doit-on voir la main de Moscou derrière ce projet ? », accusent certains journaux.

Pour sa part, Macron, lors de son interview martiale de ce jeudi soir, axée essentiellement sur le « devoir impérieux de la France de neutraliser » militairement la Russie, selon sa volonté belliciste, a employé à dessein la formule incriminatrice « terrorisme russe » pour qualifier la ténébreuse affaire de l’interpellation de l’Ukrainien russophone en possession d’explosifs de fabrication artisanale. Un Ukrainien artificier pour le moins maladroit puisqu’il  aurait lui-même déclenchée une explosion en manipulant un engin artisanal dans sa chambre d’hôtel. En tout cas, le suspect nierait tout projet d’attentat.

Pour rappel, jamais un attentat à la bombe n’a été perpétré par un activiste prorusse sur le sol français. Curieusement, en juin 2024, au moment où Macron ne cesse d’afficher ouvertement son intention d’envoyer des troupes françaises pour combattre  les Russes, un Ukrainien débarque à Paris le jour de la commémoration du Débarquement pour commettre un soi-disant un attentat.

Lors de son interview propagandiste, tout s’est passé comme si Macron voulait prendre à témoin la population française délibérément terrifiée : « Vous le constatez vous-mêmes, chers compatriotes, la Russie nous livre une guerre sur notre sol. L’heure est donc à l’union nationale et à la riposte militaire ».

Au reste, lors de son interview, Macron a rappelé à propos de l’intervention militaire contre la Russie : « nous sommes organisés pour faire face à tous les risques. Nous sommes prêts à cela ».

Pour ce faire, Macron a annoncé l’envoi de Mirage 2000-5 et la mise à disposition d’hommes pour former 4500 soldats ukrainiens.

« Ce que nous proposons, c’est de former 4500 soldats ukrainiens, de les équiper, de les entrainer, de leur apporter les munitions, les armes », a précisé Macron.

La France affirme ne pas être en guerre contre la Russie. Dont acte.

Comment, dès lors, qualifier juridiquement son soutien, via ses formateurs militaires dépêchés en Ukraine en guerre contre la Russie, et ses livraisons de missiles Scalp à Kiev, autorisée à les utiliser sur le territoire russe ? D’acte de guerre ? de terrorisme ?  De diplomatie canonnière ? D’ingérence humanitaire ? De bénévolat ?

Une chose est certaine, comme le souligne le secrétaire national du Parti communiste Fabien Roussel :« Macron prend le risque, seul, de faire entrer la France en guerre contre la Russie. L’heure est grave ».

 

Khider Mesloub

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

4 réflexions sur “La France et le «terrorisme de proxy» pour justifier la guerre contre la Russie

  • Ping : La France et le «terrorisme de proxy» pour justifier la guerre contre la Russie | Raimanet

  • 19 juin 2024 à 11 h 13 min
    Permalien

    ABSTENTION GENERALE ACTIVE ;  NON AU CIRQUE ELECTORAL :

    Face aux partis de la peur et du chaos, les prolétaires indifférents à la « dé-humanisation » en marche , dégoût en hausse de tous les partis politiques et des médias ?

    Chaque jour et aujourd’hui nous sommes , pour la première fois de l’histoire ? intéressés à l’effondrement de la crédibilité, pour ne pas dire la débilité, de tous les partis politiques bourgeois va t en guerre.

    Au plan politique des chercheurs en sciences sociales ont analysé l’influence de la peur sur le raisonnement social et politique, qui joue surtout parmi les couches petites bourgeoises et les étudiants, avec leur crainte très compréhensible pour leur avenir. . L’anxiété généralisée affecte la qualité des capacités de réflexion et de raisonnement. L’attention fixée sur le danger ou une menace diminue la capacité de traiter l’information et augmente les conduites d’échappement au risque. La psychologie politique a dégagé d’importantes implications de ce phénomène pour l’étude des relations raciales, la crainte de la criminalité, les réactions face aux menaces environnementales, au terrorisme, etc.

    Le danger de guerre , grand abscent du débat électoral hyper médiatisé

    Le pouvoir actuel et la gauche bourgeoise agitent une peur irréelle du fâchisme quand le RN agite une peur réelle de l’immigration de masse. Les quartiers bourgeois restent bien protégés quand les quartiers prolétaires sont l’objet de trafics, de meurtres répétés, d’invasion de femmes voilées, de comportements évitant voire méprisant des récents immigrés, etc.

    Comme pour la Grèce, à notre tour d’être spoliés ?

    19 juin 2024

    EDITORIAL. EN FRANCE -COMME EN ITALIE-, L’ARGUMENT DE LA DETTE- SERT À ANNULER LE RÉSULTAT DES ÉLECTIONS !

    https://brunobertez.com/2024/06/19/editorial-en-france-comme-en-italie-largument-de-la-dette-sert-a-annuler-le-resultat-des-elections/

    dimanche 16 juin 2024

    LE PARTI DE LA PEUR ET DE LA SUFFISANCE

    https://proletariatuniversel.blogspot.com

    Répondre
  • 20 juin 2024 à 21 h 23 min
    Permalien

    Tout est à ce point juste que je vois poindre d’ores et déjà l’accusation décisive, ultime, absolue, irrésistible, fatale: «complotiste».Dès lors, indigne de foi, détestable, abominable, poutinienne, pro-chinoise,communiste, anathème condamnable devant être censuré car personne n’a le droit d’oser même s’interroger au delà du mensonge patent que lui sert «la vérité journalistiquement adoptée à la majorité»? ainsi que s’en proclament les médias mainstream de la bourgeoisie.Si la majorité des médias mainstream, à défaut de l’unanimité que pourrait avantageusement offrir une dictature officiellement fasciste, propage une fausseté, elle devient vérité et quiconque la conteste est un «complotiste» à faire taire avant que de l’emprisonner sinon qu’à l’occire.
    Sous la dictature de la bourgeoisie,la vérité ne se pèse plus, elle se compte.Elle se compte en nombre d’idiots-utiles que vous pouvez berner et faire voter contre leurs intérêts par des histoires alambiquées, falsifiées, déformées; par des promesses qui n’engagent que ceux qui y croient et reniées à peine élus par ceux qui les ont faites et qui sont inamovibles jusqu’au prochain cirque électoral où ils s’emploieront à faire de nouvelles promesses qu’ils renieront dans un cercle vicieux qu’ils espèrent éternels; des révisions des faits historiques qui font passer leurs héros nazis,fascistes,militaristes, traîtres, renégats et collabos pour des héros, en somme, à l’instar de leur maître spirituel Goebbels ils professent l’idéologie nazie: «[P]lus un mensonge est gros, plus il sera cru», complété par:[M]Entez,mentez,mentez, il en restera toujours quelque chose».
    Lorsque le nabot à talon haut foutriquet 1er menace la Russie de combattre en Ukraine, il ne peut ignorer ce que savent et disent ouvertement tous les experts militaires dignes de ce nom et non à la solde du complexe militaro-industriel U$/U€: quelle incidence peut avoir l’envoi de 4,500 soldats ( un régiment) qui seront prêts à se faire massacrés dans 6 mois alors que lors de la «contre-offensive» ukrainienne de 2023, 105,000 soldats (23 régiments) armés de pieds en cap par l’OTAN furent lancés contre les défenses Sourovikine et furent écrasés et décimés (Général Pinatel et Hervé Carresse)?
    Plus encore, quel instructeur français formera ce régiment lilliputien en France si les seuls 200 instructeurs français opérationnels se font massacrés sous les bombes d’1,1.5,3 tonnes russes?
    L’armée d’opérette française avec ses 20 à 25,000 soldats en état de participer à une guerre de haute intensité qui se sont fait botter le cul partout en Afrique et au Sahel, ajoutera quoi aux 500,000 survivants du million de soldats (500,000 pertes) que comptait l’armée ukronazis en février 2022 et face aux 700,000 soldats russes et aux 50,000 soldats des Républiques du Donbass?
    Sérieusement, qu’est-ce que les vieux Rafales 2000-5 pourront changer dans le rapport de feu aérien alors que l’aviation russe compte 19,000 avions de combat et que la France ne possède en tout et pour tout que 88 avions en état de combattre( Général Pinatel)?
    Il faut ajouter que Macron ne peut compter sur l’armée allemande ou britanniques, elles sont encore plus pitoyables.L’armée polonaise compte beaucoup de soldats mais les fascistes au pouvoir ont fourgué à prix d’or leurs matériels militaires aux ukronazis et n’ont même plus d’obus pour leurs canons et ils sont en attente des avions U$ non construites.Enfin, le patron U$ à 900 bases militaires à opérer avec une armée d’obèses, diabétiques,cardiaques et drogués qui ne savent que faire la guerre sur des jeux vidéos, en résumé, c’est la galère pour toutes ces armées
    d’opérettes.
    De toute évidence et à moins de croire que Foutriquet 1er soit dément, ses cris d’orfraies d’une guerre face à la Russie avec ou sans ses «alliés» ne peut logiquement qu’être brouillard de guerre et démagogie.Pourquoi pareille démagogie, telle est la question?
    Pour ressusciter le «mort cérébral» qu’était l’OTAN et forcer les gouvernements membres à verser leur «PIZZO» à la mafia otanesque, U$ en tête.Aucun des membres de cette Camora militaire ne respectait ses engagements, ce qui privait le complexe militaro-industriel de sa rançon, il fallait que ça s’arrête, quoi de mieux qu’une guerre doublé d’une campagne de terreur.Il y eu le péril «rouge», le «brun», le »noir», le «jaune», voici le tour du péril «rouge-jaune-brun», la total, le tiroir cai$$e enregistre un record de ventes.Déjà, le parrain polichinelle Stoltenberg au comble de sa joie annonce que toutes les familles mafieuses ont atteint le 2% exigés, il y a en a même qui ont dépassé l’objectif, le «téléton» des canons est un succès.
    Les U$A en pétant Nordstream ont chassé le gaz russe d’Europe, les commandes d’armes de guerre U$ explosent, les profits grimpent en flèche, on peut penser à fermer les livres et flushés les ukronazis quoi de mieux qu’un chant du cygne?
    Il n’y a que ce ringard de Lindsey Graham, le sénateur sénile, pour vouloir poursuivre l’hécatombe pour «les 10,000 à 12,000 milliards de $US de matières essentiels» que recèle l’Ukraine et promis à BlackRock mais pourquoi s’énerver, il y aura moyen de les obtenir des russes car comme le disait Poutine: «[N]ous aussi sommes des bourgeois, pourquoi nous faire la guerre», il y a sûrement moyen de s’entendre sur un prix car tout est à vendre s’il y a profit pour la bourgeoisie.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *