Israël et le Hezbollah en guerre

Le Moyen-Orient est une poudrière, et chaque minute qui passe apporte des tensions accrues entre Israël et le Hezbollah.

Le Canada, les États-Unis, la Grande-Bretagne et le Koweït ont tous averti leurs citoyens au Liban d’évacuer.

La guerre imminente est causée par le refus d’Israël d’un cessez-le-feu à Gaza. Le Hezbollah dit qu’il continuera à être solidaire des Palestiniens de Gaza alors que le génocide se poursuit perpétré par Israël, mais dès qu’un cessez-le-feu commencera, la réponse du Hezbollah cessera.

Le Hezbollah est un groupe de résistance libanais lourdement armé. La plupart des experts s’accordent à dire que la puissance militaire du Hezbollah et d’Israël est tout à fait comparable à de nombreux niveaux, mais Israël a la supériorité aérienne.

Israël dispose d’un système de défense aérienne sophistiqué, le « Dôme de fer ». Cependant, ce système peut être submergé par le Hezbollah s’il devait lancer une quantité massive de missiles sur Israël, et tous s’accordent à dire que le Hezbollah dispose d’un énorme arsenal de missiles.

Si le « Dôme de fer » était inondé de missiles lancés depuis le Liban, l’efficacité des défenses israéliennes s’arrêterait et Israël pourrait subir une destruction à une échelle qu’il n’a jamais connue auparavant. Nous avons assisté à la destruction de missiles israéliens sur Gaza, et des maisons et des bâtiments à travers Israël pourraient faire face à une catastrophe similaire.

Le Hezbollah a démontré qu’il disposait d’un système de défense aérienne, mais il a été secret en montrant les capacités de sa défense contre les avions israéliens ; cependant, à au moins une occasion, le Hezbollah a utilisé ses défenses aériennes pour repousser un avion israélien survolant le Liban.

Amos Hochstein, l’envoyé spécial américain envoyé récemment en Israël et au Liban dans l’espoir d’éviter une guerre entre Israël et le Hezbollah, (sic)  est revenu les mains vides. Hochstein avait réussi une négociation entre Israël et le Liban en 2022 sur les frontières maritimes, mais cette fois, il ne négociait pas seulement avec le gouvernement libanais, mais avec le groupe de résistance le plus puissant du Moyen-Orient.

La cause profonde de tous les conflits au Moyen-Orient émane de l’occupation israélienne brutale de la Palestine, qui a privé environ six millions de Palestiniens de tous les droits de l’homme et de tous les droits civils, tandis que les six millions de Juifs en Israël vivent dans une quasi-démocratie avec des droits de l’homme et des droits civils comparables à ceux de la plupart des démocraties occidentales.

Le président américain Joe Biden et le secrétaire d’État américain Antony Blinken ont déclaré à plusieurs reprises aux responsables israéliens que les États-Unis ne voulaient pas voir une guerre plus large au Moyen-Orient, où d’autres nations pourraient être impliquées si le Liban devait être détruit.

Avec l’accord secret des États-Unis, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a averti qu’Israël « transformerait Beyrouth en Gaza » en cas de guerre.

Les experts s’accordent à dire que Biden continuerait à soutenir Israël même face à une guerre contre le Hezbollah. La communauté internationale s’est prononcée contre Israël et son génocide à Gaza, mais Biden continue de soutenir les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité commis par Israël.

Biden a parrainé un plan de cessez-le-feu, mais Israël l’a refusé, et les experts suggèrent que le plan Biden n’a pas été conçu par Washington pour réussir, mais a été rédigé uniquement comme un exercice pour gagner du temps pour le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

L’opinion publique et l’armée israéliennes sont divisées sur la guerre contre Gaza. Beaucoup demandent à Israël d’arrêter la guerre et de faire sortir les otages après près de 9 mois de captivité. D’autres soutiennent la guerre contre Gaza dans le cadre du plan sioniste visant à éliminer tous les non-Juifs et à créer une nation juive de la « rivière à la mer ».

Netanyahu exige fermement la poursuite de la guerre contre Gaza et exige que le Hamas soit détruit, mais ses dirigeants militaires ont déclaré que c’était une tâche impossible, car le Hamas est une idéologie, celle de la résistance à l’occupation, qui est garantie à tous par la Convention de Genève.

Le 18 juin, les Forces de défense israéliennes (FDI) ont déclaré que des plans pour une attaque dans le sud du Liban avaient été approuvés et que des mesures avaient été prises pour « accélérer la préparation sur le terrain ». La déclaration a été faite par le général de division Ori Gordin, chef du commandement nord de Tsahal, et le général de division Oded Basiuk, qui dirige la division des opérations de Tsahal.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Israel Katz, a menacé le Hezbollah de « destruction » dans un contexte de « guerre totale » à la frontière israélo-libanaise.

La menace de Katz est intervenue après que le Hezbollah a publié une vidéo de surveillance qu’il a prise par un drone au-dessus de diverses installations militaires, infrastructurelles et civiles israéliennes, dont certaines dans la ville portuaire israélienne de Haïfa.

« Dans une guerre totale, le Hezbollah sera détruit et le Liban sera gravement touché », a écrit Katz sur X.

Le 21 juin, le Hezbollah a déclaré avoir tiré des dizaines de roquettes sur le nord d’Israël en représailles à une frappe aérienne meurtrière dans le sud du Liban qui, selon Israël, a tué l’un des membres du groupe. Le Hezbollah a également revendiqué plusieurs autres attaques contre des troupes et des positions israéliennes au cours de la journée.

Lors d’une réunion avec des responsables israéliens en visite à Washington, Blinken a souligné « l’importance d’éviter une nouvelle escalade au Liban et de parvenir à une résolution diplomatique qui permette aux familles israéliennes et libanaises de rentrer chez elles », selon un communiqué.

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait averti qu’« aucun endroit » en Israël « ne serait épargné par nos roquettes » si une guerre plus large commençait, dans une allocution télévisée mercredi. Il a également menacé Chypre si elle ouvrait ses aéroports ou ses bases à Israël « pour cibler le Liban ». Chypre abrite deux bases britanniques, dont une base aérienne.

Israël a envahi et occupé brutalement le Liban de 1982 à 2000. Son retrait a été une victoire pour le Hezbollah. En 2006, Israël a lancé une deuxième guerre contre le Hezbollah qui a vu Israël empêché d’envahir par la puissance du Hezbollah, et dans les années suivantes, le groupe de résistance est devenu beaucoup plus fort militairement.

Des dizaines de villes israéliennes sont maintenant désertes, avec environ 60 000 Israéliens évacués vers des logements temporaires, tandis qu’environ 90 000 ont également fui le sud du Liban.

Israël a lancé environ quatre fois plus d’attaques que le Hezbollah au cours du conflit, selon l’Armed Conflict Location and Event Data Project, un groupe de recherche basé dans le Wisconsin spécialisé dans l’analyse des données sur les conflits. La semaine dernière, Israël a lancé son attaque la plus profonde à ce jour au Liban, frappant à 75 miles au nord de la frontière.

Les troupes israéliennes ont également déployé du phosphore blanc au Liban, une substance qui brûle à haute température et peut être utilisée pour créer des écrans de fumée pour masquer les mouvements des troupes, mais peut causer des lésions respiratoires et des brûlures mortelles. Son utilisation à proximité de zones civiles constitue une violation du droit international humanitaire.

« La question n’est pas de savoir si cela se produira, mais quand cela se produira », a déclaré Avichai Stern, le maire de Kiryat Shmona, la plus grande ville du nord d’Israël, dans une interview, et a ajouté : « Nous devons les anéantir. »

La guerre entre Israël et le Liban peut être évitée si Israël met fin aux attaques incessantes contre Gaza, qui ont fait plus de 36 000 morts, principalement des femmes et des enfants.


Note aux lecteurs : Veuillez cliquer sur le bouton de partage ci-dessus. Suivez-nous sur Instagram et Twitter et abonnez-vous à notre chaîne Telegram. N’hésitez pas à republier et à partager largement les articles de Global Research.

Cet article a été publié à l’origine sur Mideast Discourse.

Steven Sahiounie est un journaliste primé à deux reprises. Il contribue régulièrement à Global Research.

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

3 réflexions sur “Israël et le Hezbollah en guerre

  • 29 juin 2024 à 12 h 29 min
    Permalien

    le destin d’israhell est scellé! ils résistent à leur destinée d’errants mais finalement dès qu’ils mettront leur orgueil de coté et lacheront prise, ils se sentiront soulagés. Le fardeau d’une nation est bien trop lourd pour leur freles épaules d’apatrides sans foi, ni loi.

    Répondre
  • 30 juin 2024 à 9 h 47 min
    Permalien

    Israël n’hésitera pas à utiliser la bombe atomique contre le Hezbollah mais personne ne sait ce que le Hezbollah possède comme arme de destruction massive surtout qu’ à ce stade il y a de fortes probabilités que l’Iran possède la bombe atomique.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *