Les cinq étapes du déni lorsque les sceptiques sont confrontés à l’effondrement économique

Par Brandon Smith − Le 11 juin 2024 − Source Alt-Market  et  Les cinq étapes du déni lorsque les sceptiques sont confrontés à l’effondrement économique | Le Saker Francophone

A la lumière de la récente résurgence de l’inflation en plus des statistiques d’emploi de plus en plus truquées, du déclin de l’industrie manufacturière et de la stagnation des salaires, je pense qu’il est important de revenir sur une question fondamentale : À quoi ressemble un effondrement économique ?

Comme je le répète depuis des années, un effondrement économique n’est PAS un événement, c’est un processus. Lorsque les gens pensent à une crise historique, ils imaginent généralement quelque chose comme le krach boursier de 1929, au début de la Grande Dépression. Pourtant, de nombreux indicateurs et signes avant-coureurs auraient dû mettre la puce à l’oreille. Une poignée d’économistes ont même fait part de leurs inquiétudes quant à l’instabilité imminente, mais ils ont été ignorés…(de fait, rien ni personne ne pouvait ni ne peut contrecarrer ce PROCESSUS DIALECTIQUE moteur du système économique capitaliste. Ce PROCESSUS CONCURRENTIEL pousse inexorablement la puissance économique montante (émergente)  à se heurter à la puissance économique hégémonique déclinante. NDÉ) 

Ensuite, après le krach, de nombreux économistes de l’establishment ont nié que le système était réellement en danger. Ils n’ont cessé d’affirmer que la reprise était « au coin de la rue », mais elle ne s’est jamais matérialisée. Au contraire, la spirale du krach s’est poursuivie pendant plus d’une décennie jusqu’à ce que la guerre mondiale éclate (tiens donc…comme par inadvertance…(sic) NDÉ), en grande partie parce que la Réserve fédérale a augmenté les taux d’intérêt en raison de la faiblesse de l’économie (un désastre qu’elle a ouvertement admis avoir provoqué et une politique qu’elle met en œuvre en ce moment même).

Le fait est que les « experts » du courant dominant ont presque toujours tort. Les sceptiques de l’effondrement ignorent les preuves ou ne comprennent pas les implications des événements. Ils ne veulent pas croire que l’économie est en panne (faux, l’économie capitaliste fonctionne normalement selon les lois de la concurrence et du marché contrôlé NDÉ)  et que des conséquences sont possibles. Ils se basent sur la vision limitée de leur expérience personnelle. Pendant la majeure partie de leur vie, le système a fonctionné sans catastrophe, ce qui signifie qu’une catastrophe est impossible. En réalité, la catastrophe a simplement été reportée à une date ultérieure, elle n’a pas été évitée.

Notre situation actuelle n’a pas encore atteint le niveau de la Grande Dépression. Nous sommes actuellement dans une phase de stagflation similaire à celle des années 1970. Pour ceux qui pensent que la situation est mauvaise aujourd’hui, les années 70 étaient en fait bien pires. (Voir: L’économie américaine semble bonne sur le papier = inflation – stagflation – dévaluation – les 7 du quebec)

Les prix de l’immobilier ont presque triplé entre 1970 et 1980 (le prix médian d’un logement était de 17 000 dollars en 1970, contre près de 50 000 dollars en 1980). L’inflation annuelle de la plupart des biens et services était à deux chiffres et le salaire minimum n’était que de 1,45 $ de l’heure. Le chômage était élevé et les taux d’intérêt ont finalement été portés à environ 20 % en 1981.

Ce qu’il faut retenir, c’est que ces effondrements des structures financières se produisent lentement, puis d’un seul coup. Un peu comme l’accumulation d’une avalanche. Pour ceux qui connaissent l’histoire, les signes sont faciles à voir. Ceux qui ne le sont pas supposent que tout va bien, même si la maison brûle autour d’eux.

Un autre facteur qui rend les gens inconscients du danger est le déplacement des poteaux d’affichage ; ils s’habituent aux mauvaises conditions économiques et le déclin est ancré comme la « nouvelle normalité ». Par exemple, en 2015, le loyer moyen d’une maison était de 1 100 dollars. Moins de dix ans plus tard, le coût moyen est de 2150 dollars, ce qui représente un doublement de la charge financière. Mais aujourd’hui, ce prix est considéré comme normal.

Rien ne s’améliore, la situation ne fait qu’empirer, mais comme cela se produit sur une période de plusieurs années (le processus d’effondrement), le public l’accepte largement et accusera même ceux d’entre nous qui tirent la sonnette d’alarme d’être des « alarmistes ». (Ici l’auteur a tout faux. La populace et les prolétaires n’acceptent pas sans regimber la déqualification de leurs conditions de vie et de travail et l’agitation sociale et les grèves ouvrières le démontrent bien. C’est alors que les marionnettes politiques surgissent avec leurs mascarades électorales futiles…à la fin la classe prolétarienne a un sentiment d’impuissance. Voir  Résultats de recherche pour « stagflation » – les 7 du quebec. NDÉ).

Comme pour tout effondrement, il finit par y avoir un point d’intolérance populaire – ce moment où les gens réalisent enfin que les « prophètes de malheur » avaient raison depuis le début et que le poids de l’implosion est trop important pour être réfuté. Je pense que nous approchons de ce moment très rapidement. En attendant, voici les cinq étapes du déni par lesquelles les gens passent avant d’admettre qu’une calamité fiscale, financière, monétaire et sociale les attend…

Étape 1 : « Je ne sais pas de quoi parlent les théoriciens du complot – je me porte bien »

Un vieux dicton datant de la Grande Dépression dit à peu près ceci : « Ce n’est une dépression que pour les gens qui n’ont pas d’emploi ».

Si vous ne faisiez pas partie des 30 % de chômeurs que comptaient les États-Unis à l’époque, la Grande Dépression ne vous aurait peut-être pas semblé si terrible que cela dans votre monde étroit. En d’autres termes, les gens ignorent le naufrage du Titanic tant qu’ils ont encore leur propre canot de sauvetage.

Je dirais qu’il s’agit là d’un problème majeur au milieu de la crise de la stagflation d’aujourd’hui, et c’est la racine de ce dont de nombreux Zennials se plaignent. Dans leur esprit, il s’agit de la pire économie de l’histoire du monde et ils accusent les « boomers » d’être responsables de leur souffrance. Ce n’est pas vraiment le cas (du moins pas encore), mais il est vrai que de nombreux « boomers » abordent la crise avec l’avantage du temps. Ils ont eu le temps de construire un canot de sauvetage, ce qui n’est pas le cas des « Zennials ».

La question n’est pas de savoir ce qui est juste, car il n’y a pas de « juste » en économie. Mais les Américains plus âgés doivent comprendre que même si la stagflation n’est pas une crise pour eux personnellement, c’est bien une crise pour les plus jeunes en particulier. Toute personne qui nie encore la réalité de l’effondrement parce qu’elle « s’en sort bien » doit se taire et prendre conscience de la situation dans son ensemble.

Étape 2 : « Ils parlent de l’effondrement depuis des années et nous sommes toujours là »

Beaucoup de gens ont une idée enfantine de ce qu’est un effondrement, qui provient essentiellement des films hollywoodiens et de la télévision. Ils imaginent un chaos boursier, des files d’attente interminables, des famines massives et même des destructions dignes de Mad Max. Lorsque ce genre de choses se produit, c’est toujours à la FIN du processus d’effondrement, et non au début. L’ancienne Yougoslavie a connu de multiples épisodes d’inflation avant d’exploser avec la balkanisation et la guerre. Cela ne s’est pas produit du jour au lendemain, mais tous les signes étaient là.

Lorsque les analystes prédisent ces événements des années à l’avance, ils vous rendent service : ils vous donnent amplement le temps de vous préparer. Contrairement aux élites bancaires et à leurs mandataires qui ne préviennent le public que juste avant (ou juste après) que la crise atteigne son paroxysme.

Croyez-le ou non, je vois encore des négationnistes affirmer que tout va bien aujourd’hui, même après une stagflation massive, des tentatives de tyrannie médicale à l’échelle nationale, de multiples guerres régionales autour du globe qui pourraient déclencher la troisième guerre mondiale, des troubles civils constants, etc. La menace d’une mort imminente est-elle la seule chose qui réveillera ces gens à la réalité ?

Étape 3 : « Les choses vont peut-être mal en ce moment, mais la crise est passagère, elle sera bientôt terminée »

C’est le stade où les négationnistes finissent par admettre qu’il y a effectivement une certaine instabilité, mais ils s’en accommodent en affirmant que la tempête passera rapidement et qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Le fait est qu’ils ont passé tellement de temps à essayer de démystifier les économistes qui les mettaient en garde qu’ils craignent désormais davantage de se voir prouver qu’ils ont tort que de redouter la crise qui s’annonce. Il s’agit d’une sorte de maladie mentale commune à notre culture : le refus absolu d’un grand pourcentage d’Américains d’admettre qu’ils ont tort et de passer à autre chose.

Il n’y a rien de mal à se tromper parfois. Il n’est pas bon d’être dans le déni.

L’affirmation selon laquelle un effondrement est « transitoire » est un moyen pour les sceptiques submergés par les faits et les preuves de continuer à rejeter la réalité. Si le déclin économique ne dure pas très longtemps, ils n’auront jamais à reconnaître leur défaite face aux « théoriciens du complot ».

Étape 4 : « Personne n’a vu venir la crise »

J’ai vu cet argument des milliers de fois lors des confinements liés à la pandémie et de la flambée initiale de l’inflation. Il y avait tant de gens qui se déchaînaient sur les circonstances et beaucoup d’entre eux étaient du même type que ceux qui avaient l’habitude de nier qu’il se passait quoi que ce soit d’anormal. Ils ont commencé à chercher des boucs émissaires et ils sont arrivés à l’idée qu’il n’y avait pas eu d’alerte précoce.

Si seulement quelqu’un leur avait donné un indice de ce qui allait se passer, ils se seraient mieux préparés, n’est-ce pas ?

Les médias et les responsables gouvernementaux ont tendance à jouer agressivement sur cette phase de déni. En d’autres termes, c’est le moment où ils affirment que « personne n’a rien vu venir ». L’événement a frappé comme la foudre, sans crier gare. Personne n’aurait pu prévoir ce résultat et personne n’aurait pu y faire quoi que ce soit.

Chaque fois que j’entends ces arguments, je me souviens de la tendance cinématographique du début des années 2000, à savoir les films sur les catastrophes mondiales. Il y a toujours ces scènes où l’astéroïde, la vague océanique ou la tornade frappe et où l’on voit des milliers de personnes se précipiter comme des fourmis, avant d’être écrasées par une force divine contre laquelle elles n’avaient aucun moyen de se défendre. Je n’ai jamais aimé ces films, mais je reconnais qu’ils jouent sur un élément caché de fatalisme dans l’esprit humain.

Il existe un mécanisme étrange dans la pensée de certaines personnes qui veulent croire qu’elles n’ont pas le pouvoir de changer leur situation. Ils se sentent mieux en supposant que les marées du destin sont indépendantes de leur volonté et qu’il n’y a rien qu’ils auraient pu faire différemment. En réalité, tout ce qu’ils avaient à faire était d’écouter et de penser de manière critique et ils auraient pu se préparer en conséquence. Leur souffrance est le résultat de leur ignorance et de leur ego.

Étape 5 : « Tout le monde a vu venir la crise »

Ah oui, la dernière étape du déni. C’est celle que je préfère. C’est le moment inévitable où les sceptiques admettent que l’effondrement économique est une réalité et prétendent alors qu’ils l’ont « vu venir depuis le début ». L’incapacité de ces personnes à admettre qu’elles se sont trompées nuit à leur capacité à prendre des décisions éclairées pour l’avenir.

Ils savent qu’une crise est sur le point d’éclater et font comme s’ils savaient qu’elle allait se produire. Par conséquent, tous les « théoriciens de la conspiration » qui ont essayé de les avertir ne sont pas spéciaux ou mieux informés qu’eux.

Bien entendu, vous ne verrez jamais aucune preuve que ces sceptiques (et de nombreux économistes du courant dominant) aient réellement prédit quoi que ce soit. Vous les verrez plutôt prédire le contraire et attaquer tous ceux qui suggèrent qu’ils pourraient se tromper. On peut se demander pourquoi il est si important pour eux d’éviter de rendre à César ce qui appartient à César et d’apprendre de leurs erreurs, mais lorsque l’identité d’une personne est tellement liée au fait d’être un « expert », l’idée de se tromper complètement sur le plus grand désastre économique de sa vie est trop difficile à supporter.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone.

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

Une réflexion sur “Les cinq étapes du déni lorsque les sceptiques sont confrontés à l’effondrement économique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *