Faux drapeau à l’horizon ? L’étrange affaire du radar nucléaire russe détruit

Par Brandon Smith – Le 5 juin 2024 – Source Alt-Market

Si nous acceptons la vérité fondamentale selon laquelle l’Ukraine n’est rien d’autre qu’un champ de bataille par procuration entre la Russie et l’Occident, alors on pourrait dire que la Troisième Guerre mondiale a déjà commencé. Jusqu’à présent, les pouvoirs en place se sont contentés de limiter la situation à l’Ukraine, mais un événement récent suggère que les choses sont sur le point de changer. Il se passe quelque chose de très étrange sur le front nucléaire entre l’OTAN et la Russie et je pense qu’il est peut-être temps d’envisager la possibilité d’une menace sous fausse bannière.

 

Au cours des deux dernières semaines, l’Ukraine s’est attribué le mérite d’au moins deux frappes distinctes sur des cibles particulières – des stations radar russes “au-dessus de l’horizon” utilisant des drones ayant un rayon d’action impressionnant d’au moins 2000 km. Jusqu’à présent, les attaques à longue portée sur le territoire russe ont été extrêmement rares. Alors, pourquoi ces stations radar spécifiques ?

Les stations Voronezh-DM étaient situées à l’extérieur de la ville d’Orsk et de la région de Krasnodar (Armavir), loin des lignes de front en Ukraine. Ces frappes ont été saluées comme l’attaque la plus poussée de l’Ukraine au cœur de la Russie, mais les grands médias ont ignoré les implications plus larges de la situation.

Il est probable que les drones utilisés soient d’origine américaine ou européenne. L’OTAN a (jusqu’à ces derniers jours) appliqué des restrictions strictes sur la manière dont ses armes peuvent être utilisées par l’Ukraine. Des drones et des missiles de croisière à longue portée frappant des cibles au fin fond de la Russie risquent de provoquer d’importants retours de bâton, y compris la menace d’une riposte nucléaire.

Cela dit, ce ne sont pas tant les armes utilisées qui me préoccupent que les cibles spécifiques que l’Ukraine est censée avoir choisies.

Les systèmes radar russes de détection au-dessus de l’horizon ont une portée d’au moins 10 000 km (la portée réelle est confidentielle) et recherchent spécifiquement les missiles balistiques de haute altitude. Ils ne sont pas conçus pour détecter les missiles de croisière à moyenne portée volant à basse altitude (ATACMS) et les drones. En d’autres termes, les deux stations détruites par les armes ukrainiennes sont censées servir de système d’alerte précoce en cas d’attaque nucléaire.

Les Ukrainiens ont prétendument défié les restrictions de l’OTAN, non pas une, mais deux fois, pour cibler des systèmes radar qui n’ont rien à voir avec eux. En fait, les réseaux sont installés à des positions fixes et aucun d’entre eux ne visait l’Ukraine, mais le nord et le sud-ouest de la Russie. Le radar Armavir a été construit en 2009 pour combler un vide créé par la perte de radars en Ukraine, et devait également remplacer un radar Daryal plus ancien à Gabala. Il est intéressant de noter que les “angles d’ouverture de recherche” d’Armavir et d’Orsk surveillent le ciel principalement au-dessus du Moyen-Orient, y compris Israël, et d’une grande partie de l’Europe, y compris la Suisse.

Au lieu d’attaquer des ressources stratégiques vitales comme les raffineries de pétrole ou les dépôts de munitions, les défenses nucléaires de la Russie sont systématiquement entravées. Pourquoi ?

Il est important de comprendre qu’une frappe de ce type au cœur de la Russie nécessite une planification et une logistique complexes. Elle ne peut être réalisée sans renseignements secrets sur le terrain et sans l’aide de la surveillance par satellite. L’Ukraine dépend entièrement des satellites et des renseignements de l’OTAN ; une telle frappe ne serait jamais possible sans l’implication de l’OTAN. En outre, les drones utilisés devraient avoir la capacité d’échapper aux systèmes de détection précoce et de rester cachés sur des milliers de kilomètres. Ce type de technologie provient principalement de l’Occident.

En d’autres termes, il est impossible que ces attaques aient été menées par l’Ukraine sans l’aide et l’approbation du commandement américain ou européen. Je mets en doute l’idée qu’un pilote ukrainien ait pu piloter les drones à distance. Nous parlons ici de certaines des stations radar les mieux défendues de toute la Russie.

En quoi tout cela est-il important ? Examinons les terribles réalités…

Tout d’abord, le ciblage des défenses nucléaires russes pourrait faire croire au Kremlin qu’il se prépare une frappe nucléaire. Sinon, pourquoi leur radar balistique serait-il pris pour cible ? Cela signifie qu’ils seront en état d’alerte maximale en vue d’un éventuel échange nucléaire. Ce n’est pas une bonne chose.

Deuxièmement, les stations Voronezh-DM sont utilisées pour identifier les fausses alertes positives d’attaque nucléaire. En d’autres termes, si une arme imitant un missile balistique à haute altitude est utilisée contre la Russie, leur capacité à détecter qu’il ne s’agit PAS d’un missile nucléaire a été réduite. Ils pourraient lancer leurs propres ogives en réponse à une attaque non nucléaire (une fausse attaque ou un faux drapeau).

Troisièmement, Armavir et d’autres stations pourraient être utilisées pour enregistrer l’activité des missiles balistiques bien au-delà de l’espace aérien russe (dans des endroits comme le Moyen-Orient). Il est possible que ces frappes aient pour but d’aveugler la Russie et de l’empêcher de détecter des événements liés aux missiles qui n’ont rien à voir avec la guerre en Ukraine.

Quatrièmement, il est possible que l’OTAN et l’Ukraine pensent que le démantèlement du radar envoie un message selon lequel si la Russie menace de lancer une attaque nucléaire, ils pourraient être frappés en premier. Tout ce que cela signifie, c’est que la Russie ne donnera pas d’avertissement, elle lancera simplement ses missiles.

Cinquièmement, l’attaque sur Armavir remplit à elle seule les conditions énoncées publiquement par le gouvernement russe en 2020 pour des actions susceptibles de déclencher une frappe nucléaire de représailles. Le réseau d’alerte précoce de la Russie fait partie du dispositif de dissuasion nucléaire plus large du pays.

“Les conditions spécifiant la possibilité d’utilisation d’armes nucléaires par la Fédération de Russie” comprennent toute “attaque par un adversaire contre des sites gouvernementaux ou militaires critiques de la Fédération de Russie, dont la perturbation compromettrait les actions de réponse des forces nucléaires”, selon les principes fondamentaux de la politique d’État de la Fédération de Russie en matière de dissuasion nucléaire, publiés par le Kremlin en 2020.

Jusqu’à présent, rien n’indique comment la Russie va riposter, mais considérons les circonstances actuelles sur le front. Les défenses ukrainiennes sont minces et ne disposent pas de la main-d’œuvre nécessaire pour maintenir les points d’appui les plus rudimentaires. Comme je l’ai indiqué le mois dernier, la ligne de front de l’Ukraine est sur le point de s’effondrer, probablement cet été, avec l’ouverture par la Russie d’une nouvelle offensive dans le nord, près de Kharkiv.

Les pays de l’OTAN affirment désormais qu’ils soutiennent l’utilisation par l’Ukraine d’armes à longue portée à l’intérieur de la Russie. Cela signifie que les principales zones métropolitaines de l’Ukraine seront sur la table pour les propres frappes à longue portée de la Russie, une mesure qu’elle a évitée de mettre  en œuvre pour l’instant. Surveillez également l’utilisation potentielle de bombes thermobariques (bombes à effet de vide) par la Russie ; il s’agit d’armes massivement destructrices qui ont été absentes du champ de bataille jusqu’à présent (à l’exception de rapports non vérifiés).

L’Occident envoie à la Russie le message qu’il ne laissera pas l’Ukraine perdre, qu’il ne cherchera pas de solutions diplomatiques et que si la Russie commence à gagner du terrain de manière significative, tout sera permis. Cela inclut-il les armes nucléaires ? Difficile à dire.

Je soupçonne l’establishment de vouloir créer un scénario dans lequel la Russie serait amenée à réagir de manière excessive à un événement, ou dans lequel l’opinion publique serait amenée à croire que la Russie représente une menace nucléaire légitime pour l’Occident. Il est également possible que la Russie soit empêchée de surveiller un futur incident balistique au Moyen-Orient.

Ces attaques radar interviennent quelques semaines seulement avant la “conférence de paix” sur l’Ukraine qui doit se tenir en Suisse le 15 juin. Bien que les principaux dirigeants des États-Unis, de la Chine et de l’Europe n’y participent pas (et que la Russie n’y soit pas invitée), le sommet reste une cible juteuse pour un faux drapeau et donc une unification des intérêts occidentaux autour d’une guerre plus large avec la Russie. Je ne dis pas que la conférence elle-même sera attaquée, nécessairement, mais une attaque majeure pendant la conférence pourrait être utilisée pour vendre l’idée d’une intervention totale de l’OTAN.

Si l’objectif est d’étendre la guerre, toute hostilité perçue comme visant la conférence pourrait également servir d’excuse pour rallier le soutien populaire. Le fait que tant de dirigeants mondiaux, y compris M. Biden, refusent de se rendre à la conférence rend la chose encore plus douteuse.

Je doute fort que l’establishment veuille déclencher une guerre nucléaire mondiale. Ils ont tout à perdre et très peu à gagner. Ils viennent de passer la majeure partie du siècle dernier à construire l’un des réseaux de contrôle économique et politique les plus complexes de l’histoire de l’humanité. Je ne pense pas qu’ils seraient heureux de voir tout cela s’évaporer en un clin d’œil. Cela dit, un événement nucléaire limité pourrait bien servir leurs intérêts.

À l’heure où j’écris ces lignes, plusieurs gouvernements, dont le gouvernement français, demandent le déploiement de troupes européennes en Ukraine. Certains dirigeants politiques veulent qu’elles y aillent en tant que “conseillers” et formateurs. C’est exactement ce que les États-Unis ont fait juste avant de déployer d’importantes forces militaires au Viêt Nam. Vous vous souvenez du faux drapeau de l’incident du golfe du Tonkin ?

Il se passe quelque chose de très étrange ici. Je n’ai aucun doute sur le fait que la Troisième Guerre mondiale est l’issue prévue de la confrontation entre l’OTAN et la Russie en Ukraine. La question est de savoir comment ils prévoient d’organiser cette issue tout en convainquant le public américain et européen de participer à l’effort de guerre. Ils ont besoin d’une sérieuse attaque sous fausse bannière.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

2 réflexions sur “Faux drapeau à l’horizon ? L’étrange affaire du radar nucléaire russe détruit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *