Les États-Unis sont en guerre contre la Russie depuis plus de 100 ans

1. Bref historique. Chronologie

1918-1920 : Les premières forces américaines et alliées ont mené la guerre contre la Russie soviétique. Source :  Les États-Unis sont en guerre contre la Russie depuis plus de 100 ans | Mondialisation – Centre de Recherche sur la Mondialisation

Cela s’est produit exactement deux mois après la révolution d’octobre, le 12 janvier 1918, et a duré environ deux ans. (défilement vers le bas, section 2)

Forces américaines à Vladivostok, 1918

Le projet Manhattan (1939-1945)

Lancé en 1939, avec la participation du Royaume-Uni et du Canada.

Développement de la bombe atomique. (voir section 3 ci-dessous)

L’opération Barbarossa lancée par Hitler en juin 1941.

Il est prouvé que les États-Unis et leur allié britannique avaient l’intention de voir l’Allemagne nazie remporter la guerre sur le front oriental afin de détruire l’Union soviétique :

Truman, alors sénateur américain, a déclaré qu’il souhaitait voir les Soviétiques et les Allemands  » se tuer entre eux le plus possible « [“kill as many as possible” between themselves], une attitude que le New York Times a qualifiée plus tard de  » politique ferme « . Le Times avait déjà publié les remarques de Truman le 24 juin 1941, et il est donc fort probable que son point de vue n’ait pas échappé à l’attention des Soviétiques. (Shane Quinn, Global Research, mars 2022)

L’opération Barbarossa lancée par Hitler en juin 1941 aurait échoué dès le départ sans le soutien de la Standard Oil of New Jersey (propriété des Rockefeller), qui livrait régulièrement de grandes quantités de pétrole au Troisième Reich.

La législation sur le commerce avec l’ennemi (1917), officiellement mise en œuvre après l’entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, n’a pas empêché la Standard Oil of New Jersey de vendre du pétrole à l’Allemagne nazie. Et ce, malgré l’enquête menée par le Sénat en 1942 sur l’US Standard Oil.

Février 1945 : Conférence de Yalta. Rencontre entre Roosevelt, Churchill et Staline.

Roosevelt, Churchill et Staline se rencontrent à Yalta au début du mois de février 1945, principalement dans le but de négocier l’occupation de l’Allemagne et du Japon après la guerre.

L’opération « impensable » de Churchill

Plan d’attaque secret contre l’Union soviétique formulé par Winston Churchill dans le sillage immédiat de la conférence de Yalta.

Ce plan prévoyait un assaut massif des Alliés le 1er juillet 1945 par les forces britanniques, américaines, polonaises et allemandes – oui allemandes – contre l’Armée rouge. L’objectif était de repousser l’Armée rouge hors de l’Allemagne de l’Est et de la Pologne occupées par les Soviétiques, …

En juin 1945, les conseillers militaires de Churchill l’ont mis en garde contre la mise en œuvre de ce plan,

Il a été abandonné en juin 1945.

12 avril 1945 : Conférence de Potsdam.

Le président Harry Truman et le Premier ministre Winston Churchill approuvent le bombardement atomique du Japon.

Bombardement d’Hiroshima et de Nagasaki. 6-8 août 1945

15 septembre 1945 : Plan de la Troisième Guerre mondiale. « Rayer l’Union soviétique de la carte »

Scénario de la troisième guerre mondiale élaboré par le ministère américain de la guerre.

Un plan visant à bombarder 66 villes de l’Union soviétique avec 204 bombes atomiques, alors que les États-Unis et l’URSS étaient alliés. Le plan secret (déclassifié en 1975) élaboré pendant la Seconde Guerre mondiale a été rendu public moins de deux semaines après la fin officielle de la Seconde Guerre mondiale, le 2 septembre 1945 (faire défiler vers le bas).

1949 : L’Union soviétique annonce l’essai de sa bombe nucléaire.

2.La guerre oubliée de 1918-20 : Invasion de l’Union soviétique par les États-Unis et leurs alliés

D’un point de vue historique, les États-Unis et leurs alliés menacent la Russie depuis plus de 105 ans, à commencer par la Première Guerre mondiale, avec le déploiement des forces américaines et alliées contre la Russie soviétique le 12 janvier 1918 (deux mois après la révolution du 7 novembre 1917, censée soutenir l’armée impériale russe).

L’invasion de la Russie par les alliés américains et britanniques en 1918 est un événement marquant de l’histoire russe, souvent présentée à tort comme faisant partie d’une guerre civile.

Elle a duré plus de deux ans et a nécessité le déploiement de plus de 200 000 soldats, dont 11 000 américains et 59 000 britanniques. Le Japon, allié de la Grande-Bretagne et des États-Unis pendant la Première Guerre mondiale, a envoyé 70 000 soldats.

Troupes américaines à Vladivostok, 1918

Troupes d’occupation américaines à Vladivostok 1918

Troupes américaines et alliées à Vladivostok en 1918

3. Les dangers de la guerre nucléaire

.

Depuis le largage de la première bombe atomique sur Hiroshima le 6 août 1945, l’humanité n’a jamais été aussi proche de réaliser ce qui était impensable. Toutes les garanties de l’époque de la guerre froide, qui considéraient la bombe nucléaire comme une « arme de dernier recours », ont été supprimées.

Rappelons également l’histoire secrète de la doctrine américaine relative à la conduite d’une guerre nucléaire.

Inconnu du grand public, le premier plan américain d’attaque nucléaire dirigée contre l’Union soviétique a été formulé par le ministère américain de la guerre au plus fort de la Seconde Guerre mondiale, confirmé par des documents « Top Secret » le 15 septembre 1945, alors que les États-Unis et l’Union soviétique étaient alliés.

Il y a un élément d’illusion politique et de paranoïa dans la formulation de la politique étrangère américaine. Le scénario catastrophe contre l’Union soviétique est en préparation au Pentagone depuis près de 80 ans.

Le projet Manhattan. « Rayer l’Union soviétique de la carte »

Six semaines à peine après le bombardement d’Hiroshima et de Nagasaki, le ministère américain de la Guerre a rendu public, le 15 septembre 1945, un plan secret visant à bombarder 66 villes d’Union soviétique avec 204 bombes atomiques.

Le plan de septembre 1945 visait à « rayer l’Union soviétique de la carte » à une époque où les États-Unis et l’URSS étaient alliés.

Comme le confirment des documents déclassifiés, Hiroshima et Nagasaki ont servi de « répétition générale » (voir références : détails historiques et analyse ci-dessous).

La menace américaine de guerre nucléaire contre la Russie a été formulée il y a plus de 76 ans, en septembre 1945, alors que les États-Unis et l’Union soviétique étaient alliés.

Elle consistait en un « plan de la troisième guerre mondiale » de guerre nucléaire contre l’URSS, visant 66 villes avec plus de 200 bombes atomiques.

Ce projet diabolique, dans le cadre du projet Manhattan, a joué un rôle déterminant dans le déclenchement de la guerre froide et de la course aux armements nucléaires.

Carte des 66 zones urbaines stratégiques soviétiques devant être bombardées avec 206 bombes atomiques (déclassifiée en septembre 1945)

Conclusions

Sans le plan de septembre 1945 visant à « rayer l’Union soviétique de la carte » (66 zones urbaines et plus de 200 bombes atomiques), ni la Russie ni la Chine n’auraient développé d’armes nucléaires.

Il n’y aurait pas eu de course aux armements nucléaires.

Michel Chossudovsky


Article original en anglais :

America Has Been at War with Russia for More than 100 Years, le 16 juin 2024.

Traduction : Mondialisation.ca 

***

Note aux lecteurs : Veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Faites suivre cet article à vos listes de courriels. Faites un crosspost sur votre site de blog, vos forums internet, etc.

Tous les articles de Mondialisation.ca et de Global Research sont désormais accessibles en 27 langues en activant le menu de traduction du site Internet dans la bannière supérieure de notre page d’accueil (version ordinateur de bureau).

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

3 réflexions sur “Les États-Unis sont en guerre contre la Russie depuis plus de 100 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *