La manipulation mentale par l’image

OLIVIER CABANEL — La manipulation mentale est à la mode, et bat la campagne dans tous les domaines de la communication mais pour nous convaincre tous les moyens ne sont pas bons.

La frontière est fragile entre le message publicitaire clair, et celui, plus insidieux caché.

On appelle çà les images subliminales.

Chacun sait que les images de cinéma défilent à 24 images secondes.

Si l’on intègre à chaque seconde une image au milieu des 23 autres, cette image ne sera pas perçue par l’œil, mais notre inconscient l’enregistrera.

Prenons l’exemple d’un clip réalisé pour présenter un candidat lors qu’une élection présidentielle.

Toutes les 24 images, un texte court apparait, mais n’est pas réellement vu, incitant le vote en sa faveur, ou contre le concurrent.

Cette pratique a été utilisée au cinéma.

On appelle çà des « images furtives »

William Friedkin, dans son film « l’Exorciste » a utilisé cette technique pour renforcer l’effet d’angoisse. lien

Mais on trouve aussi des images subliminales à des endroits plus improbables.

Walt Disney dû retirer 3,4 millions de vidéo-cassettes du film « the Rescuers  » car, après 38 minutes de déroulement du film apparaissait à la fenêtre d’un immeuble une femme à la poitrine dénudée, lien

A la télévision la tentation est grande d’insérer des publicités dans les émissions populaires.

Le CSA a confirmé que le 29 mai 2003, une image subliminale représentant le logo d’une marque de chewing-gum avait été insérée dans le générique de parrainage de l’émission « Caméra Café ». lien

Une autre fois, lors de l’émission «  Popstars  » du 6 décembre 2001, d’autres images à caractère subliminal avaient été diffusées.

Ce même CSA s’est fendu d’un courrier à la chaine pour lui rappeler les termes de la recommandation adoptée le 27 février 2002, et pour demander des explications sur ces insertions. lien

Le CSA signale que « selon l’article 10 du décret n°92-280 de la loi n° 86-1067 du 30 septembre modifiée, la publicité ne doit pas utiliser des techniques subliminales entendues comme visant à atteindre le subconscient du téléspectateur par l’exposition très brève d’images  ».

On est en droit de s’interroger sur d’autres manipulations mentales qui ont pu être réalisées dans d’autres chaines.

En effet, le CSA n’a pas les moyens d’enquêter sur tout ce qui est proposé aux téléspectateurs, et un certain nombre d’images subliminales ont pu échapper à la vigilance des enquêteurs, même si l’Europe veille. lien

Mais allons plus loin.

Loin du cinéma ou de la télévision, les images subliminales peuvent se trouver un peu n’importe où, comme par exemple sur les documents des témoins de Jéhovah.

Les exemples sont nombreux et je vous invite à ouvrir ce lien pour les découvrir.

En peinture, Dali et d’autres nous ont proposé aussi des images « dans les images ».

Et si nous parlions de musique ?

Avez-vous entendu parler des enregistrements à l’envers ?

On appelle çà le « backmasking ».

Reste à savoir s’il peut influencer quelqu’un.

Les Beatles ont pratiqué cette technique, notamment dans Rain, et dans l’album Revolver.

John Lennon et George Martin, le producteur, se disputèrent la paternité de la trouvaille.

Toujours est-il que le chant et la guitare de John furent inversés, et intégrés au morceau.

Des chrétiens américains allèrent jusqu’à prétendre que certains artistes rock cachaient ainsi dans leurs œuvres des messages sataniques.

Il y eut des manifestations et des disques furent brulés en place publique.

Une loi fut même votée à l’unanimité en 1983 en Arkansas, loi qui prescrivait la pose d’un autocollant sur les disques disant : « attention ce disque contient des messages à l’envers qui peuvent être perceptibles à un niveau subliminal lorsque le disque est joué normalement », mais la loi fut rejetée par le gouverneur Bill Clinton, au nom du Senat. lien

Mais il y a mieux.

Une vidéo réalisée par Helmutcall est tout simplement époustouflante.

Elle apporte la preuve que dans les choses les plus banales, comme une bouteille de boisson sucrée, sombre et pétillante très connue, un étrange message apparait.

Comme les images valent mieux que toutes les explications, voici le lien

Où cela va-t-il s’arrêter ?

Sommes-nous déjà « contaminés » ?

Comme disait un vieil ami africain : «Seul le masque parle le langage des masques»

Une réflexion sur “La manipulation mentale par l’image

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *