La fabrication du désastre sanitaire par le COVID…une manifestation du fascisme au pouvoir

Par Robert Bibeau.

LE FASCISME AU POUVOIR SOUS LA DÉMOCRATIE BOURGEOISE

Les racines de l’idéologie fasciste plongent profondément dans les structures et les mécanismes de l’économie capitaliste quand ce système social a atteint son stade impérialiste décadent.

C’est ainsi que l’on peut comprendre l’émergence de cette idéologie – et de ses multiples manifestations politiques populistes (national-socialisme allemand, fascisme italien, totalitarisme soviétique, militarisme japonais et chinois, corporatisme espagnol et portugais, Pétainisme français, etc.).

Ne vous y trompez pas, c’est le Grand capital mondialisé qui mène la barque apocalyptique du fascisme dans les méandres de la crise économique et sociale mondiale. Sous la civilisation capitaliste mondialisée, ce ne sont jamais les polichinelles politiques (Macron ou Trudeau ou Biden ou Trump) qui commandent aux ploutocrates de l’économie et aux aristocrates de la finance, mais l’inverse. Dans l’histoire du capitalisme, le Grand capital mondial a fait appel à des psychopathes chaque fois que son pouvoir paraissait menacé par des forces sociales révolutionnaires. C’est ainsi que les nazis hitlériens, les fascistes mussoliniens, les corporatistes franquistes, les militaristes japonais et du Kuomintang chinois, les Soviétiques staliniens, les vichystes français, pour n’énumérer que quelques exemples, furent portés au pouvoir afin de défendre les intérêts de leurs états nationaux respectifs et de leurs bourgeoisies nationalistes respectives.

Il en fut ainsi lors de la Première, puis de la Seconde Guerre mondiale. Il en sera ainsi lors de la Troisième Guerre mondiale en préparation. Jordan Bardella, le Rassemblement national, le Nouveau Front Populaire, Renaissance, le Parti Communiste chinois, le Parti de Poutine en Russie, le Parti Démocrate ou le Parti Républicain américain, ainsi que la multitude des partis de droite et/ou de gauche qui se confrontent lors des mascarades électorales pseudodémocratiques ne sont ni le problème ni la solution aux immenses difficultés qui confrontent l’humanité.

Tant que les sociétés, en Orient, en Occident, en Afrique, vivront sous la dictature du Capital, les États-nations serviront d’incubateurs à tous les partis de la bourgeoisie – ceux de gauche comme ceux de droite – en vertu de la maxime fasciste «tout dans l’État, tout pour l’État». Les termes croque-mitaines de « fascisme », « complotisme », « extrême droite » et « extrême gauche » serviront de repoussoir afin de maintenir l’hégémonie de la bourgeoisie sur le prolétariat, ce qui constitue l’essence du fascisme. Ces deux classes antagonistes  sont en guerre perpétuelle, l’une pour la domination sociale et l’autre pour la Révolution sociale.

Lors des mascarades électorales qui se dérouleront intensivement au cours des mois à venir afin de mobiliser la populace pour la guerre en préparation, la bonne façon de contrer le fascisme de gauche et le fascisme de droite, et de bloquer les préparatifs de guerre bactériologique, nucléaire, supersonique et climatique sera de mener la guerre de classe contre le capital. L’une des manières de mener cette guerre à la guerre consiste à démasquer les stratégies des fauteurs de guerre.

Étrangement, lors de la pandémie du COVID, qui s’est avéré un exercice planétaire de guerre bactériologique suite à la fuite d’une chimère virale du laboratoire militaire à « gain de fonctions » de Wuhan, un médecin suisse a compris la portée militaire de cette crise apparemment sanitaire. Dans les vidéos ci-dessous, Monsieur Jean-Dominique Michel explique comment les médias à la solde du capital, les organisations mondiales comme l’OMS, le FMI et la BM, les apparatchiks des organismes sanitaires et médicaux nationaux, les gouvernements bourgeois de toute la planète, ainsi que l’ensemble des partis politiques bourgeois de gauche comme de droite, au pouvoir ou dans l’opposition, ont collaboré «démocratiquement» (sic) pour écraser toute résistance aux mesures répressives fascistes et pour imposer les mesures fascistes de confinement, de vaccination expérimentale, et de punition collective.  Nous avions déjà tiré la sonnette d’alarme sur ces comportements  fascistes dans un article précédent :  Le fascisme à la conquête du monde – la période de la pandémie du COVID – les 7 du quebec.

Comme le démontre Jean-Dominique Michel, la crise sanitaire de la soi-disant pandémie du COVID fut la première activité mondiale d’imposition du fascisme militariste depuis la Seconde Guerre mondiale. À chacun d’entre nous d’apprécier le comportement fasciste ou néo-fasciste ou antifasciste des organisations, des partis politiques, des cadres et des oligarques qui nous gouverne.  


 


La fabrication du désastre : qui? Pourquoi? Comment? : les années covid-19, crimes et déferlement totalitaire

Pour se procurer le volume : https://www.laprocure.com/product/1560185/michel-jean-dominique-la-fabrication-du-desastre-qui-pourquoi-comment-les-annees-covid-19-crimes-contre-la-democratie-et-deferlement-totalitaire


 


 

 

https://www.youtube.com/channel/UCNdSQqV5kOHSUQzkeSHtiJg

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

2 réflexions sur “La fabrication du désastre sanitaire par le COVID…une manifestation du fascisme au pouvoir

  • 4 juillet 2024 à 18 h 08 min
    Permalien

    « C’est ainsi que l’on peut comprendre l’émergence de cette idéologie – et de ses multiples manifestations politiques populistes (national-socialisme allemand, fascisme italien, totalitarisme soviétique, militarisme japonais et chinois, corporatisme espagnol et portugais, Pétainisme français, etc.) ».

    N.. de D… On m’a toujours appris que les méchants fascisme italien et NS allemand, totalement nationalistes, étaient une réponse contre-révolutionnaire au gentil totalitarisme soviétique internationaliste… On nous aurait donc trompés…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *